[Film] The girl Who Shagged Me, de Tom J. Moose (2005)

Une agent des services secrets Britanniques traque un docteur lunatique qui a volé le corps congelé d’une femme des cavernes à un archéologue.


Avis de Rick :
Cela faisait longtemps que je n’avais pas parlé d’un film de Misty Mundae, et je sais que cela vous manquait. Ou vu la qualité des films, que les captures vous manquent ! Car si j’insiste, on ne va pas mentir, c’est car il y a quelques petites perles dans le lot (Sinful, Chantal et quelques autres). Mais pour quelques bons films, combien de métrages désastreux qui ne racontent rien, ne sont pas amusants, et tournés en Mini-DV en une semaine voir moins. Mais j’insiste oui. La présence de temps en temps de quelques perles me remplit le cœur d’espoir (je suis optimiste des fois). Et puis le film du jour, The Girl Who Shagged Me, n’est pas réalisé par William Hellfire, et ça, c’est un bon point déjà. Erin Brown, enfin, Misty Mundae à l’époque, joue ici un agent des services secrets Britanniques qui recherche un docteur fou qui a volé le corps congelé d’une femme des cavernes. Le film a du être tourné au même moment que An Erotic Werewolf in London pour profiter de l’Angleterre et économiser le peu de budget récolté. D’ailleurs, la présence au casting d’Anoushka viendrait presque confirmer mes dires. Elle joue ici la déesse de la luxure parce que… ben oui, ça lui convient plutôt bien, voilà ! Alors, qu’est ce que ça vaut ? Et qu’est-ce que le métrage nous propose réellement durant les 1h15 qu’il dure ? Malheureusement, pas grand-chose. Mais toujours bien plus qu’un métrage de William Hellfire (comment ça je voue une haine sans fin à ce monsieur ?). Déjà, avec un tel titre, rappelant clairement la seconde aventure de Austin Powers, on se doute que le métrage va vouloir jouer, en plus de l’érotisme habituel, dans la cour des parodies. Bingo. Même si ça ne va pas bien loin, on détecte bien par-ci par-là quelques tentatives d’humour bienvenues pour dynamiser une aventure en soit pas bien palpitante.

On est loin des tentatives d’humour grasses et faciles (et parfois amusantes) d’un Lord of the G-Strings, mais c’est bel et bien présent, comme lorsque notre agent secret ira dans un hôpital psychiatrique pour y rencontrer Hannibal Letcher (un tueur… végétarien). Jouée par… Misty Mundae, qui va donc se donner la réplique à elle-même. Elle semble d’ailleurs s’amuser, puisque dans ces scènes, autant dans le rôle de l’agent que de Letcher, elle se montre naturelle et convaincante, comme si plus intéressée par cette proposition de jouer enfin des rôles plutôt que de se dénuder. Rassurez vous, la dame se dénudera. Mais il est dommage, comme toujours, que les scènes érotiques s’étirent en longueur, voir constituent le plus gros élément du film passé la moitié de sa durée, délaissant alors l’aspect parodique pour n’être qu’un métrage érotique soft. Un peu à la manière de Spider-Babe quelques années avant, qui après une première demi-heure très sympathique, ne faisait qu’accumuler les scènes, sans doute par manque d’idées, ou de moyens, ou des deux. Du coup, The Spy Who Shagged Me abandonne mi-parcours, arrête de raconter une histoire, et arrêter d’essayer de nous amuser, pour se contenter d’essayer de nous exciter. Et ça ne fonctionne pas, surtout que le métrage laisse alors Misty Mundae (l’élément commercial du film hein, quand même) de côté pendant une bonne partie du métrage. Oui, pendant une bonne demi-heure (sur 1h15, tout de même), la jeune femme disparaît totalement du métrage, après sa rencontre avec Letcher, avant de revenir pour les 15 dernières minutes, armée de son pistolet (en plastique) et de ses lunettes noires, car on le sait, pour être un espion, il faut des lunettes noires.

Et c’est totalement dommage encore une fois, tant la jeune femme se montre convaincante à l’écran, même habillée (je le précise, au cas où). C’est encore plus flagrant quand le métrage se décide à la mettre dans une scène face à Anoushka, qui au-delà de sa plastique plutôt avantageuse, n’a pas un grand jeu à proposer. Le film se permet alors de s’achever par une scène érotique entre les deux femmes au physique opposé, pour le plus grand plaisir des fans, et pour la plus grande stupeur des cinéphiles. Oui, quelques passages sont amusants, on reconnaît facilement quelques clins d’œil, à Austin Powers, à Star Wars, au Silence des Agneaux et j’en passe, mais le film s’attarde parfois beaucoup trop longtemps sur des éléments peu importants, peu amusants, et sur des scènes de sexe parfois trop longues pour passionner sur la durée. Quand à Misty Mundae, si chacune de ses rares apparences font plaisir, elle reste très en retrait la plupart du temps, n’ayant au final que deux ou trois scènes, réellement, un peu à l’image de Erotic Werewolf in London, qui mettait l’actrice en avant mais finalement, la faisait disparaître du récit durant plus de la moitié du film. Même cas de figure ici, alors que soyons honnête, elle reste la qualité première du film, de par son naturel à l’écran (et son joli minois, mais ça, c’est personnel). Une production Seduction Cinema finalement assez basique, pas forcément meilleure que les autres, mais pas parmi les pires.

LES PLUSLES MOINS
♥ Misty Mundae
♥ Quelques tentatives d’humour réussies
⊗ Un métrage un peu longuet
⊗ Des scènes érotiques trop longues
⊗ Misty Mundae très en arrière plan
note8
Nouvelle parodie érotique de la part de Seduction Cinema avec Misty Mundae. Pas la pire, mais pas la meilleure. On y retrouve les défauts habituels, et Misty Mundae est en arrière plan pendant plus de la moitié du titre, mais quelques scènes surnagent là-dedans.

Titre : The Girl Who Shagged Me

Année : 2005
Durée :
1h10
Origine :
U.S.A. / Angleterre
Genre :
Érotique
Réalisation : 
Tom J. Moose
Scénario : 
Andy Sawyer
Avec :
Misty Mundae, Anoushka, Frank Bowdler, Rob Taylor, Mark Standley et Rachel Travers

 The Girl Who Shagged Me (2005) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *