[Avis] Forsaken Cop, de Henry Fong

Titre : Forsaken Cop / 棄卒
Année : 1990
Durée : 1h35
Origine : Hong Kong
Genre : Heroic Bloodshed
Réalisateur : Henry Fong

Acteurs : Alex Fong, Michael Miu Kiu Wai, Carrie Ng, Mark Cheng, Lo Lieh, Ricky Yi, Yuen Bun, Bruce Fontaine, Bao Fang, Henry Fong, Gung Ga Ling, Lam Chi Tai, Steve Tartalia, Wan Seung Lam, Yee Tin Hung.

Synopsis : Un flic répondant au nom de Chun (Alex Fong), infiltre une triade pour faire tomber un trafic de drogue et côtoie dans celle-ci son ami de longue date An (Michael Miu Kiu Wai) qui ne sait pas que celui-ci est devenu policier. La succession du parrain de la triade est en marche au sein du clan et la place est très prisée, notamment par Tiger (Mark Cheng), prêt à tout pour être à la tête de l’organisation.

Avis de Supavince:
Forsaken Cop est un polar noir et énième film d’exploitation surfant sur la vague Heroic Bloodshed, genre lancé par John Woo en 1986 avec A Better Tomorrow (Le Syndicat du Crime) où les gunfights s’exécutent à l’image des combats de sabres d’un Wu Xia Pian. Forsaken Cop nous embarque dans une histoire des plus classiques pour ce genre de production. Alex Fong campe ici le rôle d’un flic infiltré dans une triade et se retrouve à jouer les caïds de la drogue aux côtés de son meilleur ami jouer par Michael Miu Kiu Wai.

Ce qui fait plaisir dans ce genre de production, c’est qu’à force d’en bouffer, on en devient plus que familier avec l’industrie locale et il nous est très facile de poser un nom sur tel ou tel acteur qui enchaînait à l’époque les films comme on enfile des perles. Forsaken Cop ne déroge pas à la règle et fournit son lot de trombines connues que l’on a plaisir à voir évoluer. Ainsi, on peut voir le jeune Alex Fong dans l’un de ses premiers grands rôles donner la réplique au vieux de la vieille Lo Lieh (qui joue son mentor dans le film) plutôt habitué à jouer les seconds rôles dans les années 80/90 à la différence de sa période faste des années 70 à la Shaw Brothers.

 

On ne peut pas dire que le Alex Fong de ses débuts soit aussi bon acteur que le Alex Fong d’aujourd’hui. Il est plutôt le genre d’acteur qui s’est bonifié avec le temps. Mais pourtant il s’en tire plutôt pas mal, et est bien accompagné par Miu Kiu Wai pour faire face au sein de la triade au bad guy de l’histoire en la personne de Mark Cheng. Carrie Ng apporte la petite touche féminine au métrage, Ricky Yi joue une fois n’est pas coutume le rôle d’un commissaire et le canadien Bruce Fontaine (ici crédité sous le nom de  Bruce Founpain ! ^^) vient jouer le Gweilo de service.

 

On peut constater qu’il y a également du beau monde en coulisse. Outre Henry Fong, acteur récurrent de seconde zone qui réalise ici l’un de ses deux seuls films, on aperçoit Chen Kuan Tai à la production, Kirk Wong au scénario et Yuen Bun à la direction des scènes d’action. Ces dernières sont d’ailleurs plutôt pas mal foutues, même si lors de la première heure, et on aurait préféré en avoir un peu plus vu la qualité de celles-ci… On retiendra surtout la scène finale qui fait vraiment honneur à l’appellation « heroic bloodshed »! Du très bon.

 

Au final, ce qui manque à Forsaken Cop, c’est un peu plus de contenue dans la mise en scène, car la réalisation tombe assez rapidement dans la facilité (ex : on met de la musique sur une scène ou on voit les acteurs gesticuler, comme ça, ça évite d’ajouter des lignes de textes aux acteurs parce qu’on savait pas trop quoi leur faire dire…). Et un rythme un peu plus soutenue  sur toute la durée du film aurait également été apprécié car l’histoire est assez basique. Et même si on ne tombe pas non plus dans l’ennui, elle ne permet pas de s’extasier comme un fou durant la première heure. Heureusement, cet ennui tout relatif est vite gommé par ce final wooien aux gunfights plus qu’efficaces et bien cadencés pour le coup.

 

Forsaken Cop ravira les amateurs de polar hongkongais et d’action de l’époque à coup sûr, et la prestation d’Alex Fong, aux faux airs de Chow Yun Fat dans son attitude pourra même en surprendre certains. Forsaken Cop s’assume en série B à petit budget et s’avère être un honnête polar noir répondant parfaitement aux codes du genre.

Note : 6,5/10

 

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
24 août 2012 9:27

Tiens tiens tiens, je ne lai pas celui la, il ma l’air des plus sympathiques. Merci pour la découverte ^^

I.D.
24 août 2012 15:18

En gros, on fait avance rapide et on se tape à la cool la dernière partie (presque comme d’hab’ dans ce genre de prod’ quoi). 😉
 
> On ne peut pas dire que le Alex Fong de ses débuts soit aussi bon acteur que le Alex Fong d’aujourd’hui. Il est plutôt le genre d’acteur qui s’est bonifié avec le temps.
Monsieur, je suis outré. Alex a toujours été bonifié. Il est égal à lui-même, et ce, depuis les confins de son début de carrière à l’aura éclatante actuelle qui émane de lui. C’est un problème de lumière que les chef op’ de l’époque ont usé à mauvais escient et qui n’a permis de se rendre compte qu’il était le IL d’aujourd’hui. Sur ce…

Cherycok
Administrateur
24 août 2012 16:10

Cest rare en ce qui me concerne de raire avance rapide. Cest comme je regarde toujours un film en entier, meme sil est ultra nul ^^

Rick
Administrateur
25 août 2012 1:01

Chery: pareil aussi, à quelques très rares exceptions près (genre quand je m’endors devant un film 😀 )

I.D.
25 août 2012 13:23

Ce Forsaken Cop aurait effectivement sa place dans la Fong Sweet Factory Supavince, plutôt deux fois qu’une même. Surtout qu’ici, il semble tenir le haut de l’affiche. Un titre que je fais figurer sur la “top list Alex lovely best”.