[Avis] This Man is Dangerous, de Johnny Wang Lung Wei

Titre : This Man is Dangerous / 山東狂人
Année : 1985
Durée : 1h31
Origine : Hong Kong
Genre : Johnny got his gun
Réalisateur : Johnny Wang Lung Wei

Acteurs : Chin Siu Ho, Cheung Chin Pang, Johnny Wang Lung Wei, Philip Ko Fei, Lam Fai Wong, Lai Yin Saan, Leung Kar Yan, Lo Meng, Richard Cheung Kuen, Wan Seung Lam, Elvis Tsui, Chan Lap Ban, Cheung Gwok Wa, Tong Kam Tong, Yu Miu Lin, Lee Chun Wa.

Synopsis : Deux jeunes membres du PTU sont transférés dans un commissariat pour prêter main forte aux équipes en place. Après quelques affaires pour se faire la main, ils seront vite plongés dans le grand bain et enquêteront sur un gang de braqueurs de fourgon blindé venu du Shandong. Lors d’une soirée bien arrosée, les policiers se feront voler leurs armes à feu par ce fameux gang qui utiliseront celles-ci pour commettre des crimes et faire porter le chapeau à la police…

Avis de Supavince:
Réalisé la même année que le cultissime Hong Kong Godfather, This Man is Dangerous est le premier film réalisé par Johnny Wang Lung Wei, l’un des bad guys les plus emblématiques du studio Shaw Brothers. Il n’aura pas été un réalisateur prolifique mais son passage derrière la caméra à dix reprises lui aura tout de même permis de laisser son empreinte dans le cinéma d’action hongkongais, avec un style bien reconnaissable qui se veut noir, brutal et plutôt nihiliste.

 

Le titre anglais « This Man is Dangerous » est des plus évocateurs et définit à merveille, sous forme d’hommage, le type de personnage interprété maintes fois à l’écran par son réalisateur, Wang Lung Wei ayant été si souvent habitué aux rôles de méchants et de brutes épaisses. Ici, il ne déroge pas à la règle et remet le couvert en endossant une nouvelle fois ce genre de rôle qu’il connaît si bien, puisque l’homme dangereux décrit dans le titre n’est autre que lui-même.

Bien que son personnage tienne une place centrale dans le film, Johnny Wang laisse les rôles principaux à Chin Siu Ho et Cheung Chin Pang (le jeune frère d’Alexander Fu Sheng), dont la carrière de ce dernier a été aussi furtive qu’une étoile filante. Ces deux joyeux lurons vont s’agiter dans tous les sens et cabotiner pour nous faire rire tout au long du film. L’humour n’est pas des plus fins, les blagues sont assez potaches, mais quelques scènes nous permettent tout de même d’esquisser quelques rictus pendant les 1h30 du film. On a quand même le droit à une scène assez longue et poussive dans le registre lourdingue où Chin Siu Ho et Cheung Chin Pang, les deux jeunes recrues de la police, doivent en guise de bizutage, aller à la morgue prendre des empreintes sur un cadavre en pleine décomposition. Bof, bof…

Mais le côté positif du film c’est que les acteurs ne se prennent pas la tête et certains n’hésitent pas à se mettre ridicule comme un Elvis Tsui par exemple, dans le rôle d’un dealer de marijuana homosexuel nommé Pink Lady, affublé d’un costume de biker dans un « Blue Oyster Bar » local… De là à dire qu’il s’agisse d’un hommage à Police Academy, il n’y a qu’un pas ! De plus, c’est assez rare pour être signalé, nous avons le droit à de vrais musiques dans cette boîte de nuit et non des musiques au synthé imbuvables comme dans bon nombre de productions de l’époque. Un bon point, donc.

L’action a la part belle et jongle habilement entre gunfights sanglants et coups de tatanes bien nerveux avec des artistes martiaux au rendez-vous (Philip Ko Fei entre autres). Il y a quelques chorégraphies assez brouillonnent par-ci par-là, comme la scène de la boîte de nuit où ça clignote de partout et rend les combats pas forcément très lisibles, mais le défaut est mineur et l’intensité des scènes d’action sur l’ensemble du film  comble les quelques défauts que l’on peut trouver.

 

Pour un premier pas derrière la caméra, Johnny Wang nous démontre des choses très intéressantes. Il nous fait ressortir assez remarquablement une ambiance pesante et une tension bien palpable amenée justement par son personnage aux pulsions meurtrières plus que poussées à l’extrême. Cette ambiance est plus que ressentie lors de cette scène parfaitement maîtrisée, où nous avons le droit à un long plan-séquence d’une rue en pleine nuit, faiblement éclairée, où nous entendons de loin la musique d’un bar qui sera le théâtre d’un futur massacre… Cette scène est une totale réussite.

Malgré quelques défauts et petits problèmes de rythmes par moment, This Man is Dangerous reste malgré tout un honnête divertissement d’action, avec un Wang Lung Wei plus froid que jamais face caméra et qui s’en tire plutôt pas mal pour une première réalisation qui se veut sans concession et assez violente. Ce premier film donne le la pour les autres qui suivront dans sa filmographie de réalisateur.

Note : 7/10

 

 

Supavince

Épris d’une faim insatiable de découvrir de nouvelles choses, toujours en quête de raretés en tout genre et de films injustement oubliés. Hong Kong reste son espace de jeux préféré, mais il n'est pas contre quelques polars coréens bien nerveux ou encore apprécier un masseur aveugle occire ses adversaires à l’aide de son sabre dissimulé dans sa cane…

26 Comments

Add a Comment
  1. Vince, tu as le chic de chroniquer des films dont je ne connaissais pas même l’existence lol. Je l’ai déjà dit la dernière fois mais c’est encore le cas ce coup-ci

  2. Et j’espère que tu le diras encore! 😉

  3. Faut que je m’intéresse un peu plus aux films de cette époque, Hong Kong Godfather, Danger has 2 Phases, celui là, z’ont l’air plutôt sympa.

  4. Effectivement. On critique beaucoup cette période de la SB. Il y a quelques défauts, certes, mais je m’ennuie rarement devant ce genre de prod.

    Et ça me fait plaisir si je peux te faire découvrir ces films… à toi ou à d’autres.

    J’aime bien par exemple les polars de Wong Chung comme Murderer pursues, Mobfix patrol, The informer avec Danny Lee, Ray Lui, Kent Cheng… ou les Nam Nai Choi à ses débuts et pas encore dans sa période bis: Men from the gutter, Brothers form the walled city…

    Mais j’arrête là car je sens que certains vont rappliquer (comme celui qui a mis 4/10) et dire que c’est tout pourri! ^^

  5. Faudrait penser à mettre à jour votre disclaimer
    “Ici on est obligé de se conformer à l’avis de la redac, oui sinon on doit fermer sa gueule et ne même plus avoir le droit de noter”
    Je trouve les polars SB horriblement figés et ringards (ce Johnny Wang en faisant parti, tout aussi rare soit-il), là où un The Club, Man On The Brink, Long Arm of the Law & co gardent intact toute leur energie.
     
     
     
     
     
     

  6. J’avais lancé l’appât, le poisson à mordu à l’hameçon! ^^

    Martin, je me doutais que c’était toi qui avait noté 4 le film. Je voulais juste avoir confirmation et par la même occasion comprendre ta note. Tu as ton avis et les arguments que tu avances sont acceptables. Et encore heureux que tu puisses donner ton avis. Mais par pitié, fait une cure de guronsan ou qqch du genre… tu seras peut être moins hargneux. On peut ne pas être d’accord et débattre de façon intelligente.

    Moi en tout cas, ça ne m’empêche pas de prendre du plaisir en regardant ces films, aussi ringard soient-ils…

     

  7. Quand même une note est assimilée à un troll, et mon avis resumé d’office à un “c’est tout pourri”, je pense pas que ça pave la route à un débat constructif en effet. Et on va me dire que c’est moi qui fait une fixette sur les notes et avis des autres, et me refaire passer pour un maxi-aigri … c’est quoi ce fandom à la con sérieusement?!
     
     
     

  8. niveau bon polar 80s, voir aussi Coolie Killer et Cops & robbers  (par contre The Saviour et The Happenings c’est pas top, Jumping Ash c’est très mitigé mais le film a eu son importance). Niveau early Alan Tang, j’avais bien aimé aussi Don’t kill me brother, mais un revisionage me semble perilleux.

  9. ah mais je partage tout à fait ton avis sur les films que tu préconises et les considère un bon cran, voir deux haut dessus des SB que j’énumérais juste pour Cherycok. Je ne parlais que de polar SB ici… Je pense qu’il parlait de ce genre de production…

    Désolé d’être un fanboy basic, j’assume prendre du plaisir à regarder des SB.

     

  10. Perso’, j’ai noté plus d’une fois sans forcément laisser de com’. J’espère qu’on ne m’en tiendra pas rigueur en disant que c’est du troll voire que je pense que le film en question est tout pourri ou encore que je suis hargneux parce que cette note ne correspond pas aux votre.
     
    > c’est quoi ce fandom à la con sérieusement ?!
    J’appellerai ça un certain acharnement à ton égard… Je sais que Supavince est un mec plutôt cool mais là… y a une espèce de fixette vraiment pas cool pour le coup. Essayons de se respecter les uns et les autres, sans avoir d’à priori, d’idées toutes faites des personnes que l’on côtoient sur la Toile. Écris comme ça, ça fait genre le mec il se la raconte, il veut donner des leçons mais c’est sincère. Je ne pige plus trop les motivations là-dedans. On se croyait sur certains blogs où ça dénigre le lecteur parce qu’on a pas apprécié un com’ un jour… soyons plus intelligent que ça.

  11. “Désolé d’être un fanboy basic”
    En fait on peut même plus donner son avis sur un film, chaque opinion non-alignée est forcement prise comme une attaque envers le chroniqueur. 
     

  12. Alors je suis loin de faire une fixette sur toi, Martin. Je te sais grand connaisseur, c’est pourquoi je t’ai “gentillement” tendue la perche. désolé si tu as mal interprété mon appel du pied… Amende honorable… voilà c’est fait. Mais ça ne m’empêche pas de penser que tu as réagi de façon épidermique…

    Et franchement ID, désolé mais je vois pas où tu veux en venir… J’avais franchement aucune arrière pensée. Bref, passons à autre chose…

     

  13. Euh … vous êtes gravos les mecs en cette fin d’année. Ne changez surtout pas pour 2012 ! Que ce soit le côté troller de Martin ou l’amour 1er degré et parfois incohérent de Cherycok pour le divertissement populo. Du fight, du fight mais tout en politesse svp.

    Allez, pour vous réconcilier, je surnoterai pour ma première kro de 2012 un film de crocos (mais promis, j’argumenterai).

     

     

  14. > Moi en tout cas, ça ne m’empêche pas de prendre du plaisir en regardant ces films, aussi ringard soient-ils…
    > Désolé d’être un fanboy basic, j’assume prendre du plaisir à regarder des SB.

    Bah après le problème, classique, c’est la confiance que le lecteur place en votre appréciation.
    Est-ce normal qu’en voyant un 7/10 (bonne note à priori) je me dise “ouch, ça doit pas être top pour ne se chopper QUE 7/10” et que d’une manière générale, sauf curiosité de ma part, je fasse l’impasse sur tous les films qui sentent la fanboyitude abusive et la surnote que vos précédents posts m’ont appris à redouter.
    Je ne vous reproche pas votre passion, continuez à l’exprimer dans vos textes. Je prends moi aussi pas mal de plaisir à regarder des SB (des films de sabre surtout, j’aime pas le polar). Mais s’il m’arrive de voir le film avec un peu de distance critique, je me dois d’admettre que dans 95% des cas ça va pas bien loin, quelque soit le plaisir que j’ai pu avoir.
    N’oubliez pas le lecteur, en particulier le béotien à qui s’adresse aussi votre site, qui a besoin de repères fiables ; problème d’autant plus aigu sur un site collectif (entre autres, la note sert à ça).

  15. J’ai été béotien à une époque et c’est ce genre de critique qui m’a fait accrocher à ce genre de film et m’y intéresser. Donc le béotien qui traine ses guêtres par ici et qui s’intéresse à ce genre de produit attend peut-être aussi ce genre de critique et de notation. Après, on va pas refaire le débat de la notation (même s’il ne s’arrêtera jamais je pense), mais je l’ai noté de façon subjective, pour le plaisir qu’il m’a procuré. Martin l’a peut-être noté de façon objective, ce que je comprends également.

    Doit-on mettre à côté de la note: “Attention, note subjective”?

  16. Je crois qu’il va falloir qu’on mette un avertissement comme avant les films du genre : “Attention, ceci est une note subjective, elle n’engage que l’auteur du texte et ne reflète pas forcément le film…” ^^
    Tu vois Epikt, tu dis que parfois un film qui prend 7/10 tu te dis que ouch ça doit pas être top vu la manière de certains (dont moi) de noter les films. Perso, si je me fiais aux notes des gens, je serais passé à coté de bon nombre de films que j’ai beaucoup aimé et qui ont plus souvent pris 5/10 que 8/10, tels que Blacksheep Affairs, China Strike Force (si si, j’aime beaucoup), tous ces divertissement complètement crétins et que la majorité conchient mais que personnellement j’adore (et la liste serait très longue).
    Les critiques doivent être un repère, pour se faire une idée. S’arrêter à une seule critique, je ne suis pas sur que ce soit très bon, mais il faut au contraire croiser les différentes critiques sur le net pour avoir plusieurs sons de cloche en gros. Perso, je regarde les critiques souvent après avoir vu le film, voir si les gens sont d’accord avec moi, si oui pour quelles raisons, et s’ils ne le sont pas, pour quelles raisons également.
    Après, on a chacun son barème de note. Pour certains un 7/10 c’est déjà une très bonne note. Pour d’autres c’est trop peu pour un film qu’ils ont beaucoup aimé. Chacun voit ça comme il le veut et chaque visiteur interprète ça comme il le souhaite ou comme il le peut.
    Mais franchement, qu’est-ce que vous vous prenez la tête pour une pauvre note… Tel film vaut 7/10 pour certains, mais 4/10 pour d’autres, ce n’est pas bien grave non ? Heureusement même parce qu’est-ce qu’on se ferait chier si tout le monde aimait les mêmes films…

  17. L’objectivité n’existe pas. Sans doute encore plus lorsqu’on parle d’un film.
    En fait, le souci réside dans ce que l’on attend d’une note, la valeur qu’elle a. Sur ce qu’elle représente, connote et j’en passe. Il est clair qu’un 7/10 n’est pas le même 7/10 pour X ou Y comme l’écrit plus ou moins Chery’. Perso’, un 6/10 c’est déjà une sacrée bonne note. Du moment qu’on est au-dessus de la moyenne. Je sais aussi que beaucoup on un film référant et qu’ils notent vis à vis de ce film. Finalement c’est comme certains prof’ qui avaient la bonne note facile et d’autres qui notaient sévèrement. Même là, l’objectivité n’existe pas. Bref.
    Il avait fait un truc pas mal yume sur son SC en établissant une échelle de notation explicative :
    http://www.senscritique.com/nihoneiga/
    Après, on ne vous demande pas de faire la même surtout que vous êtes plusieurs chroniqueurs. N’empêche, je trouve l’idée intéressante.Tu sais sur quoi il se base et que signifie sa note…

  18. Oups, ton copier-coller a déconné.

    La définition de yume correspond donc bien au sentiment que j’ai de This Man is Dangerous. En plus, j’aime pas le chiffre 6… ^^ 

    Et comme je suis un gars plutôt bon public, j’ai le 7 facile! 😉

  19. Pour moi, 6/10 reste une note moyenne. C’est certes au dessus de la moyenne mais ça reste un 12/20, ce qui est bien mais pas top non plus. Je mets personnellement donc ça aux films juste sympas, les films qui sont juste au dessus des films moyens.

    Faire une sorte  d’échelle, j’y ai pensé plusieurs fois, encore il y a quelques jours, mais comme tu le dis, avec plusieurs chroniqueurs, ce n’est pas évident, ou alors il faudrait que chaque chroniqueur mette ça dans sa description dans la partie Contact (faut que je t’y ajoute Supavince ^^) mais ca va faire une partie Contact vraiment trop grande.

    Il y a également la possibilité de faire cette échelle de chacun sur une page, et à chaque fois à coté de la note, on met le lien qui envoie vers cette page, ou alors carrément un lien sur la note. Il y a également la possibilité il me semble de faire en sorte que quand on laisse la souris sur la note par exemple, qu’apparaisse un texte en en annotation avec ce que signifie la note. Faut que je regarde ce qu’il y a moyen de faire.

  20. WTF, j’y suis pas encore!! 😀

  21. Désolé pour mon copier/coller, ça fait super dég’. Bizarrement la notation, j’ai seulement commencé avec Cinémasie. Du coup, j’ai l’habitude de réfléchir à une note sur 5 (pas sur 10 ou 20) du coup un 3/5, je trouve ça vraiment pas mal. J’étais contre ce principe de la notation avant ça, pensant que la chronique même suffisait. Avec le temps, on se prend au jeu. 
     
    Y a des idées intéressantes à bosser de ce côté-là Chery’, c’est clair. Celles que tu énonces pourraient donner. Ce serait pas mal d’avoir un truc qui te permettrait de voir la sensibilité d’une note pour un Ryo, un Oli ou bien toi ou encore Supavince. Faudrait pas non plus que ça vienne à alourdir la page (son chargement notamment).

  22. Arf le vieux débat sur les notes qui ressort pour la nouvelle année (bonne année au fait les amis !)…. débat cyclique et sans fin. On l’avait eu en interne, ça n’a rien donné. Certains sont pour l’existence des notes, d’autres non. Chaque argumentaire se vaut. Ici on met des notes. Et des notes c’est forcément subjectif. C’est pour ça qu’avant la note on met des lettres qui forment des mots et qui au final forment des phrases qui expriment plus de choses qu’un simple chiffre. Moi la note ça me dérange quand elle est balancée comme ça. Et pourtant je le fais sur SC par ex, où comme le dit ID j’ai pris la peine de me faire une échelle de notation, histoire de prévenir de mon mauvais gout. Mais on pourra jamais uniformiser la notation sur hkmania puisqu’on n’a pas de cahier de charges ni de ligne directrice. Chaque rédacteur fait ce qui lui plait, avec son mauvais à lui comme valeur. Et je ne crois qu’il faille renvoyer à un bareme par rédacteur. Déjà parce qu’on se contredirait rapidement, et surtout parce que ça placerait un carcan stricte qui voudrait dire qu’on ne peut noter un film avec son humeur du jour. Bah oui, enfin moi il m’arrive de changer d’avis sur un film si je suis d’humeur différente à la précédente fois. (sauf si il y a un sailoir fuku et des tentacules, je suis assez régulier avec moi meme sur le coup). La note, c’est gadget surtout quand elle est unique. Elle ne vaut que par la théorie des grands nombres. L’interessant c’est le texte. Et les images. (surtout si il y a un sailoir fuku et des tent….. ah pardon je me répete). J’oserai meme dire que l’interessant c’est le film. Et qu’on s’en tape si il est bon ou mauvais puisque tout personne curieuse finira par le voir. 
     

  23. Je crois que yume a tout dit, si tu sais pas si je trouve qu’un film est bon après avoir lu ma critique c’est que j’ai foiré un truc quelque part.

  24. Moi à l’époque où je chroniquais sur Hkmania, j’étais contre les notes. D’ailleurs je crois que durant ma dernière année de revieweur (au début je voulais dire chroniqueur mais j’ai eu peur de faire un lapsus), je ne mettais plus de notes. D’ailleurs je n’ai jamais vraiment compris tous vos débats autour de ça. Je ne dis pas qu’ils n’ont pas lieu d’être, au contraire, mais moi j’avoue que ça ne m’intéresse pas plus que ça, aussi je ne suis jamais intervenu dans vos discussions à ce sujet. Sur mon blog je ne mettais pas de notes non plus, puis j’ai fini par céder suite à quelques demandes et remarques (pour attirer le lecteur flemmard !), et j’ai finalement coupé la poire en deux : j’utilise des petits symboles mais pas de vrais notes. Comme ça, on pourra dire que je me suis vendu au système…mais pas totalement !

  25. Que viennent faire ici ce débat note/pas note et ce non-sens objectivité/subjectivité ? J’espère que c’est pas moi qui vous ai donné l’idée, car c’était vraiment pas le but.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *