[Film] The Usual Suspects, de Bryan Singer (1995)


Dans un port de San Pedro, en Californie, un cargo supposé transporter de la drogue d’une valeur de 91 millions de dollars de cocaïne a explosé. Les deux survivants sont un marin hongrois, gravement brûlé, et un petit escroc infirme, Roger « Verbal » Kint. Ce dernier est interrogé par le policier des douanes, Dave Kujan. Progressivement, Verbal confie sa version des faits. Une arrestation de routine avait été à l’origine de tout : cinq truands étaient suspectés de vol d’armes, dont Dean Keaton, un ancien flic corrompu. Ils décidèrent de s’associer pour un cambriolage audacieux avant de préparer un autre coup, sur la côte Ouest. C’est alors qu’ils ont été abordés par Kobayashi, le bras droit d’un gangster à la réputation terrifiante, Keyser Söze…


Avis de Cherycok :
Revenons sur un classique du film noir des années 90 avec The Usual Suspects. Alors oui, tout a déjà été dit ou presque sur ce film qui est devenu un classique du cinéma, balançant immédiatement Bryan Singer, alors que c’est à peine son deuxième film, au rang des réalisateurs sur qui il faut compter. C’est un film tellement important que, 25 ans après, certaines de ses scènes sont encore reprises, détournées, parodiées. Il fait partie de ces films qui méritent un deuxième, voire un troisième visionnage, pour bien en comprendre toutes les subtilités car c’est un film complexe et dense. A sa sortie, il a mis tout le monde sur le cul, public comme critiques professionnels, grâce à un casting tout bonnement exceptionnel et un scénario qui vous met la tête à l’envers. J’en veux pour preuve, il a été récompensé par deux oscars, celui du meilleur second rôle pour Kevin Spacey et celui du meilleur scénario pour Christopher McQuarrie.

Pourtant au départ, ce n’était pas gagné car aucun studio ne voulait du film. Aucun casting n’avait été annoncé, le scénario était jugé trop confus car non linéaire, et les dialogues étaient pour eux beaucoup trop nombreux. Seule une petite boite de production allemande fût intéressée et permit de commencer à faire des offres à certains acteurs. Au final, c’est un budget d’à peine 6M$Us qui est alloué au duo Singer / McQuarrie, donc difficile d’aller chercher les grosses têtes d’affiche du moment et il fallait aller taper dans du casting moins bankable. Mais qu’importe, l’osmose entre les différents acteurs est immédiate et c’est en partie grâce à eux que le récit va prendre aussi bien vie. Malgré quelques soucis de post-production, le film finit par sortir et c’est donc tout le monde qui s’extasie devant, avec des critiques usant et abusant de superlatifs quels que soient les pays du monde. Son scénario, extrêmement bien élaboré et passionnant, ne manque pas de louanges ; de nombreuses éloges sont faites sur les cadrages inventifs, la très belle photographie ou le superbe montage ; les dialogues aux petits oignons sont salués ; les excellentes performances du casting dans sa globalité reviennent sous toutes les plumes / dans toutes les bouches ; le score musical qui reste en tête est également encensé … On nous sort les termes « inventif », « formidable », « irréprochable », « jouissif », « éblouissant », ou encore « brillant », « déroutant » ou « fascinant ». Et ce qui est beau dans tout ça, c’est que tout ceci est terriblement vrai. The Usual Suspects est une pièce maitresse du polar noir, captivant de la première à la dernière seconde, monté avec maestria comme un puzzle dont il va falloir assembler les pièces au fur et à mesure que le film avance jusqu’au dénouement final qui nous fait comprendre qu’on ne sait pas faire de puzzle.

Lorsqu’on y réfléchit un peu, c’est The Usual Suspects qui a popularisé les twists de fin de film. Bien entendu, cela existait déjà, mais très rarement des twists finaux qui remettent en cause tout ce que tu viens de voir en te laissant sur le cul. Tout comme le personnage de Kevin Spacey joue 1h45 durant avec celui de Chazz Palminteri, le réalisateur Bryan Singer joue avec le spectateur 1h45 durant. Il nous fait acquérir des certitudes, nous fait recoller petit à petit les morceaux, jusqu’à ce qu’il nous fasse comprendre à la fin qu’il vient de nous manipuler tout du long sans qu’on ait quelconque soupçons jusque-là. Mais surtout, ce twist complètement fou est surtout complètement crédible, faisant s’écrouler comme un château de cartes toutes nos certitudes. Le scénario est tellement bien construit que, sur un premier visionnage, il est impossible de détecter le vrai du faux. C’est pourquoi il est presque indispensable de revoir The Usual Suspects, parce que Bryan Singer a néanmoins (volontairement ou involontairement) laissé des indices qui auraient pu nous laisser deviner ce final fou. Revoir le film en connaissant sa fin nous permet de l’aborder d’une manière différente, avec plus d’analyse, en interprétant les choses différemment, et on se rend compte à quel point ce scénario est élaboré, à quel point il est malin, à quel point il est réfléchi. Des questions nous viennent en tête : Est-ce que les images que nous sommes en train de voir sont le récit du personnage de Kevin Spacey, ou est-ce l’interprétation de celui du policier qui entend le récit ? Qu’est-ce qui est vrai et qu’est qui est faux ? Cette technique du retournement final qui ébranle toutes nos certitudes a d’ailleurs par la suite été utilisée dans de nombreux films tels que par exemple Le Sixième Sens, The Game, Fight Club ou encore Identity. Bref, tout ça pour vous dire que The Usual Suspects a été, et est toujours, un film important du cinéma Hollywoodien et que, 25 ans après sa sortie, il est toujours aussi puissant, aussi intelligent, aussi fascinant.

LES PLUSLES MOINS
♥ Le casting génial
♥ Le scénario béton
♥ Le montage malin
♥ Excellente BO
♥ Un twist au service du film (et pas l’inverse)
⊗ Certains effets ont un peu vieilli
Polar noir culte s’il en est, The Usual Suspects est un film à voir et surtout à revoir car chaque nouveau visionnage nous fait découvrir de nouveaux indices sur le fameux Keyser Söze. Avec ce film, Bryan Singer s’est imposé à Hollywood en défonçant la grande porte.

LE SAVIEZ VOUS ?
• La culture populaire s’est rapidement approprié le film. Le personnage de Keyser Söze est par exemple cité dans Docteur Dolittle, American Sniper, Dobermann ou encore Mon Voisin Le Tueur. Le film est parodié dans Le Détonateur et Scary Movie. Des références au films sont faites dans les séries NCIS, Dr House, ou Buffy Contre Les Vampires.

• La scène où ils sont alignés au commissariat était écrite comme une scène sérieuse. Mais après une journée entière de tournage de prises où les acteurs ne pouvaient garder un visage impassible, le réalisateur Bryan Singer a décidé d’utiliser la prise la plus drôle. Un documentaire de making-of montre que Singer est devenu furieux contre les acteurs pour avoir constamment craqué.

• Le film figure à la 26e place du Top 250 du classement des films sur IMDB, basé sur les votes du public, avec une note moyenne de 8.6/10.

• Outre ses 2 oscars, The Usual Suspects a remporté 35 autres prix dans les divers festivals par lesquels il est passé, aussi bien les BAFTA Awards, le Seattle International Film Festival, le Tokyo International Film Festival ou encore le New York film Critics Circle Awards.



Titre : The Usual Suspects / Usual Suspects
Année : 1995
Durée : 1h46
Origine : U.S.A.
Genre : Keyser Söze
Réalisateur : Bryan Singer
Scénario : Christopher McQuarrie

Acteurs : Kevin Spacey, Gabriel Byrne, Chazz Palminteri, Stephen Baldwin, Benicio Del Toro, Kevin Pollak, Pete Postlethwaite, Sury Amis, Giancarlo Esposito

 Usual Suspects (1995) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments