[Film] Mission Impossible – Fallout, de Christopher McQuarrie (2018)


Ethan Hunt et son équipe d’agents de l’organisation « Mission impossible », ainsi que le ministre et ancien chef de la CIA Alan Hunley et l’agente britannique Ilsa Faust, reviennent une fois de plus dans une course contre la montre alors qu’ils doivent se battre pour sauver la planète du « Syndicat » et de son chef maléfique Solomon Lane.


Avis de Iris :
Ce n’est pas que la saga des Missions impossibles ne m’a jamais vraiment intéressée mais je dois bien l’avouer, elle ne m’a jamais vraiment intéressée. Alors lorsque l’avis posté par Feroner cet été vantait les scènes d’action d’un « Plus grosse claque action à l’ancienne depuis the raid. », j’avoue que mon sourcil s’est levé… Un coup d’œil à mon Chery et nous voilà lancés à l’assaut des salles obscures. Eh bien oui, moi aussi je l’ai bien prise cette claque !

Alors n’en déplaise aux passionnés mais ce n’est pas le scénario qui nous a vraiment émoustillés. Non, l’histoire est une histoire somme toute assez banale de traque de méchants terroristes qui en veulent au monde entier et qui, suite à la bourde impardonnable d’un Ethan Hunt un peu trop émotif et sentimental refusant de laisser mourir son copain, s’emparent de pas moins de trois charges de plutonium hyper méga dangereuses avec la ferme intention de s’en servir là où ça fera très mal. Tu vois Ethan où ça nous mène quand un agent manque de professionnalisme ??? Et donc bien entendu, il va falloir que l’IMF répare tes conneries… Christopher McQuarrie tente bien de nous tenir en haleine et de nous servir la panoplie habituelle des films d’espionnage en mêlant CIA, MI6, où on est sensés ne pas savoir qui sont les gentils et qui sont les méchants mais ce n’est pas là une réussite retentissante tant il est aisé assez rapidement de deviner qui est qui. Non, Christophe McQuarrie ne nous scotchera pas au fauteuil par un revirement inattendu tel qu’il avait su le faire avec son génialissime Usual Suspects. Mais au final, peu importe car tout ceci n’a d’autre finalité que de pousser notre casse-cou de Tom Cruise à se lancer corps et âme dans l’aventure. Voilà. C’est un Mission Impossible.

Non, là où le film fait très fort, c’est dans sa volonté de mettre au premier plan l’action et plus particulièrement les courses poursuites, le tout pour partie dans un Paris très bien filmé. Mission impossible 6, c’est un film où ça court, où ça conduit des voitures, des motos, des camions, des hélicoptères et où on reste captivé par la performance des différentes scènes. On note très très peu de fond vert et la préparation des cascades a pour certaines pris jusqu’à deux ans. Les acteurs (autant Tom Cruise que Henry Cavill) s’y sont préparés et en ont réalisé la plupart. Les courses poursuites dans Paris ont également été filmées en décor réel et la ville de Paris a, pour ce faire, bloqué des rues et fermé plusieurs sites pour le tournage. Les scènes ont consommé quelques BMW des années 80 et ça sent bon la tôle froissée. Le rendu est parfait ! On est pris par cette action qui, mission impossible oblige, fait tout dans la démesure mais quel bonheur pour une fois de trouver dans un film à aussi gros budget ce type d’action aussi bien réalisée et filmée. Alors petit tacle gratuit pour la Marvel Family : voilà ce que ça donne sans ordinateur, et avec « à peine » 178 M$US. Leçon !
La photographie est également très belle, jusque dans les scènes où l’action se situe au Cachemire, les paysages sont très beaux. Encore une fois, la Nouvelle Zélande, où ont été tournées les scènes de montagne, nous offre ses sublimes panoramas.

Le casting est également très bon et même si l’éternelle jeunesse de Tom Cruise continue de nous interroger, l’implication des acteurs ressort réellement à l’écran. La collaboration entre eux qui pour certains se côtoient depuis le début de la saga semble réelle. McQuarrie et Cruise quant à eux bossent ensemble une nouvelle fois après le cinquième volet de la saga et quelques autres films où McQuarrie était soit réalisateur, soit scénariste ou producteur. C’est d’ailleurs la première fois dans l’histoire des Mission Impossible que l’on confie à un même réalisateur la conduite de plusieurs métrages. Cela permet une réelle continuité puisque ce film est une suite directe du précédent. Même s’il est à noter, aux dires des puristes, que l’humour est nettement moins présent dans ce dernier volet.

LES PLUSLES MOINS
♥ L’action
♥ Les courses poursuites
♥ Les paysages
⊗ Scénario lambda
⊗ Des twists qu’on sent venir
Mission Impossible – Fallout reste un Mission Impossible avec ce que cela comporte de démesure et d’incohérences mais il fait passer sans difficulté deux heures et demies bien rythmées, sans ventre mou, et nous donne un spectacle rare d’action à l’ancienne. Un pur bonheur !



Titre : Mission Impossible – Fallout
Année : 2018
Durée : 2h27
Origine : U.S.A
Genre : Impossible n’est pas Hunt
Réalisateur : Christopher McQuarrie
Scénario : Christopher McQuarrie

Acteurs : Tom Cruise, Henry Cavill, Ving Rhames, Simon Pegg, Rebecca Ferguson, Sean Harris, Angela Bassett, Michele Monaghan, Alec Baldwin, Vanessa Kirby

 Mission: Impossible - Fallout (2018) on IMDb
















Iris

Aime tout ce qui de près ou de loin fait appel à tout sauf au réalisme, fan de SF, tombée petite dans l’Heroïc Fantasy, amatrice de grandes sagas impliquant Elfes, nains et autres trolls, fan de vampirades en tous genres ou de délires Lycanthropiques. Peut se satisfaire de l’esthétique et relativement bon public dès lors que cela ne concerne pas les requins à trois têtes ou la nouvelle vague. Impressionnable en cas de scènes de torture ou d’esprit malfaisant, a parfois besoin de décompresser devant un gros blockbuster décérébrant.

8 Comments

Add a Comment
  1. Je me fais le 5 bientôt, comme ça je pourrais enfin enchaîner sur le 6 ^^

  2. Autant te dire que moi j’ai vu le 6 en ayant vu des bouts du 1, le 2, et c’est tout. Ca ne m’a pas empêché de beaucoup aimé ce 6ème opus. Le film en lui même, bon bah c’est une accumulation de trucs improbables mais on sait que ca va etre ca quand on se lance dans Mission Impossible. Mais les scènes d’action sont monstrueuses. Et si elles sont aussi impressionantes, c’est car les CGI ne sont utilisés qu’en dernier recours et que le réalisateur, un peu comme Miller pour son Mad Max Fury Road, a voulu de la vraie cascade, de la vraie tôle froissée, de la vraie explosion. Et le résultat à l’écran a clairement une autre gueule que la soupe de numérique qu’on nous sort habituellement. La baston dans les toilettes est juste énorme.

  3. Ca fait plaisir d’être écouté!!
    En tant qu’avocat Marvel même si il est bien payé Robert Downey jr a du mal a s’envoler dans les air et a envoyé des rayon d’énergie avec les main.
    Les scènes d’actions mettent tout le monde d’accord le scénario et les twists aussi, mais le fin elle m’a vraiment gêné ce truc de dire qu’on a besoin d’un type impulsif qui pette les plombs qu’en un de ses proche est en danger… heu c’est complètement con non en plus il pouvait allez voir le vieux black AVEC la valise.
    MI c’est une bonne saga surtout depuis le quatre.

  4. J’adore la saga Mission impossible, autant dire que j’ai pris mon pied comme c’est pas permis devant ce 6ème volet, ce rythme infernal, ces scènes d’action colossales et hyper bien torchées, j’ai beau être dingue des James Bond, depuis le 4ème Mission impossible, ils se font ratatiner en beauté par la saga de Tom Cruise.

    Une tuerie ce Fallout!!

  5. Mi est supérieur a JB mais uniquement pour ce qui est de l’action.
    La réalisation de Sam Mendes bien plus classieuse que celle de McQuarrie les méchant c’est quand même autre chose Mads Mikkelsen fait le minimum mais avec ca tronche on s’en rappelle, Javier Bardem est génial dans Skyfall, Mathieu Amalric s’en sort très bien en méchant décontract, et Christoph Waltz ce ramasse un peut mais il a une présence alors que de fallout on a un vieux barbu qui fait la gueule et les autres film je m’en rappelle même plus.
    L’humour de MI j’aime pas trop alors que j’aime beaucoup le ton décalé provocateur de James Bond. Et puis JB il arrête pas de ce prendre des grosses murges et enchaine les coucheries sans lendemain car il risque souvent ca vie, MI a ce niveau c’est bien politiquement correct.

  6. En tout cas MI ca doit être la seule saga de film a devenir vraiment bien a partir du 4 !!!

  7. Mouais… Bah je suis un peu déçu. J’en attendais des monts et merveilles, et au final… A part les scènes d’action (excellentes), j’ai trouvé le reste très moyen, pour ne pas dire mauvais. Le scénario, les rebondissements sont ridicules. Les dialogues sont longs, inintéressants (on t’explique un truc, un machin, un complot, un mécanisme…). Le côté carte postale de Paris m’a bien fait marrer. Sans parler des personnages incarnés par Pegg et Rhames dans le rôle d’hommes de terrain… Je préfère largement MI 1, et de mémoire le 4 – il faut que je revoie les autres pour me rafraichir la mémoire. Ça reste un bon divertissement, bien sûr. Le final est top par exemple – même si, encore une fois, le coup “le câble tombe, mais non, il reste un millimètre, il tombe, mais non, il reste la moitié d’un millimètre, l’hélico tombe mais non il est rattrapé par une pierre, il retombe mais il est de nouveau rattrapé par la moitié d’une pierre”… ça va cinq minutes… Sympa malgré tout. Mais bien content de ne pas avoir payé deux places de ciné pour ça.

  8. Nous on va dans un ciné associatif à 5€ la place, du coup même si c’est pas terrible, ce n’est pas grave. Mais quand je dis que j’ai beaucoup aimé ce mission impossible, je parle des scènes d’actions. Je ne vais pas voir un Mission Impossible pour ses dialogues, son scénario ou quoi que ce soit. Là j’ai eu de l’action qui déboite, avec du CGI réduit au strict minimum, donc j’étais super content ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017