[Film] Le Flic de Beverly Hills, de Martin Brest (1984)


Axel Foley, lieutenant de police de Detroit, débarque à Beverly Hills pour enquêter sur la mort d’un de ses amis truands. Ses investigations l’amènent bientôt à faire la lumière sur un vaste réseau de trafic de drogue dirigé par un puissant homme d’affaires.


Avis de Cherycok :
Au détour d’une discussion sur le cinéma des années 80, v’là ti pas que j’apprends que ma femme n’a jamais vu le moindre Flic de Beverly Hills. Mais comment !?! Qu’entends-je !?! Sacrilège ! Un des films cultes de mon enfance, tout comme sa suite (le 3ème volet est plus discutable, même si je l’aime bien). Toute une éducation cinématographique à refaire ! Il fallait vite réparer cette erreur de parcours, que dis-je, cette infamie ! (aucune exagération là-dedans, bien entendu ^_^). Ni une ni deux, on s’installe sur le canapé, on lance la bobine. Je croise les doigts pour qu’elle passe un bon moment. Le célèbre thème Axel F retentit, accompagné d’une petite chair de poule, me voilà replongé 30 ans en arrière. La nostalgie, ça fait peut-être vieux con pour les plus jeunes. Mais on s’en bat les steaks, c’était quand même quelque chose le cinéma des années 80 !

A la fin des années 70 / début 80, Eddy Murphy était surtout connu pour ses sketchs, basé sur des imitations (Bill Cosby, Elvis Presley, Lionel Richie, …) dans divers stand-up, puis dans l’émission culte Saturday Night Live aux côtés de son acolyte Joe Piscopo. Il débute le cinéma avec 48 Heures de Walter Hill, aux côtés de Nick Nolte, malgré quelques soucis avec les producteurs, estimant que son interprétation n’est pas convaincante (ce qui le pousse à prendre des cours de comédie). Le film est néanmoins un gros succès, et il en sera de même l’année suivante avec Un Fauteuil pour Deux (1983) de John Landis. Eddie Murphy devient instantanément un acteur bankable malgré l’échec de Une Défense Canon en 1984. Mais la même année, il est approché par Don Simpson et Jerry Bruckheimer pour tenir le rôle-titre dans Le Flic de Beverly Hills après que Sylvester Stallone ait jeté l’éponge 15 jours avant le début du tournage suite à quelques désaccords scénaristiques avec ces derniers. C’est ainsi qu’il se retrouve propulsé à l’époque dans l’un des 10 plus gros succès commerciaux de tous les temps aux États-Unis, le film engendrant pas moins de 234M$US juste aux États-Unis (316M$US pour le box-office Mondial) pour à peine 15M$US de budget. A à peine 23 ans, c’est la consécration pour Eddy Murphy et le film est également un des plus importants succès de la carrière du réalisateur Martin Brest (Midnight Run, Rencontre avec Joe Black). Deux suites verront le jour, Le Flic de Beverly Hills 2 en 1987, réalisée par Tony Scott, puis Le Flic de Beverly Hills 3 en 1994, réalisé par John Landis. Mais revenons à nos moutons et à ce premier opus qui reste et restera le meilleur de la saga.

On y suit donc Axel Foley, interprété par le charismatique Eddie Murphy, qui part à Beverly Hills enquêter sur la mort de son meilleur ami, une mort à laquelle semble être mêlé un riche homme d’affaires amateur d’art. Dans l’absolu, Le Flic de Beverly Hills n’invente pas grand-chose. Il va appliquer la recette simple du mélange comédie / policier / action, mais il va le faire avec une aisance qui est clairement à saluer. Il y règne une ambiance « à la cool » et le film va jouer énormément sur la différence entre les méthodes de la Police de Détroit, un peu roots, à la comme ça vient, face à celle de Beverly Hills, bien plus carrée, où le respect des règles est le maître mot. Le personnage d’Eddie Murphy est, bien entendu, l’attraction principale, avec son énorme bagou et sa propension à sortir tout un tas de conneries pas possible pour arriver à ses fins en contournant les interdits. Le trio de personnages qu’il incarne aux côtés de Judge Reinhold (Ça chauffe au Lycée Ridgemont) et John Ashton (Gone Baby Gone) est vraiment savoureux et même si on ne rit jamais aux éclats, l’ensemble est tellement décontracté et frais que l’humour passe comme une lettre à la poste. Et quel plaisir à chaque fois de retrouver ces scènes d’action qui sentent bon la poudre et la tôle froissée. Le Flic de Beverly Hills n’est pas avare en carambolages (même si on se demande si certains policiers savent réellement conduire) et autres gunfights. Certes, la mise en scène des scènes d’action n’a rien d’exceptionnel, sans réelle impression de vitesse lors des courses poursuites et un peu trop plan-plan pour les gunfights. Mais les gags qui y sont injectés, soit visuels (par exemple lors du final), soit au niveau des dialogues, les rendent des plus sympathiques. Et puis, quelle galerie de têtes connues du cinéma des années 80 : Steven Berkoff (Rambo 2, Octopussy), Jonathan Banks (48 Heures, Gremlins), ou encore Ronny Cox, le méchant de Total Recall et de Robocop. D’ailleurs, ma femme n’a jamais vu Robocop, sacrilège ! Infamie ! Attendez-vous donc à une chronique prochainement 😉

LES PLUSLES MOINS
♥ Eddie Murphy fait son show
♥ Le mélange comédie / action
♥ Le thème musical génial
♥ L’ambiance à la cool
⊗ Rien de très original
Le Flic de Beverly Hills fait partie de ces bobines cultes des années 80. Un divertissement comme on en faisait plein à l’époque et qui, même s’il a parfois pris un petit coup de vieux, fonctionne encore aujourd’hui à 200%. Il faut maintenant que je revoie le 2, mon préféré.

LE SAVIEZ VOUS ?
• En 2013, une série tirée de la saga est envisagée. La chaine CBS commande un épisode pilote et c’est Brandon T. Jackson qui avait été choisi pour incarner le fils d’Axel Foley. La série allait être produite par Shawn Ryan, créateur notamment des séries The Shield et The Chicago Code. Le pilote est tourné, avec un cameo de Eddie Murphy dedans, mais cela ne donnera finalement rien et la série ne verra pas le jour.
• Suite à l’annulation de la série, Paramount décide de relancer la franchise au cinéma avec un 4ème opus. Les belges Adil El Arbi et Bilall Fallah sont annoncés à la réalisation. LE film devait sorti le 25 mars 2016 aux États-Unis mais le projet a été repoussé sans précision.
• Le tournage du film a été compliqué à cause de très nombreux éclats de rire. Il était très difficile de mettre en boite des scènes et ce sont des heures et des heures de rush qui existent mais qui sont inexploitables. En effet, Eddie Murphy, John Ashton et Judge Reinhold improvisaient une grosse partie de leurs dialogues, ce qui donna lieu à des échanges complètement improbables.
• Gilbert R. Hill, qui incarne le supérieur du personnage de Eddy Murphy, n’est pas un acteur. Il est réellement inspecteur au Detroit Police Department Homicide. Il a par la suite été Président du Conseil Municipal de Détroit.
• Le rôle principal avait d’abord été prévu pour Sylvester Stallone qui voulut apporter de nombreuses modifications au scénario et à certains personnages. Devant le refus des producteurs, il quitta le navire et bon nombre des idées qu’il tenta d’apporter se retrouvèrent dans le film Cobra sorti en 1986, comme par exemple le nom du personne, Marion Cobretti.


Titre : Le Flic de Beverly Hills / Beverly Hills Cops
Année : 1984
Durée : 1h45
Origine : U.S.A
Genre : Aquouel Foly !
Réalisateur : Martin Brest
Scénario : Daniel Petrie Jr, Danilo Bach

Acteurs : Eddie Murphy, Judge Reinhold, John Ashton, Lisa Eilbacher, Ronny Cox, Steven Berkoff, James Russo, Jonathan Banks, Stephen Elliott, Gilbert R. Hill

 Le flic de Beverly Hills (1984) on IMDb


Les derniers articles par Cherycok (tout voir)
0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Faze
Faze
1 septembre 2020 0:45

Le mélange comédie et d’action (oui c’est plan plan comme tu dis mais niveau violence c’est assez costaud) est vraiment le point fort du film.
Une vraie bonne alchimie dans le mélange des genres (faut pas être allergique à Murphy sinon ça risque d’être vite pénible) et comme tu le fais remarquer un casting de seconds couteaux qu’on adore retrouver … manque juste un scénario un poil plus complexe pour devenir un classique de la comédie policière mais en l’état c’est un bon gros moment de nostalgie qui fait du bien ! (comme l’air musical de Axel Foley)

J’ai hâte de voir Fero débarquer , si je me souviens bien il déteste Murphy ! hahaha 😀

Feroner
Administrateur
1 septembre 2020 9:52

Et oui comme je l’ai déjà dit je peut pas blairer Eddy Murphy, mais j’ai pas vu ce film donc il n’y aura pas débat.
J’ai vu un fauteuil pour deux, celui où il joue un roi qui emménage dans le Queens et peut être un autre. Il m’agace avec son sourire en plus il frime et surtout il me fait pas rire.
C’est pas ce genre de film américain des années 80 qui me fait vibrer et me donne envie de dire “c’était mieux avant” mais plus des films comme l’année du dragon, king of New York, Los Angeles police fédérale…

Feroner
Administrateur
Reply to  Cherycok
1 septembre 2020 19:23

C’est sur que les blockbusters en ce moment c’est pas la joie.
Je suis allez voir Tenet au cinéma et ca devient rare ce genre de grosses productions un truc vraiment original. On a eu droit en bande annonce a un film d’animation hideux les trolls 2 au scénario bidon, a Wonder Woman dans les années 80 et à la suite de Top Gun. Du cinéma facile pour public fainéant.

Lacaze Labarrère
Lacaze Labarrère
1 septembre 2020 10:59

Eddy Murphy…oui…toujours partagé entre l aspect “il est vraiment marrant ce mec” (le sketche où il fait le 5ème beatles du SDL est à se pisser dessus) et l aspect “putain mais ca me gave l aspect bon black souriant et grimaçant pour pas choquer le bouseux ricain”(comme louis armstrong qui grimacait de trop). Mais bon peut etre était ce le seul moyen d avoir un black en premier rôle (will smith même combat) dans ce genre de prod.
Me reste le souvenir d un cinéma décontracté du gland où le dialogue et l acting avaient encore un peu leur place …maintenant ca étouffe sous la technique. O tempora o mores.

Rick
Administrateur
1 septembre 2020 18:33

Alors, je ne suis pas un grand fan d’Eddy Murphy, mais j’aime bien les 2 48h et les deux premiers Flic de Beverly Hills. Je l’avais revu il y a quelques temps (un an un truc comme ça) avec le second opus, et ça restait fun, bien encré dans son époque. Tout a été dit en tout cas.

Faze
Faze
Reply to  Cherycok
6 septembre 2020 1:54

Carré , simple , direct et efficace 48 heures (le 1er car comme toi ça fait un bail que j’ai pas vu le 2ème) , en même temps c’est Walter Hill , lui même un gars carré , simple , direct et efficace ! 😀

Last edited 1 mois Il y a by Faze
Feroner
Administrateur
Reply to  Faze
6 septembre 2020 9:49

48H j’avais oublié j’aime bien ce film et Eddy Murphy n’est pas la grande star du film et il y a Nick Nolt pour le remettre a ca place.
Walter Hill a fait pas mal de bon film
Les guerrier de la nuit
Driver
Le gang des frères James
Sans retour
Extrême préjudice
Geronimo
Wild Bill

Faze
Faze
Reply to  Feroner
6 septembre 2020 23:06

Et Supernova ! … haha non je déconne , pas celui là !

Je rajouterai à ta liste : Le bagarreur (un bon Bronson époque grande dépression) , Les rues de feu (très daté et un peu kitsh mais je l’aime bien malgré tout) , Double détente (pour un moment de détente justement) , Dernier Recours (de nouveau un bon petit polar qui se déroule dans les années 30 , avec un coté western du à ses décours poussiereux et un Bruce Willis , comme on l’aime , arrogant et cynique mais avec un coeur gros comme ça <3 ) et Les pilleurs (Casting de sales gueules : Ice Cube , Ice T , Bill Paxton et William Sadler le tout avec une musique de Ry Cooder … pas vu depuis très longtemps mais un souvenir de film sympa en diable)

Walter Hill c’est typiquement le réalisateur dont on pense jamais quand on fait un TOP10 et pourtant quand on épluche sa filmographie , il y a pratiquement pas de déchets et une constance dans la qualité qui fait plaisir !

Last edited 1 mois Il y a by Faze