[Avis] The Sniper, de Dante Lam

Titre : The Sniper / Snipers, tireurs d’élite / Shen Qiang Shou / 神枪手
Année : 2008
Durée : 1h26
Origine : Hong-Kong
Genre : Policier
Réalisateur : Dante Lam

Acteurs : Richie Chen, Huang Xiao-Ming, Edison Chen, Michelle Yip, Wildred Lau, Liu Kai-Chi, Jack Kao, Patrick Tang, Mango Wong, Charmaine Fong, Bowie Lam

Synopsis : Ming (Richie Chen) fait partie d’une équipe de snipers de la police HK. Au cours d’une mission il repère OJ (Edison Chen), un jeune policier, et voit en lui un futur tireur d’élite. Le jeune homme, très sur de lui, lui rappelle Chin (Huang Xiao-Ming), un ancien sniper emprisonné 4 ans auparavant en raison d’une prétendue bavure. Chin, libéré de prison, est bien déterminé à se venger de Ming qu’il juge responsable de tous ses tourments.

Avis de Cherycok :
Drôle d’histoire que celle de The Sniper… Terminé depuis plus d’un an (présenté dans plusieurs festivals en 2008), le film ne sortira que début 2009 dans une version complètement remaniée dans laquelle bon nombre de scènes impliquant Edison Chen (Dog Bite Dog, Infernal Affair 2)ont été supprimées. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’année dernière un scandale éclate à Hong-Kong : Alors que Edison Chen, acteur du film, amène son ordinateur à réparer chez un technicien, ce dernier y découvre des milliers de photos très dénudées, voire carrément pornographiques de ses très nombreuses conquêtes, dont certaines sont de grandes actrices de l’industrie cinématographique de Hong-Kong. Scandale oblige, Dante Lam (Beast Cops, Jiang Hu – The Triad Zone) se voit donc contraint, étant donné que The Sniper est un film de commande, de remonter le film en enlevant bon nombre de scènes mettant en avant le jeune acteur…
Alors que penser de cette version « bricolée » qui nous est proposée et dont on sent vraiment le parcours chaotique lors du visionnage ? Et bien, du bon et du beaucoup moins bon.

Tout d’abord, les scènes d’action, comme souvent très réussies à Hong-Kong. Dante Lam n’est pas un manche en la matière lui qui a l’habitude de ce genre d’exercice avec par exemple les excellents Hit Team ou encore G4 : Option Zero. Parsemés ci et là dans le film entre 2 séances d’entrainement classiques dans ce type de production (les films de SDU), ces scènes d’action sont nerveuses et mises en boîte avec beaucoup de professionnalisme, ce duel lors de la scène finale entre la belle gueule du chinois Huang Xiao-Ming (Legend of the Dragon) et une équipe des forces spéciales menée par Richie Chen (Breaking News), Edison Chen, Wilfred Lau (The New Option) et Bowie Lam (Hong-Kong X-Files) retient toute notre attention tant la tension est palpable à chaque seconde.

Mais même si de temps en temps un film est porté par ses scènes d’action (comme pas mal de films d’action des années 80/90), parfois le reste handicape sérieusement le métrage laissant le spectateur dubitatif… C’est le cas de The Sniper qui par bien des points pêche sérieusement…
Tout d’abord, cette naïveté ambiante qui règne. Les bons sentiments, c’est bien, mais lorsqu’ils sont là gratuitement et qu’ils ne font en rien avancer l’histoire, ca sent un peu le remplissage… Et pourtant apparemment le film a déjà lors du remontage été épuré de quelques uns des flashbacks qui contribuent à cela. Dante Lam voulait nous faire un film de mâle, il aurait fallu qu’il assume ça jusqu’au bout.
Sans doute aussi à cause du remontage, on a du mal à vraiment s’accrocher aux personnages. Pas vraiment de héros, le film s’égare sur plusieurs protagonistes sans jamais pousser leurs histoires à fond, le tout dans des situations vraiment clichées qui auront du mal à vraiment marquer les esprits.

Pas vraiment bon, pas vraiment mauvais, The Sniper tient au final plus du petit film de série B qu’on pourrait retrouver en 2ème partie de soirée à la télé qu’à un grand film policier comme Hong-Kong nous en a souvent offert. Même s’il reste tout de même agréable à suivre dans son ensemble, Dante Lam déçoit et on est content d’une seule chose, c’est que son nouveau film Beast Stalkers soit déjà plus réussi ce qui, sans vouloir paraître mesquin, n’était pas bien difficile…

A noter que Wild Side a il me semble acheté les droits pour le sortir en DVD en France.

Note : 5.5/10

 

Avis de Jang Gerald : Dante Lam est un réalisateur que j’apprécie particulièrement, affichant dans sa filmo d’incontestables réussites : G4 option zero, Beast cops, Jiang-Hu the triad zone, The twins effect (oui oui !), Hit team, The beast stalkers.
L’annonce du projet de ce sniper avait de quoi faire saliver, manque de bol, un malheureux scandale (responsable : Edison Chen) vient ternir nos attentes, et transforme le long métrage d’origine en un laborieux remontage.
Un film maudit de plus.

En résulte donc un film malade au scénario fantôme, où l’on reste d’abord dubitatif lors des 20 premières minutes pleines de mystères, puis blasé lorsque l’intrigue prend forme.
Effectivement, à force de vouloir trop en faire avec des personnages tourmentés aux secrets bien gardés, Dante Lam se vautre lamentablement dans une histoire somme toute banale, où les scènes dramatiques deviennent parfois gênantes et insignifiantes.
Dommage, car l’histoire avait de quoi amener quelque chose de bien plus prenant avec cette amitié / fratérnité bousculée par l’avidité tant connu de l’homme.

Même côté action nous ne sommes pas mieux lotis, malgré un emballage parfaitement huilé, avec une mise en scène flatteuse à la photographie irréprochable, le tout saupoudré d’effets tendance pour en mettre plein les mirettes tel un blockbuster us. Malheureusement on aurait préféré un traitement plus radical et réaliste comme le Double tap de Law Chi-Leung ou bien même Beast stalkers de…Dante Lam.
On est donc très loin des gunfights ahurissants de l’excellent Hit team qui mêlait d’ailleurs une simple et honnête histoire d’amitié.

Dante Lam s’était déjà collé au Bruckheimer style avec son buddy movie Heat team, mais au moins le film avait le mérite d’être drôle (à défaut d’être mémorable), surtout grâce à l’abattage de ces deux acteurs principaux : le dieu Aaron Kwok et Eason Chan.
The sniper (Snipers, tireurs d’élite), lui, se veut sérieux comme un pape, mais à force d’avoir un balai dans le cul, il finit par déstabiliser le spectateur jusqu’à perdre toute crédibilité.

Une mise en scène racolleuse mais qui en jette, un scénario boursoufflé pour rien, des acteurs “beaux gosses” mais insipides (Jack Kao arrive à voler la vedette avec ses 5 minutes à l’écran !), des scènes d’action mollement efficaces…non, Dante Lam nous avait habitué à mieux, c’est sûr.
Enfin on lui pardonne déjà avec l’arrivée de son dernier bébé, Fire of conscience, qui s’annonce monumental ,ou comment faire renaître le vrai ciné HK couillu d’antan.

Note : 5/10


 Et en bonus, voici le trailer du film :

Les derniers articles par Cherycok (tout voir)
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
13 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jang Gerald
2 août 2009 15:58

Excellente critique, en tout cas, malgré ton avis partagé, je suis toujours excité à l’idée de découvrir ce film, j’adore Dante Lam, ça y fait beaucoup donc!^^

Supavince
Supavince
2 août 2009 19:48

Vu il y a peu de temps. Même si ce n’est pas un grand film, on ne voit pas le temps passé, et se laisse bien regarder. Et c’est vrai qu’on ressent qu’il manque qqch dans le film, mais je comprends mieux maintenant avec l’histoire des coupes d’Edison Chen.
Jang Gerald, n’hésite pas à prendre le Blu-ray, l’image est vraiment nickel en +!

Supavince
Supavince
2 août 2009 19:49

oups une faute d’orthographe: le temps PASSER!!! Pardon  🙄

Supavince
Supavince
2 août 2009 20:24

Ouais notamment les scènes avec Huang Xiaoming et sa dulcinée que j’ai trouvé très… cucul! lol
Pour Dog Bite Dog, même si je n’ai pas trop accroché, j’admets toutefois son aspect tranchant par rapport aux sorties HK actuelles (et Sam Lee y est magistral). Quant à Edison Chen, sa tête d’endormi m’énerve un peu! A chaque fois que je le vois, j’ai envie de le secouer pour lui dire de se réveiller!!

Jang Gerald
2 août 2009 21:14

Faut absolument le voir dans le tétanisant Dark Knight, on le voit quelques secondes, mais quelle prestation!

Geoffrey
Geoffrey
7 avril 2010 23:06

Vu le Blu Ray aujourd’hui en rayon. J’avais hésité à le prendre et au vu de la critique, j’attendrai que le prix diminue.

Laurent
8 avril 2010 9:03

Pas vraiment convaincu par The Sniper. Le problème ne vient pas de l’histoire, du rythme ou de l’action. Le film est juste froid et peu impliquant. Dante Lam n’assume pas vraiment le caractère B de son film et veut maladroitement l’intellectualiser. Ses films de SDU sont vraiment mieux lorsqu’ils sont bourrins et premiers degrés. De plus, sans être spécialement allergique à Edison Chen, je le trouve vraiment pas bon dans ce film (coupe ou pas coupe). Et puis honnêtement … il manque vraiment un Michael “montherfucking” Wong pour dynamiter tout ça. Un petit gâchis quoi.

geo13geo
geo13geo
10 avril 2010 17:24

qui connait le nom de la musique du début et de la fin du film svp ?

Alexdu13530
Alexdu13530
12 avril 2010 22:43

Moi aussi je cherche la musique du début du générique, elle est super mais introuvable… =(
Personne ne conaitrait le titre de cette zik ?

AnTiiK57
AnTiiK57
4 mai 2010 20:08

aider nous on a besoin de cette musique xD elle et exelente mais je galere a la trouver elle existe pourtant :O
–>oO<–