[Film] Les Folles Aventures de Bill & Ted, de Peter Hewitt (1991)

Dans un futur éloigné, la musique de Bill Preston et Ted Logan est devenue le socle de la paix et ils sont tous deux mythifiés. Le tyran De Nomolos, avide de pouvoir, rêve de détruire cette société et il crée, pour cela, des androïdes ressemblant trait pour trait à Bill et Ted et les envoie en 1991 pour éliminer les deux garçons avant leur apogée. Mais, aidés dans leur tâche par La Mort, nos deux acolytes vont tout faire pour contrer les plans du tyran et réintégrer le monde des vivants.


Avis de Cherycok :
Quand on traine sur des sites de raretés, on est parfois attiré sans réellement savoir pourquoi sur des films de jeunesse d’acteurs aujourd’hui très connus. Alors la curiosité fait son travail et me voilà lancé dans Les Folles Aventures de Bill & Ted, premier film d’un certain Peter Hewitt ayant depuis réalisé des bobines telles que Le Petit Monde des Borrowers (1997), Garfield (2004), Zoom – L’Académie des Super-Héros (2006) ou encore Maman, la Maison est Hantée (2012). Du grand cinéma en somme. Mais bon, voir Keanu Reeves et sa tête de minet dans un de ses premiers rôles, why not ? Surtout que ça a l’air bien con comme il faut si j’en crois le pitch et la jaquette, il y a peut-être moyen de se dérouiller les zygomatiques dans la joie et la bonne humeur. La bonne humeur est certes communicative mais il est difficile de communiquer avec quelqu’un qui ne rentre pas dans le délire. Et je ne suis pas rentré dans le délire. Surtout que, merde, c’est une suite, et je n’ai pas vu le premier. Du coup, difficile parfois de comprendre les tenants et aboutissants de cet opus, avec nos héros qui semblent connaitre des personnages, venant du premier film donc, et pour le coup, bon nombre d’allusions et références passeront ici complètement inaperçus…

Le premier opus de 1989 fait partie de ces succès inattendus au box-office américain. Ce film n’a jamais été distribué dans nos contrées, pas même en vidéo, ce qui est dommage dans la mesure où sa suite, dont nous allons parler ici donc, est sorti en VHS et même en DVD. Étrange procédé de la part de nos distributeurs dans le sens où les deux films ne semblent pas être réellement dissociables et que le deuxième, qui sera un échec, a engendré la chute de Orion Pictures.
Et autant, si j’en crois ce que j’en lis, le premier volet semblait avoir une construction bien plus solide, autant ici on part dans le nawak le plus absolu. L’arrivée de l’écran titre va d’ailleurs rapidement nous le confirmer : ça va être barré de chez barré. Sauf que voilà, ici, on va nager dans le potache (volontaire) à son apogée, dans un délire complètement régressif tombant très souvent dans le navrant. En fait, on a l’impression que le film est un enchainement de séquences extrêmement lourdes et de gags tous plus débiles les uns que les autres, censés nous faire croire que les deux gros idiots qui font office de héros vont donner naissance à une société très évoluée prônant l’intelligence et la tolérance. Nos deux péquenauds, se partageant quatre pauvres neurones, vont rencontrer leurs doubles robots maléfiques, faire un tour dans les enfers, jouer à Twister, Toucher Couler ou encore Cluedo avec la Mort en personne, ou encore se faire fabriquer des gentils doubles robots par des scientifiques martiens aux culs proéminents. Et la liste de scènes à la con est loooooongue. Sans doute que ce statut de film culte s’est fait chez les jeunes de cette époque, mais en ce qui me concerne, on était plus dans un mélange de stupéfaction et de consternation que j’ai regardé tantôt les yeux écarquillés, tantôt impassible.

Tout n’est heureusement pas à jeter à la poubelle. Le casting est très inégal, dans le surjeu le plus total pour interpréter cette brochette de nigauds, à tel point que ça en devient gênant, mais heureusement un personnage se dégage du lot : La Mort, interprétée par un William Sadler (Les Evadés, La Ligne Verte, Iron Man 3) absolument génial. C’est simple, il sauve à lui seul le film du naufrage absolu et est à l’origine des quelques scènes arrivant à nous faire sourire (le concours de jeux de société, l’arrivée au paradis, …). Les effets spéciaux tiennent également bien la route. A l’ancienne, avec tout ce que cela comporte de maquillages, d’animatronics et de sfx grattés sur la pellicule. Un petit coup d’œil sur IMDB nous confirme cela avec des noms qui ont également travaillés sur des films tels que Blade Runner, Zombieland, The Mask, The Revenant, Starship Troopers ou encore 300. Autre point fort du film, c’est sa bande son très rock dans laquelle on retrouve pelle mêle Megadeath, Steve Vai, Kiss, Faith no More ou encore Primus qui fait d’ailleurs un cameo lors du Battle of the Bands. Mais c’est vrai que c’est bien peu pour arriver à remonter le niveau de ce film aux personnages débiles, à l’histoire débile, aux dialogues débiles et aux situations débiles, dans le mauvais sens du terme. Je conçois que la répétition de « débile » n’est pas très heureuse mais c’est vraiment le mot qui ressort en premier du visionnage. Et ce ne sont pas les références plus ou moins bien amenées à L’Exorciste, Tron, Terminator, Dr Who ou encore Retour Vers le Futur qui y changent quoi que ce soit.

LES PLUSLES MOINS
♥ La bande originale
♥ Le personnage de La Mort
⊗ Humour consternant
⊗ Surjeu fatigant
⊗ Nawak dans le mauvais sens
Les Folles Aventures de Bill & Ted est une comédie régressive bien moins jouissive que prévu. Plombé par une débilité de tous les instants, le film peine à nous décrocher un sourire et, pour une comédie, ce n’est en général pas très bon signe.



Titre : Les Folles Aventures de Bill & Ted / Bill & Ted’s Bogus Journey
Année : 1991
Durée : 1h33
Origine : U.S.A
Genre : Comédie trop régressive
Réalisateur : Peter Hewitt
Scénario : Chris Matheson, Ed Solomon

Acteurs : Keanu Reeves, Alex Winter, William Sadler, Joss Ackland, Pam Grier, George Carlin, Amy Stoch, Jim Martin, Hal London Jr, Taj Mahal

 Les folles aventures de Bill et Ted (1991) on IMDb














Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

Les derniers articles par Cherycok (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *