[Film] L’Exorciste, de William Friedkin (1973)

En Irak, le Père Merrin est profondément troublé par la découverte d’une figurine du démon Pazuzu et les visions macabres qui s’ensuivent. Parallèlement, à Washington, la maison de l’actrice Chris MacNeil est troublée par des phénomènes étranges : celle-ci est réveillée par des grattements mystérieux provenant du grenier, tandis que sa fille Regan se plaint que son lit bouge. Quelques jours plus tard, une réception organisée par Chris est troublée par l’arrivée de Regan, qui profère des menaces de mort à l’encontre du réalisateur Burke Dennings. Les crises se font de plus en plus fréquentes. En proie à des spasmes violents, l’adolescente devient méconnaissable.


Avis de Rick :
Depuis sa sortie en 1973 et même avant durant sa production, L’Exorciste n’a fait que parler de lui. À cause du livre, véritable succès, à cause de William Friedkin, réalisateur maniaque et parfois un brin tyrannique avec ces acteurs, à cause de son statut de film le plus effrayant de tous les temps, et de film d’horreur le plus rentable de l’histoire du cinéma. Aussi à cause de sa calamiteuse suite pourtant signée John Boorman sortie en 1978. Ou de sa préquelle tardive à deux visages, avec deux réalisateurs (Paul Schrader et Renny Harlin, rien à voir n’est-il pas ?). Ou grâce à une partie de ces éléments… ? Toujours est-il que l’Exorciste, sorti en 1973 est un excellent film. Un film maîtrisé de bout en bout même ! Est-il le film le plus effrayant de tous les temps ? Absolument pas ! D’ailleurs, à part durant sa dernière demi-heure, il est possible de ne voir dans le métrage qu’un drame. Passé le prologue, efficace et mystérieux avec Max Von Sydow parti en Iraq faire des fouilles, le métrage reprend en Amérique, dans une petite ville pour nous présenter, doucement mais sûrement, la famille MacNeil, du moins, la mère et la fille. Le père, on ne le verra jamais, parti en Europe pour son travail. La mère travaille dans le monde du cinéma, et la fille, Regan est encore toute jeune. Le scénario, signé William Peter Blatty (qui produit le métrage et adapte donc son propre roman) prend tout son temps pour s’installer et surtout pour nous faire comprendre les personnages, et nous les faire apprécier. Trop longtemps dirons certains.

Cette partie s’avère pourtant excellente, et brase des thèmes on ne peut plus intéressants. Et surtout, nous donne une vision du bien et du mal assez éloignée des concepts habituels. Oui bien entendu, il sera question d’église, de foi, de bien et de mal, mais ici, le mal prend possession d’une fillette, et le bien sera représenté par deux prêtres, l’un venant de perdre sa mère et en même temps sa foi, l’autre étant vieux et malade, mais ne refusant jamais un petit peu de whisky dans son café. Le mal tout comme le bien est omniprésent. La mise en scène lente et appliquée de Friedkin nous le fait sentir, à chaque ruelle, à chaque coin de rue, avec des mouvements de caméra lents. Friedkin place son intrigue et ses éléments dans un cadre hyper réaliste. Quand les événements dits surnaturels arrivent, les auteurs n’y vont pas à fond encore, préférant jouer sur le doute, avec la présence d’explications rationnelles, comme la maladie. Le doute est certes là, mais L’Exorciste prend alors des allures de drame, un drame sur la famille, sur la maladie, et l’acception de celle-ci par les proches. Le rapport de l’enfant à ses parents est grand, et double dans le métrage, puisque l’on aura autant Regan et sa mère, que le père Karras et sa mère, malade. La maladie nous est montrée sous deux regards différents : la vieillesse et l’adolescente. Friedkin insiste bien dessus, soigne l’emballage, et dirige ses acteurs magnifiquement bien, et fait augmenter le malaise du côté de la famille, donc de la mère de Regan et du père Karras.

Mais avec un titre tel que l’Exorciste, il faut également livrer la marchandise, et Friedkin se laisse alors aller à une partie beaucoup moins réaliste, et beaucoup moins subtile, laissant le côté dramatique de côté pour se focaliser sur l’horreur et sur des effets chocs. L’exorcisme en question durera 30 minutes environ, et Friedkin ne nous fait rien rater, adoptant un style limite documentaire, nous faisant endurer cet événement quasi en temps réel. On pourra dire que les effets se font plus grotesques (la tête qui se tourne), mais ça fonctionne, et la tension est là. Effrayant donc comme le dit beaucoup de monde ? Pas du tout ! La tension est palpable, l’ensemble tient très bien la route, Max Von Sydow et Jason Miller sont poussés à bout par le réalisateur, tout comme Linda Blair, et livrent des performances remarquables, mais pourtant, c’est lors de sa description du mal être au quotidien, beaucoup plus encré dans notre réalité que l’Exorciste touche au génie. À ce propos, mieux vaut éviter la version longue sortie en 2001, rajoutant quelques scènes et quelques effets chocs inutiles, retirant la force de la première partie, se voulant dés le départ plus sobre, et venant ajouter quelques moments au final.

LES PLUSLES MOINS
♥ Une excellente mise en scène
♥ Des thèmes très intéressants
♥ Des acteurs poussés à bout
♥ Prenant de bout en bout
⊗ Mais pas le film le plus effrayant de tous les temps
⊗ La version de 2001
note8
L’Exorciste est un film beaucoup plus intelligent et subtil qu’on ne le pense dans sa première partie, avant de laisser place aux effets chocs dans la seconde.



Titre : L’Exorciste – The Exorcist

Année : 1973
Durée :
2h06
Origine :
U.S.A.
Genre :
Fantastique
Réalisation : 
William Friedkin
Scénario : 
William Peter Blatty
Avec :
Ellen Burstyn, Max Von Sydow, Jason Miller, Linda Blair, Lee J. Cobb et Mercedes McCambridge

 The Exorcist (1973) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

3 Comments

Add a Comment
  1. Il fait parti de ces films cultes que j’ai vu sur le tard, genre j’avais 20 ou 22 ans la première fois que je l’ai vu, et je m’y suis fait chier comme un rat mort devant (comme sur le premier Texas Chainsaw par exemple). Et à aucun moment, je n’ai trouvé ça effrayant, même si je conçois que à l’époque, il a du en faire fuir plus d’un des salles de cinéma !

    1. Moi aussi je l’ai vu pour la première fois dans les année 90, il m’a pas fais peur, mais lors de sa sortie en 73/74 les gens étaient plus puritain et moins habituées à ce genre de films d’horreurs, surtout en voyant une jeune adolescente tenir des propos injurieux et des geste obscène. 

      1. Oui oui,c ‘est ce que je dis, il faut remettre le film dans son époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *