[Film] Sinful, de Tony Marsiglia (2006)

Lilith, une jeune femme mariée non satisfaite à tous les niveaux, va peu à peu perdre les pédales et comploter afin de voler l’enfant qui doit naître de sa voisine.


Avis de Rick :
Misty Mundae a toujours été une actrice que j’aimais bien. Les films sont ce qu’ils sont, et si j’ai pu à l’époque (il y a plus de 10 ans) subir certaines parodies érotiques plutôt ennuyeuses (Planet of the Babes par exemple), et bien au final je ne connaissais pas si bien que ça la carrière de cette actrice, depuis donc renommée Erin Brown. Car si oui, elle était bien l’effigie de E.I. Independent Cinema, elle aura tourné plus de 70 films, et pas seulement de la parodie érotique. Entre les films gores (The Rage, Dying God) souvent fauchés, les films érotiques, les parodies, et même un passage dans l’épisode de Masters of Horror de Lucky McKee (l’épisode Sick Girl), on peut dire qu’elle a une carrière remplie et variée. Sinful est un film sorti en 2006 (pas en France évidemment) qui tente de mixer le drame avec le thriller psychologique, avec une pointe d’érotisme légère, car après tout, ils ont Misty, et puis E.I. Independent Cinema distribue, donc il faut satisfaire le public. Et en une petite scène de seulement deux minutes et quelques notes de musiques, Sinful s’est immédiatement imposé devant moi comme un film que je ne pouvais pas détester. Misty Mundae y incarne donc une jeune femme mariée qui n’est pas contente de son couple, et est jalouse de la vie plutôt épanouie de sa voisine, qu’elle peut entendre le soir faire vous savez quoi. Mais notre Misty, nommée Lilith, est légèrement paranoïaque et légèrement cinglée. Alors quand sa voisine Aisha lui apprend qu’elle attend un bébé, Lilith devient totalement folle, jalouse et sa réalité va doucement s’écraser pour ne devenir qu’un cauchemar.

Et pour un film fauché de 73 minutes tourné en temps record de 5 petits jours, et bien il s’en sort très bien ce Sinful. L’érotisme d’habitude trop présent de ce genre de production est très en arrière plan passé une scène au début, la photographie est plutôt propre à l’exception de quelques filtres peu naturels, et les quatre acteurs principaux fournissent un excellent travail, en particulier Misty Mundae qui surprend, passant de fille brisée à fille folle, pleurant, prête à tuer pour accomplir son rêve, c’est-à-dire avoir un enfant. Le scénario, s’il est basique et prend son temps, ne fait pas dans l’incohérence et s’avère très plaisant à suivre, tout en se révélant plutôt prévisible, et n’hésite pas à balancer quelques notes d’humour sans prévenir. Ainsi, lors d’un repas entre voisins où la tension commence à monter et que le couple demandera à Lilith ce qu’il manque à son propre couple, elle n’hésitera pas à balancer franchement « a hard cock » devant son copain. Et alors que l’atmosphère se détend, le film brise la frontière entre le rêve et la réalité. Ou plutôt le cauchemar et la réalité.

Et il délivre alors de beaux moments d’ailleurs, et n’hésite pas, malgré son budget bien petit, à aller à fond dans ces idées et à nous offrir quelques moments sanglants, qui à défaut d’être grotesques et très visuels, visent certains points qui font mal. Dans le même ordre d’idée, le basculement de Lilith dans la folie fonctionne bien, perdant d’abord pieds dans sa vie privée, puis chez le docteur, au travail même. Tout respecte une progression prévisible mais naturelle. Mais Sinful, bien que très sympathique à regarder, laisse également par moment une sensation étrange, que l’on ne pourra dire si elle est intentionnelle ou pas. Le montage par exemple a parfois d’excellentes petites idées qui viennent dynamiser une scène ou semer un doute, et l’instant d’après, le montage se fait plus hésitant, voir parfois brutal. Brutal au point de surprendre. Défaut de montage, volonté étrange ou tout simplement seule possibilité avec les plans disponibles ? Je l’ignore. Mais cela ne m’aura pas gâché la vision du métrage, qui n’est certes pas un grand film, mais vu le peu d’attentes que j’en avais, c’est révélé être une très plaisante surprise. Et c’est aussi pour ça que l’on fouille parfois les catalogues de ces petits films fauchés, pour être agréablement surpris parfois !

LES PLUSLES MOINS
♥ Vu les conditions de tournage, bien emballé
♥ De bonnes idées
♥ Étrange parfois dans le bon sens
♥ Misty Mundae étonnante et crédible
⊗ Parfois étrange pas dans le bon sens
⊗ Un montage pas parfait
note8
Sinful est un petit thriller psychologique plutôt sympathique malgré ces défauts. 1h13 qui passent très bien.



Titre : Sinful

Année : 2006
Durée :
1h13
Origine :
U.S.A.
Genre :
Science Fiction
Réalisation : 
Thriller / Drame
Scénario : 
Tony Marsiglia
Avec :
Misty Mundae, Erika Smith, Ronnie Kerr, John Castine et Deena Wolfe-Guerin

 Sinful (2006) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *