[Actualité DVD]Cicakman 1 & 2, de Yusry Abdul Halim

Cicak man 1:

Titre : Cicak-man / Cicakman 
Année : 2006
Durée : 1h47
Origine : Malaisie
Genre : Super Héros

Réalisateur : Yusry Abdul Halim

Acteurs : Saiful Apek, Fasha Sandha, Yasmin Hani…

Synopsis : Hairi et Danny travaillent tous les deux pour Klon Technologies à la recherche d’antidotes pour les différents virus qui agressent les habitants de la ville de Metrofulus. Mais dès qu’un antidote est trouvé, apparaît alors une nouvelle menace biologique à combattre. Alors qu’ils travaillaient sur l’éradication du virus 266, Hairi ingère accidentellement un lézard qui a été contaminé pour expérimentation. Dès lors, il constate assez vite qu’il se met à disposer de capacités hors normes: une agilité et une force sur-humaine, la capacité de ramper sur les murs ainsi qu’une langue puissante et extensible.

Cicakman 2 :

Titre : Cicakman 2 – Planet Hitam / Cicakman 2 – Black Planet
Année : 2008
Durée : 1h47
Origine : Malaisie
Genre : Super Héros

Réalisateur : Yusry Abdul Halim

Acteurs : Saiful Apek, Fasha Sandha, Aznil Hj Nawawi, Tamara Bleszynski, AC Mizal, Adlin Aman Ramlie, Sharifah Amani

Synopsis : Le diabolique Professeur Klon (Aznil Nawawi) est de retour. Cette fois-ci c’est pour contrôler l’approvisionnement en eau potable de la terre qu’il menace d’empoisonner selon un plan baptisé “Black Planet”. Dans 72 heures, l’eau deviendra noire et polluée. Heureusement que Cicakman (Saiful Apek) veille dans la mégalopole de Metrofulus.

Des super-héros malaisiens ça vous tente?
Et bien grâce à l’éditeur Emylia, vous aurez la chance de vous faire une petite idée sur ces deux blockbusters locaux où l’homme araignée (Spiderman pour ne pas le citer) est ici remplacé par un homme…lézard!
Le mois de septembre sera donc placé sous le signe du plus grand super-héros de tous les temps!
Spiderman n’a qu’a bien se tenir, héhé!

Une critique de Cicakman 2 par notre ami Laurent, passionné de bisseries tout azimut!

Jang Gerald

Fan de Jackie Chan depuis son plus jeune âge, mais aussi de John Woo où « action non-stop » prenait pour moi un vrai sens. The Blade de Tsui Hark fut un choc viscéral comme jamais. Rapidement tourné vers l'import, cette véritable passion n’a jamais cessée de s’accroître...

Les derniers articles par Jang Gerald (tout voir)

2 Comments

Add a Comment
  1. Ça a l’air no limit comme diptyque !
    Je crois que l’animal est un gecko (“kopkè” comme on dit au Laos), une sorte de lézard à ventouses… pour des films qui vous collent au plafond 😉

  2. faux spiderman on dirait plutot xor lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *