[Avis] Rigor Mortis, de Juno Mak (2013)

Ancienne vedette de cinéma abonnée aux rôles de chasseurs de vampires, Chin Siu-Ho vit désormais une longue traversée du désert. Alors que le destin s’acharne contre lui, il prend une chambre d’hôtel, la 2442, pour y mettre fin à ses jours. Son geste est interrompu par la présence autour de lui d’autres résidents que Siu-ho ne tarde pas à trouver étranges…


Avis de Cherycok :
Juno Mak a beau être un « nouveau » dans l’industrie cinématographique de Hong-Kong, c’est déjà un touche à tout. Acteur, scénariste, producteur, le voilà qu’il passe à la réalisation en 2013 avec Rigor Mortis, bien décidé à montrer ce dont il est capable derrière la caméra. Et effectivement, son film est clairement un exercice de style où Juno va à fond miser sur le visuel quitte à délaisser en cours de route son histoire, tout en rendant un hommage vibrant à un genre qu’il semble particulièrement apprécier : la ghost kung-fu comedy.

Il est certain qu’il manque clairement une histoire à Rigor Mortis. Le synopsis de départ a beau être bien là, le film va rapidement se centrer sur la petite vie dans ce gros immeuble à moitié délabré où les humains cohabitent avec les esprits comme si cela était presque normal. On nous présente de nombreux personnages, souvent réussis et attachants, leurs relations, leur histoire, leur face cachée. Le rythme s’en ressent, du coup assez lent, ce qui pourra clairement en rebuter mais Rigor Mortis est avant tout un film d’ambiance, un film misant tout sur son visuel. Et quel visuel !
Filtres gris, sépias, couleurs ternes, l’ambiance est pesante et les effets de style très nombreux. Là où certains pourraient être gênés par cette avalanche d’effets il est vrai tapes à l’œil, d’autres comme moi admireront cette démonstration graphique que Juno Mak met en boîte. Il veut vraiment montrer ce dont il est capable de faire et il le montre sur la quasi-totalité des plans, aussi bien sur les mouvements de caméras (la scène de la chute dans l’escalier par exemple), sur les angles choisis pour certaines scènes, que sur les effets spéciaux du bestiaire du folklore local (voir plus bas) avec ces « monstres » au visuel vraiment inquiétant et réussi. On en prend plein les mirettes et la photographie donne dans ce qu’il se fait de mieux à l’heure actuelle dans le cinéma de l’ex-colonie britannique.

Couplé à ce visuel vraiment très intéressant, c’est bel et bien l’hommage aux ghost kung fu comedy des années 80 qui ressort de ce Rigor Mortis. Même si le film n’est pas dénué d’humour qu’il distille ci et là, c’est surtout sur le côté « ghost » du genre que Juno Mak s’intéresse. Il aime ce cinéma et pour lui rendre hommage, il n’a pas hésité dans un premier temps à ressortir tout un lot d’acteurs typiques de cette époque qu’on prend un réel plaisir à revoir à l’écran. Chin Siu-Ho, Anthony Chan, Billy Lau, Richard Ng, Chung Fat, que des acteurs emblématiques de ce style si particulier qu’est la ghost kung fu comedy, vu par exemple dans la saga des Mr Vampire de Ricky Lau ou des Encounter of the Spooky Kind de Sammo Hung.
Mais l’hommage ne s’arrête pas là puisque le personnage de Chin Siu-Ho est une ancienne vedette du genre désormais en traversée du désert, le genre n’étant plus à la mode depuis de nombreuses années malgré un sursaut en 2003 et 2005 avec respectivement Era of Vampires et Shaolin vs Evil Dead, on aperçoit sur une photo dans le film Lam Ching-Ying, le maitre du genre, on retrouve nos fameux vampires sauteurs, créature emblématique du genre (même si ici bien plus énervée), ou encore les noms de Lam Ching-Ying et de Ricky Hui, tous les deux décédés, qui apparaissent au début du générique de fin. Et puis, quel frisson de réentendre dans Rigor Mortis un des thèmes de Mr Vampire…

En tant que très grand fan du genre Ghost Kung Fu Comedy, il y à de fortes chances que je sois beaucoup moins objectif sur Rigor Mortis. Mais ce mélange démonstration graphique / hommage appuyé a parfaitement fait son effet sur moi et je ressors du film réellement emballé par ce que je viens de voir.
Parfois léger, parfois glauque, gore et violent, Rigor Mortis ne surprend que très rarement et n’est à aucun moment effrayant, voilà un film qui déjà divise les amateurs de peloche HK mais qui ne laissera à coup sur pas grand monde indifférent.

 


Titre : Rigor Mortis
Année : 2013
Durée : 1h40
Origine : Hong Kong
Genre : Hommage graphique
Réalisateur : Juno Mak

Acteurs : Chin Siu-Ho, Anthony Chan, Kara Hui, Pau Hei-Ching, Lo Hoi-Pang, Richard Ng, Chung Fat, Billy Lau, Ko Cheun-Man


Galerie d’images :

Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

Les derniers articles par Cherycok (tout voir)

10 Comments

Add a Comment
  1. Et bien tu m’as motivé à le voir. Anthony Chan a la même tête que dans Mr Vampire sur les captures en plus. Tout le film va me brosser dans le sens du poil donc ^^

  2. Hâte de lire vos avis car j’ai véritablement pas aimé du tout, sauf la scène du couteau et l’esthétisme du film il est vrai superbe. Pis le casting, Richad Ng & Cheung Fat quand même.

  3. Bah la mienne est au dessus ^_^

    J’ai regardé un peu els avis sur le net, et en général, soit les mecs adorent, soit ils detestent, j’ai l’impression qu’il n’y a pas de juste milieu avec ce film.

  4. Ta chro’ me donne de plus en plus envie de le voir en tout cas!

  5. Faut quoi qu’il arrive le voir, ne serait-ce que pour revoir ces bonnes vieilles têtes qu’on adore. Car même si au final on accroche pas comme Jonathan, on est content de les revoir, même vieillissants ^_^

  6. Mouais. Sans plus. Sympa, en effet de revoir des tronches connues qui nous rappellent que le temps passe. Maintenant, j’ai vraiment du mal à cataloguer le film de “Ghost Kung Fu Comedy”, essentiellement parce que ce film me rappelle beaucoup plus les films d’épouvante avec fantômes que nous chient les thaï, sudco et autre jap’ depuis ces dernières années que réellement d’un film dans la grande tradition des “Ghost Kung Fu Comedy”. Et là, je ne parle pas comme un individu déçu de ne pas y retrouver ce qui faisait le sel de ce sous-genre. Le Juno ne transcende jamais ce à quoi il tente de rendre hommage. A la limite, s’il avait réinventé la chose, mais non ! Même pas ! Du coup, paie ton film d’épouvante de fantôme dans lequel je te fous du fat-si et un gyonshi so 2010, c’est HK mec, des fois que tu serais perdu parmi les prod’ d’épouvante-horreur avec des filles aux cheveux long et des gamins qui font flipper.

    Je ne sais où commence l’hommage et où il s’arrête. En tout cas, le postulat de départ me plaisait bien et puis il y a la suite…

    PS : Il faut foutre le photoshoper au poteau. Avez-vous remarqué sur quel corps la tronche de Ricky Hui a été rajouté, celle de la photo des artistes passés dans le carton “souvenir” ? Je ne pense rien révéler que de vous dire que le photoshoper est allé mettre la caboche de Ricky sur un mec bedonnant ! Ricky ! Bedonnant ! Paie ton hommage ! Tss, tss, tss…

  7. Ce n’est pas moi qui insulte ouvertement Mr Vincent Sze. Alors pour les insultes de ce type vous pouvez repasser !

    1. ahala … ces com’ quand meme .. on en fait plus des comme ça …
      http://www.hkmania.com/?p=6464

  8. C’est indubitablement réussi d’un point de vue esthétique (lumière, photographie, mise en scène), mais par contre niveau scénario, c’est beaucoup trop lent et parfois pas super cohérent pour parvenir à totalement convaincre. Très alléchant sur le papier mais résultat très mitigé en ce qui me concerne, malgré de grosses fulgurances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *