[Film] Terrifier, de Damien Leone (2016)


Monica, une star de la télévision, interroge la seule survivante du massacre du comté de Miles perpétré par Art le Clown, soi-disant mort par la suite. Après l’interview, Monica est attaquée par l’interviewée, qui la mutile en ricanant comme une démente. Parallèlement à cet événement, la nuit d’Halloween, Tara et Dawn, deux jeunes femmes, cheminent sur le trottoir jusqu’à leur voiture après une fête bien arrosée. Alors qu’elles discutent de leur soirée dans une pizzeria, Art le Clown fait irruption…


Avis de Cherycok :
J’étais en manque de films gores, une autre de mes grandes passions un peu déviantes dans le cinéma que je range du côté de celle du nanar et celle de la ghost kungfu comedy. Vous savez, ce gore qui tâche, qui montre tout, et qui préfère l’artisanal au CGI. Je me suis donc tourné vers Terrifier, sorti en 2016, qui a la réputation d’être sacrément sanguinolent. Un film présenté par Dead Central, le fameux site anglophone sur le cinéma horrifique, Terrifier est effectivement très généreux en termes de barbaque et de tripaille. Un slasher frontal qui rappelle ceux des années 80 dans leur jusqu’auboutisme et qui nous prouve qu’un boogeyman réussit faire sortir du lot un film au demeurant bien moyen. Ce boogeyman, c’est Art le Clown, et il vaut son pesant de cacahuètes.

Art le Clown, c’est un personnage que le réalisateur Damien Leone (rien à voir avec Sergio) avait déjà mis en vedette dans un court métrage en 2011, Terrifier, comme le film, qu’on retrouvait également dans l’anthologie horrifique All Hallow’s Eve en 2013. Devant le petit statut culte de cette dernière bobine, et devant l’engouement pour le personnage du clown, le réalisateur se lance dans le projet d’en faire un long métrage. C’est ainsi qu’en 2016, ce court métrage de 20 minutes devint un long métrage de 1h20. Le budget est serré, 100000$US, mais Leone est un petit malin. Et puis, un film gore, c’est avant tout les effets gores que les gens veulent voir. Et ça tombe bien, car son premier métier, c’est maquilleur et technicien en effets spéciaux. Mais de la bonne volonté et un travail minutieux dans le gore ne sont pas toujours suffisants et, disons-le tout de suite, quand on étire un court de 20 minutes en un long de 1h20, il ne suffit pas de le bourrer de meurtres bien craspecs. Oui, les amateurs de gore prendront du plaisir lors des meurtres, d’autant plus que ceux-ci sont nombreux, variés, et surtout bien sales. Enucléation, découpage de main, décapitation, couteau dans les yeux, scalpel dans la cheville, égorgement, femme coupée en deux par l’entrejambe jusqu’à la tête à la scie à métaux. Oui, Terrifier va assez loin, et tout à l’ancienne : latex, maquillage, fausse hémoglobine, le tout en gros plan au point qu’on frôle régulièrement le torture-porn. Le film est d’ailleurs interdit aux moins de 18 ans aux USA (-16 chez nous, nous sommes moins frileux).

Mais à côté de ça, le scénario fait preuve d’une grande pauvreté. On n’est vraiment pas loin de l’absence totale de fil conducteur. Une rue, un hangar, des meurtres, et ça s’arrête là. Le film est une succession de mises à mort des personnages qui petit à petit viennent se greffer à « l’histoire », et la tension n’est jamais présente. Du coup, oui, on s’ennuie entre les scènes gores, d’autant plus que les personnages sont des clichés (la blonde un peu cruche, la brune plus réfléchie, …). MAIS, notez les majuscules, c’était sans compter sur le boogeyman, le coupable de tous ces meurtres, Art the Clown. Un clown au charisme certain, entre le flippant, le malaisant et le grotesque, sans aucune pitié, avec son sourire ravageur et son jeu ultra théâtral façon mime Marceau jusque dans son mutisme. Un personnage absolument génial, interprété par un David Howard Thornton semblant habité par son rôle, qui nous montre toute sa folie au fur et à mesure que le film avance sans que le réalisateur ne nous dévoile le moindre détail sur qui il est, pourquoi il fait ça.
La réalisation est à l’image de son boogeyman, solide, visuellement réussie, avec une ambiance qui sombre petit à petit dans le poisseux, le malaisant (le suçage de pouce), mais sans jamais malgré tout oublier l’humour noir. Il faut avouer que cela compense un peu le jeu des acteurs qui n’est clairement pas toujours au top (le dératiseur par exemple).

LES PLUSLES MOINS
♥ Art the Clown
♥ Les effets gores nombreux
♥ Bonne mise en scène
⊗ Aucun scénario
⊗ Aucun enjeu
Objectivement parlant, Terrifier est un film d’horreur plutôt moyen. Mais son boogeyman extrêmement réussi, sa générosité dans le gore et sa courte durée en font un divertissement qui procurera beaucoup de plaisir aux amateurs d’effets sanguinolents et autre tripaille à l’air.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Il y a pas loin de 100 films répertoriés mettant en vedette un clown tueur.
• Le film a reçu 3 nominations au Fangoria Chainsaw Award dont celle des meilleurs effets spéciaux.
• Un Terrifier 2 est d’ores et déjà en préparation, par le même réalisateur, suite à une campagne de crowfunding réussie sur la plateforme Indiegogo (131000€ récoltés sur 50000€ demandés).
• La scène avec Art the Clown qui pédale sur un mini tricycle est un hommage à la franchise Saw et son Jigsaw ricaneur.


Titre : Terrifier
Année : 2016
Durée : 1h22
Origine : U.S.A
Genre : On se clownnait ?
Réalisateur : Damien Leone
Scénario : Damien Leone

Acteurs : Jenna Kanell, Samantha Scaffidi, David Howard Thornton, Catherine Corcoran, Pooya Mohseni, Matt McAllister, Katie Maguire, Gino Cafarelli

 Terrifier (2016) on IMDb


Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *