[Film] Beast, de Baltasar Kormákur (2022)


Le Dr. Nate Daniels, revient en Afrique du Sud, où il a autrefois rencontré sa femme aujourd’hui décédée, pour y passer des vacances prévues de longue date avec ses deux filles dans une réserve naturelle, tenue par Martin Battles, un vieil ami de la famille, biologiste spécialiste de la vie sauvage. Mais ce repos salvateur va se transformer en épreuve de survie quand un lion assoiffé de vengeance, unique rescapé de la traque sanguinaire d’ignobles braconniers, se met à dévorer tout humain sur sa route et prend en chasse le docteur et sa famille.


Avis de Cherycok :
Des films mettant en scène des hommes ou des femmes contre des animaux, ça a déjà été fait de très nombreuses fois. Chaque année, nous avons notre lot, souvent des productions bas de gamme, de films où des gens doivent survivre en milieu hostile où le danger est rempli de dents acérées. S’il y en a autant, c’est aussi parce qu’avec un postulat de départ simple, il y a moyen de créer une bobine qui fait rapidement monter la tension et qui peut prendre vite aux tripes le spectateur. Les lions ne font pas partie des animaux les plus habituels de ce genre de productions, les requins et autres crocodiles sont clairement plus fréquents. Malgré tout, il existe une poignée de films mettant en scène ces félins de manière agressive, tels que Prey (2016), L’Ombre et la Proie (1996) ou encore le culte (pas pour les bonnes raisons) Roar (1981). On peut désormais rajouter à cette liste non exhaustive le Beast (2022) du réalisateur islandais Baltasar Kormákur. La bande annonce de Beast nous promettait du Idris Elba contre un lion, eh bien on a du Idris Elba contre un lion. Mais est-ce suffisant pour en faire un bon film ?

Baltasar Kormákur est un réalisateur islandais qui a déjà fait ses preuves. Alternant films américains, tels que Contrebande (2012) ou 2 Guns (2013), tous deux avec Mark Wahlberg, et filmS dans son pays natal comme Jar City (2006) ou plus récemment The Oath (2016). Il s’est déjà intéressé aux films où l’homme doit lutter contre les dangers de la nature, avec d’un côté Everest (2015), de l’autre Survivre (2012). Il réitère l’expérience avec Beast, en transposant l’action en Afrique, avec une famille qui va se retrouver confrontée à un lion dont la meute a été exterminée par des braconniers et qui est, du coup, vachement vénère. Voilà, le scénario est posé, fin comme du papier à cigarette comme c’est souvent le cas avec ce genre de production. Bien entendu, ça va malgré tout plus loin, avec ce drame familial un peu forcé, déjà vu 50 fois, où des péripéties dangereuses vont faire qu’un père va renouer avec ses deux filles avec qui il ne s’entendait plus depuis la mort de leur mère. Le scénario essaie d’avoir un poids émotionnel par moments, mais il tombe à plat ou semble forcé car on ne croit que peu à ce père qui essaie de se repentir auprès de ses filles. Ou plutôt, ce n’est pas qu’on n’y croit pas, on a du mal à s’intéresser aux personnages et à s’attacher à eux. Autant celui de Idris Elba, qui grâce à son talent porte le film à bout de bras, est malgré tout un minimum intéressant, autant ce n’est pas le cas pour ceux de ses deux filles qui sont énervantes, parfois têtes à claques. Du coup, alors qu’il serait logique de craindre pour leur vie étant donné que ce sont des enfants sans défense qui subissent la situation, on se fiche un peu de leur sort d’autant plus que, Beast étant assez prévisible dans son déroulement, il est facile de savoir comment tout cela va se terminer.

Autre point qui fâche, les incohérences. Alors oui, c’est souvent ce qui fait ce genre de films, ce qui va amener le suspense ou la tension, mais une fois de plus, les personnages prennent souvent les pires décisions qui soient. Partir tout seul alors qu’on est chassé par un lion ? Bah pourquoi pas voyons. Se réfugier dans un bâtiment à l’abandon et prendre soin de ne fermer aucune porte ? Mais bien sûr. Faire du bruit en pagaille sans jamais se dire que « Tiens, ça va attirer le lion ça » ? Voilà voilà. Je vous rassure, le lion est tout aussi con. Ou plutôt, le scénario nous prend un peu pour un con. On sait que les félins voient dans la nuit, qu’ils ont une ouïe très développée et qu’ils peuvent sentir leurs proies à grande distance. Bah pas le lion du film apparemment, en tout cas, pas quand il s’agit de trouver notre héros. Et pourtant, Beast fonctionne plutôt étonnement bien car il a pour lui sa courte durée et, malgré ses gros défauts, il arrive à divertir 1h30 durant grâce à un rythme soutenu et une mise en scène carrée. Le film est constitué quasi uniquement de petits plans séquences qu’on a collés bout à bout. Bien qu’ils ne soient parfois pas réellement justifiés, le rendu visuel est plutôt réussi, nous mettant au plus près des personnages évoluant dans des décors réels (et ça ça fait plaisir). Certaines scènes d’attaques sont d’une grande intensité et mettent réellement la pression (l’attaque de la jeep, l’affrontement final) car le lion en CGI est relativement crédible à l’inverse de beaucoup d’autres films avec des animaux (coucou Prey). Tout n’est pas parfait à ce niveau-là malgré tout mais le travail pour essayer de proposer un lion des plus réalistes est à saluer. Baltasar Kormákur va utiliser le vieux truc des Dents de la Mer en gardant la bête hors champ pendant un certain temps afin de faire monter le suspense et ça fonctionne plutôt bien malgré la prévisibilité du scénario.

LES PLUSLES MOINS
♥ Visuellement joli
♥ Idris Elba
♥ Bien rythmé
♥ Les attaques du lion
⊗ Des personnages pas attachants
⊗ Prévisible
⊗ Beaucoup d’incohérences

Beast est une série B correctement emballée, plutôt divertissante, mais trop prévisible dans son déroulement et au final assez anecdotique à cause de défauts bien trop présents. On passe certes 1h30 agréables, mais clairement pas mémorables.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Après l’arrivée de tout le monde dans l’enceinte de la maison et l’installation, le personnage de Meredith Samuels porte un t-shirt noir Jurassic Park avec un logo bien visible. Il s’agit manifestement d’un clin d’œil humoristique aux deux films, dont l’intrigue est essentiellement la même : les humains s’introduisent dans le royaume des animaux dangereux ou des prédateurs, et descendent de plusieurs crans dans la chaîne alimentaire, pour survivre.

• Idris Elba a également joué le rôle d’un médecin tentant de survivre en pleine nature, dans « La Montagne entre Nous ».



Titre : Beast
Année : 2022
Durée : 1h33
Origine : U.S.A
Genre : Man vs Wild
Réalisateur : Baltasar Kormákur
Scénario : Jaime Primak Sullivan, Ryan Engle

Acteurs : Idris Elba, Leah Jeffries, Iyana Halley, Sharlto Copley, Martin Munro, Thapelo Sebogodi, Daniel Habede, Liyabuya Gongo, Chris Gxalaba, Tafara Nyatsanza

 Beast (2022) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest

5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Oli
21 septembre 2022 12:19

De ce réalisateur, je me souviens avoir vu 2 GUNS et ADRIFT, que j’avais trouvés pas trop, trop mal. Pas aimé EVEREST par contre. Concernant les lions, j’ai revu L’Ombre L’OMBRE ET LA PROIE récemment et je l’ai trouvé très correct. Je suis plutôt indulgent avec ce genre de films. PREY je l’ai vu également mais… je l’ai oublié. Je me ferai ce BEAST quand il sera dispo en streaming (je crois qu’il est en salles actuellement au Japon). Même si visiblement le lion, ici, a un gros rhume qui l’empêche de bien traquer ses proies, ahahah ! Allez on va dire que de toutes façons, ce sont les lionnes qui chassent le mieux. ^^ Merci pour la review !

pti denis
21 septembre 2022 12:46

Totalement le même ressenti que toi. Sympathique mais pas plus. De plus, je ne suis pourtant pas chiant d’habitude sur ce point mais j’ai pas trouvé le lion en CGI hyper joli. Ce n’est pas Asylum mais ce n’est pas non plus le haut du panier.
Heureusement c’est rythmé.
Pour moi L’ombre et la proie est bien au dessus.

J’ai revu il y a peu Crawl, alors lui aussi n’est pas parfait dans ses CGI mais je trouve le film bien mieux : émotionnellement, ça marche car c’est bien dosé et niveau stress, c’est là aussi meilleur.

Au vu des bons retours, j’attendais autre chose de Beast alors qu’en fait, ce n’est rien d’autre qu’une petite série B.

Trop B dans le fond pour être un grand film (L’ombre et la proie) mais pas assez décomplexée dans la forme pour être un film destroy (Crawl). Le cul entre deux chaises.

Feroner
21 septembre 2022 19:11

L’ombre et la proie.
J’en avais jamais entendu parler.
Ça passe sur canal cool je me le fait ce soir.
Le lion je le trouve vraiment bien fait.
Roar c’est vraiment n’importe quoi ce film.