[Film] Eros, de Michelangelo Antonioni, Steven Soderbergh et Wong Kar-Wai (2004)


Variations en trois parties sur l’érotisme et le désir par trois maîtres du cinéma contemporain : Michelangelo Antonioni avec The Dangerous Thread of Things, Steven Soderbergh avec Equilibrium et Wong Kar-Wai avec The Hand.


Avis de Rick :
Le principe du film à sketchs a toujours été un principe casse gueule dés le départ, peu importe que l’ensemble soit écrit et pensé pour former un tout cohérent (la plupart du temps), ou que l’on laisse une liberté totale à chaque artiste pour s’exprimer (The ABC of Death), ce qui résulte souvent en des films longuets et difficilement appréciables d’une traite. Eros qui date de 2004 et qui nous arrive dans la section parallèle de Spectrum Films en ce mois d’Octobre 2022, c’est le second cas de figure, puisqu’on y retrouve trois réalisateurs d’horizons divers qui bénéficient chacun d’une liberté totale pour livrer un sketch durant entre 20 et 40 minutes sur le thème de l’Eros. On trouve donc Michelangelo Antonioni, signant là d’ailleurs son tout dernier métrage, réalisateur Italien culte ayant débuté dans les années 50 (40 en ce qui concerne les courts métrages), pour The Dangerous Thread of Things, puis Steven Soderbergh pour Equilibrium, choix assez étrange quand on y pense vu que Soderbergh ne semble finalement ne jamais s’être intéressé à l’érotisme en tant que tel, puis pour représenter Hong Kong, Wong Kar-Wai, qui sortait à l’époque tout juste des succès internationaux de ces deux derniers métrages, In the Mood for Love et 2046. Trois réalisateurs de pays différents, trois réalisateurs avec un style clairement reconnaissable, pour trois variations autour d’un thème commun. Ce que l’on peut affirmer après vision d’Eros, c’est que l’essai est intéressant, à défaut de pleinement convaincre, et que les fans de Wong Kar-Wai et de Steven Soderbergh (donc, l’auteur de ces lignes) a exactement ce qu’il pouvait attendre venant de ces deux auteurs. Je tiens à préciser par contre que, honte à moi sans doute, mais je ne suis absolument pas familier avec la carrière de Antonioni, et qu’il s’agît d’une erreur qu’il faudra sans doute réparer un jour.

Mais la vision d’Eros, et donc du sketch d’Antonioni ne me donne clairement pas envie de pousser plus loin. Car si comme je le disais, de par son principe même, un film à sketch est forcément bancal, avec des hauts et des bas, et bien le sketch d’Antonioni représente clairement les bas, tant son segment peine clairement à convaincre, voir même à intéresser. On y suit un couple qui s’ennuie en vacances, et qui va faire la rencontre d’une jeune femme vivant dans une tour médiévale non loin de là. D’entrée de jeu, dés son plan d’ouverture en réalité, on comprend que l’on n’est clairement pas là devant le métrage qui donnera de la valeur à Eros, tant Antonioni semble prendre littéralement son sujet. Eros vous dites ? Et bien oui, le film commence et bim, nudité. Il y a en réalité quelque chose de très facile dans ce procédé, mais là n’est pas le problème. Le problème, c’est que ce segment n’a pas grand-chose à proposer, à part nous partager l’ennui des personnages, et de la nudité frontale à plusieurs reprises, et puis c’est tout. Même techniquement, si l’on fait exception des fabuleux décors naturels, ce n’est pas la folie. Pas de quoi mettre en confiance. Puis vint le segment de Soderbergh, qui réhausse déjà grandement le niveau, tout en nous livrant un segment relativement court, le plus court des trois d’ailleurs, mais qui ne semble pas vouloir nous livrer sa signification, ce qui le rend frustrant. Pas mauvais, loin de là, Soderbergh, comme toujours à la fois scénariste, réalisateur, directeur de la photographie et monteur, maitrise ce qu’il fait, sa lumière est précise, son montage affuté, la gestion de l’espace et sa manière de nous le révéler fabuleuse. Et puis il peut compter en plus sur de fabuleux acteurs, Robert Downey Jr. Etant très bon, bien avant qu’il ne retrouve la grâce du grand public par la suite avec Sherlock Holmes et Iron Man. Equilibrium, le segment de Soderbergh, est une œuvre passionnante dans sa façon de faire, dans sa manière de filmer, et donc pour le fan de Soderbergh, c’est évidemment passionnant.

Passionnant car Equilibrium présage en réalité les films indépendants aux quelques expérimentations que Soderbergh fera par la suite, notamment les excellents Bubble et The Girlfriend Experience. Mais frustrant car à jouer sur l’absurde et le rêve sur une période si courte, il laisse tout à notre simple imagination, et on se dit que finalement, Soderbergh aura réussi, sans rien révéler non plus, bien plus sensuel deux ans avant avec son excellent Solaris. Fort heureusement vient alors The Hand, le segment de Wong Kar-Wai qui semble mettre tout le monde d’accord, même s’il faut bien l’avouer, esthétiquement, le réalisateur ne fait que continuer l’approche qu’il aborde depuis In the Mood for Love. C’est visuellement somptueux, millimétré, les acteurs et actrices, surtout Gong Li, sont sublimes, et au final le réalisateur parvient même à être touchant via une poignée de moments troublants, mettant comme le titre l’indique les mains en avant. Le toucher. Il y a quelque chose d’extrêmement sensuel là-dedans, et Wong Kar-Wai touche donc lui totalement au but, sans trop intellectualiser son sujet (contrairement à Soderbergh), et sans avoir à dénuder ses acteurs (contrairement à Antonioni). Et surtout, The Hand peut finalement se vanter d’être le segment ayant vraiment une narration simple mais efficace, avec un début clair, un développement, et une fin. Pas étonnant donc que la version longue de ce segment se retrouve sur les bonus de l’édition, pour prolonger l’expérience. Eros en tout cas, il y a du très bon, du beaucoup moins bon, de l’intéressant, du passionnant même, et du soporifique. En réalité, un film à sketchs donc assez prévisible dans son résultat final, mais intéressant par les choix de chaque réalisateur.

LES PLUSLES MOINS
♥ Techniquement le segment de Soderbergh est intéressant
♥ Absurde et étrange encore pour Equilibrium
♥ Gong Li sublime
♥ Le sketch de Wong Kar-Wai, magnifique
⊗ Le segment d’Antonioni, raté et peu intéressant
⊗ Le segment de Soderbergh reste malgré tout frustrant

Comme tout film à sketchs, Eros est bancal, alternant le bon (le Soderbergh), le très bon (le Wong Kar-Wai) et le mauvais (le Antonioni). Intéressant, valant le coup d’œil pour The Hand donc, mais bancal en tant que film à part entière.


EROS est sorti chez Spectrum Films en Blu-ray au prix de 25€. Il est disponible à l’achat ici : Spectrumfilms.fr

En plus du film, on y trouve : Interview de Christopher Buschholz, Présentation de Frédéric Mercier, Interviews de Gong Li, WKW et Chang Chen, Version longue du segment The Hand de WKW et Bande-annonce.


Titre : Eros
Année : 2004
Durée : 1h44
Origine : Italie / Etats Unis / Hong Kong
Genre : Drame
Réalisateur : Michelangelo Antonioni, Steven Soderbergh et Wong Kar-Wai
Scénario : Michelangelo Antonioni, Tonino Guerra, Steven Soderbergh et Wong Kar-Wai

Acteurs : Christopher Buckholz, Regina Nemmi, Luisa Ranieri, Robert Downey Jr., Alan Arkin, Ele Keats, Gong Li, Chang Chen et Feng Tien

 Eros (2004) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 votes
Article Rating

Auteur : Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de David Lynch, John Carpenter, David Cronenberg, Tsukamoto Shinya, Sono Sion, Nicolas Winding Refn, Denis Villeneuve et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.
S’abonner
Notifier de
guest

1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Nasserjones
Nasserjones
19 octobre 2022 22:24

J’en ai pensé un peu près la même chose que Rick à une différence près que j’ai trouvé la partie de Soderbegh également à chier (moins pire que le segment de Antonioni). Pour moi, il n’y a vraiment que le segment de Wong Kar Wai, prolongement de l’univers de In the mood for love et 2046, qui peut justifier un achat. Et encore il faut être fan du bonhomme. Je n’ai pas encore regardé le cat3 avec Pat Ha mais avec ce Eros et Vanishing, également assez moyen, il est clair que cette fournée est très en dessous de la fournée du mois de septembre qui elle est indispensable. Sinon oui le film a sketch avec des réalisateurs différents est un exercice périlleux mais nos amis de Hong Kong ont quand même réussi à accoucher d’un des plus beau film de l’année en 7 sketchs.