[Film] Buttcrack, de Jim Larsen (1998)


Wade a un cul énorme. Et son problème vient de sa raie des fesses constamment apparente, rien ne retenant son pantalon. Brian, son colocataire souffre de la situation. Lorsqu’il invite sa petite amie à un dîner romantique, la raie des fesses de Wade n’est jamais loin. Alors qu’il avait pour projet de demander sa petite amie en mariage, Brian voit Wade débarquer et agiter ses fesses sous le nez de sa copine. Sous l’effet du postérieur de Wade, la jeune fille vomit. Brian excédé par son colocataire va malencontreusement le tuer. Cependant, Brian et sa petite amie ne sont pas au bout de leurs peines : la soeur de Wade a jeté un sort vaudou sur la raie de ce dernier pour lui permettre de se venger. Aidé du Pasteur Bob et de l’un de leurs amis, Brian et sa moitié vont lutter contre le zombie Wade, et son derrière maudit !


Avis de John Roch :
Dans le genre concept pour le moins insolite, Buttcrack et sa raie du cul qui transforme ceux qui la regarde en zombie se pose la. Une idée qui a forcement eu un écho jusqu’au oreilles de la Troma, qui en assure la distribution. Troma ? Zombie ? Raie du cul ? Il n’en fallait pas plus pour attiser ma curiosité, et Buttcrack est devenu l’un de ces films que je me devais de voir depuis la première fois que j’en ai entendu parler à la fin des années 90, sans pour autant en faire une priorité, ni le chercher comme le Saint Graal, ou juste m’en rappeler. Il a suffit d’une après midi pluvieuse et d’un flashback pour que je comble ce vide cinéphilique une bonne fois pour toute.

Wade est un brave gars qui n’a que pour seul ami son Atari, très gentil mais un brin débile, et un rien envahissant. Mais ce qui gène le plus son colocataire Andy, c’est son incapacité à mettre une ceinture à son falzar, ce qui laisse apparaître sa raie du cul à la vue de tous. Lorsque ce dernier demande en mariage Annie, c’est la fois de trop : Wade twerke sous le nez de la future jeune mariée, ce qui la dégoutte au point de lui faire vomir son repas. Andy pète alors un plomb et tue accidentellement son colocataire.

Entre en scène la sœur de Wade, une apprenti prêtresse Vaudou qui ressuscite son frère pour qu’il puisse se venger. Seulement lui s’en fout et veut juste reposer en paix, chose qu’il ne pourra faire que si il accomplit sa revanche, ce qui va s’avérer compliqué puisque quiconque regarde sa lune se transforme en zombie. La question, c’est de savoir qui de Wade ou des morts vivants atteindront Andy en premier (j’en fais un peu de trop, mais dans l’idée c’est ça).

Venant du catalogue de la Troma, on aurait espéré que Buttcrack, avec son pitch alléchant, soit le genre de délire trash auquel la firme la plus folle de la planète nous avait habitué, ce n’est pas le cas. Passé l’idée de départ exploitée dans le dernier quart d’heure, et le personnage du révérend qui apporte un brin de folie, Buttcrack est bien trop premier degré pour convaincre, trop sage pour être nanardesque, d’autant plus qu’il s’agit d’un film semi-amateur, avec ce que ça apporte de carences en terme de mise en scène (simple, mais néanmoins regardable), de montage, d’effets gores et de maquillages (à part deux tronches tartinées et un bras de mannequin, il n’y a rien), et d’acteurs. En dehors de Mojo Nixon, qui s’en donne à cœur joie dans le rôle du révérend sus-mentionné, ceux-ci sont mauvais (et n’ont rien tourné par la suite) mais on sent qu’ils donnent le meilleur d’eux même, ce qui les rend attachant. Tous les éléments sont réunis pour un supplice, mais fort heureusement le film est court. C’est fauché, avare en gore, mais jamais chiant. C’est déjà ça de pris.

LES PLUSLES MOINS
♥ C’est court
♥ Le révérend
♥ Des acteurs qui sont mauvais mais qui font le maximum
⊗ Le concept, pourtant prometteur, gâché
⊗ C’est pas gore
⊗ C’est pas drôle
Amateur sans pourtant être désagréable à l’œil, ni drôle ni consternant, ni nanar ni navet, ni à voir ni à ignorer, Buttcrack est le genre de film qui a le cul entre deux chaises, qui aurait pu être largement meilleur, mais aussi nettement plus catastrophique.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Mojo Nixon est un musicien et animateur radio.


Titre : Buttcrack
Année : 1998
Durée : 1h07
Origine : U.S.A
Genre : Tu veux voir ma lune ?
Réalisateur : Jim Larsen
Scénario : Jim Larsen

Acteurs : Mojo Nixon, Doug Ciskowski, Kathy Wittes, Caleb Kreischer, Kris Arnold, Rob Hayward, Cindy Geary, Lauretn Minassian

 Mutronics (1991) on IMDb


John Roch
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
3 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
25 octobre 2020 11:56

Le pitch de départ est complètement what the fuck. A quel moment il te vient l’idée d’une raie des fesses qui transforme les gens en zombies. Qu’est-ce qu’il faut avoir ingurgité comme substance illicite pour avoir une idée pareille. Ca sent l’idée un soir de cuite avec des potes, les mecs ont tripé sur un truc et se sont dit, allez, chiche on le fait !

Faze
Faze
27 octobre 2020 0:40

En un mot : Dommage !

En plusieurs mots : Comme le dit le patron du nanar game ci dessus , le pitch est absolument génial/crétin (rayé la mention inutile) mais comme d’hab’ avec ce genre de petite production , il n’y a hélas rien d’autres passé ce fameux pitch …

Au moins j’ai gagné 1h07 de vie , merci Johnny boy !

Cherycok
Administrateur
27 octobre 2020 8:09

Ben c’est sympa d’avoir une idée improbable mais c’est bien de savoir quoi en faire et d’avoir les moyens d’en faire ce qu’on veut en faire. Quand on n’a pas le sou, faut faire autre chose je pense. Ca me fait penser que j’ai un film portugais très récent, Mutant Blast, estampillé Troma, qui a bonne réputation. Je vais essayer de me le faire prochainement tiens, surtout qu’il est court si je me souviens bien