[Film] Monsterz, de Nakata Hideo (2014)

Un homme qui a la capacité de contrôler les gens par la seule force de son regard préfère mener une vie solitaire au lieu de faire plier l’humanité à son bon vouloir. Lorsqu’il fait usage, avec parcimonie, de son pouvoir, il s’assure que personne ne se souvienne d’avoir été manipulé. Sa petite vie sans saveur prend une tournure particulière lorsqu’il croise le chemin de Tanaka Shuichi. Ce dernier semble être le seul à pouvoir résister à ses pouvoirs télékinétiques. Troublé et furieux de ne pouvoir contrôler Shuichi, il décide de le faire disparaître coûte que coûte…


Avis de Rick :
Alors que son précédent métrage, le sympathique The Complex, reste toujours inédit en France, alors que celui-ci nous montrait un Nakata qui remontait doucement la pente (faut dire, après Chatroom et Incite Mill…), voilà que le mythique réalisateur de Ring se lance dans un remake. Remake d’un film Coréen de 2010 seulement. Il refait appel au pauvre Fujiwara Tatsuya après Incite Mill, le pauvre ne brillant définitivement pas vraiment au cinéma à l’exception de quelques films (Battle Royale, Kaiji, Parade), et complète le casting avec plusieurs acteurs en vogue comme l’excellent Tamada Takayuki (Crows Zero, 13 Assassins, Gantz, The Devil’s Path), ou des idoles de la télévision (Ishihara Satomi par exemple). Bon alors, Monsterz ?

Monsterz03

Et ben sur le papier, Nakata avait de bons éléments pour nous sortir un bon film, à base d’humains possédant des pouvoirs qui allaient tout faire pour s’éliminer l’un l’autre. D’un côté un méchant, joué par Fujiwara Tatsuya donc, pouvant contrôler tout ceux qu’il voit, et le gentil, Yamada Takayuki, au pouvoir de guérison surdéveloppé, et insensible au contrôle de l’esprit de son ennemi. Des bons acteurs, un bon sujet, un réalisateur qui sait un minimum ce qu’il fait, tout est là ! Et la scène d’ouverture viendra presque confirmer ce que l’on a envie de penser. Sous la pluie, on découvre rapidement le passé de notre super méchant (dont on ne connaîtra jamais le nom), qui tuera son père et manquera de tuer sa mère. Une scène d’ouverture plutôt bien foutue, maîtrisée même. Impeccable !

Monsterz08

Malheureusement, ensuite, il y a le reste, et là il y a beaucoup de choses à dire. Des choses beaucoup moins flatteuses la plupart du temps. Car malgré de bonnes idées et quelques scènes excellentes, Monsterz se plante bien comme il faut. Commençons par le début. Les acteurs, aussi charismatiques soit-ils, jouent malheureusement pour la plupart des coquilles vides. Même en étant doué, dur de rendre convaincant ou attachant un personnage dans ses conditions. Si le personnage de Fujiwara Tatsuya aura droit à un minimum d’informations, on ne pourra pas trop en dire la même chose des autres. Entre le père de famille (joué par Tomorowo Taguchi) dont on sait juste qu’il a besoin d’argent, sa fille qui collectionne les cartes et veut devenir écrivain, ou notre héros sans famille, on a bien du mal à s’accrocher aux personnages.

Monsterz09

Pire, avec humour le métrage rajoute deux amis au héros, qui viendront souvent couler le rythme du film et ridiculiser certains passages. Ne parlons même pas des flics du métrage, qui méritent probablement la palme des personnages les plus stupides. Acteurs et personnages : très moyen donc ! Passons au scénario. Là également, déception ! Si le script n’est pas dénué de qualités, et contiendra des scènes fortes et bien trouvées, voir par moment sera un peu sadique, il verse à d’autres moments dans le ridicule le plus total, et surtout se fera assez répétitif. Le méchant veut tuer le gentil, se rate, donc le gentil course le méchant, qui se défend et s’enfuit. Mais comme le gentil ne peut pas mourir, le méchant reviendra à la charge.

Monsterz14

Oui, Monsterz peut se résumer à ça ! À côté de ça, le scénario a de bonnes idées, mais les contrebalance toujours avec d’autres idées ratées. La tension parvient à monter, et voilà que notre héros se retrouve avec ses potes à la piscine pour s’amuser dans l’eau. Je veux bien qu’il n’ait pas peur de mourir, mais tout de même. Scénario très mitigé et bancal donc. Et la mise en scène de Nakata ? Elle est étonnement plutôt bonne, à quelques ratés près. Sa mise en scène parvient à mettre en valeur le peu de qualités fournies par le scénario, réussissant à faire sortir des scènes du lot (la scène de l’opéra, très réussie), mais malheureusement, péchera dés lors que le scénario chute, accentuant le ridicule, comme dans la scène où il faut sauver le bébé, ou encore celle avec les deux karatékas ! À noter que Nakata semble avoir du mal avec l’utilisation du numérique, puisque lorsqu’il doit faire chuter ces personnages, ça sonne faux, le fond vert sous les personnages se sent à 10 kilomètres. Oui, sur tous les points, Monsterz est un film bancal, et même plutôt raté. Il est sauvé par quelques rares scènes, ce qui en fait un bien meilleur film que The Incite Mill (TV Show en France)… Mais quand à le recommander, je n’irais pas jusque là, loin de là !

Monsterz22

Nakata ne signe pas là un bon film, malgré quelques fulgurances. Pas son pire, mais bel et bien un film très mineur dans sa carrière… un de plus !

Note :

Monsterz24



MonterzMonsterz – モンスターズ
Année :
2014
Durée :
1h48
Origine :
Japon
Genre :
Fantastique
Réalisateur :
Nakata Hideo

Acteurs : Fujiwara Tatsuya, Yamada Takayuki, Ishihara Satomi, Kimura Tae, Matsushige Yutaka, Fuiji Mina et Tomorowo Taguchi
 Monsterz (2014) on IMDb


 Gallerie d’images:

Monsterz27Monsterz29Monsterz30Monsterz33Monsterz36

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Oli
Oli
12 août 2015 4:02

Pas trop d’accord avec toi. Pas sur le film, qui est une bouse bien évidemment. Mais sur ton intro. Fujiwara Tatsuya, pauvre acteur de cinéma qui ne brille pas sur grand écran ? On n’aime ou pas son style, mais il enchaine les prod’, il est clairement un acteur bankable maintenant. Il est apprécié du public japonais. Et s’il surjoue parfois (souvent ?), il peut aussi se révéler attachant, surprenant : KAIJI 1&2, PARADE, RURÔNI KENSHIN, I’M FLASH!, etc. Dans MONSTERZ il est mauvais, nous sommes bien d’accord ! Ah, au fait : Ishihara Satomi n’est pas idole de télévision. Enfin à mon sens, Nakata n’a pas légèrement remonté la pente avec THE INCITE MILL, mais plutôt avec KUROYURI DANCHI, réalisé trois ans après.

Oli
Oli
12 août 2015 7:51

T’as raison ! Au temps pour moi. Tu as cité THE COMPLEX. MONSTERZ fait fort quand même… Nakata ou la descente aux enfers…

jonathan-hk
14 août 2015 7:00

Quel dommage, il a quand même réalisé dark water et ring…

Jonathan-Asia
5 février 2016 13:47

Eh bien j’ai adoré !