[Film] Tiger on the Beat, de Liu Chia-Liang (1988)


Francis Li, un policier plus concerné par les filles que par le crime, se voit adjoindre un coéquipier survolté, répondant au nom de Michael Tso, avec qui le courant passe assez mal. Bon gré mal gré, le duo va se retrouver sur une affaire de meurtre liée à un important trafic de drogues et c’est là que les vrais ennuis commencent…


Avis de Cherycok :
« Classique » du cinéma de Hong Kong des années 80, sorti à l’époque chez nous en VHS chez HK Video, Je n’avais que très peu de souvenirs de mon premier visionnage de Tiger on the Beat si ce n’est que c’était une petite série B sympathique, qui ne cassait pas des briques, mais qui avait un final assez mémorable. 22 ans plus tard, après rafraichissement de ma mémoire, le constat est exactement le même : Tiger on the Beat est un divertissement pur jus qui fait passer un bon moment mais qui ne reste clairement pas dans les mémoires alors qu’il avait tout pour lui sur le papier : un réalisateur reconnu, un casting de fou furieux, une formule qui a maintes fois fait ses preuves.

Dans la deuxième moitié des années 80 à Hong Kong, le film de sabre n’est plus du tout à la mode. Certains réalisateurs des années 70/ début 80 n’ont eu d’autres choix que de changer de registre et de passer au polar, genre que des films tels que Long Arm of The Law ou Le Syndicat du Crime ont remis sur le devant de la scène. Yuen Woo-Ping s’est par exemple lancé dans les Tiger Cage, avec succès, et Liu Chia-Liang n’a pas eu le choix lui non plus et a donc décidé de transposer la comédie martiale au polar urbain avec Tiger on the Beat. Afin de l’aider dans cette entreprise, il va faire appel à une tête d’affiche d’affiche très en vogue à l’époque, Chow Yun-Fat (Le Syndicat du Crime, City on Fire, Tragic Hero). Pour l’épauler, on retrouve Conan Lee, fraichement revenu de sa première tentative aux States (Les Aventures de Jack Burton dans les Griffes du Mandarin), bien décidé à s’imposer à Hong Kong malgré une absence de formation martiale, heureusement compensée par de grandes qualités athlétiques. Autour de ce duo, tout un tas de têtes connues des amateurs de cinéma de Hong Kong, dont pas mal de rescapés de la glorieuse époque de la Shaw Brothers. On y croise donc Ti Lung (La Rage du Tigre, Cinq Maitres de Shaolin), Gordon Liu (Shaolin contre Mantis, Cat vs Rat), Norman Chu (Bastard Swordsman, The Lady Assassin), Phillip Ko Wei (The Boxer’s Omen, Shaolin Intruders) ou encore David Chiang (Le Bras de la Vengeance, Le Justicier de Shanghai)) dans des rôles plus ou moins importants. Comme souvent, celui qui va faire le show, c’est Chow Yun Fat, en mode dragueur, qui n’a jamais peur du ridicule, et au final toujours aussi à fond dans la coolitude. Son duo avec Conan Lee fonctionne bien.

Nous sommes donc ici dans une pure comédie d’action, sorte de L’Arme Fatale version HK. Tiger on the Beat est un buddy movie, avec comme souvent deux personnes très différentes mais qui vont devoir coopérer et apprendre à s’apprécier. Aux États Unis, c’était assez courant à cette époque, mais à Hong Kong, c’était quand même assez nouveau, ceci expliquant sans doute le joli succès du film au box-office. On a droit à quelques scènes vraiment funs, comme lorsque nos deux flics se voient obligés d’enlever leur pantalon pour essayer de sauver une victime. L’humour n’est pas des plus fins, mais il fonctionne plutôt bien car il est bien distillé du début à la fin. Le film ne se prend souvent pas au sérieux, mais certaines scènes comiques sont malgré tout contrebalancées juste avec des scènes très sérieuses. Il y a même des moments relativement violents, avec de grosses giclées de sang lors des impacts de balle, ou alors de la violence engendrée par la misogynie de certains films de cette époque. En effet, à mi-film, on nous balance à la gueule une scène de violence gratuite envers les femmes, relativement gênante à regarder, et vraiment malvenue. Et l’action dans tout ça ? Et bien comme on pouvait s’y attendre de la part de Liu Chia-Liang et de son équipe de cascadeurs, c’est du tout bon. Gunfights, courses poursuites, bastons, elles arrivent à intervalles réguliers. Conan Lee n’est certes pas un artiste martial à la base, il s’en sort relativement bien, réalisant lui-même ses cascades. Certaines sont d’ailleurs assez folles et il y a fort à parier que certains y ont laissé quelques os. Tiger on the Beat a son lot de scènes mémorables, comme son final assez fou de 20 minutes d’action non-stop, avec entre autres un combat de baïonnettes et surtout un autre, très connu, avec des tronçonneuses. Néanmoins, même si le film est bien fun comme il le faut, il lui manque un petit quelque chose pour vraiment marquer les esprits.

LES PLUSLES MOINS
♥ Le casting de fou
♥ Les scènes d’action, surtout le final
♥ Certains gags vraiment réussis…
⊗ … d’autres beaucoup moins
⊗ Les « entres-deux » bastons font parfois un peu remplissage
Tiger on the Beat est un divertissement pur jus, décomplexé de la première à la dernière minute. Néanmoins, on sent que Liu Chia-Liang n’est pas très à l’aise dans le polar urbain et son film n’arrive pas à atteindre des sommets.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Maria Cordero, qui a chanté dans l’excellent City On Fire de Ringo Lam avec Chow Yun-Fat, interprète également la chanson thème de ce film.

• La rumeur veut que Nina Li Chi n’était, à l’époque, pas très appréciée des citoyens de Hong Kong pour, entre autres, son manque de connaissance du cantonais. Les gens voulaient la voir en prendre plein la g… dans un film, ce qui expliquerait la scène où Chow Yun-Fat la violente. Ce dernier a affirmé qu’il n’avait pas du tout apprécié cette scène.



Titre : Tiger on the Beat / 老虎出更
Année : 1988
Durée : 1h32
Origine : Hong Kong
Genre : Heroic Comedy Bloodshed
Réalisateur : Liu Chia-Liang
Scénario : Chang Kwok-Tse

Acteurs : Chow Yun-Fat, Conan Lee, Nina Li Chi, Shirley Ng, James Wong Jim, Ti Lung, Gordon Liu, Norman Chui, Phillip Ko Wei, Shing Fui-On, David Chiang

 Lo foo chut gang (1988) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
14 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Feroner(@feroner)
Administrateur
21 octobre 2021 14:58

Comme tu dis pas un grand film mais très sympa.
La première fois quel je l’ai vu j’avais halluciné c’était une de mes première K7 HK vidéo, j’étais pas prêt.

Matt
Matt
21 octobre 2021 16:41

Jamais vu celui-là.
Les Chow Yun fat de l’époque que j’ai vu, ça va pas chercher loin : The killer, City on fire, le syndicat du crime. Et…voilà ^^

Matt
Matt
Reply to  Matt
21 octobre 2021 17:52

Eh ben non, je crois pas.
Je viens de chercher le titre VF parce qu’à l’époque c’est surement comme ça que j’ai aperçu la VHS ^^
Je pense que mon frère l’avait loué à l’époque mais j’ai pas du le voir.
C’était l’époque ou il louait des Jackie Chan et autres trucs HK.
J’ai vu The killer en VHS. City on Fire plus tard, en DVD.
Mais pas vu « à toute épreuve »
Il vaut le coup ?

Matt
Matt
Reply to  Matt
22 octobre 2021 9:45

Pourquoi ce mystère ?
C’est pour que je cherche la chronique sur le site ? Béh…cherché et pas trouvé…

Feroner
Feroner(@feroner)
Administrateur
Reply to  Matt
22 octobre 2021 14:39

C’est un des meilleurs films d’action de tout les temps.

gael
Reply to  Feroner
23 octobre 2021 14:47

C’est LE meilleur !
Durée du film 2h10
10 minutes de blabla, 2h d’action

Matt
Matt
Reply to  Matt
22 octobre 2021 18:43

Ok.
Je l’ai « trouvé » (avec « prison on fire » aussi)
Je vais me mater ça ce week end.
Je pensais que c’était The killer qui avait cette réputation de film d’action génial. Jamais entendu parler de Hard boiled.

Feroner
Feroner(@feroner)
Administrateur
Reply to  Matt
22 octobre 2021 19:29

Tu vas voir c’est du pur divertissement léger, pas comme les autres John Woo. T’as le super flic trop cool qui doit faire équipe avec un autre qui est pas du tout comme lui pour affronter un méchant très méchant.
C’était le dernier film de John Woo avant qu’il parte à Hollywood et il a voulu en mettre plein la vue à tout le monde. Et c’est réussi même encore maintenant. John Wick prend la fessée à côté.

Faze
Faze(@faze)
Reply to  Feroner
25 octobre 2021 3:21

Je confirme pour Hard boiled , si il n’est pas mon Woo préféré , niveau adrénaline et action pur jus c’est quand même de la folie ! (le fameux plan séquence de l’hopital avec l’ascenseur … bouclé en 2 ou 3 prises si je me souviens bien : Respect ! :p)