[Top] Top 10 des meilleurs épisodes de South Park (1998-2017)

À l’occasion de la sortie du nouveau jeu South Park, je me suis relancé dans la série, comblant mes lacunes sur les dernières saisons que je n’avais pas vu, et du coup, me refaisant les meilleurs épisodes des saisons précédentes. Car oui, South Park, j’ai découvert lors de la première diffusion sur Canal + en 1998, et la série a fortement évoluée depuis. Oui, la série garde son identité visuelle, mais beaucoup de choses ont changé. La mort de Kenny est très rare et n’est plus un running gag, là où les premières saisons étaient des épisodes pouvant se voir à part, la série a prit un tournant lors de la saison 19 en proposant une intrigue qui se suit sur toute une saison de 10 épisodes. De même, là où finalement, les 5 premières saisons se focalisaient quasi uniquement sur les 4 enfants principaux, Kyle, Cartman, Stan et Kenny, de nouveaux enfants sont arrivés ensuite comme Jimmy, Timmy, et surtout Tweek, Clyde et Butters, puis certains parents ont prit de l’importance jusqu’à être au centre de certaines intrigues par la suite, notamment Mr Garrison, ou bien Randy, le père de Stan. Même la mère de Cartman, au départ disant oui à tous ces caprices, a finalement changée petit à petit pour s’affirmer.

Après m’être bouffé pas mal de South Park ces derniers temps, voilà donc un petit top 10 des meilleurs épisodes à mes yeux, top du coup totalement subjectif, puisque certains épisodes seront là grâce à leur qualité d’écriture parfois, parfois pour leurs messages ou leurs thèmes, mais la nostalgie jouera aussi pour beaucoup dans l’élaboration de ce top.


La Trilogie du Coon (Saison 14) :
Pas un, mais bien 3 épisodes ici, même si on pourrait même dire 5. Car le Coon a finalement eu droit à un épisode tout d’abord dans la saison 13, avant d’avoir une trilogie dans la saison 14, avec une histoire se suivant sur trois épisodes. Le Coon et sa bande reviendra finalement pour un épisode de la saison 21, l’épisode 4, peu de temps avant la sortie du jeu vidéo ayant justement un rapport avec cette histoire. Alors pourquoi les épisodes du Coon sont dans ce top. Tout d’abord car South Park s’amuse, parodie et tout ce que l’on veut la mode actuelle des super héros. Une mode à laquelle je suis hermétique depuis ses débuts, car à part la trilogie de Christopher Nolan et quelques films isolés comme le premier Iron Man, je n’aime pas les super héros, et cela me laisse de marbre. Du coup voir les enfants de South Park s’inventer des personas de super héros débiles (l’homme cerf-volant, Tupperware, et j’en passe), ça me fait marrer. Mais au delà de l’aspect ironique de la chose, ces épisodes, notamment la trilogie lors de la saison 14, bénéficient d’une vraie qualité d’écriture, de gags drôles, brassent d’autres sujets, se permettent d’avoir Cthulhu en grand méchant (ça c’est la méga classe), se permet de raconter plusieurs parties de l’histoire façon comic, changeant ainsi de style, et ça s’avère foutrement drôle. Cet épisode se permet même d’expliquer certains éléments vis-à-vis de Kenny, et de sa capacité à toujours crever puis d’être de nouveau là dés l’épisode suivant sans que cela ne choque personne. Un très bon moment. Cerise sur le gâteau, l’épisode de la saison 21 du Coon se permet une petite blague ni vu ni connue envers l’affaire Harvey Weinstein, et j’admet, j’aurais beaucoup rit !


La saison 19 (oui, toute la saison) :
Oui je sais, je triche totalement. Mais la saison 19 dans son intégralité sonne comme étant la saison du changement. Première saison à nous présenter une intrigue qui se suit d’un épisode à l’autre sur toute la saison, nouveaux personnages, nouveaux gags, une saison qui innove réellement. Gros changement, l’ajout du personnage du PC Principal, la mise en avant de certains personnages comme Jimmy, des gags très drôles, et une histoire générale qui tourne en dérision quelque chose que personne ne supporte: les pubs, pop-ups et autres adds sur internet. Drôle, tenant la route sur la durée (en acceptant bien entendu l’absurdité générale chère à South Park), divers sujets d’actualités. Non, la saison 19, si elle a divisée les fans (mais moins que la 20), a fait un choix osée, celle de renouveler la structure même de la série, et c’était à mon avis le bon choix. Et puis ce n’est pas tous les jours que l’on voit Cartman se faire littéralement exploser la gueule dans les toilettes pour avoir fait une micro agression envers les Italiens.


Tropicale Schtropicale (saison 3) :
Objectivement, sans doute pas l’épisode le plus drôle, mais un épisode que j’avais découvert jeune et qui m’avait marqué, et surtout, comme je n’avais pas trouvé la saison 2 extra (pour ne pas dire que je la trouve nulle), ce premier épisode de la saison 3 mettait la barre haut, en critiquant un sujet bien vu (ceux qui nous font chier pour des causes, mais qui le font juste pour se donner une bonne image), mais qui surtout, qui parvient à être drôle de la première minute à la dernière, et à nous proposer une chanson très drôle, chantée par Getting Gay with Kids (dois-je traduire ? Seriously !), dans deux versions différentes. De plus, l’épisode parvient à mélanger un humour bête et méchant avec un humour par moment un peu plus bon enfant, en faisant un épisode assez complet à mes yeux. Alors encore une fois oui, South Park a déjà été plus drôle, a déjà été plus méchant ou politiquement incorrect, mais cet épisode a une place spéciale dans mon coeur.


La trilogie du Black Friday (saison 17) :
Je triche encore avec une histoire en trois épisodes de la saison 17, pour la sortie du premier jeu, Le Bâton de la Vérité. Donc encore une fois, c’est un univers qui au départ ne me parle pas qui est parodié, à savoir donc l’heroic fantasy, et en particulier Game of Thrones. Oui, on retrouve tous les éléments de la série, avec des trahisons, des discussions à double sens dans de beaux jardins, un hiver qui approche et donc une guerre. Sauf qu’ici, la guerre est entre ceux qui veulent une PS4 et ceux qui veulent une Xbox One. L’histoire est folle, va parfois très loin en faisant intervenir Sony, Bill Gates, et même le créateur de Game of Thrones qui en prend pour son grade, tout comme la série d’ailleurs, notamment grâce à Butters, qui pense un peu comme moi devant la fameuse série que tout le monde aime : oui, l’hiver approche, les dragons approchent, mais pendant ce temps là, nous n’avons que de looooongs dialogues et des scènes de sexe inutiles. Mettez donc tout ça dans un mixeur, en y ajoutant forcément le fameux Black Friday, des personnages toujours plus fou, Kenny devenant Princess Kenny (avec son propre générique d’anime), et on obtient trois épisodes qui tiennent la route et font rire d’un bout à l’autre.


Make Love, not Warcraft (saison 10) :
Je n’ai jamais touché à World of Warcraft. D’ailleurs, je n’ai pas vu le film non plus. Mais impossible de ne pas connaître face au phénomène de l’univers. Donc forcément, il fallait que South Park s’y mette, et nous y voilà, un épisode dédié à World of Warcraft, avec forcément des joueurs qui passent leur vie dessus et n’ont pas de vie, une critique gentille (puisque plutôt réaliste et qui ne fait pas une généralité en critiquant toute la communauté). Et honnêtement, voir des images du jus mais avec les voix de Cartman et ses potes, forcément, ça fait rire tant les deux ne vont pas ensembles. Les gags de l’épisode sont très drôles, que cela concerne les joueurs, les parents, ou même les créateurs du jeu. Un excellent épisode, toujours d’actualité vu les extensions de Warcraft.


Put it Down (saison 21) :
Et voilà, un épisode de la dernière saison encore en cours de diffusion, l’épisode 2, Put it Down. Pourquoi ? Simple, les 4 enfants, à l’exception de Cartman, sont un peu en retrait, et l’épisode se focalise sur des sujets actuels. Nous avons donc Tweek au premier plan, les conneries habituelles du président (avec Trump il y a de quoi faire), la Corée du Nord, mais également le suicide et les accidents de la route qui sont au coeur de ce récit. Cartman est bien entendu en avant également grâce à sa nouvelle caractéristique depuis la saison 20 (je ne spoilerais pas), et l’épisode a en plus droit à trois chansons, variées, dont une totalement hilarante, et une autre finalement très réussie musicalement parlante. Hyper rythmé, avec 3 sujets différents, satirique, cet épisode fait commencer la saison 21 de façon bien comme il faut en la lançant sur des rails épiques.


Les Armes c’est rigolo (saison 8) :
Un épisode sur les armes ? Oui totalement, sauf qu’en réalité, ça ne parle pas du port d’arme, sujet polémique en Amérique, mais des armes un peu différentes, puisqu’ici nos enfants s’amusent avec des armes plus fantaisistes et se prennent pour des héros de manga. Sauf qu’à la place de nous montrer le délire depuis un point de vu extérieur pour nous faire rire de leur bêtise, l’épisode adopte le point de vue des enfants, et change donc son graphisme pour être plus japonisant, et donner de vrais pouvoirs à nos 4 garnements. Du coup forcément, on rigole, et l’épisode nous gratifie d’une petite chansons en japonais (enfin, plus ou moins) et en anglais bien drôle.


Guitare Zéro (saison 11) :
Vous vous souvenez de Guitar Hero? Ce jeu qui a commencé sur PS2, puis quand la PS3 est sortie, il a fallut pour les fans racheter tout le matos pour jouer aux nouveaux jeux, puis rebelotte sur PS4 (je comprend pourquoi j’ai arrêté après la PS2). Et bien forcément, face à ce phénomène, South Park en a fait un épisode. Les enfants sont à fond dans le jeu, allant jusqu’à prendre la grosse tête, signer un contrat avec une maison de disque, tandis que les parents ne comprennent pas. Oui, oh oui pauvre Randy, voyant son fils s’extasier devant une guitare avec 4 boutons et le traitant de ringard lorsque lui sort une vraie guitare pour jouer du Kansas… Plusieurs moments hilarants parcourent cet épisode, montrant bien l’absurdité du jeu et de ceux qui se prennent pour des génies en y jouant.


La Nuit des Clochards Vivants (saison 11) :
Quand South Park se decide à parodier un film d’horreur culte comme La Nuit des Morts-Vivants, il ne fallait pas s’attendre à une parodie avec des zombies. Remplacez donc les zombies par des clochards, leur besoin de cervelle par un besoin de monnaie et nous voilà avec un épisode tellement WTF qu’il en devient savoureux, et encore une fois nous gratifiant d’une chansons hilarante de nos 4 bambins persuadés qu’ils peuvent empêcher la destruction de South Park par ces clochards vivants. Quand aux adultes, il se barricadent dans le supermarché (oui, comme dans un certain film de Romero) et n’arrivent pas à s’entendre entre survivants. Une parodie hilarante donc, mais surtout respectueuse du genre.


Putain de Baleines (saison 13) :
Ce coup-ci, voilà que les Japonais en prennent (encore) pour leur grade, tandis que les enfants jouent encore à Guitar Hero et en profitent pour se déchaîner et parodier la chanson du moment : Poker Face. Entraînant, drôle, avec un Cartman et un Kenny qui n’ont rien à foutre de la situation et du thème de l’épisode (sauver les baleines et les dauphins des Japonais), des Japonais très stupides, des Américains comme toujours hypocrites, et en prime, la télé réalité en prend aussi pour son grade avec une émission toute bidon sur les pirates anti-Japonais. Kenny, Kyle et Cartman sont sacrément en arrière plan, puisqu’il s’agit ici clairement de l’épisode de Stan, qui prend enfin les choses en main.


note8
South Park, oui, il y a des bons épisodes, et il y en a des mauvais. Mais la série a su évoluer, a su traiter de sujets dans l’ère du temps au bon moment, et tant qu’il y aura de quoi se moquer, pourra continuer. La saison 21 est en tout cas sur de très bons rails.

A propos de Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Homme de mauvais goût, il peut autant apprécier un film réalisé par Scorsese, Leone, Carpenter, Refn ou Cronenberg avant de plonger dans les films de Franco, Rollin ou Corman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017