[Saga] La saga PTU / Tactical Unit, par Johnnie To

Ca y est, depuis fin décembre, le fameux coffret consacré à PTU et ses cinq « suites » est enfin disponible chez Spectrum Films. Nous vous en avions déjà parlé ICI il y a quelques semaines, avec une présentation détaillée des films et du contenu du coffret, il est maintenant temps de passer aux choses sérieuses. Car contrairement à ce que beaucoup croient, les « suites » de PTU ne sont pas si bas de gamme que ça. Bien au contraire, certaines sont même très bonnes, égalant presque le film original qu’on redécouvre avec cette excellente copie que l’éditeur nous propose. Mais ne nous attardons pas plus sur cette introduction et passons directement à la description.



Titre : PTU
Année : 2003
Durée : 1h28
Réalisateur : Johnnie To
Producteur : Johnnie To

Versions : VOSTFR 5.1 + VF 5.1

Acteurs : Simon Yam Tat-Wah, Lam Suet, Maggie Siu Mei-Kei, Ruby Wong Cheuk-Ling

Synopsis : Police Tactical Unit – une équipe d’officiers de Hong Kong qui se retrouve mêlée aux jeux de pouvoir des gangs après qu’un de leurs anciens collègues, le sergent Lo, ait perdu son arme. La mésaventure de l’arme de Lo se transforme en une farce de plus en plus grande alors qu’un chef de la mafia exige un prix élevé pour sa restitution. Lo et ses copains de la PTU tentent de récupérer l’arme à feu tout en gardant une longueur d’avance sur une deuxième série d’enquêteurs qui croient que Lo est impliqué dans la mort d’un mafieux.

Avis de Cherycok :
Avec PTU, Johnnie To revient à son genre de prédiction, le film policier, après avoir réalisé entres autres plusieurs comédies telles que Turn Left Turn right, Love on a Diet ou encore Needing You. On peut dire qu’il était attendu au tournant. Bon, autant vous le dire tout de suite, le film est vraiment très réussi, mais il risque tout de même d’en rebuter certains, à commencer par ceux qui s’attendent à de l’action et des gunfights comme dans ses anciennes réalisations telles que A Hero Never Die ou bien Running Out of Time. PTU est avant tout un polar d’ambiance qui se rapprocherait plus d’un autre de ses anciens films réalisé quatre ans plus tôt, à savoir The Mission.

Tout d’abord, tout le scénario tient en une seule nuit, l’histoire d’un flic de la brigade anti-gang, Lam Suet, qui va perdre son arme après une altercation avec quatre jeunes des triades et qui, avec l’aide d’une autre brigade dirigée par Simon Yam, va partir durant toute la nuit à la recherche de cette arme. Avec un scénario pareil et une période de temps aussi restreinte, il est assez logique qu’il ne se passe donc pas grand-chose dans le film. Et effectivement, le réalisateur prend son temps, avec de longs plans de nuit de Hong-Kong, appuyés par des jeux de lumières assez exceptionnels, le tout sur des riffs de guitare bien violents qui accentuent cette ambiance glauque à souhait. Jamais le quartier Tsim Sha Tsui n’aura paru si inquiétant. D’ailleurs, la seule vraie scène d’action est la scène finale, un gunfight joliment orchestré et assez violent.

Au milieu de tout ça, un groupe de flics donc, aux méthodes parfois un peu douteuses, qui vont errer dans ces rues, à la recherche d’une arme, et qui vont rapidement être confrontés aux triades du coin. Lam Suet et Simon Yam, qui interprètent les deux rôles principaux, sont assez exceptionnels, surtout Lam Suet avec son personnage ultra nerveux et un peu maladroit. Ce personnage va d’ailleurs faire flotter durant tout le film un petit humour fort agréable, très fin et toujours très discret. Beaucoup de bonnes choses dans ce PTU donc, en espérant que le public ne soit pas trop déconcerté par le rythme très lent du film car l’intérêt est vraiment ailleurs. Johnnie To nous surprend une fois de plus, pour notre plus grand plaisir…

PTU est un polar d’ambiance aux personnages charismatiques et attachants, au scénario très prenant malgré son évidente lenteur. L’histoire d’un flic qui part à la recherche l’arme qu’il a perdu et qui va nous entraîner durant toute une nuit dans un Hong-Kong vraiment inquiétant. Un très bon film, tout simplement.


Bonus Disque 1 :

Parmi les bonus, on retrouve la présentation du film (14min) par Arnaud Lanuque, spécialiste du cinéma de Hong Kong. Comme toujours, ce qu’il nous raconte est très intéressant. Outre le film, il s’attarde sur la PTU de la Police de Hong Kong, leur historique, leur façon de faire. Les renseignements qu’il nous donne sont exhaustifs, clairs, fluides et c’est toujours un plaisir de l’écouter.
L’interview de Johnnie To, d’une durée de 14 minutes, est aussi très intéressante. On y découvre un peu plus sa vision du cinéma, comment il aime tourner des films, en prenant parfois plusieurs années (comme pour PTU). Il nous parle aussi bien du cinéma de manière générale que de son cinéma et c’est un bon complément au documentaire Johnnie Got his Gun du 2ème disque.
On retrouve également un commentaire audio de Frank Djeng de chez Eureka ! Entertainment, éditeur de DVD/BR spécialisé dans le cinéma asiatique, ainsi que la bande annonce de PTU.



Titre : Tactical Unit: The Code
Année : 2008
Durée : 1h30
Réalisateur : Law Wing-Cheong
Producteur : Johnnie To, Daniel Lam

Versions : VOSTFR

Acteurs : Simon Yam, Maggie Siu, Lam Suet, Samuel Pang, Wong Chi-yin

Synopsis : La tension monte entre les officiers de la PTU et les APAO (plaintes contre les officiers de police) après que des images de vidéosurveillance ont révélé que trois officiers de la PTU ont battu un membre d’une triade dans une ruelle. Bien que les images de vidéosurveillance ne révèlent pas les visages des officiers, l’ACOP soupçonne le chef d’unité de la PTU, Sam.

Avis de Cherycok :
La première erreur à ne pas faire lorsqu’on se lance dans Tactical Unit – The Code, c’est de considérer le film comme une suite de PTU. Non, il faut plus le voir comme le premier volet d’une série de films dans le même univers, qui formeront ensemble une sorte de « série » (notez les guillemets). Produit par Johnnie To, mais réalisé par Law Wing-Cheong (Punished, Iceman 3D), le film commence par montrer des images de vidéosurveillance montrant trois agents de la PTU en train de tabasser un suspect dans une ruelle. Ces images sont soumises au conseil de la police qui décide alors d’ouvrir une enquête interne. Ainsi, contrairement à PTU, où l’intrigue se déroulait entièrement en une nuit dans une course contre la montre, dans The Code, les agents de l’APAO (plaintes contre les agents de police) sont immédiatement impliqués dans une enquête contre les trois policiers.

Bien que le film avance à un rythme languissant (comme le premier opus), il est loin d’être inintéressant pour autant malgré son intrigue assez mince. Tout d’abord, il est un peu plus réaliste que la plupart des films policiers. Les différents services de la police ne sont pas obligés de s’entraider. Ce n’est que si deux personnes ont une très bonne relation et une histoire commune qu’elles s’accordent une faveur. Il ne faut pas s’attendre ici à des fusillades intenses, il s’agit plutôt d’un film d’histoire et d’ambiance, qui vaut la peine d’être vu si vous aimez Simon Yam, Lam Suet et Maggie Siu, car ils portent tous trois la plupart du temps le film sur leurs épaules. Il y a quelques rebondissements permettant de garder le cap sans s’ennuyer et certaines scènes (comme celle du karaoké) valent vraiment le détour.

Réalisé pour la télévision, Tactical Unit – The Code pose certaines bases pour les futurs films de la saga mais il lui manque certains ingrédients de PTU (comme l’ambiance nocturne) pour vraiment être réussi. Néanmoins, il se laisse suivre sans souci.

 


Bonus Disque 2 :

Projeté au Festival International du film de Pusan (2010) et au Hong Kong Asian Film Festival (2010), Johnnie Got His Gun, documentaire de 58min tourné entre 2004 et 2010, est presque monté comme un polar. Il est mis en boite par Yves Montmayeur, spécialiste du cinéma qui a déjà fait des documentaires sur les studios Ghibli, sur les films de Yakusa ou encore sur le directeur photo qui a longtemps collaboré avec Wong Kar Wai, Christopher Doyle. On va par exemple y retrouver des extraits des tournages de PTU, mais également d’autres films de Johnnie To tels que Exiled, Breaking News ou Life Without Principe. On va également y trouver des interviews d’acteurs tels que Simon Yam, Anthony Wong, Tony Leung Ka-Fai ou encore bien entendu de Johnnie To lui-même. Le documentaire s’attarde sur la façon de faire les films du réalisateur, l’amour qu’il porte à la ville de Hong Kong et comment il la met en valeur dans ses films au point qu’elle devient souvent un personnage à part entière, le tout agrémenté d’extraits de films. On est dans les coulisses du tournage, on y découvre quelques trucs et astuces propres aux conditions de tournage de Hong Kong, à des budgets pas toujours très conséquents. Le documentaire nous en apprend un peu plus sur Johnnie To lui-même, pas que le cinéaste, mais aussi son enfance. Bien qu’au final, l’amateur de polars HK n’en apprendra pas tant que ça, c’est une excellente porte d’entrée pour qui découvre Johnnie To et a envie de se plonger corps et âme dans son cinéma, surtout que le documentaire est très travaillé, aussi bien sur la forme que sur le fond.






Titre : Tactical Unit: No Way Out
Année : 2008
Durée : 1h30
Réalisateur : Lawrence Ah Mon
Producteur : Johnnie To, Alvin Lam, Daniel Lam, Chiu Suet Ying

Versions : VOSTFR

Acteurs : Simon Yam, Maggie Siu, Lam Suet, Osman Hung

Synopsis : Lorsqu’une dispute entre triades, survenant tard dans la nuit, entraîne la mort d’un innocent, la police prend des mesures rapides pour réprimer toutes les activités des triades dans la région, ce qui met le petit gangster Fai au pied du mur. Après que le chef des triades, Lok, l’ait battu pour ne pas avoir remboursé sa dette, Fai se tourne vers le crime pour survivre, et finit par être arrêté par la PTU. Ne voyant pas d’issue, Fai, de plus en plus désespéré, se venge des flics et des escrocs qui l’ont poussé au bout du rouleau.

Avis de Cherycok :
Ce deuxième volet des “suites” de PTU surprend par la tournure qu’il prend. Réalisé par Lawrence Ah Mon, qui aime explorer les émotions humaines dans ses films, ce dernier va intelligemment utiliser PTU comme toile de fond d’une expérience émotionnelle dramatique. Ah Mon est un réalisateur intelligent et il va injecter une bonne dose de caractérisation dans son drame, recréant pour un coup un intérêt bien nécessaire pour la saga. Le film commence pourtant comme un film de la PTU, mais il va rapidement se concentrer sur un couple de marginaux sociaux. Derek Tsang (Dream Home, SDU : Sex Duties Unit) campe le rôle d’un jeune handicapé, exclu de la société, qui va trouver la rédemption auprès d’une prostituée de Chine Continentale. Mais tous deux vont se retrouver très vite malmenés par les triades et par la Police.

No Way Out parvient à captiver et à fonctionner à plusieurs niveaux. Déjà, Lawrence Ah Mon insuffle dans son film un réalisme toujours aussi bien venu, au niveau du comportement humain des personnages, tous avec leurs imperfections, leurs failles. Les acteurs sont tous très bons, mais celui qui impressionne le plus est Derek Tsang (le fils de Eric Tsang) qui livre une excellente prestation, tout en justesse. Même chose pour la jeune Wu Li (Everlasting Regret), qui joue la prostituée, très convaincante et à la base de moments vraiment intenses (la scène du viol). Les autres personnages de la saga, ceux interprétés par Simon Yam, Lam Suet et Maggie Siu, sont relégués au second plan car le réalisateur veut avant tout axer son film sur la survie humaine dans des rues de Hong Kong, souvent cruelles pour les « invisibles » de la société. Il s’intéresse aux choix que font ces gens et les conséquences que cela va avoir.

Avec sa mise en scène efficace et son changement de ton pour tendre bien plus sur le drame humaniste, Tactical Unit – No Way Out est un très bon opus de la saga, original, réaliste et touchant.


Précisons que le disque 3 est en mandarin et qu’un nouveau pressage va peut-être avoir lieu prochainement. Affaire à suivre…


Bonus Disque 3 :

On retrouve le réalisateur Lawrence Ah Mon (6min) qui nous explique comment la réalisation de No Way Home et Partners lui a été confiée. Il nous parle bien entendu rapidement des deux films, mais également de comment s’est passé la production, avec un budget plus que serré et un nombre de jours de tournage réduits, avec par exemple des soucis sur Partners suite à un changement d’équipe technique ou du fait que, faute de temps, il a fallu beaucoup improviser sur le tournage. Ses propos sont intéressants, mais malheureusement trop courts puisque son intervention ne dure que 6 minutes. Néanmoins, cela reste un complément agréable pour en apprendre plus sur la saga.

Vient ensuite le making of (17min) d’époque de PTU, dans lequel Johnnie To va longuement s’attarder sur le film, mais également sur la Police, sur les méthodes que les agents sont parfois obligés d’utiliser, mais également sur le fait qu’ils ont eux-aussi parfois besoin de protection dans des situations exceptionnelles. Il a voulu montrer comment les policiers se perçoivent, comment les autres les perçoivent, et comment d’un point de vue de la justice leurs méthodes sont loin d’être parfaites. Viens ensuite Simon Yam qui va parler du film, de ses messages, mais aussi de son personnage dans le film, comment il le perçoit, la difficulté à le jouer sur certaines scènes. Nous sommes ici plus dans des interventions de Johnnie To et Simon Yam, entrecoupées d’extraits du film en lui-même, mais pas réellement d’un making of au sens propre du terme étant donné qu’on ne verra aucun extrait du tournage. C’est dommage tant on aurait aimé découvrir un peu l’envers du décor mais cela reste malgré tout très agréable à regarder quand on aime le film.






Titre : Tactical Unit: Human Nature
Année : 2009
Durée : 1h30
Réalisateur : Andy Ng
Producteur : Johnnie To

Versions : VOSTFR

Acteurs : Simon Yam, Maggie Siu, Lam Suet, Lam Ka-Tang

Synopsis : Les officiers de l’unité tactique Sam et May rencontrent un jour quatre voleurs du continent pendant leur service, mais les voleurs s’échappent lors de la fusillade qui s’ensuit. Pendant ce temps, afin d’échapper aux usuriers, le policier Fat Tong (Lam Suet), qui joue beaucoup, se cache dans une chambre louée, où il rencontre et se lie d’amitié avec d’autres locataires de l’appartement – qui ne sont autres que le quatuor de voleurs du continent. Ignorant l’identité de Tong, les criminels l’invitent à participer à leur prochain casse…

Avis de Cherycok :
Quatrième film de la saga et après Johnnie To, Law Wing-Cheong et Lawrence Ah Mon, c’est au tour de Andy Ng (The Untold Story 2, Black Cat in Jail) d’apporter sa pierre à l’édifice. Tout comme l’a fait Ah Mon dans l’opus précédent, il va être question ici d’utiliser en toile de fond la PTU mais dans le but de détourner l’attention vers de vraies émotions humaines sur les luttes auxquelles est confronté un policier pour qui tout va mal (il a des dettes de jeu, sa femme le quitte, …), jusqu’à ce qu’il soit obligé de remettre en question sa propre moralité entre le bien et le mal.

Ce flic, il est interprété par l’excellent mais souvent très sous-estimé Lam Suet qui est absolument parfait dans ce personnage moralement ambivalent. Toujours très charismatique, immédiatement attachant, il est la pièce maitresse du film. Techniquement, on sent bien que le budget n’est pas mirobolant mais la mise en scène de Andy Ng est plutôt solide et son film va un peu plus miser sur l’action que les précédents. Alors nous sommes loin d’être dans de l’action non-stop, très loin même, mais on aura droit à quelques fusillades bien troussées agrémentées de giclées de sang et quelques courses poursuites bien mises en boite. Cela se ressent sur le rythme et Human Nature se regarde très facilement dès lors qu’on sort de la scène d’introduction un peu laborieuse.

Tactical Unit – Human Nature est un bon divertissement, à l’écriture solide et au casting convaincant. Pas le meilleur de la série mais un spectacle plaisant.

 


Bonus Disque 4 :

Diverses interviews sont présentes sur le disque, à savoir une de Johnnie To (22min), une de Simon Yam (25min) et une de Lam Suet (13min). Celle de To va être découpée en différentes parties, comme par exemple le tournage ou son équipe. On y apprend par exemple qu’avant le film, il a fait des recherches pendant près de 10 ans sur la PTU, que, comme le film a été tourné en 2 ans, avec des interruptions, les acteurs avaient parfois perdu ou pris du poids ; il nous explique pourquoi il aime prendre du temps parfois, et pourquoi il aime quand certains acteurs n’ont pas le script en avance ; pourquoi il utilise souvent les mêmes acteurs … Pas mal d’informations et d’anecdotes très intéressantes permettant de mieux connaitre Mr To.

Simon Yam a droit à une double interview, réalisée à deux époques différentes. Il nous parle de ces débuts, son arrivée dans le cinéma, le fait qu’il n’a jamais fait des études d’acting, qu’il vient du mannequinat ; mais aussi de sa rencontre avec Johnnie To, avec qui il avait déjà travaillé 30 ans auparavant à la TVB, … Une interview très intéressante car elle va au-delà du film PTU et nous permet de mieux comprendre l’acteur, mieux comprendre comment il aborde les films, mieux comprendre la vision de sa carrière.

Lam Suet de son côté nous explique un peu son parcours, ses début en tant que stagiaire sur les plateaux, le fait qu’il ait tout appris sur le tas et qu’il connait pas mal de choses sur la façon de faire un film. Il parle bien entendu de Johnnie To, des rôles qu’il lui a donnés, et donc bien entendu de PTU, du tournage, du fait qu’il n’avait jamais le script à l’avance. Elle a une saveur particulière car Lam Suet est clairement le personnage qui ressort le plus de PTU, et même de la saga entière.

 






Titre : Tactical Unit: Comrades in Arms
Année : 2009
Durée : 1h31
Réalisateur : Law Wing-Cheong
Producteur : Johnnie To

Versions : VOSTFR (Version d’origine + version coupée)

Acteurs : Simon Yam, Maggie Siu, Lam Suet, Samuel Pang, Wong Chi-Yin, Vincent Sze

Synopsis : L’équipe de la PTU se dissout, mais les circonstances pourraient être plus idéales. Les chefs Sam et May sont en désaccord, et l’équipe est divisée en deux. Une arrestation de routine tourne mal lorsque les membres de l’équipe se chamaillent pour savoir qui sera crédité de l’arrestation, et la tension déborde sur leur fête de célébration, avec des insultes et des coups de poing. Pendant ce temps, Fat Lo, de la police criminelle, est rétrogradé et se retrouve en froid avec son supérieur Ho. Comme si les choses ne pouvaient pas empirer, l’équipe est envoyée en mission finale : un groupe de voleurs vicieux s’est échappé dans les collines avoisinantes, et tous les membres disponibles de la PTU sont appelés à ratisser la zone. Les tunnels tortueux de la région, le paysage confus et le brouillard obscur présentent encore plus d’obstacles, rendant leur mission imprévisible et dangereuse. Avec même les forces de la nature contre eux, l’équipe de la PTU peut-elle s’en sortir pour cette dernière mission ?

Avis de Cherycok :
Présenté au Panorama du film de Hong Kong Film de 2009 à Bruxelles, au Festival du film asiatique de New York de 2009, au Festival Zero em Comportamento de 2009 à Lisbonne, et au Festival FanTasia de 2009 à Montréal, Comrades in Arms est le premier film de la saga depuis PTU à avoir droit à une sortie cinéma à Hong Kong. Il est d’ailleurs plus cinématographique et plus proche du PTU original que les autres films de la saga, malgré un budget qui semble toujours aussi réduit, alors qu’il est celui qui dans un sens s’en éloigne le plus puisqu’il place une bonne partie de son histoire en pleine forêt, à la montagne. C’est de nouveau Law Wing-Cheong qu’on retrouve à la réalisation, déjà derrière Tactical Unit – The Code.

Après une introduction efficace, on quitte la ville pour cette immense forêt, ce qui va permettre au réalisateur de créer de nouvelles situations et davantage de sensations fortes. Mais on reste dans PTU et donc ce qui restera malgré tout au centre de l’histoire, ça sera les personnages, mais aussi et surtout leurs relations, leurs rivalités. Car c’est de rivalités qui va être question ici, celles de deux équipes des PTU, déjà bien dysfonctionnelles, sur le point d’être dissoutes, mais des rivalités qui vont devoir s’effacer au profit d’un objectif commun : capturer des braqueurs qui se sont réfugiés dans la forêt. Le travail sur les personnages est toujours à saluer, le jeu des acteurs également et ils jouent beaucoup sur la tension qu’essaie de mettre en place le réalisateur dans cette forêt qui aurait parfois pu sortir d’un film fantastique tant l’ambiance qu’y s’en dégage est parfois, surnaturelle, voire onirique (les scènes dans la brume sont très bonnes). Malgré cela, c’est une fois de plus le réalisme qui va primer, aussi bien au niveau des personnages, qui ont leurs faiblesses, qu’au niveau de l’action, brute, froide, et du coup moins spectaculaire que dans certaines productions Milkyway, mais pourtant tout aussi intéressante et palpitante. Lam Suet tire comme à chaque fois son épingle du jeu et son personnage est tout bonnement excellent.

Tactical Unit – Comrades in Arms est un opus très solide de la saga mêlant habilement l’ironie comme le faisait son ainé. Le film n’apporte rien de bien surprenant, mais ce qu’il fait il le fait bien.

 


Précisons que pour Comrades in Arms, il y a deux versions sur le bluray, une de 1h20, une de 1h30.


Bonus Disque 5 :

Dans ce cinquième disque, nous retrouvons divers entretiens réalisés, en 2009 par le spécialiste du cinéma asiatique Frédéric Ambroisine, de plusieurs personnes qui ont participé à la conception de PTU ou des Tactical Unit. On y retrouve Law Wing-Cheong (29min), réalisateur de Tactical Unit The Code et Comrades in Arms, également monteur et réalisateur exécutif sur PTU. Il y a également Vincent Sze (18min), acteur sur deux opus des Tactical Units. Enfin, on retrouve Yau Nai-Hoi et Au Kin-Yee (7min30), scénaristes de talent ayant pas mal œuvré à la Milkyway puisqu’on leur doit les scénarios de The Longest Nite, A Hero Never Dies, Running Out of Time 1 et 2, Expect the Unexpected et bien d’autres. Et bien sûr, celui de PTU.

Les interviews sont intéressantes, aussi bien pour apprendre à connaitre ces personnalités sur qui le cinéma de Hong Kong a pu beaucoup compter, surtout dans les années 2000, que pour ce qu’elles vont nous apprendre sur le travail de Johnnie To, en particulier sur PTU. On y apprend de nombreuses informations et anecdotes, comme par exemple pourquoi les « suites » de PTU s’appellent Tactical Unit, pourquoi tout a été tourné en 35mm à l’heure où le numérique prenait le pas, que la moitié du budget alloué au premier téléfilm The Code a servi à acheter la pellicule et l’équipement, … Elles permettent d’avoir différentes visions du film, en fonction des postes qu’occupaient chacun et bien qu’il y ait parfois des redites entre elles, ou avec d’autres entretiens du coffret, cela reste très intéressant pour qui aime le travail de Johnnie To. L’interview de Yau Nai-Hoi et Au Kin-Yee est malheureusement un peu trop courte (car entrecoupée d’extraits) pour qu’ils développent suffisamment leur partie.

Bien que cela ne soit pas mentionné sur le coffret du film, on retrouve également un court making of de 5 minutes du film Tactical Unit – Comrades in Arms. On y voit quelques images off, des interviews des acteurs principaux et du réalisateur et bien entendu des extraits de bonus. Pas indispensable mais néanmoins agréable.






Titre : Tactical Unit: Partners
Année : 2009
Durée : 1h31
Réalisateur : Lawrence Ah Mon
Producteur : Johnnie To

Versions : VOSTFR (Version d’origine + version coupée)

Acteurs : Simon Yam, Maggie Siu, Lam Suet, Tang Ho Kwong, Tsui Tin Yau

Synopsis : Alors que des rumeurs circulent selon lesquelles le chef d’un gang indien disparu depuis longtemps, connu sous le nom de Black Molly, est sur le point de revenir dans la pègre, les agents de l’unité tactique Sam et May sont prêts à faire face aux problèmes qui en découlent. Velu, le bras droit de Molly, décide de quitter le gang après avoir purgé une peine de prison, mais son ancien partenaire Sonu se sent trahi et jure de le tuer. Pendant ce temps, Sonu est poussé sur la voie du non-retour lorsqu’il est chargé d’assassiner l’inspecteur en chef Chan, le supérieur de Sam et May…

Avis de Cherycok :
Lawrence Ah Mon est de retour pour cet ultime opus de la saga Tactical Unit après un très bon No Way Out. On retrouve les personnages habituels, on se rend compte qu’on a vraiment fini par s’attacher à eux et on est presque triste de se dire que c’est la « dernière » fois qu’on va les retrouver. Ah Mon va comme à son habitude s’intéresser aux gens, développer plusieurs arcs narratifs et tenter de les fusionner. On va suivre par exemple Velu, un indien qui ne peut échapper à son passé de criminel ; Rocky, la nouvelle recrue qui manque d’assurance et qui est maladroit dans son travail ; ou encore May, dans sa vie personnelle avec Ken. Mais au final, le réalisateur se rate un peu.

En effet, Tactical Unit – Partners manque de tension en étant trop bavard et en omettant presque tout élément d’action. Du coup, on a parfois cette impression de platitude alors que les thématiques que le film aborde sont intéressantes. Lawrence Ah Mon parle des problèmes sociaux, en essayant de creuser un peu plus loin que les simples luttes internes de la PTU. Il traite de l’immigration illégale, du racisme très présent à Hong Kong. c’est clairement noir et peu joyeux dans les thématiques que ça expose. Mais l’ensemble est parfois trop moralisateur et souvent pas très subtil. Alors soyons clairs, le film n’est pas mauvais pour autant. Les personnages sont toujours là, comme on les aime, et certaines scènes valent le détour. Seulement le manque de dynamisme et de punch font que le film est plus difficile à suivre que ses prédécesseurs.

Plutôt bien mis en scène, Tactical Unit – Partners pêche par des intrigues pas toujours passionnantes et un manque de scènes marquantes. Néanmoins, comme on s’est attaché aux personnages emblématiques de la saga, on passe malgré tout un moment agréable.

 


Bonus Disque 6 :

Yannick Dahan et son bagout sont de retour dans les bonus de Spectrum Films pour une discussion de 40 minutes dans laquelle, comme à son habitude, il va laisser exploser sa passion et nous parler de cinéma asiatique comme il en a le secret. Il donne sa vision du cinéma de Johnnie To, en particulier The Mission et PTU, mais aussi sur le cinéma de Hong Kong de manière générale. Comme ça avait été déjà le cas sur les bonus de A Hero Never Dies / The Longest Nite, il n’est pas toujours tendre avec Johnnie To, Dahan n’étant pas fan de toute sa filmographie, mais il explique néanmoins pourquoi To est une personnalité importante de la fin des années 90 année 2000 à Hong Kong suite à la fuite des réalisateurs HK aux Etats Unis (à cause de la rétrocession). Il est clair qu’il faut aimer la personnalité parfois exubérante de Dahan pour apprécier cet entretien, mais le flot d’information est tellement élevé que l’ensemble se révèle des plus intéressants et c’est ce genre de bonus qu’on se met en fond, sans forcément rester devant sa télévision, pendant qu’on fait autre chose, et qui passe tout seul.





A l’intérieur du coffret, dès qu’on ouvre la « porte » du boitier contenant les 6 disques, une petite surprise vous attend puisqu’on y trouve, alors que ça n’avait pas été annoncé (ou alors j’ai raté l’info) trois images du film et une de Johnnie To, en noir et blanc, façon carte postale, en papier cartonné plastifié de très bonne qualité. Un petit bonus idéal pour qui aime les goodies.

Mais le gros bonus supplémentaire, en plus de ceux présents sur les disques, c’est un livre de 166 pages écrit par Michel Ingham, enseignant-chercheur à l’Université Lingnan de Hong Kong, spécialiste du cinéma de Johnnie To et en particulier de PTU, et qui va parler du film de manière extrêmement détaillée, s’appuyant sur divers essais et études menés à Hong Kong par d’autres spécialistes du réalisateur. Le livre est découpé en plusieurs rubriques : Introduction, Dans la Nuit Périlleuse, Attendre l’inattendu : le Récit et l’Esthétique de PTU, et CODA : quelle est ton histoire ? Un Matin de Gloire ?. Une interview de Johnnie To par l’auteur conclura ce livre très intéressant, très détaillé, extrêmement bien documenté, peut-être trop pour l’amateur lambda de cinéma asiatique, mais malgré tout très facile à lire.


PTU est sorti chez Spectrum Films en coffret Blu-ray avec en plus les 5 films Tactical Unit au prix de 80€. Il est disponible à l’achat ici : Spectrumfilms.fr

En plus du film, on y trouve tous les bonus présentés ci-dessus, 4 photos et un livre de 166 pages.

0 0 votes
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
8 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Ryuji
Ryuji
13 janvier 2022 13:25

En terme de qualité HD qu’en est-il de ce coffret ?

Ryuji
Ryuji
Reply to  Cherycok
14 janvier 2022 16:52

Ok merci. J’ai aussi une télé de 10 ans et mon lecteur blu-ray c’est ma PS3.
Je n’ai jamais vu les suites vu le peu de bien que j’en ai lu mais les notes que tu leurs attribues me donne envie de me laisser tenter.

Nasserjones
21 janvier 2022 17:16

J’ai regardé No way out hier et j’ai été très surpris par la qualité de cette opus. C’est un épisode très sombre et très pessimiste qui m’a beaucoup fait penser à One nite in Mongkok. On reconnais direct la patte de Szeto Kam (scénariste de Dog bite dog, SPL. Exilé, Beyond hypthermia et bien d’autres) avec cette histoire désespérée. La photo est très belle avec certaines scènes jaunes/ocres très chouettes qui donnent pas du tout l’impression d’être devant un téléfilm. A noter la présence de Dereck Tsang dans le rôle principal, fils de Eric Tsang et devenu depuis un très bon réalisateur (l’excellent Better days). Par contre The code est nul à chien je trouve. J’ai eu l’impression d’être devant une série télé française de TF1.
Quand au film original de Johnnie To, c’est sans commentaires. Mon dvd Asian star est heureux de reposer en paix et de céder sa place au blu Spectrum.
Le livre est très moyen, c’est uniquement de l’analyse de scènes, sans vrai anecdotes, sans trop d’info, c’est beaucoup moins bien que le livre sur King Hu qui lui était une vrai bio passionnante. Mais c’est rattrapé par des contenaires entiers de bonus.
Sans avoir vu les 3 derniers films, je peux déjà dire que le coffret vaut largement le coup. On peut même dire indispensable

Nasserjones
Reply to  Cherycok
21 janvier 2022 18:13

En livre, celui que j’attends avec impatience c’est le livre de Arnaud Lanuque sur Tsui Hark. Son premier livre c’est mon livre de chevet, la bible du dan HK.