[Film] Red Lips, de Fan Dan (1992)


Pak Kong Tung, chef d’un groupe de triades, accompagné de ses hommes Chan Wai et Siu Lung, effectue une transaction de drogue avec le dealer Hu Tai Sing.


Avis de Cherycok :
Avec son casting martial qui a fait ses preuves, à savoir Dick Wei, Kara Hui et Phillip Ho (entre autres), et sa courte durée, 1h22 génériques compris, je me suis dit qu’il y avait moyen de passer un bon moment de castagnes dans la gueule avec ce Red Lips. C’est vrai quoi, c’est parfois en fouillant dans les petites productions méconnues qu’on découvre de jolies petites surprises. Bon, là, ce n’est pas le cas, et le visionnage de Red Lips aura été des plus pénibles. J’ai joué, j’ai perdu comme diraient certains. C’est dommage, il y avait du potentiel, mais comme souvent avec ces nombreuses productions tournées à la va-vite au début des années 90, c’est un coup d’épée dans l’eau.

Ça m’apprendra à me lancer dans un film au hasard, juste parce qu’il y avait des têtes connues sur la jaquette. Parce que si j’avais fouillé un peu plus, j’aurais pu me rendre compte que Red Lips a été un énorme bide au box-office à Hong Kong. Certains grands films n’ont pas fonctionné lors de leur sortie, mais là on parle d’un film n’arrivant même pas à engranger 10000$HK (soit environ 1300€). Oui, un score risible. En fouillant un peu plus, j’aurais un peu plus regardé ce qu’avait fait le réalisateur du film, Fan Dan, dont c’est l’avant dernier film. Je me serais rendu compte qu’il avait déjà commis les lamentables The Bravest One (1974) et Woman in Lust (1993), et que c’est lui qui avait osé Hong Kong Emmanuelle en 1977. Bref, oui, ça m’apprendra à me lancer dans un film au hasard. Je ne le referai plus… jusqu’à la prochaine fois. D’autant plus que le VCD de chez Universe n’a qu’une piste en mandarin, avec des sous-titres anglais quasi illisibles tellement la qualité d’image est immonde (jugez par vous-même sur les captures). On a l’impression d’être dans un transfert VHS, et encore, d’une VHS usée. Bref. Alors sinon, ça parle de quoi Red Lips ? A vrai dire, c’est un peu le bordel car il y a en fait trois histoires différentes qui ont du mal à vraiment être connectées les unes aux autres, avec certains personnages censés faire le liant. Oui, « censés », car ce n’est pas évident au premier abord tant ce gloubi-boulga d’arcs narratifs semble parfois brouillon. Surtout qu’au final, rien d’original à l’horizon, il va être une fois de plus question de trahison, de vengeance, de gangsters, de prostitution, de règlements de compte, de drogue, … Un bien beau mélange assez indigeste de plusieurs formules éculées.

La mise en scène de Fan Dan est passe-partout. On sent le tournage à la va-vite et qu’il n’y a pas eu beaucoup d’efforts pour un minimum styliser l’ensemble. Difficile de juger la photographie du film vu la très mauvaise qualité d’image. Du coup, qu’en est-il des scènes d’action ? Car oui, soyons sincères deux minutes, c’est pour les bastons et/ou les gunfights qu’on regarde ce genre de bobines. Alors autant les gunfights sont assez cheapos, car une fois de plus aucun soin n’a été apporté pour leur donner un minimum de gueule, autant les combats à mains nues sont déjà un peu plus recommandables. Les quelques combats sont sympathiques. Nerveux, correctement chorégraphiés, ils sont certes loin d’égaler les standards du genre mais ils sont très corrects pour ce type de productions. La mise en scène a malheureusement du mal à les mettre à l’honneur, avec cette manie d’utiliser parfois le même plan 2 ou 3 fois d’affilée pour accentuer un coup. Chose assez étonnante, les « gweilos » Mark Houghton et Sophia Crawford sont pour une fois utilisés dans des rôles de gentils, fait assez rare pour être signalé. Dick Wei de son côté continue encore et toujours à balancer des coups toujours aussi puissants ; Phillip Ko Fei nous démontre une fois de plus ses talents martiaux ; et Kara Hui qui est sur l’affiche en train de faire un coup de pied sauté ? Ah, elle est là oui, 3 minutes au début, 1 minute au milieu, et elle revient 3 minutes pour le final contre Dick Wei qui en fait sera un gunfight. Oui, on a l’impression de se faire entuber, surtout que ces scènes d’action, aussi sympas soient-elles, sont bien trop courtes car Red Lips est assez avare en action et va préférer nous asséner des entre deux bien trop longs, aux dialogues bien trop peu intéressants plutôt que d’envoyer la purée.

LES PLUSLES MOINS
♥ Les quelques rares scènes d’action…
♥ Le casting sympa
⊗ …malheureusement beaucoup trop courtes
⊗ Le scénario brouillon
⊗ Très vite ennuyeux
⊗ Cheapos du début à la fin
Si vous cherchez une bonne petite série B d’action HK du début des années 90, alors évitez ce Red Lips qui, malgré son casting martial trois étoiles, est une bonne grosse purge tournée à la va-vite avec trois francs six sous.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Le film est sorti sous plusieurs titres : Red Lips, The Vengeance et Her Vengeance. Mais même en chinois, le film a pas moins de 4 titres différents : 滾滾紅唇, 虎膽俏佳人, 新滾滾紅唇 et 滾滾櫻唇.


Titre : Red Lips / The Vengeance / 滾滾紅唇
Année : 1992
Durée : 1h22
Origine : Hong Kong
Genre : ZzZZz zZZz zZZZz
Réalisateur : Fan Dan
Scénario : Denis Fan

Acteurs : Phillip Ko Fei, Kara Hui, Dick Wei, Ngai Suet, Cheng Yuen-Man, Ng Sing-Fat, Ku Feng, Tsui Man-Wah, Kwan Hoi-San, Dion Lam, Mark Houghton, Sophia Crawford

 Gun gun hong chun (1992) on IMDb


5 1 vote
Article Rating

Auteur : Cherycok

Webmaster et homme à tout faire de DarkSideReviews. Fan de cinéma de manière générale, n'ayant que peu d'atomes crochus avec tous ces blockbusters ricains qui inondent les écrans, préférant se pencher sur le ciné US indé et le cinéma mondial. Aime parfois se détendre devant un bon gros nanar WTF ou un film de zombie parce que souvent, ça repose le cerveau.
S’abonner
Notifier de
guest
11 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feroner
16 mai 2022 13:58

Cette qualité d’image la vache et doublé (mal j’imagine avec presque aucun son d’ambiance) en Mandarin t’as réussit a regarder ce truc, maintenant j’y arrive plus.

Aktayr
Aktayr
17 mai 2022 0:04

Histoire de pas changer, Dick Wei écope encore visiblement du rôle de méchant^^. Y a t-il un seul film où il est tête d’affiche ?

Last edited 1 mois Il y a by Aktayr
Nasserjones
Reply to  Cherycok
18 mai 2022 13:23

Dans l’excellent Code of honor avec une petite apparition de Chow Yun Fat, il joue le rôle du flic intègre.

Aktayr
Aktayr
Reply to  Cherycok
18 mai 2022 22:32

Je vous remercie pour ces infos ! C’est quand même dommage si ça n’est pas le cas car c’est un très bon artiste martial et il a une certaine présence à l’écran

Last edited 1 mois Il y a by Aktayr
Nasserjones
Reply to  Cherycok
19 mai 2022 8:11

Oui il partageait l’affiche avec Wai Lam. J’ai une petite affection particulière pour celui-là puisque je l’avais traduit.

Aktayr
Aktayr
Reply to  Nasserjones
19 mai 2022 20:23

En effet, Dick Wei y a un rôle assez important. Il joue un inspecteur de police intègre et vénère, bien déterminé à coffrer les malfrats. Il est à l’origine des scènes de combats les plus réussies du film. Mais le film penche plus (toutes proportions gardées) du côté du Parrain dans la mesure où il met plus l’accent sur les mafieux, notamment dans la relation père-fils entre Ko Chun-hsiung et David Wai Lam, le fameux code d’honneur qui donne son nom au titre. D’ailleurs, c’est David Wai Lam qui a le « dernier mot » face à Dick Wei lors de leur rencontre finale.

Il est en revanche clairement le héros du film « City Warriors » (1988). Il interprète un soldat qui profite d’un voyage de groupe à Hong Kong pour retrouver sa soeur avec qui il n’a plus de contact depuis un an. Il y partage l’affiche avec Ko Chun-hsiung (encore) et l’inoubliable Ken Lo de « Combats de Maîtres ».
Dick Wei effectue d’ailleurs une scène de sauvetage qui a sûrement inspiré John Landis pour le flic de Bervely Hills 3.
Le film est dispo sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=P8Ui-4STAyQ

Last edited 1 mois Il y a by Aktayr
Nasserjones
Reply to  Aktayr
19 mai 2022 22:31

Je viens d’y jeter un coup d’œil. Le parfait prototype de la série B, limite série Z des années 80, un film ultra médiocre mais rattrapé par 10 dernières minutes enragées. C’était vraiment une époque merveilleuse.