[Film] Jailbreak, de Jimmy Henderson (2017)


Une simple mission de convoi de prisonnier va se transformer en chaos total lorsque les détenus de Koh Kla prennent possession des lieux. Un commando des forces spéciales se retrouve piégé dans cette prison et va devoir protéger un témoin essentiel mais également ses propres membres.


Avis de Cherycok :
Après Ong Bak (2003) pour la Thaïlande, après The Rebel (2007) pour le Vietnam, après The Raid (2011) pour l’Indonésie, voilà qu’une nouvelle bobine d’action vient essayer de réveiller une production cinématographique locale de son pays, le Cambodge, au point mort depuis de nombreuses années. Ce film, c’est Jailbreak (2017), et si on en juge par le trailer, il essaie clairement de marcher sur les pas de la duologie The Raid de Gareth Evans. Et moi, de la bonne baston bien burnée qui envoie sévère, ça m’intéresse toujours. Même si ce qu’il y a à coté n’est pas terrible, même si le reste ne vaut pas tripette, si la castagne est bonne, ça me suffit. Oui, à ce niveau-là, je ne suis pas difficile. Et puis c’est l’occasion de voir l’ancienne star du porno franco-vietnamienne Katsuni habillée puisqu’elle a décidé, après l’arrêt de sa carrière pornographique en 2013, de suivre un entrainement martial durant trois ans et d’essayer de se faire une place sous son vrai nom, Céline Tran, dans le petit milieu du cinéma d’action.

Tout démarre de l’initiative de Loy Te, un producteur franco-cambodgien désireux de booster la production cinématographique de son pays qui, depuis la période Khmer Rouge, ne donne à son public que des comédies romantiques et des films de fantômes assez bas de gamme. Il a envie de proposer à ses compatriotes des productions différentes et même susceptibles de s’exporter à travers le mode. Il produit, via sa société Kongchak Pictures, le film de zombie Run (2013) et le thriller d’action Hanuman (2015). Loy Te apprend que Jimmy Henderson, cinéaste italien expatrié au Cambodge et déjà réalisateur de Hanuman, travaille sur un nouveau film d’action dont l’histoire se déroulerait dans un lieu unique. Il y voit là l’occasion de faire son The Raid à lui et rêve du même succès que son homologue indonésien. Dès le début du tournage, le matraquage publicitaire se met en place car tout a été fait pour que le film soit un succès. Même si ridicule pour nous, 240 000$US sont alloués au film (une fortune là-bas) une équipe technique ayant fait ses armes sur des productions internationales tournées au Cambodge est dépêchée, et de vrais artistes martiaux tel que Dara Our, pratiquant de Bokator (art martial ancestral cambodgien), Tharot Sam, combattante de MMA, ou Jean-Paul Ly, cascadeur, sont appelés à la rescousse. On retrouve également Savin Phillip, star locale, et donc Céline Tran comme évoqué plus haut. Pour mettre encore plus de chances de son côté, Loy Te fait composer et chanter plusieurs morceaux de la bande originale du film par un duo de rappeurs cambodgiens très populaires, Kmeng Khmer.
Le succès est au rendez-vous, aidé par un matraquage publicitaire intense et une adaptation du film en jeu pour smartphones, aussi bien commercial que critique et rapidement le film est vendu dans d’autres pays d’Asie tels que la Corée du Sud et la Chine. En Juillet 2017, Jailbreak remporte même deux prix au Festival FanTasia de Montréal, un du public dans la catégorie des films les plus innovants, un du jury pour ses scènes d’action.

Alors avant de parler des combats, évoquons ce qu’il y a autour. Et à ce niveau-là, ce n’est pas très glorieux. Pour les besoins du tournage, une école désaffectée a été transformée en prison et le résultat n’est clairement pas à la hauteur. Ce n’est pas stable, les décors bougent quand les personnages tapent un peu trop fort dessus, ça fait carton-pâte et kitchos. Au niveau des acteurs, ce n’est pas la panacée non plus. Leur jeu est limité et on frise le n’importe quoi en termes de figurants. Peut-être est-ce dû à une direction au ras des pâquerettes. Ou peut-être tout simplement parce que, à cause du budget restreint, ils ont dû faire appel à 75 acteurs locaux, jouant souvent dans des soaps et pas du tout à l’aise avec les coups de tatane, qu’ils ont entrainés durant 6 semaines pour essayer de rendre les scènes d’action crédibles. Pour jouer la comédie, ce n’est clairement pas ça mais pour les scènes d’action, ça fait le boulot.
Et donc on en vient à ces fameuses scènes d’action, bien mises en avant par une bande annonce énergique et, il faut l’avouer, efficace. Elles sont tout bonnement excellentes. Les très bonnes chorégraphies sont bien mises en valeur par un montage intelligent. Plans larges, longs enchainements sans coupe, on prend un réel plaisir à voir de vraies performances martiales et une vraie vitesse d’exécution sans avoir recours aux coupes à répétition pour essayer de donner un semblant artificiel de vitesse à ce qui se passe à l’écran. Ça cogne dur, et surtout ça cogne beaucoup. Un peu comme dans The Raid, passées les premières trente minutes, la dernière heure nous en donne pour notre argent. Jimmy Henderson s’amuse avec une caméra constamment en mouvement, donnant à la mise en scène un côté certes parfois maladroit mais permettant de donner encore plus de vie et des échanges pieds / poings du plus bel effet.

LES PLUSLES MOINS
♥ Les Scènes d’action
♥ Le rythme élevé
⊗ Manque de budget flagrant
⊗ Le jeu des acteurs
Jailbreak, c’est le The Raid du Cambodge. En moins bien tout de même car autant les nombreuses scènes d’action sont réussies, autant le reste l’est bien moins. Heureusement, elles sont nombreuses et feront plaisir à tous les amoureux d’arts martiaux.



Titre : Jailbreak / Khmer : ការពារឧក្រិដ្ឋជន
Année : 2017
Durée : 1h31
Origine : Cambodge
Genre : Face à la Khmer
Réalisateur : Jimmy Henderson
Scénario : Jimmy Henderson, Michael Hodgson

Acteurs : Jean-Paul Ly, Céline Tran, Dara Our, Tharot Sam, Dara Phang, Savin Phillip, Laurent Plancel, Sisowath Siriwudd, Rous Mony, Eh Phuthong

 Jailbreak (2017) on IMDb















A propos de Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

4 Comments

Add a Comment
  1. Merci pour cette critique Chery!
    Ma plus grosse attente niveau film de baston avec Triple threat.

  2. Bah avec plaisir. Je suis toujours curieux quand un film essaie de secouer un peu la prod cinematograhique de son pays. Clairement Jailbreak n’est pas un grand film, mais ca tatanne bien et beaucoup ^_^

  3. « Genre : Face à la Khmer » Tu nous fais du Oli !!
    Ca me tente et si c’est un coproduction française ca pourrait peut être sortir en France on peut toujours rêver.
    Katsumi cette femme est quand même étonnante après avoir fais science po elle fait du porno et maintenant un film d’action Cambodgien !!

  4. J’en fais souvent des jeux de mots sur les genres, et depuis longtemps. Mais vrai que parfois je ne trouve pas l’inspiration donc je mets un truc bateau ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017