[Avis] Without a Promised Land, de Tung Liu & Keung Chi-Ming

Un jeune nord-vietnamien arrive à Hong Kong dans un camp de réfugiés qui est sous le joug d’un gang qui y sème la terreur. Après plusieurs affrontements, les deux parties vont finalement s’unir pour réaliser des braquages. La police va se mettre à leurs trousses et s’immiscer dans la vie du camp…

Avis de Supavince:
L’exode massif de réfugiés vietnamiens fuyant le communisme à la fin de la guerre du Vietnam fut source d’inspiration pour de nombreux cinéastes hongkongais durant les années 80. Boat People, Roar of the Vietnamese ou encore The Man from Vietnam pour ne citer qu’eux. Beaucoup de ses films ont pris partie de décrire le mal-être et le désarroi de ces personnes en se focalisant bien souvent sur les gangs de braqueurs cherchant de façon désespérée à se faire de l’argent en commettant des hold-up de banques ou de bijouteries.

wapl1 wapl2

Dans Without a Promised Land, on échappe pas à une scène de braquage. Toutefois, il va traiter ce thème de façon un peu différente et va plutôt se concentrer sur la vie d’un camp de réfugiés à Hong Kong et de sa population qui l’anime. Le film n’a pas un personnage principal mais vraiment la communauté dans son ensemble. Le quotidien dépeint ici n’est fait que de violence. Cette violence est omniprésente et se montre sous plusieurs formes. Physique d’une part, qui se perçoit chez les gangs qui font la loi dans le camp ou bien par les actions musclées ou crapuleuses de la police. Sexuelle d’autre part, soit par les abus réalisés par le personnel administratif (ici un britannique) qui veut abuser sexuellement d’une jeune vietnamienne pour lui permettre d’obtenir plus rapidement ses papiers pour Hong Kong. Et enfin la violence s’avère être psychologique et se retranscrit à travers le regard d’un jeune garçon qui vit au quotidien la prostitution de sa mère et qui est repoussé par les autres enfants du camp.

wapl3 wapl4

Difficile également de s’attacher un tant soit peu à un personnage. Même le personnage de David Lam Wai (ici dans l’un de ses tous premiers rôles et qui interprète un jeune loup solitaire et mystérieux qui ne se fit qu’à lui-même) auquel on pourrait s’imaginer s’identifier, détient une grosse part sombre qui n’est pas des plus appréciable (cf la scène ou il apprend à l’enfant à dégommer une oie à la tête avec un lance-pierre). On pourrait donc penser que le film laisse peut de place à l’espoir. Malgré tout, cet espoir est incarné chez le jeune garçon qui représente clairement l’avenir de sa communauté.

wapl5 wapl6

Without a Promised Land traite plutôt bien son sujet même s’il n’échappe pas à de grosses maladresses dans la réalisation et dans le montage qui s’avère parfois bancal. Ceci est néanmoins contrebalancé par une musique parfaitement accordée à certaines scènes plutôt bien maîtrisées. Rien de surprenant lorsque l’on s’aperçoit que le compositeur n’est autre que Frankie Chan Fan Kei.

wapl7 wapl8

Film à petit budget, Without a Promised Land se démarque néanmoins grâce au traitement différent qu’il emploie pour évoquer l’exode des réfugiés vietnamiens. Il n’échappe cependant pas à quelques poncifs mais s’avère toutefois intéressant de part son côté sombre totalement assumé. De plus, le film n’est pas en reste niveau action. Il est bien rythmé et pourvu de scènes d’action brute de décoffrage. Un bon petit divertissement pour celui qui saura braver la version VCD qui est quelque peu… Comme dire? Charcutée!

 

wapl9 wapl10

wapl11 wapl12

wapl13 wapl14

wapl15 wapl16

 

WithoutAPromisedLandTitre : Without a Promised Land / 越戰僅存者
Année : 1980
Durée : 1h30
Origine : Hong Kong
Genre : Refugee camp

Réalisateur : Tung Liu & Keung Chi-Ming

Acteurs : David Lam Wai, Hung Fung, Pomson Shi, Choi Fai, Wong Wai, Leung Chi.


Supavince

Épris d’une faim insatiable de découvrir de nouvelles choses, toujours en quête de raretés en tout genre et de films injustement oubliés. Hong Kong reste son espace de jeux préféré, mais il n'est pas contre quelques polars coréens bien nerveux ou encore apprécier un masseur aveugle occire ses adversaires à l’aide de son sabre dissimulé dans sa cane…

4 Comments

Add a Comment
  1. C’est clair que sur certains screenshots, on a vraiment l’impression que c’est rogné de tous les cotés lol. Intéressant en tout cas, je connaissais pas ce film.

  2. Je ne connaissais pas non plus. Intéressant tout ça en tout cas. En plus, on est sur la même longueur d’onde au sujet du contexte du film. Demain, je publie un p’tit avis sur The Roar of the Vietnamese ! 😉
     
     

  3. Ravi de vous le faire découvrir en tout cas!

    Et encore Chery, niveau rognures, c’est pas le pire… les st sont quand même lisibles…

    Ah The roar of the vietnamese, j’ai failli faire un avis il y a quelques mois, mais bon, avec l’abattage de films, parfois, la motivation ne suffit pas, c’est le temps qui manque! ^^

  4. Erratum!!

    Ma mémoire me fait défaut décidément car dans ma critique, je cite Long Arm of the Law comme étant un film ayant pour protagonistes des vietnamiens… hmm sorry! Si je me souviens bien maintenant, il s’agit d’un gang de braqueurs venus de Chine! Désolé! >_<‘

    Je l’enlève de suite…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *