[Film] Fire Dragon, de Yuen Woo-Ping (1994)


Une lettre incriminant le Sixième Duc dans un complot visant à renverser l’Empereur est l’objet de l’intrigue du film. Le sixième Duc envoie son apprenti, Fo Sei pour chercher la lettre. Mais Yuen Ming, un épéiste errant parvient à la récupérer. Il doit la faire parvenir au Chancelier. Sur sa route, il doit tout faire pour éviter d’être pris par la très puissante Fo Sei qui a des pouvoirs de combustions spontanées particulièrement redoutables. Fuyant la terrible épéiste, il ne devra son salut qu’à l’intervention miraculeuse de la patronne d’une troupe itinérante d’acrobates…


Avis de Cherycok :
Quand on aime le cinéma asiatique et qu’on entend le nom de Yuen Woo-Ping, on pense immédiatement à des films tels que Iron Monkey, Tai Chi Master, la saga des Tiger Cage, Le Sens du Devoir 4 ou encore ses deux premiers films Drunken Master et Snake in the Eagle’s Shadow, avec Jackie Chan. Mais l’année de son Wing Chun avec Michelle Yeoh, il a mis en scène Brigitte Lin (The Bride with White Hair, Chungking Express) dans un neo wu xia pian, juste avant que cette dernière ne se retire du grand écran pour s’occuper de sa famille. Ce film, c’est Fire Dragon, ce n’est clairement pas le film le plus connu de Yuen Woo-Ping, et ce n’est pas non plus son meilleur bien qu’il possède des atouts que les amateurs de combats virevoltants au sabre sauront apprécier.

En 1994, c’est la fin de la mode des films de sabre. La rétrocession approche, et les réalisateurs vont changer complètement de registre. C’est pourtant à ce moment-là que Woo Ping décide de se lancer dans le genre avec cette histoire de manigance politique dans laquelle une redoutable combattante maniant le feu va poursuivre un épéiste pour récupérer une lettre qui ne doit en aucun cas parvenir dans les mains des puissants. Traitrises, affrontements, renversement de situations, tous les ingrédients du genre vont ici être bien présents et, très vite, on se rend compte que Fire Dragon est au final un film assez lambda qui ne se démarque en rien de tous les wu xia pians fantasy qui ont fleuri au début des années 90 à Hong Kong. Avant de commencer le film, on se dit que, même si le film n’est pas très bon, ce n’est pas bien grave, avec Yuen Woo Ping, on aura au moins l’assurance d’avoir de bons combats, d’autant plus qu’il est épaulé ici pour les scènes d’action par son frère Yuen Cheung-Yan qui avait déjà œuvré sur des bobines telles que Tai Chi Master, Fist of Legend, ou encore Claws of Steel. Et ça va être effectivement le cas. Ce qu’on va retenir de Fire Dragon, ce sont ses scènes d’action et, à vrai dire, uniquement ses scènes d’action. Yuen Woo-Ping va se lancer ici dans un style bien plus proche de celui d’un Ching Siu-Tung (Butterfly & Swords, Chinese Ghost Story) avec des combats hyper nerveux, qui virevoltent dans tous les sens, mais en les poussant à leur paroxysme, n’hésitant pas à les accélérer au point qu’ils en deviennent frénétiques. On va assister à des joutes vraiment sympathiques, avec plein d’armes différentes (épées, arcs, chaines, …), abusant d‘effets pyrotechniques en tout genre (un des personnages maitrise le feu donc), mais qui pourraient laisser sur le carreau les néophytes tant l’ensemble déborde d’un peu trop d’énergie.

Mais là n’est pas le réel problème du film, car ces scènes au demeurant jouissives, sont clairement l’attraction principale. Le vrai problème, c’est qu’elles ne sont pas bien dispatchées dans le film. Fire Dragon commence sur les chapeaux de roues, avec un affrontement de bien belle facture. Mais très vite, ce dernier va se calmer et s’enliser dans la comédie souvent lourdingue. Le scénario prend beaucoup trop son temps, surtout pour une histoire assez simple, pour amener son long final assez fou. Cette très longue pause comique dans un deuxième acte trop étiré casse complètement le rythme au point que l’avance rapide nous démange parfois. Les interactions entre les personnages ne sont pas toujours très intéressantes, les mini intrigues amoureuses deviennent rapidement fatigantes, et les gags tombent une fois sur deux à plat. Le problème pour moi, c’est Sandra Ng (Inspector Wears Skirts, When Fortune Smiles), figure de proue de la comédie crétine hongkongaise mais que je préfère de très loin lorsqu’on lui propose des rôles sérieux. Ici, elle passe son temps à grimacer, à cabotiner, à gesticuler dans tous les sens, et ça devient rapidement très fatigant. Heureusement, son jeu est compensé par celui de la toujours sublime Brigitte Lin, magistrale, ainsi que par celui du mal aimé Max Mok (Pedicab Driver, The Assassin) qui n’aura clairement pas eu la carrière qu’il méritait. Dommage que cette deuxième partie casse complètement le rythme car la mise en scène de Woo Ping est plutôt jolie, avec une photographie soignée de Jingle Ma (futur réalisateur de Hot War et Tokyo Raiders) et une bonne utilisation de filtres colorés. Mais l’ensemble, bien que pas désagréable, ne fonctionne que moyennement.

LES PLUSLES MOINS
♥ Les combats ultra nerveux
♥ Mise en scène soignée
♥ Brigitte Lin et Max Mok
⊗ Très gros ventre mou
⊗ L’humour qui tombe souvent à plat
Note :
Bien loin de la qualité d’un Tai Chi Master ou d’un Iron Monkey réalisés à la même époque, Fire Dragon est une production mineure de Yuen Woo Ping, qui possède certes de bons combats mais aussi un second acte beaucoup trop long, à l’humour en demi-teinte.

LE SAVIEZ VOUS ?
• En 1994, Brigitte Lin a tourné dans pas moins de 6 films : Les Cendres du Temps, Chungking Express, Deadful Melody, Dragon Chronicles, The Three Swordsmen et donc Fire Dragon. Suite à cela, elle annonce son retrait du milieu du Show Business alors qu’elle n’a que 40 ans, se marie avec le businessman Michael Shin et décide de s’occuper de sa famille. Tsui Hark a plusieurs fois essayé de la faire revenir au cinéma, en vain.


Titre : Fire Dragon / The Fiery Dragon / 火雲傳奇
Année : 1994
Durée : 1h25
Origine : Hong Kong
Genre : La fin du neo wu xia pian
Réalisateur : Yuen Woo-Ping
Scénario : Elsa Tang, Ng Man-Fai

Acteurs : Brigitte Lin, Max Mok, Sandra Ng, Tan Lap-Man, Elsie Yeh, Wu Gang, Joe Chu

 Huo yun chuan qi (1994) on IMDb


0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
Administrateur
13 juin 2021 10:48

Un tout petit Yuen Woo Ping. Je ne me rappelle que du final bien cool.
Dans le genre j’ai revu The Dragon Chronicle avec un trio d’actrice a tomber Brigitte Lin, Gong Li, Sharla Cheung et c’était de la bonne grosse HD j’en ai pris plein les yeux et le film et cool bien rythmé et complètement taré.
Il y en a un que j’aimerais revoir en HD c’est Butterfly and sword

pti denis
13 juin 2021 11:50

La même, premier et troisième acte cool mais le deuxième est interminable et du coup plombe le film. Moyen, vraiment dommage.

Dr_Gonzo
Dr_Gonzo
14 juin 2021 15:38

Je l’ai vu il y a quelques temps et je n’ai quasiment aucun souvenir du film, la première scène, combat sympa et le final assez cruel de mémoire, entre les 2 beaucoup d’ennuis…Dans ce style, je me souviens bien mieux de deadful melody (toujours avec Brigitte 🙂 )