[Test] Hard West (2015, PC)

Bienvenue dans le Far West comme vous ne l’avez jamais vu. Quand une série d’événements tragiques contraint un homme assoiffé de vengeance à affronter les forces surnaturelles du chaos, il doit traquer et exterminer sans pitié. Incarnez Warren et explorez les recoins les plus noirs de l’âme humaine, tout en tentant de survivre dans un monde où chaque décision est grave et ses conséquences encore plus. Parce que dans ce monde, la mort est omniprésente et les pactes maudits que vous concluez avec des forces qui dépassent l’entendement humain hanteront à tout jamais tous ceux qui vous entourent.


Test de Cherycok :
Les jeux ayant pour toile de fond un univers western ne sont pas légion. C’est pourtant un thème fort qui en général plait et pourtant, rares sont les développeurs qui s’y lancent. Bien entendu, la majorité des joueurs « console » connait le gros succès Red Dead Redemption ou peut-être le très sympathique Call of Juarez, ceux œuvrant sur PC ont peut-être entendu parler de Desperados : Wanted Dead or Alive ou du plus ancien Outlaws de Lucasart. Mais quoi de récent à se mettre sous la dent dans le genre cowboy amateur de la gâchette ? Et bien je vous présente Hard West du studio polonais CreativeForge Games (qui comprend des anciens de chez Techland, les développeurs de Dead Island et Call of Juarez). Un tactical tour par tour dont le gameplay rappelle fortement celui proposé par le hit XCOM : Enemy Unknown. En partie financé sur Kickstarter, proposé sur Steam à un prix très abordable, ayant même eu droit à une sortie confidentielle en support physique accompagné de la bande originale du jeu et d’un art book, Hard West plonge donc le joueur dans un Far West où règnent le surnaturel et les forces démoniaques.

Hard West va tout le long de son aventure alterner deux phases de jeu différentes. La première se déroule sur une carte, vue de trois quarts, sur laquelle va se dérouler l’essentiel du scénario. Vous allez pouvoir vous déplacer de lieu en lieu, en fonction des lieux disponibles sur le moment (certains évènements en débloqueront au fur et à mesure), chacun de ces lieux amenant une rencontre. Il y a par exemple les marchands, chez qui vous pourrez acheter / vendre armes et équipements, tenter de négocier, et les lieux sur lesquels vous devrez passer obligatoirement pour faire avancer l’histoire. La mise en scène du scénario va être très sobre. Un petit dessin, un texte vous narrant ce qu’il se passe, avec une voix off vous donnant certains détails, et des choix plus ou moins nombreux qui modifieront (ou non) la suite de l’aventure. Certains choix seront donc à mûrement réfléchir car il sera très facile de perdre définitivement un membre de son équipe et se retrouver affaibli dans les batailles à venir. L’évolution se fait via un petit système de quêtes, certaines obligatoires, d’autres facultatives.
De cette phase de jeu, vous pourrez également personnaliser un peu les personnages de votre équipe, de un à quatre en fonction des étapes du scénario. Un écran tout d’abord assez classique, dans lequel vous aurez les statistiques de chacun (nombre de PV, chance, rapidité, …), la possibilité d’équiper deux armes différentes, deux items et une pièce d’équipement, ainsi qu’un système de poker assez original. Chaque personnage pourra équiper un certain nombre de cartes que vous gagnerez tout au long de chaque scénario, et en utilisant des combinaisons de poker (paire, double paire, brelan, …), cela leur apportera des bonus. A vous donc de bien réfléchir à quelles combinaisons seraient les mieux en fonction des armes qu’utilisent vos personnages et les missions sur lesquelles vous les envoyez.

Et puis il y a la deuxième phase de jeu, celle des rencontres, des combats. C’est ici qu’on se rapproche d’un XCOM. Le combat n’est pas forcément immédiat. Il arrive que les ennemis ne soient pas forcément agressifs d’entrée de jeu, et il ne tiendra qu’à vous de les tenir dans cet état-là le plus longtemps possible, quitte à les mettre en joue avec un de vos personnages afin de retarder le moment inévitable de l’affrontement sanglant.
Le système de jeu est des plus simples. Vos personnages disposent chacun de deux points d’action, et chacune des actions qui lui est possible de faire lui en coute un certain nombre. Recharger en prend une, boire un remède de guérison également, mais tirer avec une arme peut en prendre deux. Il est à noter que certaines cartes (citées plus haut) pourront amener de nouveaux pouvoirs aux personnages et qu’ils ne sont pas tous cantonnés aux mêmes actions. Une fois toutes vos actions terminées, c’est au tour des ennemis d’agir, et ainsi de suite jusqu’à ce que l’objectif soit accompli ou, à l’inverse raté. Pas de système de dé caché afin de savoir si un personnage/ennemi est touché ou pas lorsque vous tirez dessus, mais un calcul qui va se faire en fonction de la barre de chance de celui qui est la cible. Si un personnage/ennemi esquive le tir, sa barre de chance diminue (à 0, il se fait toucher à tous les coups), et s’il prend des dégâts, elle remonte. Bien entendu, certains items sont là pour augmenter la chance et/ou la précision des personnages, entre autres. Il va falloir énormément jouer sur la couverture, plus un personnage est caché, plus il est bien évidemment compliqué de lui tirer dessus. A noter une touche d’originalité, la possibilité avec certains personnages de faire ricocher vos balles sur un ennemi pas forcément visible au premier abord (il va falloir bien repérer les ombres au sol des ennemis qui ne sont pas dans le champ de vision).
Les réussites de vos missions vous feront gagner de l’or, des objets, des cartes, mais il n’est aucunement question ici de point d’expérience comme le font beaucoup de jeux. Hard West ne s’encombre pas de ça, et cette simplicité est tout à son honneur tant les jeux aujourd’hui s’évertuent souvent à complexifier à mort leurs mécanismes pour essayer de leur donner un semblant d’originalité.

Le jeu mise tout sur son ambiance, et force est de constater qu’elle a été très bien travaillée. Le jeu est relativement noir et se sert de l’univers western pour insuffler une bonne grosse dose de paranormal. N’espérez pas jouer le gentil cowboy qui va sauver la ville des méchants bandidos pour avoir le cœur de la fille du shérif. Pas de ça ici, mais plutôt un univers froid, sanglant, noir, souvent glauque, parfois malsain, avec des personnages barrés, des satanistes, des démons, du vaudou et tout un tas de croyances de l’époque mis en image de bien belle manière. Et pas seulement les personnages secondaires ou les ennemis, mais aussi votre personnage à vous (qui change en fonction des scénarios de la campagne) qui vous amènera à faire des choix pas forcément très reluisants. Non, le far-west n’était pas une période bisounours et le jeu en joue excessivement bien.
La campagne peut d’ailleurs se jouer un peu au bon vouloir du joueur. Il y a bien entendu un point d’entrée par lequel il faut forcément passer, certains points par lesquels il va falloir passer pour pouvoir en faire d’autres, mais les différentes branches qui le composent peuvent être faites dans n’importe quel ordre étant donné que les huit scénarios sont indépendants les uns des autres. Il existe trois modes de difficultés, donc un mode difficile qui mettra à rude épreuve les nerfs des joueurs les plus invétérés tant ils ont placé la barre haute. Hard West n’est clairement pas un jeu facile et même le mode Normal pourra donner du fil à retordre à certains. Il est même possible pour les hardcore gamer de se rajouter des handicaps tel que le friendly fire (lorsqu’un des membres de votre équipe se trouve sur la trajectoire de la balle du tir d’un autre de vos hommes). Autant dire que, pour ceux qui accrochent à l’univers dépeint ici, il y a de quoi passer un bon nombre d’heures à se la jouer pistolero adepte des forces occultes. A noter qu’un DLC intitulé Scars of Freedom a rapidement vu le jour, apportant 7 nouvelles missions, un nouveau système de jeu permettant d’incarner des morts vivants (à personnaliser avec des morceaux d’autres morts) ainsi que tout un tas d’autres nouveautés, le tout pour la modique somme de 2.99€.

Visuellement, le jeu tient la route. On est certes pas dans un jeu AAA et de toute façon, Hard West n’en a pas la prétention. Malgré une certaine redondance dans les décors et les ennemis au fur et à mesure de votre avancée, le jeu essaie comme il le peut de se renouveler en essayant de sortir des classiques villes typiques du western. Mais les graphismes sont cleans, plutôt fins, tout en sobriété, agrémentés de jolis effets gores venant rajouter à l’ambiance parfois craspec de certaines missions. Il en est de même au niveau sonore. Le travail des développeurs est à saluer, avec une voix off, volontairement très froide, omniprésente, pas juste durant les phases sur la carte mais également lors des combats, accentuant d’autant plus l’aspect morbide de certaines situations.
En termes de gameplay, on est dans la simplicité. Tout ou presque peut se faire à la souris et, étant donné qu’on est dans un système de jeu au tour par tour, il n’y a pas besoin de se presser et il est forcément plus simple d’élaborer des stratégies. Et à la vue de la difficulté de certaines missions, ce n’est pas du luxe. On pourra tout de même reprocher au jeu une intelligence artificielle pas forcément bien étudiée, avec des ennemis qui se jettent parfois de manière bien stupide dans la gueule du loup, d’autres qui vont se cacher alors qu’ils n’ont rien à craindre ou, pire, qui ne font rien alors qu’ils auraient pu mettre hors d’état de nuire des membres de votre petite équipe. C’est d’autant plus dommage qu’avec les efforts qui ont été fournis pour proposer un jeu qui ne se laisse pas finir d’un seul trait, ils ne se soient pas plus penchés sur ce point-là.


GRAPHISMES
Rien de renversant mais des décors fins et soignés, des effets gores du plus bel effet, et une animation de personnages réussie. L’ambiance western est très bien retranscrite.
JOUABILITÉ
Tout y est simple et instinctif, avec une interface épurée n’affichant que le strict nécessaire. Les temps de chargement sont courts mais on regrettera cependant une réactivité parfois anormale lors de certains déplacements et une IA parfois stupide.
DURÉE DE VIE
Une campagne composée de huit longues missions, une difficulté élevée même en mode normal qui vous donnera du fil à retordre, autant dire qu’il y a de quoi s’amuser un certain temps sur le jeu.
BANDE SON
Aussi bien au niveau des musiques, des bruitages que de l’ambiance sonore de manière générale, c’est un sans-faute.
CONCLUSION
Malgré une IA parfois à la ramasse et une redondance au niveau des décors et des ennemis, Hard West est un excellent tactical au tour par tour qui ravira les amateurs du genre avec son ambiance très travaillée et son système de jeu apportant pas mal de touches d’originalité.



Titre : Hard West
Année : 2015
Studio : CreativeForge Games
Editeur : Gambitious Digital Entertainment
Genre : Le bon, la brute et le tour par tour

Joué et testé sur : PC
Existe sur : PC, MAC, Linux
Support : Online (Steam)

 


Les derniers articles par Cherycok (tout voir)
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Oli
14 mai 2017 11:13

Je ne connaissais pas. Merci. (CALL OF JUAREZ forever !)

Matt
Matt
30 juillet 2019 17:25

Tiens t’as vu que les memes dev ont sorti Phantom Doctrine ?
Le souci avec ces jeux, c’est que je sais pas du tout comment ça se joue^^ J’ai pas l’habitude du tout et j’aimerai bien une démo pour me décider.

Matt
Matt
Reply to  Cherycok
30 juillet 2019 20:14

Ben j’aimerais bien savoir si c’est mon style de jeu, mais j’ai jamais testé ce genre. Et ça m’embête un peu de devoir payer pour tester^^

Matt
Matt
Reply to  Cherycok
31 juillet 2019 10:35

Trop compliqué ?
Hard west c’est mieux pour découvrir ?

Le seul truc qui se rapproche d’un tactical tour par tour auquel j’ai joué c’est Steamworld Heist

https://www.youtube.com/watch?v=mV5_Hp3kG7U

Mais c’est de l’action au tour par tour en fait, c’est très simple^^ (mais très bon jeu quand même)

Rick
Administrateur
30 juillet 2019 23:22

Ah ben Phantom Doctrine je l’ai commencé il y a un bail, j’aime bien l’ambiance guerre froide. Le gameplay tactical tour par tour, je suis peu habitué, mais j’aime bien, j’avais adoré Xcom 2 malgré quelques paresses techniques, notamment niveau framerates lors de certains niveaux.