[Film] Le Dernier Pub Avant la Fin du Monde, de Edgar Wright (2013)

Il y a vingt ans, Gary, Andrew, Oliver, Steven et Peter étaient jeunes et fous et aimaient faire la tournée des bars. Les cinq amis d’enfance se souviennent avec nostalgie, enfin surtout Gary, d’une soirée épique, où ils avaient écumé les douze pubs de la ville. Ce temps-là est loin derrière sauf pour Gary, qui refuse obstinément de mener une vie rangée. Celui-ci décide de réunir ses amis pour un nouveau marathon de la boisson…


Avis de Cherycok :
Si vous avez aimé les deux premiers opus de la trilogie Cornetto, Shaun of the Dead (2004) et Hot Fuzz (2007), et que vous comptez prochainement regarder Le Dernier Pub Avant la Fin du Monde, arrêtez immédiatement de lire ces lignes, ne lisez aucune critique, ne regardez aucune bande annonce, rien. Les meilleures conditions pour le visionnage d’un tel film sont clairement d’avoir le moins d’infos possible dessus tant ce qu’il propose est complètement inattendu, fou, barré, décalé, improbable,… Le genre de film pour lequel on aurait aimé être présent lors de la conception du scénario juste pour voir quels produits illicites ont bien pu être fumés / sniffés / ingérés par la team Wright / Pegg / Frost tant on nage dans le WTF !? le plus total. Un film qui en laissera sans doute beaucoup dans une incompréhension des plus troublantes, mais qui permettra de faire passer à d’autres un moment magique de pur délire. Vous êtes encore là ? Alors attention, ça va spoiler !

Le Dernier Pub Avant la Fin du Monde, qu’on surnommera à l’avenir « Le Dernier Pub… » -parce qu’ils font chier ces distributeurs français avec leurs traductions à rallonge de titres anglais nettement plus courts- reprend en gros les recettes des précédents films du réalisateur. On y retrouve donc des personnages un peu étranges dans un coin paumé de l’Angleterre (Hot Fuzz), qui s’avèrent au final pas vraiment humains (Shaun of the Dead), contre lesquels nos héros se battent comme dans un film d’arts martiaux (Scott Pilgrim), le tout avec pour bâtiment emblématique des bars (Shaun of the Dead). En gros, et pour faire plus court, Le Dernier Pub… est une sorte de remake (très) alcoolisé de L’Invasion des Profanateurs de Sépultures. Très alcoolisé dans le sens où jusqu’au final il nage une certaine ambiguïté : Assiste-ton réellement à une invasion extraterrestre ou simplement aux délires d’une bande de potes ayant abusé à outrance de cette mixture houblonneuse qu’on appelle plus communément « bière » ?
Oui, « invasion extraterrestre », mais les réjouissances ne s’arrêtent pas là puisque ces derniers sont des sortes de robots remplis de liquide bleu qui se démembrent tels des playmobils, que nos héros leur balancent des coups de tatanes dans un pur style cinéma asiatique (Bradley James Allan de la team à Jackie Chan aux chorégraphies), qu’ils sont même confrontés à un robot géant semblant tout droit sorti d’un film de SF des années 50, et que le film se termine dans une ambiance post-apocalyptique à tendance New York 1997 / Los Angeles 2013 du maitre Carpenter après dix minutes d’un « procès » qui pourrait faire date dans l’histoire du cinéma. Et pour agrémenter le tout, une bande son qui déchire sa race (parait que ça se dit chez les djeun’s) : Blur, Primal Scream, Stone Roses, Sisters of Mercy, The Doors…

Le Dernier Pub… c’est du bon gros nawak top niveau qui, passé la première demi-heure dans laquelle on nous présente les personnages et où l’histoire se met en place, ne souffre d’aucun temps mort. Les bastons les plus réjouissantes,agrémentées de punchlines bien funs, côtoient les dialogues les plus succulents, le tout avec un coté parodique très référencé et très marqué. Ca respire la bonne humeur, et on s’attache très rapidement à ces personnages, amis d’enfance qui 20 ans après ont pris un chemin différent, mais qui 20 ans après, et avec un peu (beaucoup) d’alcool vivent un vieux rollback qui part complètement en cacahuète.
Mais Le Dernier Pub… n’est pas seulement un film barré. Sous ses airs de film de potes fun (Edgar Wright, Simon Pegg et Nick Frost sont des amis de longue date) se cache en réalité une réflexion sur le temps qui passe, avec un côté très mélancolique qu’on voit bien dans le personnage interprété par Simon Pegg. Mais ce n’est pas tout.La scène du “procès” citée un peu plus haut, où le “haut commandant extraterrestre” s’adresse à nos héros, ronds comme des queues de pelles, pour leur expliquer ce qu’ils comptent faire du monde dans lequel ces derniers vivent, on sent bien qu’Edgar Wright s’amuse à critiquer la standardisation et l’aseptisation de notre société actuelle par les hautes têtes pensantes qui nous dirigent. C’est fait avec humour, et c’est donc encore plus percutant.

Le Dernier Pub Avant la Fin du Monde est un film jouissif, qui atteint un degré de nawak stratosphérique. Mais il est aussi bien plus intelligent qu’il n’y parait et clôture de bien belle manière cette trilogie Cornetto déjà culte pour beaucoup. A voir !

Note :



Titre : The World’s End / Le Dernier Pub Avant la Fin du Monde
Année : 2013
Durée : 1h49
Origine : Angleterre / U.S.A / Japon
Genre : Action / Comédie / Science Fiction
Réalisateur : Edgar Wright

Avec : Simon Pegg, Nick Frost, Martin Freeman, Paddy Considine, Eddie Marsan, Rosamund Pike, Thomas Law, Zachary Bailess, Sophie Evans, Samantha White, Rose Reynolds, Pierce Brosnan

 The World's End (2013) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
5 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Thomas Foxart
Thomas Foxart
21 avril 2015 0:51

Rien à ajouter, je suis d’accord. Tellement sympathique, poilant et malin !

JonathanHK
21 avril 2015 7:35

J’ai beaucoup aimé aussi, le fight dans les wc est épique !

Feroner
Administrateur
29 août 2016 18:28

Excellent d’accord avec ta critique mais je l’ai pas trouvé si fou que ca.

Feroner
Administrateur
30 août 2016 13:19

C’est peut être que je regarde trop de films de Stephen Chow et de Takashi Miike et du coup plus rien ne m’étonne, mais tu as raison la il s’agit d’un film Anglais distribué dans les multiplex.