[Film] Fatal Frame, de Asato Mari (2014)

Tsukimori Aya, la fille la plus populaire d’une école catholique dans une petite ville, décide du jour au lendemain de s’enfermer dans sa chambre et de ne plus en sortir. Une malédiction va alors se propager dans l’école : quiconque embrassera la photo d’Aya disparaîtra, victime de la malédiction.


Avis de Rick :
Une adaptation des jeux vidéo Fatal Frame (Project Zero en France), ça fait envie n’est-ce pas ? Alors que le cinquième opus, sorti depuis uniquement sur WiiU, était encore en développement, plusieurs projets virent le jour. En Amérique, Samuel Hadida (déjà à l’origine des adaptations de Silent Hill) devait produire une adaptation, tandis qu’au Japon, un film et un manga devait voir le jour en même temps que le jeu. C’est ce film là qui nous intéresse ici, réalisé par Asato Mari, qui n’est pas inconnue du genre, puisqu’on lui doit récemment le film en demi-teinte Bilocation, mais également Ju-On Black Ghost et tant d’autres petites productions du genre. Et comme ce fut le cas pour Bilocation, le budget semble beaucoup plus élevé que sur ses précédentes productions, donnant la possibilité à la réalisatrice de se faire plaisir et de livrer un travail carré, de belles images et j’en passe. Bon point donc ! D’ailleurs, Fatal Frame, s’il n’est pas un chef d’œuvre loin de là, tire ses principales qualités du travail de la réalisatrice, sur l’ambiance, les cadrages. Par contre, son plus grand défaut proviendra également d’Asato Mari, mais au scénario, puisque Fatal Frame n’a… pas grand-chose à voir avec la saga qu’il adapte. Voir même rien du tout !

FatalFrame01

On aura bien un appareil photo au détour de quelques rares scènes (l’appareil est la seule arme utilisable dans le jeu pour repousser les fantômes), on aura bien un fantôme (mais un seul, alors que le jeu en contient bien plus), une malédiction et une école (lieu classique) mais à côté de ça, il ne reprend strictement aucun des éléments des jeux, ni des personnages, ni même de ses mécanismes. On pourrait alors penser à certaines adaptations foireuses de Uwe Boll qui n’avait plus rien à voir avec le produit de base, mais pas du tout, puisque Fatal Frame, bien que très éloigné du jeu, est réalisé avec le plus grand sérieux, et nous raconte une histoire que l’on prend plaisir à suivre. Asato Mari parvient à maintenir l’intérêt du spectateur avec une histoire certes classique, mais plutôt bien ficelée, et nous délivre quelques magnifiques images et apparitions fantomatiques. S’il n’y a qu’un fantôme, elle va néanmoins l’exploiter au maximum, et Aya va apparaître à diverses jeunes filles de l’école, notamment Michi, Risa et Itsuki dans un premier temps (puisque l’on s’en doute, le casting va diminuer petit à petit). Toutes les apparitions vont s’avérer soignée visuellement, et le nombre d’idées pour mettre tel ou tel élément en valeur rendra le tout diversifié, et une ambiance va se dégager du métrage.

FatalFrame08

Une ambiance particulière, lente, prenante, pas seulement pour les apparitions, mais également lors de quelques plans anodins sur l’école, dans les couloirs, ou lors de la découverte de certains cadavres, alors que le métrage restera très soft à ce niveau là. Même lorsque finalement, le métrage s’aventure dans le passé des personnages pour nous faire comprendre le pourquoi du comment, le tout est plutôt bien amené bien que classique, et malgré un final en dessous du reste qualitativement parlant. Malheureusement encore une fois, l’ambiance est à mille lieux des jeux de base. Jamais oh grand jamais le métrage ne fera peur, ni même nous fera sursauter par un jump scare facile, que le métrage semble vouloir éviter à tout prix. Asato Mari se contente de mettre en image son scénario, sérieux et bourré d’idées, mais tenant bien plus du drame horrifique que du pur film d’horreur qui va marquer à jamais les spectateurs. En tant que film, Fatal Frame est assurément un bon produit, bien qu’il souffre de quelques défauts et d’un final un peu raté. En tant qu’adaptation par contre, il rate totalement la coche, et il faudra bien garder cela à l’esprit pour quiconque voulant tenter l’expérience.

FatalFrame11

Si le métrage intéresse, se fait sérieux et travaillé, on ne peut qu’être déçu du résultat final face à une « adaptation » de Project Zero !

Note :

FatalFrame13



Fatal-Frame-Zero-poster-one-sheetTitre : Fatal Frame – Gekijôban : Zero – 劇場版 零〜ゼロ〜
Année : 2014
Durée : 1h45
Origine : Japon
Genre : Fantastique
Réalisateur : Asato Mari

Acteurs : Nakajô Ayami, Morikawa Aoi, Hagiwara Minori, Asaka Kôdai et Kojima Fujiko

 Gekijô-ban: Zero (2014) on IMDb


FatalFrame16 FatalFrame17 FatalFrame18 FatalFrame22 FatalFrame23 FatalFrame26

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Florian
11 mai 2015 20:28

Très bonne critique! Je vais me laisser tenter. Les captures d’images augurent un métrage bien solide plastiquement.

Nikopat
Nikopat
11 mai 2015 22:53

Vrai que visuellement, ça a l’air d’en jeter pas mal

david
9 juin 2015 19:31

est ce que ce film sortira en france en bluray en vostfr ?