[Avis] Against All, d’Andrew Lau (1990)

Une bande d’amis va se retrouver confrontés à des ennuis lorsqu’ils vont venir en aide à une chanteuse de night club qui se fait agresser par les triades. Ils vont subir les représailles des truands et tenter de se sortir de ce mauvais pas…


Avis de Supavince:
En 1988, Danny Lee, alors au sommet de sa carrière lançait sa société de production, la Magnum Films, qui allait produire une trentaine de films en majorité d’action avec bien souvent en vedette Danny Lee himself œuvrant dans la police tel un justicier. Dans Against All, il endosse donc pour la énième fois le costume de flic mais cette fois-ci en second rôle, non sans importance dans le récit, et vient en appui d’une jeune génération d’acteurs.

aa1

Against All enchaine les premières : Andrew Lau (Legend of Speed, Infernal Affairs) réalise ici son premier film (il s’offre au passage un caméo jouant un producteur de musique) et Nick Cheung quant à lui joue son premier rôle en haut de l’affiche. Très chétif, il impose déjà une certaine présence à l’écran et apporte de la profondeur à son personnage Steve Cheung. Steve et ses 4 amis sont de jeunes hongkongais passionnés de sport mécanique. En plus de cette passion, Steve est extrêmement doué en dessin, ce qui nous gratifie de moments assez posés et sympas en début de films.

aa2

Les protagonistes principaux étant de jeunes adultes, le film se veut parfois moraliste quant au message délivré envers la jeune génération, surtout concernant le rapport qu’ils peuvent avoir avec les triades, un peu normal quand on sait que les films avec Danny Lee mettent souvent la police à l’honneur et que celui-ci était très apprécié à l’époque des forces de l’ordre (chose amusante, Nick Cheung avant de devenir acteurs était policier !). Danny Lee jouant le rôle de l’oncle de Nick Cheung, on a le droit à plusieurs reprises à des scènes de sermons… Romance, amitié, triades, le film traite au sens large différents sujets. Against All peut se rapprocher de films comme Gangs, School on Fire, A rascal’s tale ou encore Gangs 1992 et préfigure la série des Young & Dangerous qu’Andrew Lau lancera quelques années plus tard. Même si son traitement s’avère moins profond et social qu’un Gangs par exemple, le récit n’en demeure pas moins intéressant et Andrew Lau réussit à bien nous immerger dans son récit et ses querelles de jeunes.

aa3

Steve et ses amis vont être bien malgré eux confrontés à la pègre. Steve va avoir le coup de foudre pour une belle chanteuse de club, qui bien sûr aura également tapé dans l’œil d’un fils d’une pointure du milieu et forcément, cette situation créera des tensions entre les bandes rivales et conduira inéluctablement à des confrontations et règlements de comptes. Et c’est là que le rythme du film va accélérer et devenir réellement un triade movie, traité de façon plutôt classique pour l’époque (on en connait une palanquée dans le genre), mais efficace et réalisé avec panache pour nous tenir en haleine jusqu’au bout. L’action est chargée de rage, et exprime l’injustice qui tombe sur les protagonistes principaux. Et que dire du final, tout simplement excitant, sous fonds de vengeance, qui vaut vraiment son pesant de cacahuètes.

aa4

A côté de ça, Against All n’échappe pas à un petit côté kitschou (fucking 90’s !) lorsque la chansonnette est poussée, malgré la très belle voix soit dit en passant de Jacqueline Ng, et que la musique au synthé nous fait un petit retour vers le futur qui fait mal ou bien marrer, au choix… Heureusement que le film regorge de qualités, comme l’action et son rythme déjà évoqué plus haut mais également son casting, où l’on retrouve avec plaisir les trognes habituelles des productions Magnum tels que Shing Fui On, James Ha, Ricky Yi, Parkman Wong (le grand pote de Danny Lee) ou encore l’homme à tout faire, Wu Ma, mais également une génération de jeunes acteurs accompagnant Nick Cheung comme Tse Wai Kit ou Lam King Kong.

aa5

La Magnum Films se voulait être découvreur de talents. Après avoir lancé la carrière de Stephen Chow, celle de Nick Cheung était lancée par le studio. Avec une mise en scène soignée, une histoire prenante et un rythme soutenu, Against All est plus que plaisant et rempli généreusement son contrat de film d’action de divertissement.

aa6


Against AllTitre : Against All / 朋黨
Année : 1990
Durée : 1h29
Origine : Hong Kong
Genre : Triade / Vengeance
Réalisateur : Andrew Lau

Acteurs : Nick Cheung, Lam King-Kong, Jacqueline Ng, Danny Lee, Kent Got, Lee Kim-Chung,  Lee Wan-Fei, Gam Sap-Yee, Parkman Wong, Shing Fui-On, James Ha, Lau Yuk-Gei, Wu Ma, Ricky Yi, Chang Gan-Wing, Teresa Ha Ping, Barry Wong, Tse Wai-Kit, Ng Kwok-Kin, Hau Woon-Ling, Ho Chi-Moon, Lee Lik-Chi, Andrew Lau, Jameson Lam Wa-Fan.


Galerie d’images :

aa7

aa8

aa9

aa10

aa11

aa12

aa13

aa14

aa15

aa16

aa17

aa18

aa19

aa20

aa21

aa22

aa23

aa24

aa25

aa26

aa27

aa28


Supavince

Épris d’une faim insatiable de découvrir de nouvelles choses, toujours en quête de raretés en tout genre et de films injustement oubliés. Hong Kong reste son espace de jeux préféré, mais il n'est pas contre quelques polars coréens bien nerveux ou encore apprécier un masseur aveugle occire ses adversaires à l’aide de son sabre dissimulé dans sa cane…

5 Comments

Add a Comment
  1. Vu il y a quelques temps, j’en garde un assez bon souvenir. Nick Cheung y est excellent et les scènes d’action plutôt bien fichues.

  2. >(chose amusante, Nick Cheung avant de devenir acteurs était policier !)

    Nick Cheung qui a été flic, en effet et qui l’a énormément interprété au début de sa carrière ciné, c’est fou. A croire qu’il était engagé uniquement sur ce fait. Récemment, je le voyais encore tout jeunot dans “Unmatchable Match” en galère au volant de sa voiture. Il en a fait du chemin. Sinon, il semblerait qu’il n’est pas laissé un grand souvenir comme policier puis-qu’apparemment, c’était un ripou.

    Sans ça, tu fais bien de souligner les tentatives de Magnum Films de mettre en avant de jeunes talents. Une chose qui restera jusque dans certaines autres prod’ avec Danny Lee donnant plus d’une fois la réplique à la jeune génération.

    En tout cas, ça m’a l’air pas mal tout ça, surtout que le parallèle que tu fais avec “Gangs” et “A rascal’s tale” me permet de voir de quoi il en retourne.

  3. Ah oui c’est vrai, j’avais jamais prêté vraiment attention que Nick Cheung campait bcp de rôle de flic au tout début de sa carrière. En même tps, je l’avais pas trop remarqué sur ces films que j’ai vu il y a un moment, et aussi parce qu’il était tout jeunot, un peu comme un Simon Yam au tout début de sa carrière où on a vraiment du mal à le reconnaître également

    Le parallèle avec Gangs, c’est surtout sur le côté social, le film est quand même bcp plus “commercial”.

  4. Y en a un qu’on est sûr de capter à chaque fois avec sa trogne, dans ses jeunes années c’est bien Lau Ching-Wan ! 😉

    J’imagine que ce “Against All” se rapproche plus d’un “Angel of the road” par exemple. “Gangs”, c’était un portrait sacrément noir et froid. Y a pas dû en avoir beaucoup des films de/sur la jeunesse comme celui-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *