[Film] Blair Witch, de Adam Wingard (2016)

En 2014, James Donahue trouve sur YouTube une vidéo contenant l’image d’une femme qu’il croit être sa sœur Heather, disparue en 1994 près de Burkittsville (Maryland) alors qu’elle enquêtait sur la légende de la sorcière de Blair. Croyant qu’elle est toujours en vie, il décide de partir à sa recherche, accompagné de son ami Peter Jones, d’Ashley Bennett, la petite amie de Peter, et de l’étudiante en cinéma Lisa Arlington, qui veut faire un documentaire sur l’affaire. Talia et Lane, de jeunes habitants de la région qui ont trouvé et téléchargé la vidéo, se joignent à eux.


Avis de Rick :
Il est vrai, je crache très souvent sur le genre du found footage. Mais à vrai dire, c’est le cas pour beaucoup de monde, tant les studios ont usé jusqu’à la moelle le genre. Du coup, quand j’annonce haut et fort que je déteste Le Projet Blair Witch, ça surprend beaucoup plus les gens. Oui, ce n’est pas ce que le genre est devenu que je n’aime pas, mais le genre en lui-même. À quelques exceptions près, REC était une grande réussite, et Cloverfield étant très sympathique. Mon premier contact avec le dit film date de sa première diffusion sur Canal +, probablement au début des années 2000, peu après sa sortie cinéma en 1999 donc. Et de mémoire, j’avais vu le début, choppé une migraine, pioncé sur tout le film, et vu la fin, histoire de m’élever dans mon siège et de crier « tout ça pour ÇA ? ». Ah ça, je ne la porte pas dans mon coeur cette saga. Du coup le reboot de 2016, j’avais fais l’impasse. Et j’ignorais jusqu’au moment de finalement le voir qu’il s’agissait encore d’un found footage. Oui, pauvre de moi, je m’attendais à un vrai film, filmé normalement. J’aurais du me douter avec Adam Wingard à la mise en scène, lui qui avait fait ses preuves sur les films à sketchs (et en found footage) V/H/S. Mais comme j’étais parti dans l’optique de regarder Blair Witch, j’ai tenu, je me suis dis que ça ne durait que 1h30, et que surtout, en faisant suite au film original, il se passerait forcément plus de choses. Alors, j’avais raison, dans ce Blair Witch 2016, il se passe des choses. Sur la fin en tout cas, le début étant à l’image de tous les autres métrages du genre. Mais au final, ça restait un found footage tout ce qu’il y a de plus classique, dans sa structure, et dans ses moments pour nous réveiller.

On suit donc un nouveau groupe de personnages qui s’aventure de nos jours, enfin en 2014, dans la fameuse forêt de la sorcière. Pour justifier l’aventure, on nous place un personnage principal qui serait le frère d’une des disparue du film original, et c’est dans la boite. Rapide présentation des personnages, du voyage, du contexte, et voilà nos amis en voiture, puis à pieds dans la dite forêt. Et là, c’est le drame. Oui, ça respecte la mythologie, sans doute bien plus que le second métrage à l’époque qui avait offusqué les fans (je ne l’ai pas vu), mais c’est long. Se déroulant maintenant à notre époque, le film nous offre, la plupart du temps, des plans bien plus nets et stables qu’à l’époque. Un personnage s’amusera même avec un drone pour nous faire des plans aériens de la forêt. Et bien entendu, ils sont équipés de mini caméra placés sur leurs petites oreilles, permettant pour le coup donc de nous donner un montage dynamique, et des procédés de vrai film, comme des champ, et donc, des contre champ. Sauf que, malgré cette modernité, les technologies, Blair Witch 2016 ne parvient pas à nous offrir quelque chose de palpitant la plupart du temps. La première partie est classique est longuette, et quand le réalisateur décide de nous offrir alors quelques moments pour faire bouger l’intrigue, il en profite alors pour faire bouger aussi les caméras et donc respecter le genre à la lettre. Ça tremble, ça court dans tous les sens, ça crie, et on ne comprend pas grand-chose à ce qu’il se passe à l’écran. On pourrait même dire que ce qui caractérise le milieu du film, ce sera l’hystérie. Et quand comme moi, on n’apprécie pas le genre, et bien ça nous gonfle.

Heureusement, pour remonter le niveau, il y a la dernière partie. Non pas qu’elle soit parfaite, loin de là, et elle aura d’ailleurs divisée les vrais fans, qui voulaient plus de subtilité, mais moi, ça m’aura fait plaisir. Car il se passe des choses. L’ambigüité que les fans voulaient est absente et donc du coup l’aspect fantastique est bien présent. Fallait-il jouer sur l’ambigüité de toute façon lorsque l’on livre une suite à un film qui a eu de nombreux produits dérivés (jeux vidéo, films bonus) qui nous disent que oui, la sorcière existe ? Pas si sûr. Et du coup, le film nous livre quelques moments plutôt stressants qui fonctionnent, comme lorsqu’un personnage se retrouve à ramper dans de minuscules tunnels, le tout dans l’obscurité quasi totale et avec pour seul compagnon sa propre respiration. Ça, ça fonctionne, car on arrive tous à se mettre à sa place. Un peu plus tard, lorsque quelques personnages se retrouvent dans la fameuse maison qui était déjà là dans le final du premier film, la tension monte également, et l’horreur elle devient plus viscérale et plus frontale, pour quelques moments, notamment la fin, qui fonctionnent très bien. C’est peu subtil, rentre dedans, mais la tension est là, et ça a beaucoup plus le don de me réveiller que le premier film qui en voulant jouer sur l’ambigüité, était juste parvenu à me faire faire une bonne sieste. Après, de là à dire que j’ai apprécié cette version 2016, il y a un fossé que je ne franchirais pas. Toute la première partie, calme et similaire à l’original, et donc, fidèle, m’aura également ennuyé. Du coup, c’est meilleur pour moi, mais tout aussi dispensable. Blair Witch et moi, nous ne serons jamais amis. À moins que le récent jeu vidéo, en me mettant une manette dans les mains, parvienne enfin à me sentir concerné…

LES PLUS LES MOINS
♥ La fin se bouge
♥ Quelques passages stressants, dans les tunnels
⊗ Structure classique de found footage
⊗ Début laborieux
⊗ Quand ça crie et court, on ne comprend rien
note8
Cette nouvelle version de Blair Witch n’apporte pas grand-chose, si ce n’est plus de rythme et quelques moments efficaces sur la fin. Mais le reste est trop similaire, et quitte à choquer, un peu chiant.



Titre : Blair Witch

Année : 2016
Durée :
1h30
Origine :
U.S.A.
Genre :
Found Footage
Réalisation : 
Adam Wingard
Scénario : 
Simon Barrett
Avec :
James Allen McCune, Callie Hernandez, Brandon Scott, Corbin Reid, Valorie Curry et Wes Robinson

 Blair Witch (2016) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Cherycok
Administrateur
6 avril 2021 8:55

J’ignorais l’existence même de ce film. Ou alors j’ai tellement trouvé l’original mauvais (une des rares fois ou j’ai failli sortir de la salle) que mon cerveau n’a pas voulu retenir l’existence de ce remake. Et quand j’en vois ce que tu en dis, ce n’est pas plus mal.