[Film] The Underground War, de Zhang Zhen (2021)


Nous sommes en 2248 et le sort de l’humanité est menacé. La surface de la Terre est devenue inhabitable et une horrible maladie menace l’existence des derniers hommes, contraints de vivre sous terre. Y a-t-il un espoir pour l’humanité ?


Avis de Cherycok :
Difficile de s’y retrouver dans la jungle des DTV Chinois. Il y a quelques valeurs sûres comme le jeune Chris Huo qui déçoit rarement avec des bobines souvent très efficaces, ou certains acteurs comme Miu Tse qui sont un gage de qualité quand ils sont au casting d’un film. Mais en général, il faut y aller un peu au hasard, un peu au feeling, à la jaquette comme à l’époque des vidéos-clubs, même si les chinois sont très forts pour faire des jaquettes bien clinquantes pour parfois pas grand-chose derrière. Ce coup-ci, c’est le trailer de The Underground War qui m’a fait de l’œil, un actionner mâtiné d’anticipation réalisé par Zhang Zhen dont c’est le premier film (il réalisera I Am a Special Policewoman en 2022) et qui est arrivé en 2021 sur la plateforme de SVOD chinois Tencent Video. Le film annonçait de l’action à revendre, et il ne mentait pas à ce sujet. Sauf que tout ce que fait The Underground War, il ne le fait pas comme il faut.

Tourné sur l’ancien site du projet 816 à Fuling, The Underground War va donc jouer dans la cour des gros actionneurs bourrins dès la scène d’introduction et va nous faire comprendre qu’on va être dans un film post-apo, avec notre planète qui a été ravagée et où la population est obligée de vivre en dessous de la surface de la Terre (d’où le titre donc), ce qui permet entre autres de faire une économie de décors. Quelques pièces, des couloirs gris, des grottes mal éclairées et le tour est joué. Les films de SF ou d’anticipation sont assez rares dans le cinéma actuel dédié au web, donc même si au final l’expérience est bancale, elle peut néanmoins être intéressante. Le scénario est ici quasi inexistant, tenant sincèrement sur un petit post-it et c’est assumé en tant que tel. The Underground War va simplement être un enchainement de gunfights et de scènes dans des couloirs : cavernes avec d’un côté les gentils (l’équipe des C40), de l’autre celle des méchants (les Black Feather Society), et au milieu une scientifique et sa petite fille d’à peine 8 ans histoire d’amener un semblant de tension à l’ensemble. La mise en scène est plutôt soignée et un gros effort a été fait au niveau des cadrages et de la photographie qui va beaucoup jouer sur la lumière (des contrejours, des moments éclairés presque exclusivement à la lumière des coups de feu, …). On soulignera l’effort de rendre l’ensemble le plus lisible possible, sauf que l’ensemble est plombé par un peu trop d’effets de style, de plans poseurs, ou de zooms / dézooms complètement inutiles si ce n’est pour donner un semblant d’intensité à des scènes qui n’en avaient pas besoin. The Underground War est très rythmé, avec des scènes d’action qui s’enchainent du début à la fin. Le problème, c’est que l’ensemble n’est guère passionnant car le film ne se renouvelle jamais et cela devient lassant au bout d’un moment.

Le fait que le scénario soit extrêmement mince et que rien ne soit développé empêche toute tension de naitre et, bien que l’action soit bien présente, elle n’est pas engageante. Difficile également pour les acteurs de s’impliquer émotionnellement quand ce qu’ils font pendant 90% du temps, c’est balancer des bastos avec des grosses pétoires. Alors oui, c’est vrai, il y a de bons gros gunfights badass avec de grosses armes lourdes, des explosions, des impacts de balle dans tous les sens et un gros paquet de testostérone. Le réalisateur a voulu une caméra portée, et donc très mobile, afin d’être au plus près des protagonistes, au plus près de l’action lorsque les combats font rage ? On devrait gagner en intensité mais comme on perd en lisibilité à cause de cette caméra qui bouge parfois un peu trop, cela ne fonctionne que rarement. Le film se permet également de temps à autre des plans en FPS, façon Doom-Life, en vue subjective, mais là aussi c’est de trop. Dès qu’on passe sur des combats au corps à corps, on sent que les acteurs ne pratiquent pas les arts martiaux et ils tentent de compenser ça par un montage rapide. Un montage aux fraises défiant parfois les lois de la logique et ça en devient n’importe quoi. En fait, tout ce que The Underground War fait, il aurait pu le faire bien, mais ce n’est au final jamais le cas. Les acteurs principaux ont de la gueule mais on ne leur laisse pas le temps de montrer leur jeu. La mise en scène est cool mais gâchée par plein d‘effets de style inutiles et envahissants. Les scènes d’action sont nombreuses et nerveuses mais jamais correctement mises en valeur. Et c’est comme ça pour tout. Il en résulte du coup un film qui avait du potentiel, mais qui se révèle au final assez lambda.

LES PLUS LES MOINS
♥ Très rythmé
♥ De très jolis plans
♥ Un casting plutôt solide
⊗ Trop d’effets visuels inutiles
⊗ Aucun développement
⊗ Rapidement lassant

The Underground War a beau être un actionneur bourrin très rythmé, il se plante sur à peu près tous les points et on en ressort avec un sentiment de gâchis. Le résultat est regardable, mais on l’oublie dès que le générique de fin arrive.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Certains sites référencent l’acteur Chang Chen (Tigre et Dragon, Red Cliff 1 et 2, Happy Together) en guise de réalisateur car il est également appelé Zhang Zhen. Mais il s’agirait d’une erreur et les Zhang Zhen dans le milieu du cinéma en Chine sont nombreux.



Titre : The Underground War / 铁血:生死隧战
Année : 2021
Durée : 1h15
Origine : Chine
Genre : Pim Pam Poum
Réalisateur : Zhang Zhen
Scénario : Bai Lu, Liu Zhe

Acteurs : Ren Tian-Ye, Ding Hai-Feng, Vegas Wang Tao, Wei Zi-Qian, Cheng Han, Liu Yu-Fei, Zhang Qiao-Er, Kseniia Kiseleva, Maria Mayela Magrou, Andrei Beliakov

The Underground War (2021) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments