[Film] X-Men : L’Affrontement Final, de Brett Ratner (2006)

Les mutants affrontent un choix historique et leur plus grand combat… Un « traitement » leur permet désormais d’échapper à ce qu’ils sont. Pour la première fois, ils ont le choix : conserver ce qui fait leur caractère unique mais leur vaut la défiance et la méfiance de l’humanité, ou bien abandonner leurs pouvoirs et devenir des humains à part entière. Les points de vue opposés des leaders des mutants, Charles Xavier, qui prêche la tolérance, et Magneto, qui croit à la survie des plus adaptés, sont plus que jamais incompatibles et vont déclencher la plus acharnée des batailles.


Avis de Rick :
Ce qui est toujours problématique lorsque l’on se regarde, ou que l’on revoit une nouvelle fois une intégrale, c’est qu’il y a souvent un ou plusieurs vilains petits canards qui se cachent parmi des films que l’on adore. Alien Resurrection, Terminator 5 et 6, beaucoup trop d’opus d’Halloween ou Vendredi 13, Star Trek 4 et Insurrection, beaucoup trop d’épisodes de Star Wars. La saga X-Men, avec autant d’opus, autant de soucis de production à chaque film, ne pouvait pas y échapper. Et après deux films réalisés avec sérieux par Bryan Singer, le voilà qui laisse sa place pour aller s’occuper d’un autre super héros, Superman. La Fox décide donc de ne pas attendre que Singer soit disponible, et part à la chasse au réalisateur. Matthew Vaughn est pressenti mais quitte le projet, prétextant qu’il n’aura pas le temps de faire un film le satisfaisant (ironiquement, il reviendra à la saga en signant l’opus suivant, un des meilleurs, avec un temps de production encore plus réduit), Joss Whedon est envisagé, et finalement, c’est le drame, c’est Brett Ratner qui est retenu. Mais si le réalisateur change, ce ne sont pas les seuls changements qui s’opèrent derrière la caméra. Michael Kamen cède sa place à la musique à John Powell, et Simon Kinberg rejoint l’équipe des scénaristes. Grand passionné d’X-Men, il veut bien évidemment développer pour ce troisième film l’histoire du Phoenix, qui était sous entendue à la fin du second film de toute façon. Mais le studio ne croit pas vraiment à cet arc narratif, et impose une seconde histoire pour compléter le tout. Ainsi, si Phoenix il y aura, X-Men 3, renommé l’Affrontement Final, verra aussi une autre intrigue à base de vaccin anti mutation. Deux grosses intrigues donc, mais pour un film étonnement très court, 1h44, et un réalisateur qui n’est pas franchement connu pour sa subtilité ou la profondeur de ses intrigues. Qu’est ce que ça allait bien pouvoir donner ?

Et bien oui, on le sait, X-Men : L’Affrontement Final n’a pas une grande place dans le cœur des fans. À sa sortie, je fus également très déçu. Les années passent, et pourtant, il faut bien revoir la bête, et le verdict final n’est pas intégralement catastrophique. Car si Brett Ratner ne connaît pas la subtilité, ne sait pas mettre avant des personnages, ou ne sait tout simplement pas toujours rendre un scénario intéressant (voir Rush Hour et Dragon Rouge pour s’en convaincre), il n’est pas non plus le réalisateur le plus mauvais de sa génération. Ce qu’il ne sait pas faire dans pas mal de domaines, il tente de le compenser par une mise en scène passe partout, impersonnelle, mais pas dégueulasse pour autant. Ce qui est donc le cas dans ce X-Men 3. Il se fiche des personnages, du développement, il ne prend jamais la peine de poser ses enjeux et donc sa caméra plus de quelques minutes de peur d’ennuyer sans doute, mais il propose par contre des plans plutôt jolis, et se fait généreux en action. Bon, pour le coup, X-Men 3 ressemble juste à un banal blockbuster estival où tout explose assez souvent, qui veut en mettre plein la vue, avec pleins de mutants, pleins de pouvoirs cools, plein de destructions, d’explosions. Au moins, on ne s’y ennuie pas, c’est déjà ça. La courte durée du métrage doit encore une fois jouer en sa faveur, on n’est pas torturé bien longtemps, et c’est plutôt rythmé. Ses scènes d’action, nombreuses, sont en tout cas le point fort du film, et là dessus, on ne va pas cracher dans la soupe. Mais arrivé à un troisième opus, il est plus regrettable de voir Brett Ratner s’en foutre un peu littéralement des enjeux et de la psychologie des divers personnages qui sont posées depuis, et bien, déjà deux films. Une preuve ? Oh j’en ai plein. Entre des personnages traités par dessus la jambe (Rogue, franchement), d’autres qui sortent du récit aussi vite qu’ils sont arrivés (Cyclope, quel manque de respect), le Phénix qui doit représenter une menace énorme mais qui, à l’exception de deux scènes, sera tellement en arrière plan que le côté psychologique du personnage n’est tout simplement pas là. Et ne parlons pas de Mystique, ou alors, niveau nouveaux venus, de Vinnie Jones, jouant le Fléau (Juggernaut), et nous balançant un « I’m the Juggernaut Bitch »).

Et au centre de tout ça, il y a toujours Hugh Jackman, en avant, comme s’il était l’unique visage de la saga. Certes, il fait un excellent Wolverine et a un charisme fou, mais bon, il bouffe le traitement de tout le monde. Même ce pauvre Charles Xavier n’a ici que très peu de temps à l’écran, et ne sert, en général, qu’à amener l’intrigue vers la prochaine scène à effets spéciaux. À ce niveau d’ailleurs, le film tente d’en mettre plein la vue dés l’ouverture, en utilisant une technique pour rajeunir Ian McKellen et Patrick Stewart, et que dire… On a toujours du mal en 2021, alors imaginez en 2006. Mais allez, soyons sympa, l’intention était louable. En tout cas, je crois que mes dires montrent bien mon ressenti face au film. Un métrage rythmé, court, divertissant, mais où c’est le fond qui coince, la psychologie des personnages, les enjeux, voir la continuité de manière générale. Peut-on imputer tous ces défauts à Brett Ratner ? Dans le fond, non, encore moins sur une aussi grosse production. Il a clairement sa part de responsabilités, mais au final, les financiers ont le dernier mot. Alors quand forcément, on a un réalisateur pas très bon, avec un scénariste voulant une intrigue, mais des financiers en voulant une autre, et sans doute d’autres soucis de production comme tout gros film, ce n’était pas gagné. Il est juste triste de voir la trilogie originale s’achever ainsi, sur une note aussi décevante, même si le film reste en tout point regardable. En terme d’action, l’assaut final à Alcatraz reste par exemple fort sympathique, quelques nouveaux mutants sont sympathiques, et bien que le traitement soit toujours absent, on voit par exemple un peu plus Halle Berry, même si uniquement pour l’action. On peut toujours en tout cas sécher nos larmes en se disant que si X-Men 3 est le mouton noir de la trilogie de base, il n’est pas le pire de la saga, dés que l’on prend en compte les spin of sur Wolverine… Si bien que oui, X-Men 3 a pour lui son capital divertissant.

LES PLUSLES MOINS
♥ Court, rythmé
♥ L’action est sympathique
♥ Dans le genre, et dans la saga, il y a bien pire
⊗ Un traitement raté
⊗ Les personnages, souvent vides
⊗ Deux intrigues, beaucoup de personnages, rien de développé
note6
X-Men 3, ce n’est pas très bon. Enfin, pas catastrophique non plus, mais en tant que conclusion de la première trilogie, et après les deux films de Bryan Singer, le passage entre les mains de Brett Ratner fait mal. Divertissant oui. Pas plus. Pas moins.


Titre : X-Men : L’Affrontement Final – X-Men The Last Stand
Année : 2006
Durée :
1h44
Origine :
Etats Unis
Genre :
Aventures
Réalisation :
Brett Ratner
Scénario :
Zak Penn et Simon Kinberg
Avec :
Hugh Jackman, Ian McKellen, Famke Janssen, Anna Paquin, Patrick Stewart, Halle Berry, Kelsey Grammer et James Marsden

 X-Men : L'Affrontement final (2006) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 votes
Article Rating

Auteur : Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de David Lynch, John Carpenter, David Cronenberg, Tsukamoto Shinya, Sono Sion, Nicolas Winding Refn, Denis Villeneuve et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.
S’abonner
Notifier de
guest

5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Faze
Faze
12 novembre 2022 4:39

Plus les années passent , moins je le déteste … apparement comme toi Rick.
Faut dire si à sa sortie c’était clairement le plus mauvais de la saga , ils ont fait bien pire depuis ! (les nouveaux mutants … mon dieu la purge !! )

Je vais pas aller jusqu’à le réhabiliter (on parle quand même de Brett « Bully » Ratner , c’est une question d’honneur pour moi de lui cracher à la gueule !! haha) mais je m’amuse devant et le prend pour ce qu’il est : un blockbuster tiré d’un comics.

Par contre Star Trek 4 il est génialement absurde et loufoque donc ne t’y attaque pas Rico , ou je te mord les orteils !!!!

Signé le Fan Club de Star Trek 4 et de Robot Jox.

Faze
Faze
Reply to  Rick
12 novembre 2022 23:25

Ah ouais Origin … j’ai la « chance » de l’avoir oublié , haha 😀

Pour les Star Trek mon trio de tête sans ordre particulier > ST 4 – ST 8 first contact et Star Trek 1 the movie.

Mais t’es pas le seul à aimer A la recherche de mr Spock , je le trouve bien sympa et puis niveau SFX , pour un film de 1984 les CGI sont vachement impressionnants et novateurs pour l’époque.

Feroner
14 novembre 2022 18:01

Je l’aime bien ce film malgré ses défauts (au fait cyclope est mort, passe moi le sel). Mais niveau divertissement ça le fait carrément. Et le final est tellement mieux que celui du 1 (avec la statue de la liberté) qui est tout pourri. Et le final dans ce genre de film c’est hyper important.