[Film] Monkey King : Hero is Back, de Tian Xiao Peng (2015)

Après avoir contrarié les Dieux, le tout puissant Roi singe se voit banni et emprisonné à tout jamais dans un bloc de glace dans les tréfonds d’une montagne. 500 ans plus tard, des trolls attaquent un petit village. Un jeune enfant arrive à fuir en se faufilant dans une étroite grotte dans la montagne. Devant lui, un bloc de glace que sa curiosité le pousse à toucher…


Avis de Cherycok :
La légende du Roi Singe a de très nombreuses fois été adaptée à l’écran dans le cinéma asiatique. Citons par exemple le double film A Chinese Odyssey (1995) de Jeff Lau, Journey to the West (2013) de Stephen Chow ou encore The Monkey King (2014) de Soi Cheang. Il est également très présent dans la littérature chinoise et on le croise même dans certains jeux vidéo comme dans League of Legend sous les traits du personnage Wu Kong. Il revient cette année une fois de plus mais sous la forme d’un film d’animation avec pour objectif de concurrencer directement Pixar et autres Dreamworks. Le pari est gagné puisque lors de sa sortie en juillet dernier, Monkey King : Hero is Back a écrasé toute la concurrence, dépassant même le tenant du titre qui était jusque là Kung Fu Panda 2, en rapportant la bagatelle de 153M$US au box office local, alors qu’il en a couté dix fois moins. Et cet immense succès est clairement justifié tant le spectacle qui nous est proposé a tout du grand divertissement familial.

La finalisation de Monkey King : A Hero is Back aura été plus que laborieuse. Par manque de budget suite à des soucis avec certains producteurs, le réalisateur a injecté une partie de son argent personnel et a décidé de lancer une campagne de crowdfunding qui rapportera au final plus de 1.2M$US. Plusieurs années de développement plus tard, le film sort enfin et connait un succès immédiat.
La première chose qui nous saute aux yeux, c’est que le film est vraiment très agréable visuellement parlant. Il est nécessaire de le préciser car ceux qui connaissent un peu le cinéma asiatique savent que l’image de synthèse n’est pas le fort de la Chine. Un très grand bond en avant a été fait. On oscille constamment entre le beau et le magnifique, dans un style très coloré, avec une patte graphique vraiment mignonne et agréable. On n’est pas encore dans du Pixar, il y a quelques textures parfois un peu en deçà et des détails pas toujours des plus précis, mais on s’en rapproche clairement. Il y a fort à parier que d’ici un ou deux ans, la Chine sera l’autre pays de l’animation dans le monde. Et il n’y a qu’à regarder les captures d’écran illustrant cette chronique pour s’en convaincre. Les paysages sont beaux, certains plans sont à couper le souffle, et les personnages très charismatiques à tel point qu’ils en deviennent immédiatement attachants. Le film semble avoir été fait pour être exploité en 3D tant les objets et autres personnages arrivant en zoom à l’écran sont nombreux.

Monkey King : Hero is Back est prenant dès les premières minutes. Outre le visuel auquel on accroche de suite (ou pas me direz-vous), c’est vraiment le mélange comédie / action qui fait mouche immédiatement. Le film suit un schéma assez classique au final dans sa construction, mais l’humour omniprésent fonctionne, aussi bien dans de vrais scènes comiques, que dans les scènes d’action tantôt humoristiques, tantôt haletantes. C’est d’ailleurs l’autre gros point fort du film. L’action est intense, parfois épique, ça déménage bien, ça rappelle sur bien des points des films asiatiques tels que Journey to the West cité plus haut ou encore Tai Chi 0. Les clins d’oeil, volontaires ou pas, sont d’ailleurs assez nombreux. Citons par exemple la cité des Trolls qui ressemble étrangement à Goblinville du Hobbit ou le grand méchant qui a de sacrés faux airs de celui des Nouveaux Héros (de Disney).
En fait, c’est le film tout entier qui tient la route, et même en partant avec des aprioris comme ça avait été le cas pour moi (bah oui quoi, quand on voit les SFX bien moisis de certains de leurs blockbusters…), on se surprend à être surpris par la grande qualité de la chose, aussi bien visuellement, narrativement que musicalement. Seul bémol sur ce dernier point, une musique un peu rock qui n’a que peu de chose à faire ici si on prend en compte le genre et l’époque du film, mais qui là aussi semble nous renvoyer directement à la chanson la plus connue du film Les Nouveaux Héros. Est-ce voulu, aucune idée, mais on aurait pu clairement se passer de ce morceau pas forcément adéquat. A noter une fin presque politiquement incorrecte pour une production chinoise…

LES PLUSLES MOINS
♥ Visuellement enchanteur
♥ Des personnages réussis
♥ Prenant de bout en bout
⊗ Histoire classique
Monkey King : Hero is Back mériterait clairement une sortie en salle un peu partout dans le monde tant le spectacle proposé a tout du grand divertissement familial. Sans conteste le meilleur film d’animation chinois. Une excellente surprise !



Titre : Monkey King : Hero is Back /西游记之大圣归来
Année : 2015
Durée : 1h25
Origine : Chine
Genre : Quand les chinois concurrencent les américains
Réalisateur : Tian Xiao Peng
Scénario : Cory Edwards, Tian Xiao Peng, Stephanie Cheh

Avec les voix de : Kannon Kurowski, Joey Richter, James Hong, Feodor Chin, Jiurong Liu, Lei Zhang, David S. Jung, Nika Futterman, Zijie Lin, Jon Olson, Stephanie Sheh, Zirong Tong

 Xi you ji zhi da sheng gui lai (2015) on IMDb





















Les derniers articles par Cherycok (tout voir)
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Éditeur
28 novembre 2015 16:55

Je vais essayer de me le trouver ca fait envie, enfin de belle image de synthèse Chinoises.
Je ne connais pas ce jeu League of Legends, j’ai un vieux jeu d’arcade (romstation très bon émulateur) sur le roi singe c’est oriental legend, un bon beat’em all.

Rick
Administrateur
29 novembre 2015 22:44

J’admet, ton avis me motive bien là, ça a l’air beau dans son style 🙂

Chan WokiNTERpOLE
Chan WokiNTERpOLE
3 avril 2017 8:50

quelle bande de trou du cul en France, tous ces distributeurs qui ont la main mise sur le cinéma et qui boycottent des perles qui ne viendront jamais en France alors qu’il est traduit dans presque toutes les langues c’est vraiment un pays de merde : fuck !