[Film] Dead Space Downfall, de Chuck Patton (2008)

En 2508, la compagnie minière Aegis VII trouve un étrange monolithe. Une vagues de meurtres et de suicides a lieu, mais cela n’empêche pas le vaisseau USG Ishimura d’amener le monolithe à son bord. Tout dérape et de mystérieuses créatures apparaissent.


Avis de Rick :
À sa sortie le jeu Dead Space avait été une excellente surprise. Certes le jeu n’inventait pas grand-chose, reprenant un peu partout (en vrac, Alien, Event Horizon et j’en passe), mais la sauce prenait, le jeu se faisait stressant malgré ses imperfections. Il faut dire que si l’histoire n’était pas la plus passionnante du monde, l’ambiance fonctionnait, on s’y croyait à bord de ce vaisseau désert, aidé par l’ambiance sonore, le jeu de lumière. Dead Space Downfall, film d’animation se déroulant juste avant partage avec le jeu son histoire simple et pas toujours passionnante. Mais pour ce qui est de l’ambiance et de tout le reste, ce film a tout oublié au placard. Ce n’est pas franchement joli à regarder, l’animation n’est pas extraordinaire, le jeu de lumière est inexistant, la musique passe partout et totalement oubliable. Et comme dans toute production de genre plutôt opportuniste, quand on ne sait pas poser une ambiance ni faire peur, on se venge sur un autre point : le gore ! Dans Dead Space Downfall, on suit donc l’équipage de l’USG Ishimura qui ramène à son bord le monolithe qui on le sait va foutre la merde. Une vague de meurtres et de suicide sur Aegis VII, la colonie ayant trouvé le monolithe, ne va pas arrêter l’équipage. Et lorsqu’un homme de la colonie dont la femme s’est suicidée décide de s’introduire à bord du vaisseau, il ramène avec lui le cadavre de sa femme, qui n’est pas vraiment morte et se change en, vous vous en doutez, nécromorphe.

deadspacedownfall01

Le carnage peut donc commencer, puisqu’à partir de là, Dead Space Downfall n’est qu’un banal survival dans l’espace. On y suit principalement la chef de la sécurité et son équipe qui vont devoir survivre dans les couloirs à une invasion venue d’ailleurs. Et là, on y retrouve les principaux ennemis du jeu, avec les nécromorphes de base, les plus gros, les volants qui réaniment les cadavres, et les minuscules petits à tentacules. Rapidement, notre équipe va s’équiper de cutter plasma pour survivre. Oui, tous les éléments du jeu sont présents, en apparence, sauf que jamais ce métrage d’animation ne parvient à en restituer le cœur, l’ambiance, ce qui faisait de Dead Space un bon jeu. À la place, c’est une avalanche de gore qui laisse plutôt indifférent. Décapitations, corps transpercés, démembrés, découpés. Un festival qui ne semble pas vouloir s’arrêter, mais qui ne parvient pas à sauver le navire du naufrage presque total. Oui, ce n’est pas hyper passionnant, ce n’est pas très bien animé, c’est parfois assez moche, et le concept même du film n’était pas franchement utile.

deadspacedownfall04

Pourquoi vouloir à tout prix expliquer ce qu’il s’était passé avant le jeu ? Surtout qu’au final, le film n’a pas grand-chose de franchement intéressant ou surprenant à raconter. Si on ajoute à cela des personnages pas franchement intéressants et une narration parfois un peu chaotique et des éléments qui laisseront les non connaisseurs sur le carreau, on peut encore une fois féliciter EA pour cette initiative. Rajoutons également quelques petites incohérences dans le scénario ou le visuel, comme lorsque notre personnage principal vient sauver pas mal de monde et… que l’instant suivant, tout le monde a disparu et on ne saura plus rien d’eux. Que reste-t-il donc de ce Downfall pour pouvoir séduire ? Pas grand-chose. Alors oui, c’est parfois très gore, c’est très court (1h14, ça limite la casse), on ne s’ennuie pas non plus tant tout va (trop) vite. Et puis c’est tout. EA prouve qu’il est vraiment un éditeur très bon pour le marketing, mais qui se foire pour tout le reste. Oui, ils nous livrent une préquelle pour appâter le fan mais le budget est limité et le tout raté. C’est peut-être dans un sens toujours mieux qu’un jeu vendu 70 euros incomplet mais avec un season pass à 50 euros pour avoir le jeu complet…

deadspacedownfall08

LES PLUSLES MOINS
♥ C’est court
♥ C’est gore
♥ Le bestiaire et d’autres éléments fidèles
⊗ Techniquement à la ramasse
⊗ Peu passionnant
⊗ Une écriture pas fameuse
⊗ Des réponses ? Où ça ?
note25
On nous promettait une préquelle, des révélations, retrouver l’ambiance du jeu. À la place, un banal survival techniquement dépassé et pas franchement intéressant.

deadspacedownfall09



dead-space-downfall-2008Titre : Dead Space Downfall

Année : 2008
Durée :
1h14
Origine :
U.S.A.
Genre :
Animation
Réalisation : 
Chuck Patton
Scénario : 
Jimmy Paimiotti et Justin Gray
Avec (voix) :
Nika Futterman, Keith Szarabajka, Jim Cummings, Kevin Michael Richardson, Kelly Hu et Bruce Boxleitner

 Dead Space: Downfall (2008) on IMDb


Galerie d’images:

deadspacedownfall11deadspacedownfall15deadspacedownfall16

A propos de Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

10 Comments

Add a Comment
  1. Acheté en coffret avec le jeu (jeu que j’ai franchement adoré ! Le 2 est très bon aussi, le 3e volet est par contre moins sympa à faire)
    Ce film d’animation n’est pas un des meilleurs du genre, c’est clair, mais il reste plaisant à voir.
    Le style visuel m’a rappelé un peu les anims des années 80 (Ulysse 31, Cobra, Albator…)
    Mais bon, c’est clair que cette production sent le marketing à plein nez !

    Par contre, le jeu doit être adapté au cinéma..et là, j’ai peur d’une nouvelle adaptation catastrophique comme c’est souvent le cas avec les jeux vidéo !
    Idem pour l’adaptation prévue du très bon jeu « Gears of War » !

  2. Ah j’ai vu les deux films d’animation mais après avoir fais les jeux pour ma part.
    Les deux premiers jeux sont excellents oui. Le trois je l’ai chroniqué sur la partie jeu du site, et… meeeeh. Il est beau, mais c’est juste un jeu d’action à tendance nanar.
    Un film Dead Space, why not, faudrait juste y mettre le budget nécessaire et avoir un bon réal, mais bon, vu toutes les influences du jeu (Alien, tout ça), est-ce que ça rendrait bien? Et surtout, sans la manette en main, le stress serait-il aussi présent?

    1. Ben d’après ce que j’ai pu entendre, le film devrait prendre une direction assez différente de celle du jeu pour éviter que ça fasse trop « Alien like »..
      Donc, on aurai pas droit aux couloirs et à l’ambiance pesante et stressante du jeu, mais plutôt à de l’action basique…
      Si le film voit effectivement le jour, ça va encore jaser à mort chez les gamers !
      Je crains vraiment un beau foirage !

      1. Bon après, on entre dans un débat un peu plus vaste qui est celui de l’adaptation, mais les supports étant très différent, il faut obligatoirement du changement. Mais garder l’ambiance, ce qui fait le coeur du produit de base. Si c’est de l’action basique, là non, ça change beaucoup de choses. Il faut plutôt garder l’ambiance, jouer sur l’attente, le noir, quitte à changer pas mal de choses pour s’éloigner d’Alien (quoi que, le film de SF Life, pompant beaucoup Alien, je l’ai trouvé très bon en tant que série B de luxe).

        Ce qui rend Dead Space stressant, c’est aussi le fait que c’est nous qui avons la manette, nous qui jouons. Regarde Silent Hill, le premier film signé Gans est très fidèle, très divertissement, même très bon en soit, mais niveau stress comparé au jeu, c’est à des années lumières, alors que toute la première partie est une copie conforme du jeu.

        Bon après y a le cas Doom, qui fait un peu nawak, et qui, lorsqu’il livre sa seule scène hommage au jeu avec la vue FPS, fait tellement décalage avec le reste et tellement gratuit que c’est pour moi une des pires scènes du film, un comble ahah.

        1. Le 1er film Silent Hill est en effet très bon et fidèle au jeu !
          (Pourtant il s’est pris des volées de bois vert à l’époque ! No comprendo !)
          Le 2e volet par contre..bof bof.. (en dehors de quelques fulgurances..)
          Mais bon, on sait que les adaptations de jeux vidéo au ciné, ça casse plus souvent que ça ne passe ! (malheureusement !)
          Bizarrement, ça va mieux dans l’autre sens (jeux vidéo adaptés de films, genre « Le Parrain »)
          Bon, y’a des ratages aussi dans ce sens là, mais moins je trouve..
          Doom, j’ai dû le voir, mais m’en souviens plus trop ! Je me souviens surtout des heures passées sur le jeu ! 😀

          1. Oui, j’aime beaucoup le premier Silent Hill, même si la fin est discutable. Le second meeeeh… Quelques fulgurances comme tu dis. À la limite, la première partie qui se tient plus ou moins, mais après, quel carnage.

            En jeux adapté de films qui étaient bons, il y a Scarface aussi en GTA-like, The Thing que j’ai beaucoup aimé (et j’y ai rejoué un peu il y a peu). Die Hard Trilogy sur la première Playstation était bien sympa et défoulant. Goldeneye sur Nintendo 64 bien entendu. Alien Isolation récemment était super. Apparemment le jeu Blade Runner sur PC était top mais jamais touché.

  3. Ouais, y’a vraiment un truc qui passe mieux dans le sens film adapté en jeu que dans le sens jeu adapté en film !
    Ha ! Goldeneye ! Que de souvenirs ! Avec le Golden Gun ! L’arme ultime !!
    Et les parties en écran splitté !
    Les Die Hard, j’y jouait chez un copain à l’époque !
    C’était la belle époque ! ^_^

  4. Sans doute car c’est plus simple dans le fond, tu as déjà l’univers, tu dois juste soigner ton gameplay après. Alors que dans le sens inverse, adapter une histoire sur écran mais sans le gameplay….
    Goldeneye oui j’y avais passé de longues heures à l’époque ! Encore il y a quelques années, j’avais terminé le dernier niveau en mode 007 pour un ami qui bloquait depuis un bail.
    Il y a encore de bons jeux aujourd’hui, mais comme pour le cinéma, il faut s’éloigner des trucs dont la pub nous matraque. Les récents Doom et Shadow Warrior étaient sympa en FPS bourrin (Wolfenstein aussi mais je n’ai pas fais le 2). Et dans les petits jeux indés, on trouve des petites perles.

  5. C’est juste ce que tu dis quand au fait que c’est plus simple de faire un jeu à partir d’un film !
    Avec tout l’univers et le background déjà existants, ça aide !
    Sinon, niveau jeux vidéo, je joue encore, mais beaucoup moins aujourd’hui..
    J’ai toujours ma Xbox 360 (j’ai jamais été très Playstation, a part la 1ere que j’ai toujours, et je joue encore à des classiques dessus !)
    Je me suis pas mal détaché des grosses prod qu’on nous vante à grand coups de pub et de marketing agressif ! (genre Call of Duty ou God of War..pas des mauvais jeux, mais ils ne surprennent plus vraiment..ils se reposent beaucoup sur leur notoriété !)
    Toute façon, mon Call of préféré reste le 3 (Call of Duty « En marche vers Paris ») un jeu que j’adore !

  6. Oui, il suffit d’avoir une équipe derrière sachant un minimum gérer le gameplay et ça peut faire des trucs sympas. Bon après y a aussi des cas de très très mauvais jeux adaptés de films (euh, Charlie’s Angels me vient en tête mais y en a pleins ahah). D’ailleurs, comme on parlait de Goldeneye, apparemment les jeux James Bond suivants (Nightfire je crois et Quite ou Double) sont pas mal du tout. Mais ça date.
    Je joue pas mal de mon côté, mais j’avoue prendre souvent plus de plaisir sur des touts petits jeux ou alors des jeux dont on parle moins que les gros jeux. Les Call of Duty, ne jouant pas en online, j’ai arrêté depuis pas mal d’années. Le dernier bon pour moi était le Modern Warfare 2. Tous les suivants, soit j’ai testé et détesté, soit j’ai vu des potes dessus et n’ai pas compris l’intérêt de dépenser 70 euros chaque année pour le même moteur graphique, une campagne ultra courte (et souvent naze) et 3 nouvelles map multi…
    D’ailleurs l’annonce récente du Call of de cette année m’aura bien fait rire jaune. Plus de mode un jour, que du multi, mais ils vont quand même réussir à vendre le truc 70 euros et avec encore le même moteur graphique, un peu lissé au pire… Du foutage de gueule, et ça cartonne.
    Jamais touché God of War par contre… Le dernier j’y toucherais peut-être quand il aura bien baissé de prix, mais ça ne m’a jamais attiré vraiment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dark Side Reviews © 2017