[Avis] the Tower, de Kim Ji-Hun (2012)

À la veille de Noël, dans une tour de luxe à deux colonnes au centre de Séoul, est organisée une soirée privée hors-norme avec à la clé la mobilisation de plusieurs hélicoptères survolant la tour avec projection de neige artificielle. Mais des vents violents vont précipiter l’un d’eux vers la façade occasionnant un gigantesque incendie…


Avis de Cherycok :
De l’aveu même de son réalisateur Kim Ji-Hun, The Tower est inspiré du film américain La Tour Infernale (1974) de John Guillermin dans lequel un incendie se déclenchait au 135ème étage du plus grand gratte-ciel du monde. Et effectivement lorsqu’on regarde le film, la comparaison est évidente et appuie les dires de certains comme quoi le cinéma coréen ne serait pas original. Cela ne l’a pas empêché de réaliser le 2ème meilleur démarrage de tous les temps en Corée et de dépasser les 5 millions d’entrées en même pas un mois.

C’est vrai que The Tower ressemble comme deux gouttes d’eaux à n’importe quel gros blockbuster US de catastrophe et qu’il ne cherche à aucun moment l’originalité. Après un début ultra laborieux où on assiste pendant 30 bonnes minutes à des scènes de vie dans cette tour censées nous faire faire connaissance avec les personnages, mais qui au final sont des plus inintéressantes, dès que l’incident arrive, le film va essentiellement se contenter d’enchainer les scènes de bravoures des pompiers de Seoul où ils vont fièrement lutter contre le feu et sauver des vies. Bien entendu, tout cela sera mis à scène à grand renfort de ralentis bien appuyés (pompeux diront certains) lorsque par exemple un pompier se fait presque avaler par un retour de flamme sur fond de musique très héroïque.
On s’aperçoit de plus très rapidement que le scénario ne va nous réserver aucune surprise et on devine aisément à l’avance quels personnages survivront et lesquels périront par les flammes. Ca en devient même assez frustrant vu la durée assez conséquente du film de se dire qu’il ne nous surprendra à aucun moment, et ça sera effectivement le cas.

C’est dommage car certaines scènes sont réellement impressionnantes, bien entendu à grand renforts de CGI dans l’ensemble assez bien fichus, mais il faut savoir que l’équipe du film a construit tout de même 26 décors différents (la passerelle de verre, les ascenseurs, certains parties d’étages) afin de rendre l’ensemble plus réaliste et d’éviter de trop tourner sur fonds verts. On sent réellement l’envie de créer quelque chose de bien et les moyens y ont été mis (le budget du film s’élève à 9.3M US$).
Le casting y a même donné de sa personne et certains acteurs ont voulu réaliser eux-mêmes les cascades sur certaines scènes sans utiliser de doublure comme dans la scène finale dans les gros containers d’eau. Le casting est par ailleurs trois étoiles avec en tête l’excellent Sol Kyung-Gu (Public Enemy, Troubleshooter) dans le rôle du pompier en chef qui retrouve d’ailleurs ici le charismatique Ahn Sung-Ki, dans un petit rôle, avec lequel il avait déjà tourné sur Silmido. Les autres ne sont pas en reste hormis quelques faux pas de Lee Han-Wi qui en fait des caisses dans son rôle de religieux au point que ça en devienne ridicule. Mention spéciale à la petite Jo Min-Ah qui du haut de ses 9 ans lors du tournage du film est totu simplement criante de vérité.

Au final The Tower est une bien belle déception, dans le sens où il n’apporte strictement rien au genre « Film de Pompier », en se contentant d’être un blockbuster assez lambda, certes assez spectaculaire mais dénué de tout enjeu dramatique tant il est prévisible. Il aurait de plus mérité d’être un peu plus court ce qui lui aurait permis d’avoir un rythme un peu plus soutenu et de gagner peut-être un peu en intérêt.
Après son navrant et excessivement mauvais Sector 7, Kim Ji-Hun nous pond un bien trop moyen The Tower. Espérons que son prochain film relève un peu la barre.

 

 


Titre : The Tower
Année : 2012
Durée : 2h01
Origine : Corée du Sud
Genre : Où est passée la grande échelle ?
Réalisateur : Kim Ji-Hun

Acteurs : Sol Kyung-Gu, Son Ye-Jin, Kim Sang-Kyung, Kim In-Kwon, Do Ji-Han, Jo Min-Ah, Park Cheoi-Min, Song Jae-Ho, Lee Ju-Sil, Kim Sung-Oh, Lee Han-Wi, Ahn Sung-Ki, Cha In-Pyo

  


Galerie d’images :

Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

Les derniers articles par Cherycok (tout voir)

14 Comments

Add a Comment
  1. Dans le même genre, il y a LIFELINE de Johnnie To qui est pas mal du tout 🙂

  2. Il y a aussi Libera Me pour rester dans la Corée qu’il faudrait que je revois. J’avais beaucoup aimé à l’époque et faudrait que je me rafraichisse la mémoire ^_^

    1. The Siren aussi, deux grosses daubes (c’est coréen, forcement)
       

  3. > (c’est coréen, forcément)
    Realisateur, merci d’éviter de gerber ta bile du cinoche sudco ici.

    1. et ça vient de qlq’un qui dit du cinéma coréen “Je pense que les années 2012/2013 seront propices aux grosses bouses difficilement regardables.” ^^

  4. Ben perso, je me suis refait 4 à 5 films là, et je sature déjà. Pas de grosses daubes (même si ce The Tower ne m’ vraiment pas marqué), des films sympas, mais rien de marquant pour le moment.

  5. Heureusement messieurs que le cinéma sud-coréen ne se limite pas aux années 2010. 

    1. 2010, oula c vieu tes truk ptdr xD
       

  6. bien entendu que non, c’est pour ca que je me suis par exemple regardé Happy Killing et que je viens de me procurer The Beauty and The Beast, Crazy Lee, Can’t Live Without Robbery, les 4 Marrying the Mafia ou encore The Big Scene ou Big Bang

  7. Ouf, tu me rassures Chery’. T’es allé jusqu’aux années 2000, c’est cool.

  8. Bah j’y connais rien avant 2000, du coup, je me limite à ça ^_^

  9. Les 35 premières minutes sont nulles. Ensuite l’action est là pour en mettre plein la vue mais c’est archi-convenu et prévisible. La plupart des situations n’ont aucun sens … mais si on aime les films de pompiers, il y a quelques séquences sympas dans la lignée d’un Lifeline … j’aime bien l’esprit commando que dégage l’intervention. A voir sans plus.

  10. J’ai beaucoup d’espoir dans New World. Il m’attend tranquillement dans un coin de HDD. Suis en train de récupérer The Tower aussi, mais sans grande conviction.

    1. Merci pour ce point sur ton disque dur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *