[Film] The Voices de Marjane Satrapi (2014)

Jerry, célibataire, vit à Milton, une petite ville paisible. Son quotidien est partagé entre son travail dans une entreprise de confection de baignoires qu’il fait avec application et ses séances chez le psy.

Son quotidien se verra chambouler quand il tombera amoureux de Fiona, la comptable de l’entreprise, qui lui fait tourner la tête, sans compter qu’il a décidé d’arrêter son traitement médical contre l’avis de sa psy…


Avis de Florian :
A voir le titre, on pense tout de suite à l’émission de télé-crochet : The Voice (émission qui a encore plus de succès aux États-Unis qu’ici) où des coachs doivent trouver la meilleure voix et emmener leur candidat le plus loin possible dans l’aventure.

On imagine alors à la lecture du titre du film à voir une comédie musicale.

the voice

Le film s’ouvre sur des plans d’ensemble de la ville de Milton présentée comme une ville ouvrière toute grise, morne, polluée puis le film enchaîne sur des plans de Jerry, le personnage principal, au travail (il travaille dans une entreprise de confection de baignoire) et la photographie change de cap et devient kitch et pop avec l’omniprésence de la couleur rose associée à des teintes blanches, laiteuses, apaisantes. On comprend alors que ce changement de cap stylistique est dû à l’introduction à l’écran de ce personnage.

vlcsnap-2015-03-26-23h12m09s46 vlcsnap-2015-03-26-23h11m27s123 En effet, toutes les images du film qui suivront seront la perception visuelle que le personnage principal a du monde qui l’entoure, qui sans sa prise de médicament le voit autrement, plus enjolivé.

Cette séquence d’introduction du personnage est alterné avec un générique dessiné qui nous donne un indice sur le parti pris esthétique que la réalisatrice va adopter : celui des parties chantées des dessins animées de Disney d’antan.

vlcsnap-2015-03-26-23h06m08s32

En effet, le film en reprend tous les codes avec l’omniprésence de couleurs vives voire criardes comme les chemises collectors de Jerry, la présence de papillons qui gravitent autour des personnages, des objets “chorégraphiés” ou encore le nombre important d’envolées de caméra avec tous ces plans grues. vlcsnap-2015-03-26-23h19m28s47

vlcsnap-2015-03-26-23h19m56s96

Un aspect esthétique qu’on a déjà vu dans d’autres films live (notamment dans les productions Disney) sauf que l’originalité ici réside dans l’absence des « voices » du titre.

Une comédie musicale qui en reprend que les codes esthétiques (si ce n’est le bouquet final chanté après une retenue d’une heure et demi).
Il y a bien une séquence clin d’œil au parti chanté des comédies musicales où, Jerry qui est amoureux, chante au travail mais est vite coupé par un collègue qui ne supporte pas sa voix aiguë et fluette !

Excellent Ryan Reynolds, qu’on sait depuis ses apparitions dans les films de Seth McFarlane, qu’il n’a pas peur de l’autodérision. Avec son air benêt et niais, il arrive à rendre attachant un personnage qui plus tard dans le film commettra des actes horribles de violence. Avec son passif d’acteur qui ces dernières années à essuyé un nombre conséquent d’échecs au box office avec des films infâmes, il n’a pas eu de mal a jouer un personnage qui lutte pour être accepté et aimé malgré les choses horribles qu’il commet.

Car à la manière de La mélodie du Malheur de Takashi Miike, l’autre originalité du film est de mélanger habilement (pseudo) comédie musicale et comédie macabre.

A quoi correspond alors « les Voices » annoncées dans le titre ?

A Jerry, qui sans sa prise de médicaments, entend des voix lui dicter quoi faire. L’idée amusante du métrage vient du fait que ces voix sont contradictoires.

En effet à la manière d’un cartoon de Tex Avery où le personnage aurait sur chaque épaule sa représentation angélique et maléfique en version mini, ici, Jerry a comme coachs, non pas Jennifer et Florent Pagny, mais Monsieur Moustache : son chat roux qui représente ses pensées obscures et Bosco : son chien qui représente ses pensées naïves.

vlcsnap-2015-03-26-23h22m09s158

Tout au long du film, la réalisatrice, qui vient de la bande dessinée (l’auteur de Persepolis) recycle astucieusement la pop culture américaine avec en plus des références aux grands classiques dessinés de Disney et à la grande période des comédies musicales d’Hollywood, propose aussi sa version trash du comic strips : Garfield de Jim Davis.

Le film reprend le même cadre de départ que l’œuvre de Jim Davis : un homme profondément seul, un chat roux qui ne pense qu’à manger quand il n’est pas occupé à embêter son maître et un bon chien niais et serviable.

On peut d’ailleurs parfaitement résumer le film à ce strip de Garfield :

21_nouveau_strip

Truffé de pleins de petits détails amusants que seule une auteure de bandes dessinée, auraient pu trouver (comme le bipper que Jerry ne quitte jamais, même quand il ne porte qu’un slip), avec un scénario très malin et un dosage parfait de références visuelles à la pop culture américaine : ni trop kitch, ni trop gore, voilà un film hautement recommandable.

Une année cinématographique qui, avec Realité et Birdman, commence déjà à être bien fournie en films fous. Un cinéma rare fait de prises de risques qu’il faut soutenir.

Note :



The-VoicesTitre : The Voices
Année : 2015
Durée : 1h49
Origine : U.S.A / Allemagne
Genre : Thriller / Romance / Comédie
Réalisateur : Marjane Satrapi

Acteurs : Ryan Reynolds, Gemma Arterton, Anna Kendrick, Jacki Weaver.

 The Voices (2014) on IMDb

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
7 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Thomas Foxart
Thomas Foxart
29 mars 2015 1:10

100% d’accord !
Un régal !!!

feroner
Administrateur
29 mars 2015 15:20

J’avais vu la bande annonce sans savoir que c’était de Satrapi. J’ai bien aimé “persepolis” sans trop adherer a l’esthétique, alors que “poulet au prune “c’est l’inverse j’ai trouvé l’histoire inintéressante au possible et la mise en scène magnifique.
Celui ci a l’air de vraiment fun, original, et beau.

Jang Gerald
29 mars 2015 18:32

Ce film est un ptit bijou, pour l’instant mon film préféré de l’année. A voir absolument en vo pour l’incroyable triple prestation de Ryan Reynolds. Par contre il aurait fallu éviter le spoiler du monde de Jerry, c’est un tournant du film important, psychologiquement secouant, une sorte de twist…pas cool .

Cherycok
Administrateur
30 mars 2015 8:29

Vu hier soir avec ma chérie, et bien aimé. Ambiance assez étrange, humour omniprésent, Ryan Reynolds et sa tête de benêt sont parfaits pour le rôle.

Paganizer
18 juin 2018 0:30

Un film singulier, inventif et un peu fou..
Une très chouette expérience de cinéma !
Une œuvre malheureusement passée inaperçue aux yeux de pas mal de monde parce que sortie discrètement, sans tambours ni trompettes !
Hé oui, nous ne sommes pas en présence d’un film grand public et commercial…
Excellente prestation de Ryan Reynolds !

Cherycok
Administrateur
18 juin 2018 12:25

J’avais bien aimé aussi, Ryan Reynolds y est effectivement excellent. Mais je trouve que le film est malgré tout assez dur d’accès et plusieurs personnes dans mon entourage à qui je l’avais conseillé n’avaient pas du tout aimé.

Paganizer
18 juin 2018 20:36

Très juste Chery !
C’est vrai que l’originalité et la singularité de ce film peuvent le rendre difficile d’accès…
Et d’une manière générale, avec ce genre de film, y’a pas vraiment de demi-mesure..
Soit on aime, soit on déteste.
Pour ma part, je kiffe bien ! 🙂