[Film] What Keeps You Alive, de Colin Minihan (2018)


Pour leur premier anniversaire de mariage, Jackie emmène Jules dans le coin reculé où son père et elle allaient chasser, quand elle était petite. Personne à la ronde, à part la luxueuse demeure de son amie d’enfance de l’autre côté du lac. Toutes les conditions sont réunies pour un week-end idyllique en amoureuses. Pour une plongée dans l’horreur, aussi.


Avis de Cherycok :
On continue notre exploration des films que personne ne connait mais qui valent le coup d’œil avec aujourd’hui What Keeps You Alive, survival canadien sorti en 2018. Je sais, encore un survival oui, mais que voulez-vous, il y en a beaucoup qui sortent et c’est un genre que j’apprécie particulièrement. Ce coup-ci, on retrouve Colin Minihan à la réalisation. On lui doit par exemple It Stains The Sands Red (Bloody Sand chez nous), Extraterrestrial, ou encore le found footage Grave Encounters. Un réalisateur très ancré dans le cinéma de genre horrifique et qui va nous raconter ici l’histoire d’un couple de femmes venues célébrer leur première année de mariage dans un petit paradis au milieu de nulle part, en pleine forêt, à côté d’un lac. Un séjour qui va virer au cauchemar à cause d’apparences trompeuses, où l’amour va virer à la haine dans un jeu du chat et de la souris brutal et viscéral. Un film qui risque fortement de diviser en fonction de la manière dont vous l’appréhenderez.

Commençons par les points forts de What Keeps You Alive qui eux sont indéniables. La mise en scène tout d’abord, très bonne. Visuellement très beau, filmé de manière exemplaire avec de super cadrages, des plans séquences d’une grande fluidité, et un énorme travail sur la photo, Colin Minihan nous montre l’étendue de ses talents. La direction artistique est superbe (la scène entièrement à la lumière violette, wouaouh). La gestion des différents environnements est à saluer donnant au film un côté parfois étouffant. Gros travail également sur l’ambiance musicale, minimaliste et angoissante, qui colle bien à l’ensemble avec des bruitages bien pensés, des silences pesants, accentuant ce côté pesant, nous donnant cette impression d’être vraiment au milieu de ce qu’il se passe, aux côté des actrices. Colin Minihan cherche à maintenir une tension constante et il y arrive haut la main. What Keeps You Alive est prenant, et ce malgré son rythme lent. Peu d’action, mais pourtant des moments intenses (bien que courts) même si les partis pris sont parfois surprenants (une scène d’action entièrement hors champ). Ajoutez à cela deux actrices complètement à fond dans leur rôle. L’une dans le rôle du prédateur psychologiquement instable, au visage d’ange mais terrifiante dans sa folie assumée et le plaisir qu’elle éprouve de ses actes. L’autre dans celui de la proie, perdue d’apprendre de manière si abrupte l’énorme supercherie qu’est son mariage, reprenant petit à petit le dessus lorsque l’amour se transforme en haine vengeresse. L’alchimie du duo est palpable, renforçant encore plus l’aspect viscéral de certaines scènes, donnant même presque un côté jubilatoire à cette partie de cache-cache.

Le (gros) problème, c’est que le film va abuser de bien trop de facilités scénaristiques. C’est là que la manière avec laquelle vous allez prendre le film va être importante. Nous savons tous que dans les films d’horreur, il est souvent assez facile de deviner le sort des personnages, voire carrément de deviner à l’avance les twists avec lesquels le réalisateur va essayer de nous surprendre. What Keeps You Alive ne déroge pas à cette règle. Nous savons tous que dans les films d’horreur, les personnages ont souvent des réactions complètement illogiques permettant au film de relancer sans cesse son histoire. Le problème dans What Keeps You Alive, c’est que c’est encore plus le cas que d’habitude. Pourquoi revenir dans la maison après avoir fui ? Pourquoi ne pas se cacher pour dormir ? Pourquoi ne pas achever son agresseur lorsque l’occasion se présente ? On a sans cesse l’impression que la proie se livre elle-même sur un plateau d’argent à son agresseur, donnant au film un énorme manque de crédibilité.
Si vous ne tenez pas compte de ce genre de choses, dans le sens où vous vous dites que c’est inhérent au genre, alors il y a fort à parier que vous plongiez à fond dans le film et que vous craigniez pour les personnes. Si ce genre de choses a le don de vous faire bondir de votre siège et qu’il vous arrive de vous écrier « Mais pourquoi elle fait ça !?! Mais qu’elle est conne !?! », alors il y a de grandes chances que le film vous énerve au plus haut point passé sa première demi-heure.

LES PLUSLES MOINS
♥ Visuellement superbe
♥ Les actrices impliquées
♥ Prenant
⊗ Prévisible
⊗ Beaucoup d’invraisemblances
Note dans le cas n°(1) :
Note dans le cas n°(2) :
Si vous n’êtes pas trop tatillon sur les réactions improbables des personnages dans les films d’horreur (1), alors What Keeps You Alive pourrait bien vous scotcher à votre siège. Par contre, si un personnage suicidaire vous donne de l’urticaire couplé à des envies de meurtres (2), alors la dernière réalisation de Colin Minihan rejoindra votre liste de films vites vus vite oubliés.



Titre : What Keeps You Alive
Année : 2018
Durée : 1h39
Origine : Canada
Genre : Je t’aime, moi non plus
Réalisateur : Colin Minihan
Scénario : Colin Minihan

Acteurs : Hannah Emily Anderson, Brittany Allen, Martha MacIsaac, Joey Klein, Charlotte Lindsay Marron

 What Keeps You Alive (2018) on IMDb


Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.

10 Comments

Add a Comment
  1. Dis donc, en 2019, tu enchaînes et décides de voir avant moi les films que j’ai, ça va plus ça !!!! 😀
    Sinon, je sais pas du coup comment je vais le prendre, si ça va me faire raler ou pas tout ça… Par contre, je ne savais pas que le réalisateur était le mec de Grave Encounters. Pas encore vu car… found footage, mais je l’ai malgré tout, et il paraît que dans le genre ça reste plutôt sympathique.

    1. C’est ce que j’ai lu sur Grave Encounters. D’ailleurs le film a rencontré son petit succès me semble-t-il, il a rapporté plus de 5M alors qu’il en a couté à peine 100k. Et bah pur hasard que je l’ai vu avant toi vu que c’est rare les films qu’on a en commun malgré tout, et quand c’est le cas, tu les vois bien avant moi ^_^

      J’ai Extraterrestrial du même réal ainsi que It Stains The Sand Red (un film de zombie plutôt fun me semble), donc possible que je me les fasse prochainement car voilà, même si le film a ses défauts (donc les réactions improbables des personnages), j’ai trouvé la mise en scène excellente et au final le film assez efficace dans ce qu’il propose.

  2. on dirait une prolongation de la fin (et même du debut (le retour sur un lieu d’enfance ,comme Maywenn ou elle emmène sa copine chez ses parents a la maison de campagne )) de Haute Tension d’Alexandre Aja ,la femme au cheveux court est clairement inspirer de Cécile de France apparemment 😮 (de la coupe de cheveux, blessures au visage et t-shirt gris clair maculer de sang ,lesbienne )

    1. J’ai lu ca aussi 2 ou 3 fois sur le net mais je n’en ai pas parlé car Haute Tension, même si je me souviens que j’avais trouvé ca plutôt bien (sauf la fin qui m’avait enormement déçu), je n’en ai quasi plus aucun souvenir. Du coup, j’ai préféré ne pas dire de connerie. Mais effectivement, y’a des similitudes entre les 2 personnages

      1. moi j’aime bien ce film ,qui est un des 1er bon film d’horreur français ,evidement le twist voulu par Besson(bravo a lui pour sa vision des choses et la coherence du film …) et qui signe le depart au etats unis de Aja a porter prejudice au film .c’est pareil je l’ai vu y a un bout de temps mais j’ai beaucoup de scène en tête et surtout cécile de France pour qui j’ai toujours eu un petit faible ^^ une tres belle scène avec Muse en musique de fond absolument magnifique et de massacre qui ma donner des cauchemars 😀 en tout cas le film que tu presente a l’air interessant 🙂

        1. Vrai qu’elle est mimi Cecile de France, je l’avais adoré par exemple dans L’Auberge Espagnole. Mais tu vois, je n’ai par exemple aucun souvenir du passage avec Muse en fond par exemple, mais je me souviens d’une scène d’une décapitation à coup de meuble ^_^

          Vi, What Keeps You Alive est malgré tout intéressant et vaut qu’on s’y attarde. Mais faut partir du principe qu’il y aura de la réaction vraiment improbable de la part des personnages, surtout dans la manière ou c’est amené.

          1. le morceau de Muse c’est New Born . ouais la decapitation est mémorable ,je regarde les barres de rampe d’escalier et les meubles d’entré d’une autre manière maintenant, mais quel scène choc ^^
            oki en gros ca suit pas trop les conseils de Randy de Scream sur ce qu’il faut pas faire dans les films d’horreur 😀
             

            1. Oula lol, et possible même qu’ils disent à un moment donné “Je reviens tout de suite” ^_^

  3. Un film fort tentant à première vue !
    Après je ne sais pas de quelle catégorie de spectateurs je ferai partie..
    Ceux qui vont accrocher à fond, ou ceux qui vont péter un plomb devant certaines réactions ou certains choix des personnages…
    Mais bon, comme le genre survival me plait bien en général, je pense que je devrais être plutôt en osmose avec ce “What Keeps You Alive”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *