[Avis] Bandh Darwaza, de Tulsi et Shyam Ramsay

Titre : Bandh Darwaza / The Closed Door
Année : 1990
Durée : 2h55
Origine : Inde
Genre : Vampires recyclés
Réalisateur : Tulsi et Shyam Ramsay

Acteurs : Aruna Irani, Vijayendra, Ajay Agarwal, Hashmat Khan, Kunika, Raza Murad

Synopsis : Une femme qui n’arrive pas à avoir d’enfants rend visite à un sorcier afin de régler son petit problème de conception. Grâce au sorcier, elle met au monde une petite fille mais au prix d’une terrible malédiction. Les années passent, le sorcier part à la recherche de la fille, alors adolescente, pour en faire son esclave.

Avis de Laurent : Lors de la sortie en 1990 de Bandh Darwaza, le cinéma horrifique indien était clairement en perte de vitesse. Après avoir cartonné le box-office indien pendant une dizaine d’année, le genre ne fait plus recette. La famille Ramsay régnait alors en maître, imposant ses films et son style dans tout le Nord du pays. Les classiques ne se comptent plus : Veerana (1988), Purani Haveli (1989), Mahakaal (1993) et bien entendu Purana Mandir (1986) représentent probablement ce que les studios de Bollywood ont produit de plus déjanté durant cet âge d’or. Erotisme, recyclage de classiques hollywoodiens et système D local marquent un savoir-faire évident dans un genre, pourtant très codifié, qui a été complètement remodelé afin de coller aux standards locaux.

Bandh Darwaza n’échappe pas à cette logique : il est le remake sauce curry de Dracula. Fauché mais bricolé de manière jubilatoire, le film des frères Ramsay ose tout et démonte le mythe sans aucun complexe. Tous les symboles liés aux films de vampires sont réappropriés pour la bonne cause. Le cercueil, le look et le sourire Royal Canin de notre monstre préféré sont conservés, mais un Om géant remplacera l’eau bénite histoire de marquer la différence. L’univers de Bandh Darwaza est clairement réussi. On retrouve un climax entre les très bons giallos de Dario Argento et les grands classique de la Hammer. Quel bonheur de retrouver ces beaux filtres rouges et bleus qui tendent de temps en temps sur le verdâtre. Quelques passages musicaux et quelques séquences érotico-softs viennent compléter ce tableau déjà largement surchargé. Sans oublier la récupération de la bande son de Psychose d’Alfred Hitchcock ! Et pour finir, les amateurs de mode vintage devraient apprécier ce festival ininterrompu de survêtements d’une autre époque.

Cependant, Bandh Darwaza n’est malheureusement pas exempt de défauts. Sa durée qui tire en longueur en est clairement le point faible. Non pas que 2h55 d’horreur à l’indienne soit un problème en soi, mais tout simplement par ce certaines scènes semblent se répéter lamentablement … lassant et rageant à la fois.

Improbable comme la majorité des films d’horreur indiens produits à la même époque, le film des frères Ramsay en est clairement un classique qui devrait plaire aux amateurs de bizarreries en tout genre. Seul le cinéma turc des années 80 peut se vanter d’aller encore plus loin dans le recyclage sauvage et démentiel … mais là on touche un autre sujet tout aussi estimable …

Note : 6/10

Dossier sur le cinéma d’horreur indien : TERREUR A BOLLYWOOD

Laurent

Un des membres les plus anciens de HKmania. N'hésite pas à se délecter aussi bien devant un polar HK nerveux, un film dansant de Bollywood, qu'un vieux bis indonésien des années 80. Aime le cinéma sous toutes ses formes.

1 Comment

Add a Comment
  1. Je le verrai peut-être un jour (parce que je suis fan à la fois de Bollywood et de nanarland), mais ça m’a l’air très long et improbable quand même. Cela dit, s’il y a vraiment un climax digne d’Argento (Ténèbres, haha !)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *