[Film] Terrordactyl, de Don Bitters et Geoff Reisner (2016)

Alors qu’une pluie de météores s’abat sur Los Angeles, Lars et Jonas, deux amis coincés dans une vie des plus ennuyeuses, voient la possibilité de devenir riches lorsqu’ils tombent sur un bien beau spécimen de météorite. Mais à partir de ce moment-là, ils se retrouvent poursuivis par des ptérodactyles qui lancent un assaut sur la ville. Ils prennent la fuite avec Candice, une serveuse, Valérie, sa colocataire, et Sampson un ex-marine accro à l’alcool et spécialiste des armes. Mais il s’avère que la météorite qu’ils ont en leur possession est en fait un œuf de ptérodactyle et ils comprennent que les volatiles sont là pour le récupérer.


Avis de Cherycok :
Comme ça faisait presque deux mois qu’on n’avait pas mis à jour la « Chronique à la Con » sur le site et qu’il fallait remédier à ça au plus vite, j’ai ouvert mon répertoire Nanars et je me suis mis à scruter ce que j’avais « d’intéressant ». Notez les guillemets… Des requins, des crocodiles, encore des requins… Et les ptérodactyles dans tout ça alors ! Rendons hommage à ces oubliés du film de monstre lowcost. Ces pauvres bêtes ne demandent qu’à être aimées. Sauf que voilà, en me lançant dans ce que je croyais être un énième nanar à tendance navet aux SFX moisis façon Syfy ou The Asylum au titre fumeux, v’là ti pas que je me retrouve devant une série B des plus funs. Une sorte de Tremors aérien duquel je ressors enchanté. Comme quoi la vie est pleine de surprises des fois !

Et la surprise est venue très rapidement. Le film se lance, il se la joue sur un ton un peu comique, avec un duo de héros façon buddy movie, le sérieux et le rigolo maladroit. Pas mal de petites touches d’humour vraiment rigolotes, une belle pépète qui bronze au soleil dans sa piscine, des météorites qui s’écrasent et d’un coup des ptérodactyles dont on a foutre aucune idée de ce qu’ils peuvent bien faire là. Hey mais hey ! C’est quoi ces SFX !?! Ils ne sont trop dégueux, ce n’est pas normal ! Remboursez ! C’est même plutôt bien fait. Pas de fond vert dégueulasse, pas de monstre mal intégré à l’image. Bon, on n’est pas chez Michael Bay hein, mais pour le petit budget qui semble avoir été alloué au film, ils se sont bien sortis les doigts ! Petit coup d’œil à la fiche IMDB et on constate que c’est un film indépendant et que le réalisateur travaille habituellement dans les effets spéciaux (il a notamment travaillé sur les séries House of Cards, Last Resort, Supergirl ou Terra Nova). Ceci explique cela.
Et du coup, on le détache de l’étiquette à laquelle on l’avait accroché d’entrée de jeu à cause de son scénario improbable, et on se met à regarder le film avec un tout autre œil. On est ici clairement au-dessus et ça lorgne plutôt du côté de Arac Attack, Infestation, Lavalantula ou encore Big Ass Spider. Car d’habitude, on subit un peu les scènes de blabla à la con, uniquement là pour faire du remplissage en attendant les apparitions des bestioles en espérant que ce soit au moins rigolo. Mais ici non, on se surprend à suivre, à apprécier les entre deux, à trouver ça pas mal. On se dit que merde, ça y est, c’est la fin, je suis perdu à tout jamais, j’aime vraiment les navets, on va me rejeter, me lancer des cailloux. Mais non, en fait, Terrordactyl est simplement mieux que la moyenne de ce genre de productions, bien mieux même !

Même les scènes d’action ne s’en sortent pas trop mal. Le plus facile pour juger du cheap de la chose, c’est sur les explosions. D’habitude, elles semblent sortir de l’application pour smartphone Action Movie FX, rigolote au demeurant pour le commun des mortels qui veut faire le con avec son téléphone, hélas terriblement dégueux lorsqu’on fait un film. Mais ici, OMFG, ce n’est pas le cas ! Même le combat d’un des héros en mode corps à corps contre un des ptérodactyles est assez crédible. Il est vrai que l’action est un peu répétitive, mais tout cela semble avoir été fait avec le plus grand des sérieux et ce dans tous les domaines. Ah oui, ça change et ça fait bien moins bâclé et foutage de gueule qu’un Syfy ou The Asylum (de manière générale). Et puis un gunfight façon John Woo contre des ptérodactyles, ça n’a pas de prix.
Du vrai travail donc, du travail sérieux, avec des dialogues sincèrement bien écrits en passant par la bande son correcte et la mise en scène travaillée, une très bonne utilisation de la lumière et une photographie soignée. Oui, ça fait bizarre pour un film mettant en vedette des créatures préhistoriques, mais comme quoi, on peut avoir un budget de merde, un scénario à la con, mais pourtant aimer ce qu’on est en train de faire. Don Bitters se permet même le luxe de se foutre de la gueule du patriotisme ricain si cher aux blockbusters US. Oui c’est gratuit, mais ça fait plaisir ^_^. A noter que la scène finale annonce une suite et, force est de constater qu’après le plaisir procuré par ce petit film surprise, j’ai hâte de voir ce que ça va donner. A noter également une scène post-générique, très courte mais qui perpétue le fun du film jusqu’à la fin.

LES PLUSLES MOINS
♥ L’humour
♥ Les SFX surprenant
♥ Le bébé ptérodactyle
⊗ Ca reste un film animalier…
On n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise, la preuve avec ce Terrordactyl, titre ô combien pourri s’il en est mais qui cache une très chouette petite série B qui ravira les amateurs de bobines animalières façon Arac Attack. Dispensable mais très fun !



Titre : Terrordactyl
Année : 2016
Durée : 1h38
Origine : U.S.A
Genre : En fait c’était bien !
Réalisateur : Don Bitters, Geoff Reisner
Scénario : Don Bitters

Acteurs : Christopher John Jennings, Candice Nunes, Jason Tobias, Bianca Haase, Jack E. Curenton, Kevin Keator, Adam Key, David Landry, Leo Oliva, Victoria Summer

 Terrordactyl (2016) on IMDb























0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rick
Administrateur
15 novembre 2016 14:17

Le retour du film animalier sur Dark Side Reviews 😀

Je suis surpris de ta note, bon je ne l’ai pas vu mais rien que le titre faisait un peu peur quand même ^^