[Série] José – Saison 1 (2016)

Individualisme, orgueil, avarice, cupidité, haine de son prochain, Dieu est excédé par les Hommes et décide, motivé par un Saint Pierre un poil à cran, de sonner le temps de l’Apocalypse ! Mais avant de balancer des boules de feu sur ceux qu’il a faits à son image, il laisse aux Hommes une dernière chance et choisit de renvoyer sur Terre… le Messie. Son fils, Jésus. Pour qu’il finisse le seul job qu’il lui avait demandé il y a de ça 2000 ans et des poussières, enlever le péché du monde. Mission que Jésus avait plutôt bien foirée en finissant en slip cloué à une croix. Jésus doit donc redescendre sur Terre pour sauver les Hommes. Sauf qu’il est moyen chaud.


Avis de Cherycok :
Depuis The Lazy Company ou encore Templeton, j’avoue m’intéresser fortement aux séries estampillées Orange Cinéma Series (OSC). Car même si on n’est jamais dans quelque chose d’extrêmement marquant, elles ont le mérite de sortir du lot des habituelles séries françaises dont nous abreuvent TF1 et consort. Souvent décalées, inattendues, improbables, généralement en format court (épisodes de 20 minutes), il y souffle un vent de liberté et une certaine fraicheur qui leur donne immédiatement un coté sympathique. La dernière en date se nomme José, et elle pousse très loin le bouchon du blasphème pour l’amour de la blague. Donc si vous êtes du genre à vous offusquer pour des broutilles pour tout ce qui concerne la religion, arrêtez votre lecture ici. Mais si l’idée de voir Dieu renvoyer son branleur de fils Jésus Christ sur Terre afin de finir le travail qu’il avait merdé il y a 2000 ans avant de finir cloué sur une croix en slibard vous titille rien que sur le papier, alors José est fait pour vous.

Jésus et ses potes apôtres glandent et sirotent des Piña Colada autour de la piscine de leur villa au Paradis lorsque Pierre soumet à Dieu le créateur qu’il est peut-être temps de mettre un terme à cette planète appelée Terre habitée par des humains qui ont perdu la foi et qui font n’importe quoi. Dieu décide de leur donner une dernière chance et y renvoie son fils Jésus pour finir le boulot qu’il avait commencé. Il n’a que 15 jours pour arriver à le convaincre que ces pauvres êtres valent la peine d’être sauvés, sinon s’abattra sur la planète l’apocalypse : des invasions de criquets, du sang dans les cours d’eau, et des boules de feu qui tomberont du ciel. Sauf que Jésus sera seul, sans ses apôtres, et libre à lui de se faire aider par qui il le souhaite une fois sur Terre.
Pas motivé pour un sou mais obligé de se plier aux souhaits de Papa, voilà Jésus revenu parmi les siens. Et pour passer incognito, il se fait appeler José. José Criss. Il va petit à petit se former une équipe en s’acoquinant avec une bande de bras cassés aux talents aussi diverses que variés, de Piotr, le trafiquant de ferraille que à moitié gitan, à Judas Benyamin, un avocat véreux condamné pour avoir fait de l’exhibitionnisme devant de jeunes enfants, en passant par Marie Madeleine, une actrice porno un peu trop fleur bleue. Et pour montrer à son papa chéri que l’humain se doit d’être sauvé, il va faire une liste des sept péchés capitaux, et prouver que l’humain est capable de se sortir de la gourmandise, l’avarice, la paresse, la colère, la luxure, l’envie et l’orgueil. Et sincèrement, ce n’est pas gagné, surtout lorsqu’un tueur de l’Opus Dei se lance sur la trace du fils de Dieu pour l’éliminer et que la Police s’en mêle…

S’attaquer à la religion catholique sur un ton aussi irrévérencieux en fonçant tête baissée dans le politiquement incorrect était un pari osé. Mais on se rend vite compte que tout le monde en prend pour son grade. Pas seulement Dieu, représenté ici par un chimpanzé (Dieu a créé l’homme à son image, tout ça tout ça), ou Jésus Christ, qui tient plus du hippie façon années 70, mais bel et bien tout le monde. Juifs, noirs, arabes, gitans, homosexuels,… Oui, on sacrifie le politiquement correct au nom de l’humour, souvent avec une impertinence très bien pensée histoire de titiller la bien-pensance de certains et de faire éclater de rire les autres. Et les acteurs se donnent à fond. Même si ce n’est pas toujours très bien joué, on a plaisir à constater que, un peu comme dans les séries anglaises, il reste certains acteurs français qui n’ont pas peur du ridicule (David Salles cul-nu en train de s’autoflageler avec un martinet par exemple). On sent que certains des auteurs, qui ont œuvré sur Groland ou Les Guignols, se sont fait plaisir à verser dans l’humour barré voire souvent de mauvais gout (Piotr qui se masturbe dans la chaussette de son collègue Benyamin).
Mais sous cet humour qui ne plaira certainement pas à tout le monde, la série s’attaque sans vergogne et sans tabou à de vrais sujets de société. La Religion bien entendu comme point d’entrée, mais également la société de consommation, la finance, la pornographie, le star system (avec un Kev Adams en mode autodérision) ou encore le Djihad avec une scène complètement surréaliste d’activiste breton voulant faire péter des panneaux de signalisation. La critique pourra sembler souvent facile, voire parfois grossière, mais elle reste néanmoins en adéquation avec le ton de la série : absurde, caricaturale, parodique, grotesque et fun. A noter une excellente musique de générique par Joe la Mouk (les connaisseurs apprécieront ^_^).

LES PLUSLES MOINS
♥ Les personnages
♥ L’humour impertinent
♥ Les dialogues
⊗ Pas toujours très subtil
⊗ Pas toujours très bien joué
José, ce n’est pas du grand art et ce n’est certainement pas la meilleure série qui soit. Néanmoins, cette nouvelle production OSC possède un coté frais et irrévérencieux qui lui donne un cachet indéniable. Espérons que leur film appelé « Mortel », et qui fait suite à la série, verra le jour. A découvrir !



Titre : José
Saison : 1 (2016)
Format : 10 x 20min
Origine : France (Diffusé par OCS City)
Genre : Comédie blasphématoire
Créé par : Frank Bellocq, Jean-Luc Cano, Jean-Michel Ben Soussan, Gaël Mectoob

Acteurs : Frank Bellocq, William Lebghill, Gaël Mectoob, David Salles, Oranne Dutoit, Jimmy Labeeu, Guy Lecluyse














Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

Les derniers articles par Cherycok (tout voir)

2 Comments

Add a Comment
  1. Ce qui est bien avec la religion catholique c’est qu’on peut s’en moquer, imagine le même genre de série sur une des deux autre religion monothéiste.

    Ca a l’air sympa je suis tenté ca pourra peut être me permettre de me remettre du dernier Scorsese.

  2. ah mais je te rassure, l’islam et les juifs en prennent pour leur grade aussi, ils n’épargnent personne dans cette série lol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *