[Film] Citizen Toxie: The Toxic Avenger IV, de Lloyd Kaufman (2000)


Alors qu’il effectue une mission de sauvetage dans l’école des attardés de Tromaville, le Toxic Avenger est victime d’une explosion qui le propulse dans une autre dimension. Alors que son double, méchant, fait régner la terreur à Tromaville, le héros toxique se retrouve dans un monde où le crime, la violence et la méchanceté sont la norme. Aidé par deux élèves de l’école et un scientifique déchu, il va finalement retourner dans sa dimension afin de combattre son double malfaisant et sa bande.


Avis de John Roch :
Bien qu’il n’ait jamais vraiment disparu des écrans (une rapide apparition dans Troméo et Juliette ; l’intrigue de Terror Firmer se passe sur le tournage d’une nouvelle suite), il aura fallu dix ans pour voir une nouvelle aventure du Toxic Avenger. L’occasion pour Lloyd Kaufman de s’excuser doublement, d’une part en début de métrage, où le second et troisième film sont considérés comme des “suites honteuses”, d’autre part en nous offrant une œuvre qui touche au sublime.

Une école pour handicapés mentaux est prise en otage par la mafia des couches culottes, aussitôt terrassée par le Toxic Avenger. La bataille se conclut par une explosion si puissante qu’elle ouvre une brèche vers une autre dimension. Tromaville s’y nomme Amortville ou Noxie, le double maléfique de Toxie, règne en tant que roi du crime. Chacun va se retrouver propulsé dans la dimension de l’autre, l’antagoniste va en profiter pour foutre le bordel, tandis que le protagoniste cherche une solution pour rentrer chez lui, pour sauver Sarah qui est enceinte d’un petit Toxie.

Dans Citizen Toxie, Lloyd Kaufman fait ce qu’il veut, et en profite pour se moquer d’un large panel de thèmes tels que les handicapés mentaux et leur place dans la société, la religion (Dieu et son message hilarant à destination du Pape), le racisme, la chirurgie esthétique, les ligues anti-avortement, les chaînes d’infos, les enfants non désirés, Stephen Hawking, Star Wars Episode 1, l’écologie ou encore la malbouffe… Bref Kaufman se lâche comme jamais, et c’est tant mieux.

Tout ceci bien évidement sans aucune finesse, et toujours dans cet esprit trash caractéristique de la Troma. En parlant de trash, inutile de tenter de résumer quelques scènes de Citizen Toxie, tant celui-ci est rempli de moments gores, de plans nichons, d’humour trashos et d’idées plus folles les unes que les autres, menées à une cadence infernale, laquelle ne laisse aucun répit au spectateur, qui se retrouve devant un film dense, trop dense peut être pour certains, pour qui l’abondance des éléments sus mentionnés pourrait lasser sur la longueur.

Citizen Toxie, c’est également l’occasion de réaliser un rêve de tous fans de la troma : la rencontre entre Toxie et le Sgt. Kabukiman NYPD, mais encore mieux : si ce dernier est une épave alcoolique à Tromaville, il est le bras droit de Noxie dans l’autre dimension, une astuce scénaristique qui permet aux deux icônes de s’affronter. Un événement au moins aussi important que Freddy vs. Jason dans l’histoire du cinéma !

La saga Toxic Avenger a toujours proposé des personnages improbables et loufoques. C’est encore le cas ici. Mais en plus des super héros décalés (masturbator et l’homme-dauphin entre autres), des flics nazis, des doubles maléfiques des personnages principaux et des caméos à foison (en vrac Ron Jeremy, Eli Roth, James Gunn, Lemmy Kilmister, la bite mutante de Troméo et Juliette, Corey Feldman, Stan Lee à la narration… la liste est longue), Lloyd Kaufman met également en scène deux rôles vraiment touchants: Sweety Honey, sorte de Dorothy du magicien d’Oz attardée, et Tito, adolescent handicapé mental junkie qui se drogue pour ressembler aux ados “normaux”.

Pour Citizen Toxie, Lloyd Kaufman ose. Il ose franchir toujours plus les limites du politiquement correct, il ose se moquer de tout, et de ce fait revendique plus que jamais son statut de marginal dans un monde toujours plus aseptisé. Et dans une société où il est devenu compliqué de rire de tout, une évidence s’impose : Citizen Toxie: The Toxic Avenger 4 est non seulement un film important, mais c’est également un film qui fait du bien. Pour le futur, un cinquième opus serait plus pertinent que le remake prévu, car en passant par la case studio Hollywoodien, le vengeur toxique perdra sans aucun doute le principal ADN de la Troma : la liberté.

LES PLUSLES MOINS
♥ Un film d’une liberté presque insolente
♥ Plus généreux, tu meurs
♥ Plus intelligent qu’il ne parait
♥ Kabukiman vs Toxie
⊗ Trop généreux ?
Généreux, thématiquement chargé, intelligent, Citizen Toxie est un film avec un cœur gros comme ça, une véritable ode a la liberté et à l’indépendance. Merci Lloyd.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Un Caméo de Hugh Hefner a été tourné, mais ses avocats ont fait pression sur la Troma pour couper cette scène..
• Après Troméo et Juliette, et Terror Firmer, la cascade automobile de Sgt. Kabukiman NYPD est à nouveau recyclé dans ce film..
• Stan Lee, qui assure la narration, est crédité en tant que Peter Parker.


Titre : The Toxic Avenger / Toxic
Année : 2000
Durée : 1h49
Origine : U.S.A
Genre : liberté d’ expression
Réalisateur : Lloyd Kaufman
Scénario : Lloyd Kaufman,Patrick Cassidy, Gabriel Friedman, Trent Haaga

Acteurs : David Mattey, Clyde Lewis, Heidi Sjursen, Paul Kyrmse, Joe Fleishaker, Michael Budinger, Lisa Terezakis, Dan Snow, Ron Jeremy

 Citizen Toxie: The Toxic Avenger IV (2000) on IMDb


John Roch
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
6 octobre 2020 8:38

Un 4ème opus absolument enorme, ou le délire est encore plus barré. Du gore, des cameos (dont certains comme tu dis d’autres films Troma), des boobs, du nawak. Et après le 2 et le 3, ca fait sincèrement du bien.

Merci pour les chroniques de l’intégrale du Toxic Avenger John Roch ^_^

Rick
Administrateur
6 octobre 2020 14:06

Merci pour l’intégrale en effet ^^
Bon, je l’aime bien ce quatrième opus, même si je suis tout de même moins fan que le premier opus. C’est plus barré, plus gore, plus con, plus tout, mais parfois un peu trop pour moi. Peut-être le côté trop généreux comme tu dis ? Enfin ça me fait cet effet là sur certains de leurs films.

Cherycok
Administrateur
6 octobre 2020 16:04

C’est justement cette overdose de générosité qui m’a fait adorer cet opus. Ou alors j’étais peut etre frustré du 2 et 3, car j’ai vu les 4 opus en l’espace de 2/3 jours à l’époque, ce qui a faussé mon jugement du 4ème opus. En tout cas, si un 5ème volet sort un jour, je serais le premier à me jeter dessus. Même chose pour un remake, même si là je serais un peu plus inquiet…

Rick
Administrateur
Reply to  Cherycok
6 octobre 2020 18:48

Si un cinquième volet voit le jour, je le verrais hein, forcément ^^ Pas certain par contre pour le remake je dois avouer.
Mais oui, me taper les 4 de suite, pas sûr que je pourrais, même sur 2 jours. J’aurais besoin de voir autre chose entre les deux, un truc différent, plus calme peut-être.

Matt
Matt
6 octobre 2020 16:25

Tiens voilà c’est ypiquement le genre de films où je ne suis pas certain de pouvoir me fier à ton jugement^^
Parce que ce n’est pas ma came de manière globale.
Même si ça peut être fun une fois de temps en temps, je risque pas de pouvoir me taper 4 films comme ça en 2/3 jours…overdose de nawak vulgos pour moi !

Je peux comprendre l’attrait du délire assumé totalement libre. Mais bon…quelqu’un de complètement libre, ça veut pas dire qu’il va faire un truc bien hein^^

Cherycok
Administrateur
6 octobre 2020 17:34

Ca tombe bien, la critique n’est pas de moi ^_^

Et à en juger par tes différents avis que tu as pu poster dans les différents commentaires, nos gouts sont diamétralement opposés. C’est souvent que je n’aime pas les films que tu aimes et que tu n’aimes pas les films que j’aime 😉

Last edited 16 jours Il y a by Cherycok