[Film] Taoist Master, de Wu Yingxiang (2020)


Zhang Daoling a reçu une demande d’aide de son ami Wen, et a emmené son disciple Wang Chang à Bashu. Cependant, il découvre que son ami est mort et qu’il était impliqué dans un complot terrifiant. Zhang Daoling va non seulement devoir lutter contre un sorcier, mais également contre ses démons intérieurs…


Avis de Cherycok :
Ça fait maintenant quelques années que la Chine produit une quantité hallucinante de films souvent destinés à ses plateformes de streaming. Des petites productions n’excédant que très rarement 1h30 afin d’être visionnées très rapidement et qui vont parfois mettre en vedette une ancienne star du cinéma de Hong Kong. Difficile de s’y retrouver dans cette masse de films qui, la plupart du temps, ne bénéficient même pas d’un sous-titrage anglais étant donné qu’ils sont en majorité destinés au marché chinois. Alors je suis de loin, d’un seul œil, je regarde des bandes annonces, et de temps en temps, je prends. Car oui, un film nommé Taoist Master (2020) pour le gros fana de Ghost Kung Fu Comedy, il fallait forcément que je m’y intéresse, surtout lorsque le rôle-titre est tenu par une tête bien connue des amateurs de films de castagne made in Hong Kong.

Disponible sur iQiYi, géant chinois du streaming, depuis Mai 2020, Taoist Master, également appelé Master Zhang, met en scène le maitre Zhang Daoling, interprété par Fan Siu Wong (Story of Ricky, Righting Wrongs, Ip Man), fondateur de la première organisation descendant du Taoïsme, luttant contre le puissant et maléfique sorcier Gu Ma qui kidnappe des jeunes hommes afin de les sacrifier lors d’un rituel censé lui donner la vie éternelle. Zhang va être aidé dans sa quête par la chasseuse Hong Ying et par Wu Xian, un ancien disciple de la secte du sorcier. Leur route va être semée d’embûches, d’autant plus que Gu Ma a envoyé ses hommes, spécialistes des poisons mortels, les arrêter. On nage clairement ici en plein film fantasy comme Hong Kong en avait pas mal pondu dans les années 80 et 90, mais remis au goût du jour par la Chine qui semble en réaliser des dizaines chaque mois. Il va être question ici d’arbre magique, de sacrifices à faire pour lui redonner vie, d’un vieux sorcier dangereux, de magie, de trahison. Mais premier problème, l’histoire de Taoist Master n’est jamais réellement intéressante et on finit par regarder sans réellement suivre ce qu’il se passe. Néanmoins, le réalisateur Wu Ying Xiang, dont c’est le premier film si je me fie aux maigres infos que j’ai pu dégoter ci et là, arrive à instaurer une ambiance des plus sympathiques, et ce dès la première scène, dans une forêt sombre et brumeuse. Le film bénéficie de superbes décors naturels, mais les décors en studio ont également eu droit à un soin tout particulier, et ce malgré un budget qui, si on se fie aux CGI, n’a pas dû être des plus astronomiques. En effet, si certains tiennent la route sans souci, d’autres sont beaucoup plus douteux (les scènes dans « l’enfer » du personnage de Zhang, les petites bestioles). Pour le coup, autant certains plans sont de toute beauté, autant d’autres font extrêmement kitchs.

Taoist Master va emprunter quelques éléments à la ghost kung fu comedy mais il restera au final très sage à ce niveau-là. Le personnage de Fan Siu Wong va bien utiliser deux ou trois techniques de nos célèbres fat-si, mais il tient plus du combattant classique de wu xia pian. De toute façon, il n’est clairement pas du niveau d’un Lam Ching-Ying en prêtre taoïste en termes de charisme, mais dans le domaine de la tatane, il se défend toujours aussi bien. C’est d’ailleurs également le cas de la jolie Zhang Dong et de Yue Dongfeng. Mais le gros problème, c’est que la mise en scène des combats ne permet pas de mettre leurs mouvements et, de manière générale, les chorégraphies en valeur. L’action est sur-découpée, sans plan large, remplie d’effets visuels pompeux à base de ralentis/accélérés, avec une caméra virevoltant dans tous les sens pour donner de la vitesse mais qui finit par donner le tournis. Du coup, même si ça reste regardable, difficile d’apprécier réellement quoi que ce soit. C’est dommage car les affrontements sont assez dynamiques et remplis d’idées sympathiques, mais ils sont gâchés par une mise en scène beaucoup trop frénétique et privilégiant l’impression de vitesse aux talents martiaux des acteurs. Malgré tout, l’ensemble est suffisamment rythmé pour ne jamais ennuyer et, malgré les nombreux points noirs du film, ça se regarde facilement.

LES PLUSLES MOINS
♥ De très beaux décors
♥ Quelques scènes bien fichues
♥ Bien rythmé
⊗ La mise en scène des combats
⊗ Pas mal de CGI moyens
⊗ Histoire pas passionnante
Même s’il ne marquera pas les esprits, Taoist Master est un wu xia pian saupoudré de ghost kung fu comedy correctement emballé. Si les scènes d’action avaient eu droit à un meilleur traitement, il y a fort à parier qu’il aurait bien plus retenu l’attention.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Un court making of du film est disponible durant le générique de fin, permettant entre autres de voir la conception de certains effets spéciaux ou de certains mouvements de caméra.


Titre : Taoist Master / Master Zhang / 龙虎山张天师
Année : 2020
Durée : 1h31
Origine : Chine
Genre : Mi-figue mi-litchi
Réalisateur : Wu Yingxiang
Scénario : Wu Yingxiang

Acteurs : Fan Siu-Wong, Zhang Dong, Li Lubing, Su Mao, Wang Hui Lai, Yue Dongfeng

 Zhang Sanfeng 2: Tai Chi Master (2020) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
1 novembre 2020 16:08

Fan Siu-Wong ressemble de plus en plus a Lo Lieh j’ai cru que c’était lui sur la première capture.
Le passage de nuits dans la foret a l’air super beau.
C’est vrais qu’il produise un nombre de Wu Xia Pian fantastique assez délirant. Récemment j’ai vu Fantazy magician (trouver chez billyboy) qui est pas mal du tout. La scène d’intro est totallement géniale c’est bien filmé surprenant des personnages pas possible qui débarque de tout les cotés. j’étais en train de me dire que j’avais dégoter le histoire de fantome chinois des années 2020. Mais non ce retombe après la scène d’ouverture et les comédiens sont pas top mais ca reste franchement recommandable.

Feroner
Administrateur
Reply to  Cherycok
1 novembre 2020 16:55

C’est bien vaguement la “suite” de The Thousands Faces of Dunjia. Mais attention il n’y a pas plein de monstres super moche il y a bien des SFX foireux mais c’est aussi envahissant. Et surtout il y de très bon passage comme la scène d’ouverture. Et ca dure que 1h23 pas le temps de s’ennuyer.

Last edited 28 jours Il y a by Feroner
Feroner
Administrateur
Reply to  Cherycok
2 novembre 2020 18:38

C’est “Pas aussi envahissant” que je voulais écrire.
Pour les chlorés de Fantazy Magician il y a de bonnes idées il y a une volonté de faire ça bien de proposer un truc original mais c’est un peut le bordel.