[Jeu Vidéo] Catherine (2012 / PS3)

Vincent Brooks, 32 ans, a une vie simple. Il est en couple depuis plusieurs années avec Katherine, il a un travail, un petit appartement, et tous les soirs il retrouve ses amis au bar du coin, le Stray Sheep. Seulement des incidents bizarres se produisent dans son quartier, où des jeunes hommes meurent dans leur sommeil. Coïncidence, Vincent est en ce moment victime de cauchemars où il doit escalader une tour, et meurt s’il tombe. C’est à ce moment là, alors que Katherine lui annonce être enceinte et que sa petite vie se bouscule, que Catherine, jolie blonde, débarque dans sa vie…


Avis de Rick :
Catherine fait office d’ovni dans le paysage vidéoludique actuel. À l’heure où les grosses boites livrent leurs jeux tous les ans (Call of Duty par exemple), se vendant à des millions d’exemplaires, les petits jeux indépendants se retrouvent souvent à sortir de manière discrète en support dématérialisé. Succès ou pas, remarqué par le public ou pas, cela ne change rien à la question. Catherine, développé par le studio Atlus (Persona, Trauma Center), fait office d’exception, en proposant déjà une expérience de jeu totalement différente des grands standards actuels (grand spectacle, graphisme de plus en plus réaliste), et en ayant droit à une sortie boite, et surtout une sortie française malgré le concept du jeu assez spécial. Car avant sa sortie, on ne savait que deux choses de Catherine (le jeu, pas la fille, quoi que…). La promo du jeu, du moins ces photos promotionnelles, donnaient l’impression d’un jeu érotique, ce qui est finalement totalement faux, et surtout, le jeu se trainait au Japon une réputation de jeu totalement impossible, si bien que certains joueurs se seraient plaint, et qu’un patch sorti quelques temps plus tard. Pour sa sortie en Amérique puis en Europe, le jeu se retrouva avec 3 modes de difficultés (facile, normal, difficile, que du classique).

catherine-playstation-3-ps3-1308728621-191

Bref, Catherine ! Un jeu assurément pas comme les autres, et ce dés son introduction. Car le jeu se découpe clairement en trois parties, jour après jour. Chaque journée, nous suivons notre personnage principal, Vincent Brooks. Un personnage comme vous et moi (pour les trentenaires ou presque). Il a beau avoir une petite amie depuis 5 ans, un appartement, retrouver ses amis tous les soirs au bar pour abuser un peu de l’alcool, il aime sa vie comme elle est, son train-train quotidien et ne voit aucune raison de changer tout cela. Seulement quand nous faisons la connaissance du personnage, toutes ces croyances foutent le camp. En un éclair. Sa petite amie Katherine lui annonce être enceinte et commence donc à s’introduire un peu plus dans sa vie, pour qu’il y mette de l’ordre, voir le pousser au mariage. Pour ne rien arranger, Vincent fait des cauchemars atroces et étranges où il frôle la mort à chaque instant, et alors que rien ne va, une jolie blonde, Catherine, débarque dans sa vie par hasard et se fait elle aussi envahissante. Malgré tout, cette jeune femme représente à ces yeux la femme parfaite, pas franchement pour le mariage, ouverte à tout, en plus d’être magnifique et de lui envoyer des MMS coquins le soir. Vous l’avez compris, Catherine, le jeu, parle du passage à l’âge adulte, le vrai, parle des responsabilités, de la vie de couple, de la tromperie, de la fidélité. Des sujets matures traités la plupart du temps comme il faut malgré quelques simplicités, mais aucunement érotique comme beaucoup pouvaient le croire, et surtout assez rares dans le monde du jeu vidéo.

catherine-playstation-3-ps3-1327687640-206

Le côté coquin de l’œuvre se limitant à quelques poses suggestives de la part de Catherine, rien de bien méchant. Car finalement, le jeu se fait plus glauque qu’érotique, plus étrange qu’excitant. Bref, revenons au gameplay, découpé en trois parties distinctes comme je le disais plus haut. Le jeu se déroule sur 9 jours en tout, et chaque journée suivra le même principe. La journée, on suit les aventures de Vincent dans des cinématiques, à la façon d’un visual novel, avec animation et design type manga du plus bel effet. L’effet aurait pu être casse gueule pour les joueurs, comme moi, qui préfèrent s’éclater avec la manette en mains plutôt que de suivre de longues cinématiques comme certains jeux récents ont trop tendance à le faire (Beyond : Two Souls par exemple). Seulement ici, la sauce prend, le graphisme est des plus sympathique, les personnages attachants. Ensuite, on entre dans la deuxième partie du jeu, se déroulant tous les soirs au bar, où Vincent retrouve trois de ses amis pour se bourrer la gueule. Là, le joueur aura la possibilité de commander des alcools différents, de se balader dans le bar pour parler avec les différents personnages, que ce soit des clients, ou le patron, toujours avec ses lunettes de soleil, ou la serveuse Erica. On pourra également aller s’amuser sur la borne d’arcade ou aller aux toilettes pour consulter des sms coquins à l’abri des regards. Si on pourra penser au début que ce bar n’est qu’un endroit répétitif où l’on ne fera que discuter avec des PNJ, ou accéder à son téléphone pour répondre aux sms et sauvegarder, on va rapidement changer d’avis tant ce bar va devenir au fur et à mesure des longues heures de jeu un lieu de repos où l’on aimera s’attarder.

catherine-playstation-3-ps3-1327687640-210

Car c’est là qu’arrive la troisième partie du jeu, le troisième style de gameplay on pourra dire, avec les cauchemars de Vincent. Ici, on se retrouve dans un monde étrange où l’on devra pousser et tirer des blocs pour escalader une tour. Dis comme ça, c’est simple, mais dans les faits, c’est une autre histoire. Longue tour, peu de checkpoint, quelques ennemis, des blocs traitres (certains fissurés se brisent et pourront donc vous empêcher d’avancer une fois disparu, d’autres explosent quelques seconds après, ou certains possèdent des pics vous transperçant une fois grimpé dessus), et surtout, oui, surtout, un temps limité, puisque les étages de la tour s’écroulent rapidement derrière vous. Pas le temps d’analyser en détail les différents blocs et chemins possibles sous peine de tomber dans le vide et de recommencer. Le jeu devient alors une course contre la montre, tout en étant un jeu de réflexion assez pervers. On va stresser, paniquer, s’énerver, et vite comprendre pourquoi le jeu nous offre 10 vies dés le premier niveau. La fameuse polémique sur la difficulté du jeu n’est plus à prouver, puisque sur 9 nuits (donc 9 escalades découpées en plusieurs sous niveaux), il m’aura fallut 16 heures pour arriver à la fin du jeu (en mode normal, je l’ai retenté en mode facile et cela paraît extrêmement facile, 8 heures devraient suffire).

catherine-playstation-3-ps3-1327687640-218

16 heures de stress, de casse tête, d’énervement, et d’addiction. Car malgré tout, Catherine (le jeu hein) se fait extrêmement addictif. Une fois plongé dans le monde des cauchemars, on se prend la tête, on a qu’une envie, c’est d’y arriver pour connaître la suite de l’histoire de Vincent, le dénouement, mais étrangement, une fois la journée suivante arrivée et l’habituelle soirée au bar en compagnie de notre verre de whisky, on aura envie d’y passer des heures pour retarder l’inévitable, le prochain cauchemar. Outre le stress provoqué par ces niveaux, Catherine distille une ambiance assez étrange et malsaine bienvenue qui continuera de nous mettre les nerfs à rude épreuve, puisque les événements étranges se multiplient dans la journée, les situations deviennent plus tendues pour Vincent, jonglant sans cesse entre Katherine et Catherine, entre la vie et la mort, et chaque nuit lui donnera son lot d’émotions fortes. Car oui, il n’est pas le seul à devoir escalader ces tours interminables, et il verra les autres humains en moutons (What the fuck !!!). Qui eux le voient également en mouton. Un procédé qui fera dérailler certains personnages, car si certains vont vouloir s’entre aider (entre chaque étage, on pourra leur parler pour échanger des techniques pour monter la tour), certains vont aimer faire tomber les autres et y prendre du plaisir. Assez malsain. Ajoutons à cela que chaque nuit, et donc, chaque niveau, se termine par une dernière escalade hardu face à un boss qui va nous poursuivre sans cesse, et aux attaques variées. Ne soyez donc pas étonnés de mourir rapidement des attaques des boss, en plus des chutes. Écrasements sous un poing, coups de fourchette géante, pièges sadiques qui viendront littéralement nous exploser… Oui, le jeu se fait de plus en plus dur.

catherine-playstation-3-ps3-1327687640-250

Extrêmement prenant, extrêmement addictif, mais également extrêmement dur, Catherine hypnotise, intéresse de par son histoire et ses différents personnages auxquels on peut souvent s’identifier. Ajoutons, outre le jeu principal, un mode Babel à la difficulté encore plus haute (je n’ai pas passé le premier niveau, c’est vous dire…), qu’il faudra débloquer en gagnant des médailles d’or en mode normal ou difficile, et la possibilité de refaire le jeu pour débloquer… les 9 fins disponibles, et vous en aurez pour votre argent, d’autant plus que le jeu est disponible actuellement à bas prix sur le playstation store. Oui, le jeu en énervera plus d’un par sa difficulté, il pourra déclencher des crises de nerf, et pourtant, on ne pourra pas s’empêcher d’y revenir même après avoir éteint la console d’énervement. Beau visuellement, doté d’une bande son assez jazzy en journée et de remix de musiques classiques pour les cauchemars, on pourra juste regretter au niveau de la maniabilité, extrêmement simple, l’inutilité du stick droit censé pouvoir bouger la caméra pour nous aider si l’on doit se suspendre et passer derrière des blocs pour avancer. Pas un chef d’œuvre, mais un coup de cœur qui prendre du temps.

note75

Catherine surprend en n’allant pas où on l’attendait. Jeu de réflexion extrêmement stressant baignant dans une ambiance sombre et étrange, il nous tiendra en haleine de longues heures durant.

catherine-playstation-3-ps3-1327687640-258


CatherineTitre :
Catherine
Année : 2012
Studio : Atlus
Editeur : Deep Silver
Genre : Puzzles bien prise de tête

Existe sur : PS3 – X-BOX 360
Support : PS3 (un disque)


Gallerie d’images:

catherine-playstation-3-ps3-1327687640-261 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-275 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-287 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-297 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-312 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-320 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-321 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-323 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-335 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-348 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-352 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-353 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-358 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-361 catherine-playstation-3-ps3-1327687640-363

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

11 Comments

Add a Comment
  1. ça a l’air très bizarre comme jeu.
    Et une nouvelle version arrive sur PS4 et Vita l’année prochaine^^ En janvier au Japon. Chez nous je sais pas quand.
    Peut être que j’essaierai cet OVNI quand il sera dispo. J’espère qu’ils baisseront un chouilla la difficulté^^ Sans vouloir passer pour un casual gamer qui réclame des jeux faciles, ton test m’a quand même fait peur au sujet de la difficulté^^

  2. Moi c’est pareil, je ne suis pas friand des jeux trop faciles, mais maintenant, boulot, vie de famille, j’ai moins le temps de jouer, donc quand les jeux sont trop hardcore en termes de difficulté, je fais l’impasse.

    1. Voilà c’est ça. Le mieux c’est de proposer un mode facile et pour ceux qui ont le temps, ils peuvent jouer en hard.
      Mais passer des semaines sur un jeu…ça devient compliqué.
      J’aime bien certains final fantasy (genre le 9) mais je n’ai pas le temps de fouiller partout, de trouver les secrets, et les phases de grinding pour prendre du level me font chier maintenant.

      1. Bon en fait c’est surtout bizarre dans le sens où c’est pas le genre de jeux que l’on voit souvent, mais il est très intéressant. Oui j’avais entendu parler de la nouvelle version (j’aime beaucoup ce que fait Atlus – Les Persona), avec ajouts de nouvelles fin, d’un nouveau personnage. J’espère qu’ils changeront surtout un petit souci de maniabilité du à la caméra lorsque tu passes derrière un bloc. Mais en tout cas je conseille le jeu, même si en effet, il est assez dur. Encore en mode normal, ça passe même si un ou deux niveaux peuvent faire rager. Mais oublie immédiatement le mode difficile, même moi, j’y ai passé du temps mais rien à faire.

        J’avais refais Final Fantasy IX (mon préféré) l’année dernière je crois, mais je n’avais pas pris le temps de tout fouiller justement. Grinder les niveaux même si ça fait parti intégrante des vieux Final, ça m’avait un peu gavé 😀

        1. Décidemment ! Copain ! C’est mon préféré aussi le IX ^^
          Sauf peut être le boss derrière le boss derrière le boss tout à la fin. Necron machin là. Même pas pigé ce que c’était ce truc. Et il est trop chiant. Il faut avoir toutes les protections possibles contre les alterations d’état.

          1. Squaresoft a l’époque mettait le paquet niveau boss, mais vraiment, vu qu’à la même période, ils s’étaient totalement lâchés sur le boss de fin de Parasite Eve 2, où c’était pareil, si t’as pas bien évolué ton personnage et tes pouvoirs, tu es bon pour ne jamais réussir.

            Par contre le moment dans Final IX où tu enchaines les boss, j’étais un méga gros fan de la musique. D’ailleurs j’ai toujours l’ost en CD (comme pour PE 2 tiens, comme quoi le tout début des années 2000 pour Squaresoft m’avait bien marqué).

            Mais oui le IX est mon préféré, je sais que pour tout le monde, c’est le VII, mais non, l’univers du IX me parlait plus, j’adorais les personnages, la princesse, la musique, les différentes villes à explorer.

            (d’ailleurs, je prépare la prochaine chronique de jeu là, ce sera Home Sweet Home petit jeu horrifique indé qui… sans raison n’est pas sorti en France à part sur PC alors qu’il a débarqué le mois dernier sur PS4 aux States…. vive mon compte US).

  3. Punaise !! Le jeu “catherine full body” est sorti sur vita au Japon, mais il n’y aura pas de localisation pour l’europe ou les USA.
    Donc jeu uniquement en jap.
    Mais ils font CHI** !! Surtout que le jeu a déjà été traduit non ? C’est un remaster le “full body”
    Et il va arriver sur PS4. Faut m’expliquer là. Tu traduit le jeu pour la PS4 mais c’est pas possible d’utiliser la trad sur une version vita ? C’est pas comme si le jeu ne sortait pas sur vita. Il EST sorti au Japon.

  4. Alors, j’avais testé la démo (en japonais donc via le psn jap) de cette version Full Body, et vu les ajouts, je n’appelle pas ça un remaster, genre sur la démo d’une heure du début du jeu, rien que le fait d’ajouter un personnage central change quasiment 60% du jeu. (genre à part le niveau 1 en terme de gameplay et allez, une cinématique, tout le reste que j’ai vu, c’était du nouveau).
    Donc il faut retraduire un bon paquet de trucs. Mais il sortira début septembre sur PS4 par contre. Donc la Vita est juste oubliée en cours de route, comme souvent pour l’Europe et les States.

    1. Oui bon ok, mais mon argument sur le fait qu’il sera traduit pour la PS4 reste le même^^ Pourquoi ne pas juste faire un copier/coller de la trad pour la vita hein ? Bande de nazes !
      Bon ok la vita est morte…snif…

      1. En Europe la Vita est quasiment morte née au final. Il n’y a qu’au Japon où il y a une masse de sorties toutes les semaines.

        1. Quand même, il y a eu des jeux pendant quelques années en Europe. Mais bon ouais les exclus ont vite cessé.
          C’est dommage, j’aime bien cette console. Et elle envoyait du pâté techniquement pour sa petite taille. Soul Sacrifice ou le jeu Uncharted sont super beaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *