[Film] L’Espion qui m’Aimait, de Lewis Gilbert (1977)


Pour retrouver des sous-marins nucléaires russe et britannique qui ont mystérieusement disparu, James Bond fait équipe avec l’agent soviétique Anya Amasova. Leur mission les conduit à affronter un ennemi des plus dangereux en la personne de Requin, un géant de plus de deux mètres quasiment indestructible travaillant pour Stromberg, qui veut se servir des sous-marins nucléaires pour détruire le monde.


Avis de Rick :
Dixième opus de la saga James Bond, l’Espion qui m’Aimait faillit ne jamais voir le jour. Quelques problèmes juridiques retardent en effet la production, puis une armée de scénaristes différents travailleront sur 15 jets du scénario, tout de même. En se renseignant, on apprend que John Landis ou encore Guy Hamilton réalisateur des précédents opus participèrent à l’écriture. Rajoutons à cela un casting qui s’est terminé au dernier moment (Barbara Bach arriva 4 jours avant le début du tournage), le budget le plus élevé à l’époque pour la saga (13,5 millions) alors que le précédent avait eu un score décevant au box office, un nouveau changement de compositeur et le premier méchant ne venant pas de l’univers des livres de Ian Flemming, et on comprend que la production n’a pas du être de tout repos. En fouillant un peu plus, on apprendra même la participation non créditée de Stanley Kubrick au film pour aider à éclairer des scènes sous-marines, la faute à quelques soucis au niveau de directeur de la photo, dont le premier quitta le tournage après une semaine et le second eu un problème de vue l’empêchant de voir sous l’eau. Roger Moore reprend donc en tout cas le rôle de l’espion Britannique pour la troisième fois, après deux films regardables mais pas glorieux pour autant. Et là, le miracle s’accomplit, puisque l’Espion qui m’Aimait est un bon film ! Oui, un vrai de vrai ! Comme quoi, tout est possible. Pas parfait, mais sans souci de rythme, avec de bonnes scènes d’action, un sous fifre charismatique bien qu’improbable avec Jaws, un Roger Moore pour une fois qui semble vraiment bon dans son rôle. Un film inespéré donc.

Dès la scène pré-générique avec un saut assez incroyable en ski (chapeau le cascadeur), puis le générique avec une bien belle mélodie, l’introduction de l’agent secret Russe XXX (heureusement, pas joué par Vin Diesel, mais par Barbara Bach, que je connaissais pour quelques séries B Italiennes), on comprend que l’Espion qui m’aimait va être un bon Bond. Alors oui, il est encore une fois question de quelques ogives nucléaires volées à des sous-marins, comme dans Opération Tonnerre, mais le film fait clairement le choix de l’efficacité de tous les instants, et de la générosité, sans pour autant verser dans la surenchère débile. On a donc un méchant féru de musique classique (je le comprend) qui veut détruire le monde pour… construire un monde parfait sous l’eau (il a trop du lire Lovecraft dans sa jeunesse), un Bond qui doit s’allier à notre agent secret Russe, une enquête en Égypte plutôt généreuse et avec d’excellentes idées de mise en scène, et surtout un Bond qui a un permis de tuer et qui n’hésite pas à s’en servir. Qu’elle n’a été ma surprise lorsque James Bond interroge un homme sur le point de tomber d’un toit, et qu’il le fait tomber, froidement une fois l’information en sa possession. Le genre de petits détails qui changent tout. Alors comme je le disais, le film n’est pas parfait, et on pourrait d’ailleurs dire que le grand méchant de l’intrigue n’est pas le meilleur méchant de la saga, mais le film se rattrape avec sons sous fifre, à savoir Jaws, que les fans connaissent bien, avec ses dents en métal. Sa première rencontre avec Bond en Egypte, de nuit, sous une lumière surréaliste, a clairement de la gueule. Quand à ses nombreux affrontements avec lui, si on n’est jamais loin du too much (voir parfois dedans), il y a un vrai côté fun et efficace qui s’en dégage.

C’est bien là la plus grande qualité de l’œuvre au final, son efficacité. Il semble conscient de ce qu’il doit être, et n’hésite pas à nous livrer une certaine surenchère d’affrontements, d’action, et même d’humour, et qui semble pour une fois un peu mieux pensée. Certains gags m’auront donc fait rire. Rajoutons de beaux paysages (l’Égypte, l’Autriche et les fonds marins) et de nouveaux gadgets plutôt sympathiques (la voiture qui se transforme en véhicule marin, pour une scène plutôt fun qui ne s’éternise pas) et on obtient un cocktail qui fonctionne. Quand à la James Bond Girl, Barbara Bach donc, elle change des deux précédents opus de Moore, ayant une utilité, une fonction et surtout même un développement plutôt intéressant, même si la finalité lors de la scène finale laisse à désirer par sa simplicité. Malgré tout, oui, les personnages évoluent, et c’est un plus indéniable au niveau de l’écriture, qui ajoute un certain attachement. Du coup, c’est face au sérieux de l’entreprise et sa générosité dans quasiment tous les domaines que l’on a envie de taire ces quelques défauts, comme un final un peu trop rapide, un grand méchant sans doute un peu trop en arrière, ou encore quelques thèmes musicaux un peu trop funky et clairement trop 70. Non, vraiment, le meilleur opus de Moore (pour le moment, mais je n’espère pas trop pour la suite).

LES PLUSLES MOINS
♥ Un métrage généreux et rythmé
♥ L’humour fonctionne mieux, enfin
♥ Barbara Bach
♥ Jaws, un bon méchant
♥ Quelques scènes d’action bien fun
⊗ Stomberg, le grand méchant, pas assez exploité
⊗ Quelques moments too much
Sans doute le meilleur opus avec Roger Moore. Une surenchère oui mais plutôt maîtrisée, dans le rythme, dans l’action, et même dans l’humour, avec en plus un méchant (larbin plutôt) iconique. Du bon boulot.



Titre : L’Espion qui m’aimait – The Spy Who Loved Me
Année : 1977
Durée : 2h05
Origine : Angleterre
Genre : Espionnage
Réalisateur : Lewis Gilbert
Scénario : Richard Maibaum et Christopher Wood

Acteurs : Roger Moore, Barbara Bach, Curd Jürgens, Richard Kiel, Caroline Munro, Walter Gotelli, Bernard Lee et Desmond Llewelyn

 The Spy Who Loved Me (1977) on IMDb


Galerie d’images : 

A propos de Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

7 Comments

Add a Comment
  1. Voila le James Bond que tout le monde adore mais ou perso j’ais de la peine….

  2. Punaise mais avec ces critiques de James Bond, je me demande si j’en ai vu un en entier, du debut à la fin d’une seule traite des James Bond. J’en ai commencé plusieurs, des vieux, des récents, mais je crois que à part GoldenEye et Casino Royale, j’ai pas réussi pour les autres…

    1. Pouce rouge je me desabonne !! 

  3. Tu sais Jinchu, les goûts et les couleurs. Tout le monde adore Opération Tonnerre et moi perso je peux pas…
    C’est pour ça Chery que je m’étais lancé dedans, ça manquait à ma cinéphilie, j’en avais très peu vu 😉

  4. Celui-là c’est le seul que j’avais raté avant de m’acheter l’intégrale en DVD le seul Moore que j’ai pas vu et revu, du coup je l’ai découvert avec des yeux d’adulte, et ca passe mois bien même si je me rend compte qu’il est moins grangignolesque que les autres.
    Et puis je sais pas mais moi je ne recherche pas de la crédibilité du sérieux ou un truc sombre quand je regarde un Bond.

  5. Oui tout dépend de ce que tu recherches en effet dans la saga 😉
    Comme tous les autres Moore, je ne l’avais jamais vu avant.
    Après je remarque justement que mes préférés sont les Dalton, Goldeneye et Casino Royale, donc au final, les épisodes pour la plupart sombres et sérieux.

  6. Le Opération tonnerre de Roger Moore!
    Un bulldozer hallucinant, le meilleur bond de Moore, un des meilleurs tout court!

    Véritable roller coaster qui enchaîne les morceaux de bravoure (question rythme, le film met en l’amande beaucoup de blockbusters récents), L’espion qui m’aimait est un James Bond culte, une date dans l’histoire de la saga.

    Un MONUMENT tout simplement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017