[Série] Lucifer – Saison 1 (2015-2016)

Lassé et mécontent de sa position de “Seigneur des Enfers”, Lucifer Morningstar démissionne et abandonne le trône de son royaume pour prendre quelques vacances sur Terre. A Los Angeles, l’ex maître diabolique est le patron d’un nightclub baptisé “Lux”. Quand une star de la Pop est sauvagement assassinée sous ses yeux, il décide de partir à la recherche du coupable et croise sur sa route Chloe Decker, une femme flic qui résiste à ses charmes et lui met constamment des bâtons dans les roues.
Alors que l’improbable duo s’entraide pour venir à bout de l’enquête, l’ange Amenadiel est envoyé à Los Angeles par Dieu pour tenter de convaincre Lucifer de regagner son royaume. L’ancien Seigneur des Enfers cédera-t-il aux sirènes du Mal qui l’appellent ou se laissera-t-il tenter par le Bien, vers lequel l’inspecteur Chloe Decker semble peu à peu l’amener ?


Avis de Cherycok :
S’il y a bien une série actuelle qu’on m’a maintes fois conseillée, c’est Lucifer, en me vantant ses mérites, son côté très « détente », pas prise de tête après une journée de boulot harassante. Et même si en général je n’en fais qu’à ma tête et je regarde ce qui m’intéresse moi pour X raisons, me tapant du coup pas mal de bonnes grosses merdes, je décide parfois d’écouter mon entourage. Et c’est ainsi que nos soirées se sont ponctuées des treize épisodes qui composent cette saison 1 de Lucifer. Treize épisodes qui sont effectivement tels qu’on me les avait vendus : rafraîchissants, reposants, amusants et plutôt bien fichus. Le genre de série qu’on sait malgré tout qu’elle ne restera pas dans les annales, et qui n’en a de toute façon pas la prétention, mais qui n’a d’autre but que celui de proposer un spectacle léger, divertissant et sincèrement réussi.

Créée par Tom Kapinos, l’homme derrière la série à succès Californication, Lucifer est adapté du personnage de la bande dessinée The Sandman créée par Neil Gaiman, Sam Keith et Mike Dringenberg publiée chez DC Comics, personnage qui sera par la suite vedette d’une série de comic-books à son nom produite entre 2000 et 2006. Et donc Tom Kapinos a imaginé qu’un jour, le Prince des Enfers, après des millénaires à châtier des âmes perdues dans les Enfers, s’en est allé sur Terre pour prendre des vacances. Un séjour à rallonge durant lequel alcool, drogue et sexe étaient les maîtres mots. Un séjour durant lequel, suite à un meurtre se déroulant devant ses yeux, il décide de faire équipe avec une femme flic, qu’il aimerait bien amener dans son lit mais qui le trouble complètement car c’est la première personne qui ne succombe pas à ses charmes irrésistibles. Lui qui jusque là ne doutait jamais, faisait ce qu’il voulait des gens, ne prenait jamais rien au sérieux, se retrouve dans une position inhabituelle, où des sensations nouvelles vont naître, avec cette impression au final très agréable qu’il y a quelque chose de gratifiant également lorsqu’on essaie de faire régner la justice. Mais son frère, l’Ange Amenadiel ne tarde pas à s’apercevoir de tout cela et va tenter coûte que coûte de le convaincre de revenir là il est censé trôner, aux Enfers. Mais entre son comportement irresponsable, sa nouvelle thérapie chez sa psychologue, sa démone qui garde son club en son absence, et son attirance très étrange vers l’inspecteur Chloe Decker et cette envie de résoudre des meurtres à sa manière, il les trouve plutôt sympas ses vacances sur Terre, et il a envie de les prolonger.

Avouez que sur le papier, le pitch est plutôt fun non ? Pourtant, avant son lancement, Lucifer s’est attiré les foudres du très conservateur site One Million Mom, une association très proche de la droite chrétienne qui a lancé une pétition pour empêcher que la série soit diffusée. Jouer comme ça avec des personnages bibliques, surtout lorsqu’il s’agit du Diable en personne qui fait le con sur Terre, ça semblait inévitable dans un pays où la religion est très importante dans le cœur de tout un pan de la population. Étroitesse d’esprit quand tu nous tiens…
Lucifer fait partie de ce genre de séries qui, malgré une trame principale qui évolue au fil de la saison, possède un scénario propre pour chaque épisode, généralement un nouveau meurtre à élucider pour notre improbable duo. D’un coté nous avons donc Lucifer Morningstar au look et à l’accent très british, interprété par l’acteur gallois Tom Ellis, vu notamment dans les séries Merlin, Sugartown ou encore Miranda. De l’autre, l’inspectrice assez froide Chloe Decker, fraîchement séparé du père de sa fille de 8 ans, hantée par une ancienne affaire où un de ses collègues a fini dans le coma, jouée par la ravissante Lauren German vu récemment dans Hawaï 5.0 ou Chicago Fire. Un duo qui d’entrée de jeu fait penser à Richard Castle / Kate Beckett de la série Castle, l’un pour l’humour décalé qu’il amène à quasi chacune de ses interventions et le fait qu’un civil travaille avec un policier, l’autre pour son coté très professionnel et qui en a dans le slibard. Mais surtout un duo qui fonctionne à merveille, même si clairement, et comme l’annonce le titre, c’est le personnage de Lucifer qui sera l’attraction et l’atout principal du show.

Le casting de manière générale est tout bonnement excellent. Tom Ellis incarne à merveille ce Lucifer et son personnage est en tout point réussi. Ses répliques à base de punchlines et de vacheries font à chaque fois mouche, et son charisme avec ce regard à la fois noir et charmeur font le reste. Tous les seconds rôles font le job sans aucun problème et même si le casting a été remanié plusieurs fois avant d’être définitif, il semble que les bons choix ont été faits tant l’alchimie entre les différents personnages fait plaisir à voir. Lucifer mélange les genres de manière homogène. L’humour fonctionne, les quelques scènes d’action fonctionnent, les enquêtes fonctionnent et s’entremêlent parfaitement avec la trame principale, apportant parfois de l’eau au moulin de l’histoire des personnages plutôt bien travaillées.
Malheureusement, la série prend parfois des raccourcis scénaristiques un peu faciles. Un peu comme si elle avait conscience de son statut de divertissement popcorn et qu’elle ne voulait parfois pas trop s’embêter avec les invraisemblances ou donner certaines explications. Mais malgré tout, c’est fluide et ça fonctionne sans aucun problème, et là où on reconnait que la série réussit son pari, c’est qu’à la fin de chaque épisode, on a envie de lancer le suivant. Les treize épisodes de cette première saison s’avalent assez facilement, sans qu’il y ait ce sentiment de redondance typique des séries policières, et malgré un succès mitigé au départ, une saison 2 de 13 épisodes (+9 supplémentaires dès le mois d’octobre) a rapidement été commandée. Une saison 3 est d’ailleurs également sur les rails.

LES PLUSLES MOINS
♥ Le personnage de Lucifer
♥ L’humour
♥ Léger et frais
⊗ Parfois trop de facilités
Cette saison 1 de Lucifer était des plus agréables à découvrir. Fun, avec des personnages réussis, le divertissement est là du premier au treizième épisode. On n’a qu’une seule envie, se jeter sur la saison 2 le plus rapidement possible.



Titre : Lucifer
Saison : 1 (2015-2016)
Format : 13 x 45min
Origine : U.S.A (Diffusé par la Fox)
Genre : Comédie / Drame / Policier / Fantastique (oui, tout ça)
Créé par : Tom Kapinos

Acteurs : Tom Ellis, Lauren German, D.B. Woodside, Kevin Alejandro, Rachael, Lesley-Ann Brandt, Scarlett Estevez, Kevin Rankin, Tricia Helfer, Aimee Garcia

 Lucifer (2015) on IMDb













Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *