[Etrange Festival 2011] Jour 10 : The Man From Nowhere / Tomie Unlimited

C’est déjà le 10e et dernier jour de cette édition 2011 de l’Etrange Festival. Pour la cloture 2 films au programme.

Tout d’abord The Man From Nowhere de Lee Jeong-beom qui fut un beau succès au box office Coréen lors de sa sortie et qui a également récolté le Grand prix du jury au dernier festival du film policier de Beaune.

Et pour finir en beauté Tomie Unlimited le dernier volet de la saga très prolifique basé sur Tomie, l’héroïne d’une série créée par Junji Ito. L’histoire est toujours sensiblement la même : une séduisante lycéenne ayant le pouvoir de rendre les garçons fous amoureux d’elle et de les humilier. Décédée, elle se régénère pour régler ses comptes.

L’histoire : Ancien agent spécial, Taesik n’a qu’un seul lien avec l’extérieur : une petite fille, Somi, qui habite à côté de chez lui. La mère de la fillette vend de la drogue à son compte sans informer l’organisation criminelle pour laquelle elle est censée travailler. Un jour, elle lui confie un sac de marchandise sans l’avertir du contenu…

Mon Avis : The Man From Nowhere c’est un beau gosse avec des mèches de cheveux qui tombent sur un oeil parce que c’est un rebelle. Une sorte de Jason Bourne Coréen qui n’aurait pas perdu la mémoire. Tout comme son héros les personnages sont assez caricaturaux et si une partie de l’histoire s’avère tout de même bien glauque, on regrettera que le métrage n’assume pas et n’aille pas jusqu’au bout de ses choix. Niveaux réalisation malgré de très belles choses comme la caméra qui suit l’acteur traversant une vitre, encore une fois celle des scènes d’actions n’est pas au rendez-vous. Alors ce n’est pas aussi catastrophique et épileptique qu’un A Bittersweet Life mais le découpage et le montage ne sont pas bon. Ce défaut n’est malheureusement pas inhérent à ce film mais c’est un problème plus global du cinéma Coréen dans son ensemble qui a toujours beaucoup de mal à aborder les scènes de bastons correctement. Le rythme n’est pas mauvais mais encore une fois fallait-il que le film fasse obligatoirement 2h pour raconter une histoire aussi simple ?

The Man From Nowhere c’est tout simplement de la resucée de quelques formules à succès, ce qui n’en fait pas un mauvais film en soit mais un film sans saveur pour sur. Hormis le final qui est sympathique mais mal monté et le côté un peu glauque de l’utilisation des enfants, il n’y a pas grand chose à garder. Vite vu, vite oublié.

Le Trailer :

L’histoire : Tsukiko et ses parents ne peuvent se résoudre à faire le deuil de Tomie, décédée quelques mois plus tôt. Le jour de son anniversaire, cette dernière réapparaît…

Mon Avis : N’ayant pas beaucoup dormi suite à la nuit Sushi Typhoon, j’ai préféré zapper la séance de Tomie Unlimited vu que je n’aurais pas vraiment été en état d’en donner un avis digne d’intérêt. Néanmoins je vous renvois vers la critique de qu’Oli avait réalisé sur son blog il y a quelques mois : Tomie: Unlimited, Iguchi Noboru (2011).

Le Trailer :

Ryo Saeba

C’est véritablement Shaolin Soccer qui déclencha un élan de passion à partir duquel il se lança dans la vision de films sous titrés anglais. Et là ce fut le bonheur, il avait devant lui tout un pan du cinéma à découvrir, des genres propres au cinéma de Hong Kong comme le kung fu old school, les girls with guns ou encore le Wu Xia Pian...

4 Comments

Add a Comment
  1. le final de THE MAN FROM NOWHERE est peut être un des meilleurs combats au couteau jamais filmés ! c’est déjà pas mal.

  2. Ouai mais t’imagine le même combat filmé et monter comme celui de SPL entre Donnie et Wong Jing ? Là ça aurait été une tuerie. Mais bon oui le final est sympa.

  3. cesse d’imaginer et profites de ce que tu vois.

  4. Tu préfères aller dormir que de regarder un film japonais avec fantômes de lycéennes… tu deviens vieux Ryo… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *