[Film] Tiger on the Beat 2, de Liu Chia-Liang (1990)


Lam, capitaine dans la police hongkongaise, approche la quarantaine mais ne peut pas s’enorgueillir d’états de service brillants. C’est pourquoi il souhaite réaliser un coup d’éclat avant sa retraite. Sa sœur l’appelle un beau jour des Etats-Unis pour lui annoncer l’arrivée prochaine de son neveu Buffalo et le charge de lui trouver une femme chinoise. Mais une fois à Hong Kong, Buffalo tombe amoureux d’une ravissante escroc, témoin involontaire d’un meurtre, qui va l’entraîner dans une sombre histoire de trafic de drogue…


Avis de Cherycok :
Je vous en ai parlé récemment, Tiger on the Beat (1988) est un classique du cinéma de Hong Kong catégorie comédie / action, bien qu’il soit au final bancal sur bien des points. Le succès a été au rendez-vous et donc, forcément, comme on l’aurait fait dans n’importe quel pays, une suite a vu le jour deux ans après. Tiger on the Beat 2 arrive donc en 1990 et, bien qu’il n’ait aucun rapport avec le premier film, une bonne partie du casting a rempilé, à l’exception de sa tête d’affiche, Chow Yun Fat. Ce deuxième opus traine derrière lui une réputation peu flatteuse, beaucoup le considérant comme une suite au rabais. On ne peut pas leur donner vraiment tort tant il est une « suite » vraiment très moyenne, qui tente de reprendre la recette de son ainé sans jamais réellement y arriver. La faute à quoi ? A un peu tout à vrai dire…

Chow Yun-Fat n’ayant pas voulu rempiler, il est remplacé par Danny Lee (The Killer, City on Fire). Mais très rapidement, on ressent son absence. On a beau aimer Lee, il n’a clairement pas le charisme ou la puissance comique d’un Chow Yun Fat déchainé pour faire des pitreries. Car bien qu’ils étaient loin d’être tous réussis, certains gags du premier film arrivaient à faire mouche et nous faire marrer. Dans Tiger of the Beat 2, on les cherche encore. On sent bien lorsque le film essaie de nous faire rire, mais il n’y arrive pas. Tout le premier tiers du film est d’ailleurs pratiquement gâché à faire courir Danny Lee et Conan Lee à travers Hong Kong pour trouver une épouse à ce dernier. Cela donne lieu à une série de petites blagues insipides, parfois gênantes (la scène sur le bateau). On nous sort en plus une intrigue secondaire romantique entre Dragon Lee et Ellen Chan (The Inspector Wears Skirts, Aces Go Places 5), mais là encore, ça rate le coche et ce n’est intéressant que par pointillés. Seules quelques répliques sur la rétrocession arrivent à nous tirer un sourire lorsqu’on connait un peu la peur qu’avaient les réalisateurs hongkongais à l’approche de 1997. On saluera par contre le casting assez monumental du film, plus particulièrement au niveau des seconds rôles et des cameos, avec des noms qui ne diront sans doute rien aux néophytes mais qui raviront tous les amateurs du ciné HK. Jugez par vous-même : Danny Lee, Conan Lee, Ellen Chan, Roy Cheung, Gordon Liu, John Cheung, Maria Cordero, James Wong Jim, Norman Chu, Melvin Wong, Mark Houghton, Robert Mak, Margaret Lee, Phillip Ko Wei, Wilson Tong, James Ha, Ridley Tsui ou encore Kung Yan-Yan. Le réalisateur Liu Chia-Liang a clairement appelé tous ses potes de la Shaw Brothers à la rescousse et tout un tas de kickeurs, bien qu’ils ne soient pas tous exploités, à l’instar de Melvin Wong, le méchant d’Une Flic de Choc, qui ne balance pas l’ombre d’un coup de pied.

Sur le fond, Tiger on the Beat 2 reprend la formule établie par son prédécesseur. Conan Lee est une tête brûlée qui va se retrouver constamment dans des combats et qui va sans arrêt mettre son partenaire en difficulté. Sauf qu’ici, l’action sera assez famélique dans la première heure, se retrouvant remplacée par les péripéties matrimoniales de notre duo de héros. Il y a malgré tout quelques combats et cascades mais rien de bien folichon. On ne retiendra de cette première heure que l’impressionnante cascade ratée de Dragon Lee qui lui valut de nombreuses semaines à l’hôpital, mais que Liu Chia-Liang s’est empressé de garder pour le montage final (nous la montrant même sous deux angles différents). Il faut attendre les 20 dernières minutes pour que le film se décide à passer la seconde et qu’enfin on ait ce qu’on est venu chercher : de l’action. Bien que ce gros final soit moins intense que celui du premier film, il est ponctué de séquences pas mal folles. On pourra par exemple citer le combat dans lequel Dragon Lee se retrouve pieds nus sur du verre (un hommage à Die Hard ?), et les nombreux moments où Ellen Chan s’en prend plein la gueule, assurant elle-même ses cascades. Elle se fait valdinguer sur une table, tombe plusieurs marches d’escaliers sur le dos, se retrouve suspendue plusieurs minutes dans le vide, … Bref, elle se fait bien malmener comme il faut. Mais l’ensemble n’atteindra jamais la puissance du combat à la tronçonneuse de Tiger on the Beat, la faute aussi par moment à une mise en scène de l’action très moyenne, avec des plans trop serrés et des coupes trop nombreuses ne permettant pas de réellement apprécier ce qu’il se passe. Bien que ces scènes d’action et leurs chorégraphies soient malgré tout au-dessus de la moyenne, il leur manque les moments mémorables qui ont fait de Tiger on the Beat un classique.

LES PLUSLES MOINS
♥ Des scènes d’action sympathiques
♥ Une belle brochette d’acteurs
♥ Quelques rares gags
⊗ Un humour qui tombe à plat
⊗ Une mise en scène très moyenne
⊗ Une première heure poussive
En tout point inférieur à son aîné, qui ne dépassait déjà pas le statut de divertissement décomplexé, Tiger on the Beat 2 ne réussit jamais à reproduire la recette qui a fait du premier film un classique du cinéma de Hong Kong. Une suite au rabais bien que malgré tout regardable.

LE SAVIEZ VOUS ?
• La scène où l’huile est renversée au sol, obligeant Conan Lee à se déchausser et se battre contre des sbires qui glissent, a été reprise par Corey Yuen lorsqu’il a chorégraphie des années plus tard Le Transporteur de Louis Leterrier.

• A cause de la blessure de Conan Lee lors de la fameuse scène du saut raté, ce dernier est de nombreuses fois doublé lors des scènes d’action suivantes. Le doubleur est d’ailleurs parfois très visible et un arrêt sur image suffit à s’en convaincre.



Titre : Tiger on the Beat 2 / 老虎出更2
Année : 1990
Durée : 1h34
Origine : Hong Kong
Genre : Suite au rabais
Réalisateur : Liu Chia-Liang
Scénario : Joyee Cheung, Kelvin Wong

Acteurs : Danny Lee, Conan Lee, Ellen Chan, Roy Cheung, Gordon Liu, John Cheung, Maria Cordero, James Wong Jim, Norman Tsui, Melvin Wong, Mark Houghton

 Lao hu chu geng II (1990) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
pti denis
15 décembre 2021 11:55

Une bouse et pourtant je suis un fan de Liu Chia-Liang.
Pas aussi nul que Drunken master 3 mais c’est quand même la loose ce film.
Le principe de l’huile dans un combat a déjà été utilisé par Liu Chia-Liang dans Heroes of the east (le meilleur film du monde!) et avant cela, dans la troisième volet de la trilogie Oyama avec Sonny Chiba : Karate for life.