[Film] G.I. Joe : Conspiration, de Jon M. Chu (2013)

Après avoir été trahie et décimée par une organisation terroriste, l’équipe des GI Joe réalise que le gouvernement a été infiltré et que notre monde est au bord de la destruction. Sans alliés, sans renforts et sans personne à qui se fier, Roadblock et ses GI doivent identifier l’ennemi pour tenter de sauver notre civilisation. Ils font alors appel à celui qui a donné son nom à leur corps d’élite : Joe Colton.


Avis de Cherycok :
J’avais exprimé mes craintes à propos du premier opus de G.I. Joe sur ma critique récente de ce dernier. Et finalement, le portnawak et le fun qui se dégageaient du film l’avaient emporté au point de réellement me faire aimer le bousin. Ni une ni deux, nous voilà donc lancés dans ce deuxième opus parce que quitte à se vider le cerveau un soir, autant se vider le cerveau un deuxième soir. Sauf que G.I. Joe : Conspiration me faisait encore plus peur que son ainé. La raison ? Le nom de son réalisateur, Jon M. Chu, coupable de bobines telles que Sexy Dance 2, Sexy Dance 3 et Jem et les Hologrammes, des films peut-être très biens pour qui aime les films musicaux mais moi ça me donne de l’urticaire, et des deux documentaires musicaux sur Justin Bieber, Justin Bieber : Never Say Never (2010) et Justin Bieber’sBelieve (2013). Oui, mes craintes sur Stephen Sommers et le premier volet, c’était du pipi de chat à coté ! Et donc autant sur le premier volet, n’en attendant strictement rien, la surprise fut totale, autant sur celui-ci, je m’attendais à un navet, et j’ai eu un bon gros navet.

Pour ce deuxième volet, le réalisateur et les producteurs ont essayé de faire un film qui continue l’histoire du premier, en gardant certains personnages clés, mais en optant pour un ton résolument plus réaliste. Exit donc les armes futuristes tirants des boulettes à plasma, les véhicules terrestres, volants et sous-marins aux design proches d’un spaceopera, ou encore les scènes complètement improbables à base d’armures qui accélèrent les capacités humaines. Et pour le coup, exit le fun. Et c’est le trèèèèèèès gros problème de ce G.I. Joe : Conspiration, le film se prend beaucoup trop au sérieux et perd pour le coup tout son intérêt. Cela ne signifie pas qu’il ne reste pas quelques scènes un peu nawak, comme ce combat entre ninjas en mode corde de rappel sur un flan de montagne enneigé, ou encore quelques lignes de dialogues qui font sourire. Mais même là, on sent que le film n’a pas du tout été fait dans le même esprit et qu’il ne cherche juste qu’à essayer d’impressionner le spectateur en lui disant « Hey, vous l’avez vu notre scène avec des ninjas qui se battent à moitié dans le vide ? Vous l’avez jamais vue hein ? C’est classe hein ? ». Ben non, ce n’est pas classe, surtout lorsqu’on a vu le film Duel to the Death (1983) de ChingSiu-Tung qui 35 ans avant l’avait déjà fait (même si je conçois que ce dernier film est inconnu pour sans doute 99.9% de la population).

En fait, G.I. Joe 2 a pris tous les défauts de son ainé sans en prendre les qualités. Bon, il est vrai que les effets spéciaux sont bien plus réussis et la destruction de Londres façon Roland Emmerich est visuellement impressionnante, là où ceux du premier avaient tendance à virer dans le kitch (et ce malgré le gros budget). Pourquoi ce ton si sérieux ? Pourquoi ces scènes imbuvables au suspense nul ? Redonnez-nous le nawak du premier ! En l’état, G.I. Joe 2 ressemble à n’importe quel autre blockbuster d’action sans âme. Et comme beaucoup de ces blockbusters, il opte pour un montage ultra cut parce que, allez savoir pourquoi, ils doivent penser que ca rend mieux à l’écran. Sauf que moi, 5 coupes (j’ai compté) pour une scenette de 2 secondes où un ninja fait juste un tour sur lui-même, j’appelle ça du foutage de gueule. Sincèrement, une scène d’un seul plan en vue un peu éloignée, ça aurait été bien plus classe non ? Et c’est comme ça pour tout. Là où le premier choisissait une manière de filmer un peu plus à l’ancienne, ici c’est monté à la hache. Un peu comme si on avait la flemme de faire et refaire la même scène pour avoir la bonne, et qu’on préférait tourner 10 fois la même scène sans trop se préoccuper de ce qu’on fait, puis que le monteur allait prendre plein de petits bouts de toutes ces scènes et essayer de n’en former qu’une seule. En se disant bien entendu que ca va donner du dynamisme à l’ensemble. Personnellement, je trouve ça visuellement fatiguant et surtout ça donne lieu à des scènes souvent illisibles qui, lorsqu’on les regarde de plus près, défient parfois toute logique, avec des poses de personnages qui ne sont pas les mêmes d’un plan rapide sur l’autre. On se consolera avec le fait que le film soit avare en scènes d’action et que du coup nos yeux ne sont pas trop sollicités mais au final, on s’emmerde royalement… Ah oui, parce qu’en plus, comme si ca suffisait pas, le film sait se faire ennuyeux lors de scènes de parlottes inutiles qui auraient sincèrement être pu coupées au montage.
Un style qui change, une manière de filmer qui change, un rythme qui change et une partie du casting qui change. Et là non plus, pas en bien. Certes, Dwayne Johnson est toujours aussi impressionnant, mais les nouvelles recrues du film sont complètement transparentes. Que ce soit D.J. Cotrona (la série Une Nuit en Enfer), Adrianne Palicki (Legion, John Wick), RZA (The Man with the IronFist) et même Bruce Willis en mode badass vieillissant, ils n’apportent strictement rien. A croire que les acteurs du premier avaient peur de se retrouver de nouveaux aux Razzie Awards et ont décidé de ne pas embarquer sur ce deuxième navire.

LES PLUSLES MOINS
♥ Les effets spéciaux
♥ La photographie
⊗ Où est le fun ?
⊗ Un montage qui pique les yeux
⊗ Mal rythmé
G.I. Joe : Conspiration est un ratage sur toute la ligne. Trop sérieux pour être amusant, pas assez rythmé pour être prenant, trop mal mis en scène pour être intéressant. Décidément, ce film n’a rien pour lui…



Titre : G.I. Joe : Conspiration / G.I. Joe : Retaliation
Année : 2013
Durée : 1h50
Origine : U.S.A
Genre : : Suite au rabais
Réalisateur : Jon M. Chu
Scénario : Rhett Reese, Paul Wernick

Acteurs : Dwayne Johnson, Adrianne Palicki, Ray Park, D.J. Cotrona, Jonathan Pryce, Ray Park, Byung-Hun Lee, Bruce Willis, Channing Tatum, Ray Stevenson, RZA, Elodie Yung, Arnold Vosloo

 G.I. Joe: Conspiration (2013) on IMDb














Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

5 Comments

Add a Comment
  1. J’ai ri deux fois, j’ai pleuré des larmes de sang souvent… Comme tu le dis le montage est fait au hachoir, c’est pas un film, c’est de la chair à saucisse visuelle. Après tu le soulignes également, il y a peu de scènes d’action (contrairement au premier qui est généreux sur ce plan) mais quel ennui….A oublier!
    Par contre j’aime beaucoup Byung-Hun Lee qu’on avait pu voir dans A bittersweet life. Dommage a fortiori que les combats de sabre soient charcutés car c’était une bonne scène du 1.

  2. Oui, cet acteur est excellent, même si parfois un peu monolithique (c’est peut etre les rôles qu’on lui donne) et les scènes d’action du 2 ne lui font clairement pas honneur. Que ce soit le combat de sabre dans le couloir ou celui quand il se fait soigner en pleine montagne. Mais ce 2ème opus est bien bien nul. J’ai même été généreux avec mon 3/10…

  3. Est-ce qu’un jour Elodie Yung va tourné dans un film correct. Cette fille est superbe a du charisme joue bien quand elle a un rôle correct  (Electra dans la série moyennasse dardevil) mais au cinéma difficile de faire pire.

    Gods of egypt

    Gi Joe

    Banlieue 13

    les yamakassi

  4. Sincèrement c’est pas la pire du casting et de loin. Après sûr que son rôle aurait pu être plus approfondi. Quant à sa filmo…. que dire? il faut bien vivre 🙂

  5. Non c’est ca le pire c’est qu’elle joue bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *