[Film] L’Au-Delà, de Lucio Fulci (1981)

Une jeune femme hérite d’un hôtel à La Nouvelle-Orléans. Ce dernier fut jadis construit sur l’une des sept portes de l’enfer…


Avis de Rick :
De tous les films de Lucio Fulci, L’Au-Delà est sans doute considéré par beaucoup comme son plus culte, parfois son meilleur également. Pour ma part, Frayeurs aura toujours une place plus importante, puisque je l’aurais découvert avant L’Au-Delà, et que les deux partagent des points communs. Outre la présence de Catriona MacColl dans le rôle principal, on pourra dire que les deux films partagent un point de départ similaire, à savoir l’ouverture d’une des sept portes de l’enfer. Ils partagent également quelque chose de bien plus important au final, qui se retrouve dans l’ADN même des films, à savoir leur narration décousue, avec cette impression souvent de voir des scénettes gores reliées entre elles par un semblant d’histoire et des personnages mais dont la logique est parfois étrange, voir inexistante. Nous sommes en tout cas en 1981, et les deux précédents métrages gores de Fulci, à savoir L’Enfer des Zombies en 1979 et Frayeurs en 1980 font sensation. Le producteur ne tarde pas à vouloir livrer un autre métrage du genre, et grâce à un habille tour de passe passe, il parvient à trouver acheteur pour le projet lors d’un marché du film. Du coup, Fulci et son équipe n’ont que trois mois pour livrer un métrage. À peine une semaine pour écrire un scénario, et c’est parti pour 25 jours de tournage entre l’Italie pour les intérieurs et la Nouvelle Orléans pour les extérieurs. En plus d’être tourné dans l’urgence la plus totale, Lucio Fulci ajoute énormément d’idées au métrage durant le tournage, des scènes entières non prévues, ce qui continue de donner cet aspect totalement décousu au métrage, surtout que le scénariste de l’histoire originale, Dardano Sacchetti, n’est pas présent sur le tournage, ou si peu. Et au final, un peu comme pour Frayeurs, ce sont ses incohérences, ces moments manquants de logiques et ce sentiment d’être devant une œuvre imprévisible qui ne réponds pas aux logiques habituelles qui donnent un l’Au-Delà un cachet si spécial, et si apprécié.

En plus bien entendu de son ambiance glauque et de ses nombreuses scènes gores qui font mal. Ici donc, après l’ouverture d’une porte de l’enfer par la pendaison d’un prêtre dans Frayeurs, c’est tout simplement Liza, encore jouée par Catriona MacColl, qui hérite d’un hôtel à la Nouvelle Orléans, hôtel qui fut construis sur l’une des portes de l’enfer, et où des années plus tôt, un peintre fut sauvagement assassiné, voir plutôt sacrifié. Scène que l’on voit bien évidemment en guise de scène d’ouverture, pour nous mettre dans le bain, et qui suivant les copies du métrage, sera présente avec couleurs sépia, ou non. Puis le film reprend de nos jours, et va enchaîner les scènes gore la plupart du temps, tout en introduisant petit à petit les personnages de l’aventure, certains énigmatiques, comme Sarah l’aveugle que l’on rencontre en plein milieu d’un pont, à pieds, avec son chien, ou encore la jeune fille qui sera témoin de la mort de sa mère. Mais comme toujours, deux personnages sortent du lot. Liza d’un côté donc, héritière de l’hôtel, jouée par Catriona MacColl, et John, docteur, joué par David Warbeck. Deux acteurs habitués de Fulci, la première ayant jouée dans Frayeurs et le retrouvant dés l’année suivante pour La Maison Près du Cimetière tandis que le second venait de boucler The Black Cat la même année pour Fulci. Et si Frayeurs et L’Au-Delà ont la même saveur, c’est normal. Des acteurs en commun, même réalisateur, même compositeur (Fabio Frizzi livrant un de ses meilleurs travaux ici), même scénariste de base, mêmes personnes à la production. Et comme pour Frayeurs, le film affiche une ambiance étrange, glauque souvent, mais également souvent onirique. Les scènes s’enchaînent, la logique n’est pas toujours présente, des événements arrivent et le spectateur se devra de trouver lui-même une explication à tout ce bordel.

Et ce qui aurait été un défaut ailleurs devient une qualité ici, comme pour Frayeurs. On navigue dans un univers qui n’est pas le nôtre mais qui a ce petit quelque chose d’hypnotisant, d’un bout à l’autre. Ou presque, puisque contrairement à Frayeurs, L’Au-Delà à ce petit moment qui vient m’énerver à chaque vision, bien qu’il soit court. Pourquoi donc, après avoir éliminé plusieurs zombies, David Warbeck est censé avoir bien compris qu’il faut viser la tête, mais s’obstine à gaspiller ces balles et à viser le torse ? Oui, pourquoi ??? Et ça me dérange, les personnages étant eux logiques, contrairement à l’univers dans lequel ils évoluent. On me dira que je chipote, encore et toujours, et c’est vrai dans le fond, surtout que cela n’arrive que tardivement dans le métrage, et à deux reprises, donc même pas une minute à l’écran. Surtout que là où Frayeurs se terminait sur un cri d’horreur pour un moment étrange et inexpliqué, L’Au-Delà fait le choix d’une fin beaucoup plus noire et simple d’accès, mais malgré tout incroyablement poétique. Du coup, on pardonne les errances passées. Surtout que L’Au-Delà, en terme de séquences devenues cultes, en contient un bon paquet. La scènes des araignées (berk), le clou dans l’arrière de la tête, la passion de Fulci pour les yeux à de nombreuses reprises, la scène de l’acide. Même au-delà de ses scènes gores, le métrage contient un paquet de scènes marquantes, comme cette rencontre au milieu d’un pont sur ces notes de piano, inoubliables. Bref, souvent considéré comme le troisième opus des films gore à ambiance de Fulci (après l’Enfer des Zombies et Frayeurs donc, et avant La Maison Près du Cimetière), L’Au-Delà n’est pas mon préféré, mais reste une œuvre forte que les amateurs du genre se doivent d’avoir vu.

LES PLUSLES MOINS
♥ Une ambiance noire et étrange
♥ Les scènes gore, cultes et nombreuses
♥ Le score musical de Fabio Frizzi
♥ Une narration décousue qui donne une force au métrage
♥ Le final
⊗ David Warbeck qui ne veut pas faire de headshots
note8
L’Au-Delà est sans conteste un grand film de Fulci. Glauque, méchamment gore, mais aussi parfois étrange et très poétique, il fait suite à Frayeurs de bien belle manière.



Titre : L’Au-Delà – …E Tu Vivrai Nel Terrore ! L’Aldilà – The Beyond

Année : 1981
Durée :
1h27
Origine :
Italie
Genre :
Horreur
Réalisation : 
Lucio Fulci
Scénario : 
Dardano Sacchetti, Giorgio Mariuzzo et Lucio Fulci
Avec :
Catriona MacColl, David Warbeck, Sarah Keller, Antoine Saint-John, Veronica Lazar, Larry Ray et Al Cliver

 The Beyond (1981) on IMDb


Galerie d’images :

Rick

Grand fan de cinéma depuis son plus jeune âge et également réalisateur à ses heures perdues, Rick aime particulièrement le cinéma qui ose des choses, sort des sentiers battus, et se refuse la facilité. Gros fan de Lynch, Carpenter, Cronenberg, Refn et tant d'autres. Est toujours hanté par la fin de Twin Peaks The Return.

81 Comments

Add a Comment
  1. Haha tu t’es lâché sur les screenshoots !

    Le plus drôle c’est que hier encore je me faisais la réflexion : mais où sont les Fulci sur le site ??
    Quel talent et quel service pour les lecteurs , aussitôt penser et aussitôt fait !

    Sinon pour le film en lui-même , film d’ambiance donc une fois de plus j’ai l’impression de me lire quand je vois ta chronique.
    Donc même avis que toi , sauf que pour ma part c’est l’enfer des zombies qui m’a marqué et fait découvrir le monsieur , que j’aime beaucoup.

    7,5/10

  2. Ah ben j’ai enfin ma magnifique copie du film, donc évidemment que je me suis lâché 😀

    Oh, bonne remarque, vrai que ça manque, alors que je dois avoir 10 chroniques en stock si ce n’est plus (de mémoire : L’enfer des Zombies, Perversion Story, Frayeurs, La Maison Près du Cimetière, Murder Rock, Demonia, La Longue Nuit de l’Exorcisme, The Black Cat, Soupçons de Mort et j’en passe. Un max donc). Ça va se faire prochainement 😉
    Le premier Fulci que l’on voit est souvent celui qui marque le plus j’ai l’impression.

  3. Pas vu, ni celui là ni Frayeurs.
    LE truc c’est qu’il parait que les films n’ont aucun sens, pas de scénario, juste du gore et des trucs inquiétants qui se passent sans aucune structure.
    Alors je sais pas…parce que je fais partie des gens qui trouvent que le gore ça vieillit pas bien, que le premier Evil Dead a pris un sacré coup de vieux, etc.

    1. Moi c’est l’inverse, je trouve que le gore vieillit vachement bien. Mais bon, j’ai une passion pour les effets à l’artisanale…

  4. Forcément avec l’âge, on remarque mieux certains défauts (surtout avec les copies HD et tout), notamment en ce qui concerne les fausses têtes et tout, mais non, Frayeurs et l’Au-Delà tiennent clairement encore la route. Après, c’est plus un trip, une ambiance qu’un scénario linéaire et classique. Ça peut rebuter, clairement. Si tu as peur de ne pas adhérer, penche toi plutôt vers les giallo et autres thrillers fait par Fulci (La Longue Nuit de l’Exorcisme, Perversion Story).

    1. J’ai vu le venin de la peur qui est plutôt cool. Pas vu la longue nuit de l’exorcisme, j’attends le mois de mai que le chat qui fume ressorte le DVD. Le blu-ray s’arrache à 100€…

      Je trouve en effet que les ambiances des vieux films ne vieillissent pas. Même si elles ne font plus peur, il reste un sens de l’esthétisme “joli”, comme des tableaux et autres compositions visuelles qui ont de la gueule.
      Quand il y a juste du gore sans réelle ambiance, juste de la “shock value” ben…dès qu’on n’y croit plus et qu’on voit les effets “fake”, ça ne marche plus et y’a rien d’autre autour pour sauver l’effet.
      Ressenti personnel of course^^

      Sinon on peut voir l’Au delà sans avoir vu Frayeurs ou c’est une “suite” ?

  5. Au passage une sympathique interview du chat qui fume :

  6. Oui on en avait parlé je ne sais plus trop où du Venin de la Peur ^^
    Fulci, même outre le gore, à un style visuel avec une ambiance souvent baroque, malsaine et étrange, du coup forcément, si tu vires le gore le film en prends un coup (ou ça donne La Malédiction du Pharaon, où il a mit l’ambiance mais pas le gore, et c’était chiant), mais il reste quelque chose d’assez fort.
    Les films ne se suivent pas en tout. Ils ont des similitudes ou thèmes en commun, et un point de départ similaire (l’ouverture d’une des portes de l’enfer), mais au-delà de ça, tu peux en voir un et pas l’autre, ou dans le désordre, ça passe nickel.

  7. Matt » Fulci c’est un peu le poète du macabre , de la décomposition charnelle et de l’énucleation occulaire.
    A la limite on peut voir ses films sans son et sans chercher à comprendre le scénar , on en aura pour son argent vu comment il met en image ses films.
    Souvent fauché mais quand il est inspiré ça se sent pas tellement il sait mettre en valeur ses effets et son ambiance.
    Mais si il n’est pas dans un bon jour ça peut être très mauvais ! (Evite Zombi 3 comme porte d’entrée dans son univers c’est un gros nanar, voir navet si t’es pas d’humeur)
    Pour débuter rien de mieux que sa fausse trilogie composée de L’enfer des zombies , L’au-delà et Frayeurs.
    Tous 3 dans le haut du panier et tu seras directement fixé sur le cas Fulci.

    En esperant que tu prennes autant de plaisir que moi à l’époque.

  8. Lucio Fulci est sans aucun doute mon auteur préféré. Si mon film favori demeure ‘L’enfer des zombies’, ‘L’au-delà’ tient lui aussi une place particulière dans mon coeur ( et mes tripes lol ). Je trouve juste que les effets spéciaux sont moins bons que précédemment, mais c’est sans doute dû au manque de temps, car c’est toujours Gianetto De Rossi aux commandes.
    Catriona McColl est une femme d’une grande gentillesse, proche de ses fans. Ses yeux pétillent toujours autant, j’ai pu m’en rendre compte vu que je l’ai rencontrée au Bloody Week-end d’Audincourt en 2016, ainsi que le non moins adorable Fabio Frizzi. Projection de ‘L’au-delà’ d’ailleurs, concert unique en France de Frizzi, de longs moments à parler avec Catriona et Fabio ( qui parlent parfaitement le français ), bref, des moments inoubliables et des souvenirs impérissables. Ce qui donne au film un cachet plus particulier encore !

    1. J’aurais beaucoup aimé la rencontre la miss McColl (et monsieur Frizzi aussi tiens). Ça fait toujours plaisir de la revoir avoir un petit rôle dans des films pas forcément très commerciaux, comme récemment dans Horsehead (enfin, récemment, ça a bien déjà 4 ou 5 ans).

  9. Tu peux toujours la rencontrer, puisqu’elle revient au Bloody cette année ( dès le 29 mai ). J’y serai une nouvelle fois d’ailleurs. Il y aura du beau monde : Heather Langenkamp, Caroline Munro, Camille Keaton, Martine Beswick et Laurent Melki.

    1. Oh parfait, normalement j’aurais terminé le taf d’ici là, et donc aurais du temps de libre. Heather, Caroline, Camille, Catriona, tu me vends du rêve !!!

  10. Melki , c’est bien l’illustrateur des superbes affiches des années 80 et 90 ?
    Ou je me plante complètement ?

  11. Tu ne te plantes pas, c’est bien lui. Toutes ces affiches cultes en ont marqué plus d’un sur les rayons des vidéoclubs. ‘Parasite’, ‘Creepshow’, ‘Freddy 3, les griffes du cauchemar’, ‘Le cauchemar de Freddy’, ‘Hello Marylou’, ‘Paranoïd’, ‘Rage’, ‘La baie sanglante’, ‘Vidéodrome’, ‘Martin’, ‘Cauchemar’, ‘Ghoulies’ et bien d’autres !!! D’ailleurs certaines jaquettes sublimes cachaient parfois de sombres navets.

  12. Merci pour la réponse.

    En effet ses affiches sur la saga Freddy m’avaient fortement marquées étant gamin.
    Je suis fan des murs blancs , donc pas d’affiches ou de posters chez moi , mais si d’aventure tu connais un ouvrage ou un site sympa qui reprend son boulot , je suis preneur !

    1. Il y a un recueil qui s’appelle “les essentiels”. Il est en rupture de stock mais a priori tu peux le commander directement sur son site: https://www.melki.org/product-page/livre-recueil-les-essentiels?utm_campaign=c084eff6-6181-4bf1-aa1e-4f98f7f5a18f&utm_source=so
      Et donc il a un site: https://www.melki.org/?utm_campaign=c084eff6-6181-4bf1-aa1e-4f98f7f5a18f&utm_source=so

  13. Oh ça me fait penser de manière plus globale, il y a 2 super bouquins sur l’horreur dans l’histoire et au cinéma.

    L’histoire illustrée de l’horreur
    L’art des films d’horreur

    https://images.app.goo.gl/LEwrJoB1fQH6Uhca7

    Deux bouquins sous la direction de l’éditeur Stephen Jones.
    Je les ai tous les deux. ça couvre évidemment toute les périodes du cinéma et pour le premier tome, l’art de l’horreur dans la culture populaire.
    Donc affiches de magazines, de films, etc. Très chouette

  14. Merci Iris , c’est juste parfait !

    Et merci Matt je vais regarder ça après le taf .
    Mais ça me semble bien propre et richement illustré.

    Et si je demande 1.000.000 € , vous me les trouvez aussi dans les 24 heures , vu votre promptitude à me satisfaire …

    1. Ah non mais si tu ME donnes 1.000.000€, je te trouve les bouquins dans les 24h ^^

    2. Oh ben doit bien y avoir des marabous qui peuvent promettre ça

    3. Je suis preneur aussi hein pour le million d’euros 😉

      Le bouquin a l’air magnifique en tout cas !

      1. Et ceux dont je parle aussi, y sont très beaux^^
        Non seulement il y a plein d’illustrations, d’affiches, de peintures, mais t’apprends des choses avec une bonne dose d’info sur le cinéma de genre et/ou sur l’horreur en général dans la culture populaire (d’ou vient Halloween aussi : contraction de All Hallows’ Eve”, veille de la fête de tous les saints, mais dont l’aspect horrifique est hérité du nouvel an celte Samhain, le moment de l’année ou le voile qui sépare les mondes était le plus ténu, permettant au sidhe, le peuple des fées, d’envahir notre monde)

        Enfin bref…en tous cas les bouquins sont très illustrés, et comme même les vieux nanars peuvent bénéficier de magnifiques peintures comme affiches, ben c’est du bonheur.

        1. Je confirme , après avoir regarder les photos du bouquin à mon aise , c’est vraiment du bel ouvrage.

          Et hop ! Ajouté à ma liste d’achat le petit Histoire illustrée de l’horreur.

  15. Et sinon, quelqu’un a vu “la maison près du cimetière” du Fulci ?

    1. Moi y’a très longtemps, genre 20 ans. J’avais beaucoup aimé. J’avais vu Frayeurs, L’Au Delà et La Maison Près du Cimetière d’affilé, et c’est ce dernier que j’avais préféré. Il me reste quelques flashs du film, mais comme les autres Fulci, faudrait qu’un jour je les revois…

      1. AH, intéressant. Tout le monde parle de Frayeurs et l’au delà mais pas souvent de cette maison près du cimetière.

        1. J’aime beaucoup également La Maison près du Cimetière. Juste une scène ratée dans mes souvenirs avec une chauve souris, mais le reste est top. Peu de gore, enfin peu de scènes gores, mais une ambiance vraiment glauque, une musique marquante (pourtant pas signée Fabio Frizzi pour une fois). Je tenterais de mettre ma vieille chronique bientôt ^^

          1. Je viens d’écouter le theme musical.
            C’est marrant mais ça me fait penser aux musiques d’horreur des vieux jeux 16 bits. Comme Splatterhouse.
            Bon évidemment ce serait les jeux qui se seraient inspiré de ce genre de musique et pas l’inverse, mais c’est sympa^^
            Chouette theme en tous cas.
            Ces sonorités un peu aigus, c’était aussi les limitations des vieilles consoles mais du coup je trouve qu’on trouve des similitudes dans ces themes musicaux des films italiens avec les jeux old school.

            https://youtu.be/qn0_8Kp34DI

            Splatterhouse 3 (que j’avais sur Megadrive) et la saga en général empruntait beaucoup à plein de films d’époque, des trucs d’horreur italiens à Evil Dead, etc.
            Punaise qu’ils étaient durs ces jeux !
            Mais j’adorais l’ambiance.

            1. Ah que de souvenirs Splatterhouse. Jamais touché au 3 par contre, mais j’étais un grand fan du premier, et grand fan de l’ost du 2, et c’est vrai que certaines sonorités font bien penser au cinéma Italien du début 80/fin 70, et leur limitation également. Rah tu me donnes envie d’y retoucher dis donc.

              Et oui Faze, la scène de la pauvre chauve-souris, bien ratée. Courte mais bon.

              1. Le 3 était très cool^^ ça changeait un peu, ça devenait davantage un Street of rage avec une profondeur dans le décor. Il y avait une map et il fallait trouver le chemin le plus court jusqu’au boss sinon ta femme ou ton gosse crevait. Il y avait de petites cinématiques qui te montrait l’état d’avancement de leur possession si tu perdais du temps. Glauque! Et du coup tu pouvais finir le jeu en sauvant tout le monde ou en perdant toute ta famille…
                Et certains boss…woah. Genre celui-là :

                https://www.youtube.com/watch?v=CRpwWxdKWis

                Mais les 3 jeux étaient bons même si le 2 est infaisable pour moi^^ Tu peux pas te laisser toucher ou tu crèves à une vitesse folle, c’est l’horreur. mais super OST.

              2. Si tu as l’occasion, teste le 3.
                Le gameplay est top, les “cinématiques” (bon…des images fixes) ressemblaient à des photos et c’était flippant ! Tu voyais ta femme (sauvée dans le 2) se transformer ou ton fils mourir. Super OST comme dans les 2 premiers jeux, plus de coups possibles, une map à étudier pour se dépêcher, etc.
                Seul souci : certains mobs sont des foutus sacs à PV qui font super mal et te tuent en 2 coups ! Ils ressemblent à des testicules fripées avec une bouche géante et me faisaient plus flipper que les boss.

                C’est pas la classe ça ? (bon ok ça vaut pas celle du 2, mais quand même) :

                1. Rien que la musique rappelle tant de souvenirs, c’est dans le plus pur style de l’époque, j’aime 🙂

                  Sympa en tout cas le concept de pouvoir finir le jeu avec toute la famille…ou pas 😀

                  Par contre je te rassure, le 2 pour moi était une torture aussi en terme de difficulté. Peut-etre que maintenant par contre j’aurais la patience et le skill de le finir, mais à l’époque ohlala. J’ai d’ailleurs l’ost qui doit traîner dans un coin.

                  1. Ah moi j’ai réessayé, et j’ai encore moins le skill qu’avant^^
                    Quand je vois des videos des mecs qui ont étudié tout le truc et savent comment bouger pour éviter…je me dis qu’ils ont du refaire 100 fois les niveaux, et j’ai pas envie moi^^
                    Surtout que la maniabilité est agaçante.
                    Je préfère le 1 et le 3. Forcément le 3 je l’avais sur megadrive donc j’ai une certaine affinité avec, alors que le 1 n’était pas dispo sur n’importe quel support, et je ne l’ai fait que plus tard en émulation. Pas simple non plus d’ailleurs. Mais moins horrible que le 2^^

                    1. Oui par contre le côté “j’apprends tout par coeur”, c’est pas du tout mon truc dans les jeux, il n’y a du coup pas de plaisir de jouer pour moi, tu fais juste machinalement quelque chose.
                      Et tu as touché le remake qui était sorti il y a quelques années ? Il paraît que c’était horrible, j’avais juste vu une vidéo qui parlait du développement chaotique du jeu.

                    2. Béh le remake j’ai surtout vu que ça foutait du hard rock partout avec de la baston à la Devil May Cry…alors je me suis dit “houlà, c’était pas ce que j’aimais dans les originaux”^^

                      Mais il y a eu des petits jeux faits par des fans je crois. J’en avais testé un, je sais plus lequel. Une sorte de remake amateur.

                    3. Un vrai remake de Splatterhouse, j’imagine plutôt ça comme un Deadspace. Bien gore, mais flippant aussi.

                    4. Enfin avec une autre ambiance que l’espace hein^^ Mais personnage lourd, armes qui démembrent, monstres dégueulasses, mais jouabilité un peu plus proche d’un survival.
                      Le tout dans une ambiance Evil Dead

  16. Matt » comme le dit l’ami Rick , bien plus porté sur l’ambiance que sur le gore , mais quelle ambiance !!!
    A part une chauve-souris en plastique , qui prête à rire et qui nous sort du film l’espace d’un instant , c’est du grand art niveau posage d’atmosphère mortifère à la Fulci.

    D’ailleurs c’est un des rares Fulci que je n’ai pas vu plusieurs fois car il est vraiment anxiogène.
    Mais très recommandable pour ma part.

    1. Oh moi ça m’arrange quand c’est plus portée sur l’ambiance que le gore.
      Je trouve que le gore vieillit plus mal. Du coup mes films d’horreur préférés ne sont pas du tout les plus gores.

      1. Alors que moi, je trouve que c’est les ambiances qui vieillissent super mal. Quand j’ai vu des films comme L’Exorciste, Massacre à la Tronconneuse premier du nom, et quelques autres films fin 70/début 80, l’ambiance m’a plus fait rire qu’autre chose, avec impossibilité de me plonger dedans. Alors que le gore, ca ne me pose pas vraiment de souci. Mais j’adore le gore, et j’adore le gore bricolé (pour avoir fait des petits films à la con dans ma tendre jeunesse, avec effets gores en mode mcguyver, ca me rappelle des choses)

        1. Ah je sais pas…
          En revoyant Operation peur de Mario Bava, le masque du démon, le corps et le fouet (bon…en fait les films de Mario Bava^^)
          Ou Danse macabre
          Les gothiques italiens en fait, ben je trouve que les ambiances sont top ! Je ne dis pas que ça fait encore peur (mais le gore te fait-il peur ? Non plus^^) mais ça reste esthétiquement beau quoi^^

          1. Sur ce point je rejoins Matt, mais bon de manière générale je préfère le cinéma d’ambiance au cinéma gore, qui a tendance à rapidement m’ennuyer quand il n’y a rien d’autre à proposer.
            Massacre à la Tronçonneuse ahlala Chery, tu sais très bien ce que je pense du film, qui me met une nouvelle claque à chaque vision ^^

            Et j’adore les Bava, notamment oui Opération Peur, qui a des défauts, mais visuellement c’est une tuerie. Le Masque du Démon aussi oui tu me diras ^^

            1. Operation peur, ou le 3eme segment des 3 visages de la peur (la goutte d’eau) c’est la grande classe !
              Je me suis même fait la réflexion à un moment dans Operation peur ou on voit la gamine assise au milieu des poupées que de nos jours ils auraient foutu un scare jump avec une note de musique “TADAAAAM elle est là”
              Et pour moi ça aurait foiré l’effet parce que justement j’ai mis 1 ou 2 secondes à réaliser qu’elle était là au milieu. Laisser l’image bizarre s’installer dans l’esprit plutôt que se faire distraire par un bruit musical qui arrive trop tôt, je trouve ça cool^^

              Je déteste quand le scare jump musical est plus rapide que mon temps de réaction. Du coup t’as même pas encore vu le truc que le film t’a dit “éh ! faut sursauter !” Mais merde, laisse moi réagir à mon rythme !

              1. Malheureusement c’est la mode depuis 10 ans maintenant, de tout surligner au gros marqueur noir avec le son. Et je n’aime pas ça non plus, pour moi le son doit accompagner l’image et se marier avec, pas en faire trop, devancer l’image ou trop accentuer comme c’est le cas avec les jumpscares. Je suis sûr que tu retires le son, beaucoup plus de films de genre récents pourraient fonctionner mieux d’ailleurs.

            2. Ben j’avais trouvé le film mou, et j’ai pris des crises de fou rire dessus, je ne suis pas sur que c’était le but recherché ^^

              1. Tu parles de quel film là ?
                Oui bon après ça dépend ce à quoi on est sensible.
                Mais bon…tu aimes le gore mais ça ne te fait pas peur non plus, si ?
                Alors pourquoi les ambiances (qui ne te font pas peur) t’emmerdent ? TU veux de l’action en fait ?^^ Tu assimiles le gore à de l’action ?

                1. Je parle de Massacre à la Tronconneuse. Le gore ne me fait pas peur. A vrai dire, j’ai tellement vu de film d’horreur que le dernier qui m’a fait peur, je devais avoir 15 ou 16 ans (soit plus de 20 ans). Tous ces trucs de fantomes à la The Ring, ca m’emm… royalement. J’arrive à deviner à l’avance tous les effets, quand on essaie de me faire peur, et ca ne me fait pas peur. Quel que soit le film d’horreur (Iris pourra en attester).
                  Je n’ai jamais dit que les ambiances m’emmerdaient, je parle des ambiances dans les vieux films d’horreur, je ne rentre que rarement dedans. Je trouve que ca fait souvent vieillot. Pour les films d’horreur d’ambiance où j’arrive à rentrer dedans (plus recent generalement), ca ne me fait pas plus peur pour autant. Ca peut m’oppresser parfois, mais guère plus.
                  Le gore ne me fait pas peur non, il me fait rire au contraire, ca me fait délirer, et plus c’est gore, plus ca peut me faire rire / délirer. Je ne veux pas spécialement d’action, et je n’assimile aucunement le gore à l’action. Je cherche avant tout à ne pas m’ennuyer devant un film. Et des films comme L’Exorciste, Massacre à la Tronconneuse, Carrie, Halloween, La Malédiction, ça a tendance à très très vite m’ennuyer…

                  1. Ah donc en fait tu regardes des films d’horreur gores pour délirer…
                    Je ne pense pas non plus que ce soit l’effet voulu, tu vois.^^
                    Moi je regarde des films d’ambiance pour le soin esthétique, la photographie, les décors.
                    Les films gores qui sont juste gores…bah soit ça va me dégouter, soit m’emmerder.

                    1. Je n’ai encore jamais croisé de film qui m’a dégouté, et pourtant j’ai maté des trucs sacrément immondes (les Guinea Pigs, des torture porn à la pelle, du gore à outrance, …)

                    2. Bah tu devrais travailler chez les pompes funèbres^^
                      Ou alors tu as une forte capacité à prendre du recul sur la fiction, parce qu’il y a quand même des trucs dégueux que je n’aime pas voir.

                  2. Sauf si c’est du WTF assumé délirant à la Braindead^^

                    1. Mais peu importe quel est l’effet voulu à vrai dire. Je cherche à passer du bon temps devant un film, surtout qu’il ne m’ennuie pas. Un film peut être superbe visuellement, avoir une mise en scène de fou, s’il m’ennuie, je ne lui mettrais pas une note au dessus de la moyenne. A l’inverse, un film qui va me faire délirer, aussi perfectible qu’il soit, il n’aura pas en dessous de la moyenne.

                      Je ne cherche jamais à être objectif quand je parle d’un film, je donne mon ressenti, ma vision à moi, ce qu’il m’a fait ressentir. Je vais souligner ce que j’ai trouvé bien et pas bien, mais ma critique va avant tout retranscrire ce que j’ai ressenti, pourquoi il m’a plu. Je suis conscient de la qualité intrinsèque de certains films que je regarde, par exemple lorsque je mate un film qui ra directement dans Le Coin du Nanar, d’où ma double notation, mais je préfère 100 fois un film bancal mais sur lequel je vais passer du bon temps, qu’un film somptueux qui va m’emmerder.

                      Alors du coup, je pioche beaucoup dans les films parfois étranges, des films qui ne vont pas intéresser grand monde, mais voilà, de manière générale (car parfois il y a des exceptions hein), je suis bien plus attiré par une série B fun que le dernier Refn. Ca n’empêche pas mon film préféré d’être La Liste de Schindler (mais pas que pour le film),; film pas fun du tout, mais dans Divertissement, je classe en fait juste “les films qui ne m’ennuient pas”.

                      Alors oui, effet voulu ou pas, je passe un meilleur moment sur un gore fauché des années 80 parce que ca me fait bien délirer ^_^

  17. Il suffit de regarder mes dernières critiques pour s’apercevoir que je n’aborde pas le cinéma de la même façon que vous. Hormis le Jarmusch, y’a le film de zombie gore italien the End, la série débile de Critters, le nanar d’heroic fantasy The Sorceress, le film d’horreur zarb Ice Cream Man, le film de zombie / action The Rezort, le film gore fun Book of Monsters, le Fred Olen Ray plein de boobs Evil Toons, le film d’action décérébré Triple Threat, … N’as-tu pas remarqué que 95% des critiques sur lesquelles tu mets des commentaires sont celles de Rick ? C’est parce que nous avons des gouts et intérets quasi opposés lol

    1. Certes oui^^
      Mais je me disais que malgré ton attirance pour les films fauchés bricolés avec 3 bouts de ficelle, tu pouvais aussi apprécier des films bien foutus.
      La preuve tu aimes quand même des Tsui Hark qui ne sont pas pour moi des “films fauchés bancals”, ou des Johniie To, ou des Jackie Chan (bon ok…ça reste de la série B^^), ou un Warcraft, ou un Ready player one (que j’ai pas aimé cela dit…)
      Donc bon…
      Certes je vois que tu restes le plus souvent dans le film fauché, mais fauché ne veut pas forcément dire moche et mal foutu non plus^^
      Eh ! Krampus il est super beau par exemple.^^ C’est un film délirant mais soigné aussi.

      Donc je cherchais juste à en savoir plus sur ce qui te fait préférer ceci ou cela, et pourquoi le gore ne t’emmerde pas en fait.
      Ne nous emballons pas^^

      1. Oula, ne te méprends pas, je ne m’emballe pas du tout. Je suis partisan de l’adage “chacun ses mauvais gouts” ^_^ Et je n’ai aps dit que je ne regardais que des films fauchés et bricolés à l’arrache, loin de là. Je voulais juste dire que voilà, je me fais souvent chier devant des films qui privilégient avant tout l’ambiance. Ce n’est pas forcement le cas à 100%, mais c’est souvent ce qui arrive. Je n’aime pas trop les ambiances atmosphériques, je n’aime pas trop les films aux plans interminables. Un des exemples les plus flagrants et pas trop vieux, c’est le cas de Sicario. Le film est magnifique visuellement, les acteurs sont très bons, le score est fabuleux, mais purée ce que je me suis fait chier devant… Du coup, impossible pour moi de donner au film plus de 5/10.

        On pourrait croire que du coup, avec mes gouts à la con, j’adore les gros blockbusters à la Marvel et tout, mais là non plus ce n’est pas ma came, pour d’autres raisons hein. En fait, j’aime le cinéma “différent”.

        1. Je comprends.
          Bon après les films super lents c’est pas ma came non plus. Mais j’essaie, des fois il y a des exceptions ou de bonnes surprises.
          Sicario n’est pas un film qui m’a intéressé parce que le sujet n’est pas un truc qui m’attire. Argh mais quand même quand c’est bien joué, bien filmé, et que tu t’en rends compte, c’est méchant de mettre 5/10^^
          Enfin après les notes, c’est pas toujours super. Forcément on ne peut pas être objectif, on peut citer les bons points mais dire que c’est pas notre truc, ou être conscient qu’on n’est pas le public pour ce genre de films. ça dépend comment c’est expliqué, il faut un peu d’humilité pour ne pas juste dire “c’est de la merde”^^ Et les notes ça donne un peu cette impression “merdique” ou “pur génie”.
          D’où l’importance de l’argumentation des critiques^^

          1. Pour ca qu’il y a une chronique ecrite et, si possible argumentée avant, qui permet de comprendre la note 😉

  18. Bon, et Perversion story de Fulci sinon ?^^ Quelqu’un connait ?

    1. Bon j’ai compris, je vais poster du Fulci divers et varié ses prochaines semaines 😉

      1. Ouais !
        Je vais recevoir mon DVD du chat qui fume de “la longue nuit de l’exorcisme” (j’ai raté le blu ray et il est devenu trop cher)
        Je m’intéresse à sa filmographie. Même si j’ai pas encore vu grand chose^^ Mais déjà j’ai aimé le venin de la peur, et je vais me faire la maison près du cimetière, l’au delà et la longue nuit

        1. Du coup je planifie du Fulci, tu auras de la lecture. Perversion Story demain, Demonia le jour suivant, et j’ai encore La Longue Nuit de l’Exorcisme en stock et La Malédiction du Pharaon. J’en ai d’autres mais ce sont de vieilles chroniques qui vont demander un peu de taf (et de meilleures captures, j’y tiens, les captures c’est tout un art 😀 )

      2. méfie toi, j’ai du post apo de Fulci qui traine, je suis retombé dessus ce matin ^_^

        1. Hum…j’ai comme le sentiment que les tiens, ça va être ses plus mauvais films^^
          Parce que bon…les réal italiens il font un peu comme les réal hongkongais je crois : ils produisent beaucoup, des machins de commande, des trucs à l’arrache pour dégager du pognon et pondre de super trucs de temps en temps.

          1. Oh j’ai vu quelques uns de ses mauvais films aussi, mais sans aller chercher dans le post apo (vu que je n’aime pas le genre, en plus). Disons que Fulci s’est perdu dans les années 80 vraiment. Passé 1982, ben… ça alterne le mauvais, le très mauvais, et le tout juste potable.

            1. c’est plus du peplum futuriste celui que j’ai ^^

  19. Du Fulci, je dois en avoir aussi en stock pour les chroniques, mais pas les mêmes, ça tombe bien. Jamais vu le ‘Demonia’, je voudrais bien le mater un de ces quatre. D’autant plus que l’on y retrouve Al Cliver.
    J’ai eu la chance d’avoir le coffret Blu-ray/DVD de ‘La longue nuit de l’exorcisme’ à sa sortie, et c’est vrai que la spéculation autour des articles épuisés sur le web, c’est n’importe quoi. Dire que certains précommandent des produits limités pour les laisser sous cello et les revendre le triple, voire plus, une fois le titre épuisé, ça en met beaucoup en rogne ( moi compris ).
    J’aime bien les films d’ambiance par contre, certes pas tous, loin de là ( les ‘Ring’ et compagnie m’ennuient aussi, même si certaines idées sont bonnes ). Au contraire, je trouve l’ambiance des films d’horreur des années 70 et 80 très réaliste et moderne ( en particulier pour les survivals ). Ceux d’aujourd’hui, utilisant des jumpscares à n’en plus finir et reprenant sans cesse les mêmes tics horripilants ( caméra à l’épaule qui donne la nausée et qui gâche tout, style clipesque sans intérêt, bandes originales bien moins inspirées et originales qu’il y a 30 ans ), me paraissent pour beaucoup déjà datés et dépassés car trop prévisibles. Ils me semblent donc bien moins modernes que les films des années 70 et 80. Par contre, à partir de la décennie précédente, ça me semble d’un coup bien plus daté. Même si j’apprécie le cinéma fantastique des années 60 et d’avant, c’est à partir de là que ça me semble bien plus vieux. J’apprécie le gothique italien par exemple, mais, en le comparant avec des films d’à peine 10 ans de plus, j’ai l’impression que l’écart est bien plus grand.

    1. J’ai énormément de Fulci en stock en chroniques, j’en ai vu un paquet, et j’en ai quelques uns encore à voir (Les Fantômes de Sodome, qui est apparemment ultra ultra mauvais, donc pas motivé). Demonia, j’avais le zone 1 depuis un bail, et je ne m’étais jamais lancé car le mixage audio du dvd est assez catastrophique, et à l’époque, je pouvais pas me permettre de jouer du volume non stop. Du coup je l’ai vu que récemment. Un Fulci mineur mais potable comparé aux films qui l’entourent 😉

  20. C’est quoi vos giallos préférés au passage ?
    l’oiseau au plumage de cristal, c’en est un ? Je dois aussi le voir celui là. Mais je commence à me demander si le cinéma d’Argento est pour moi…
    J’accroche rarement à ses choix musicaux.

  21. Oula la question piège ! Dur de te répondre, c’est vrai que pour ma part j’ai vu un gros paquet de giallo, que ce soit du Fulci, Argento, Bava et j’en passe, du Lenzi, Soavi, Martino. Très dur de faire un choix.
    Niveau Argento oui L’oiseau au Plumage de Cristal est un super giallo, et niveau ost tu devrais mieux adhérer, ses premiers films le score musical est signé Ennio Morricone et est donc plus classique que ses expérimentations suivantes avec les Goblin.
    Un giallo qui m’avait beaucoup marqué c’était Mais Qu’avez Vous Fait à Solange? de Massimo Dellamano. Avec un propos hyper intéressant (bon, bien encré dans son époque donc maintenant un peu vieillot sans doute, mais j’adore ce film, et super ost de Morricone aussi).

    1. Aaah Morricone c’est la classe en général. Ouais ça peut m’intéresser.
      Tiens c’est marrant j’ai entendu parler de Mais qu’avez vous fait à SOlange aujourd’hui même en regardant des extraits de giallos^^

  22. Profondo Rosso est il considéré comme un giallo ?
    Si oui alors on tient mon giallo préféré , mais j’ai dû en voir au maximum une petite dizaine donc je laisse les pros te guider Matt.

    1. Je dirais que oui, c’est un giallo.
      Un des rares films de Argento que j’ai aimé aussi^^
      J’ai pas accroché à Tenebres. Ni à Suspiria. Ni à…pas mal d’autres trucs du monsieur. Mais je dois voir l’oiseau au plumage de cristal, j’ai le DVD.

  23. “David Warbeck qui ne veut pas faire de headshots”

    Alors oui je confirme, c’est un peu chiant^^
    Et puis globalement ce passage est mou du genou. Les zombis sont plus lents que des escargots, et ça tire, ça tire (et n’importe où)
    Niveau tension c’est un peu foiré ce moment^^

    Mais sinon le film est cool. Pas trop de scénar en effet, mais bon en gros on comprend que l’enfer se déchaine sur nos pauvres protagonistes à cause de la maison qu’il aurait mieux valu laisser à l’abandon^^

  24. C’est marrant quand même qu’on tique sur un petit détail comme ça alors que le film se déroule dans son propre univers qui a des règles parfois peu logiques ^^ Après moi je pardonne, car l’instant d’après est très fort (la gamine, les derniers instants) et qu’il y a malgré tout cette atmosphère si particulière.

    Je ne m’attendais pas trop à ce que tu aimes ce film par contre à vrai dire, ça me surprend ^^ Toi qui aime la logique et tout. Je suis donc agréablement surpris ^^

    1. Nan mais attends…
      J’aime pas les trucs illogiques quand le film part dans une direction (par exemple les problèmes de couple des persos dans Possession) et après fait intervenir un monstre, des doubles maléfiques, et je sais pas quoi sans que ça ait le moindre sens (ou alors que c’est au spectateur de trouver un sens, alors qu’on se demande si le réal n’avait pas juste fumé un gros joint)

      Mais un film qui démarre avec “il y a une porte de l’enfer à cet endroit”, et des gens qui viennent rénover la maison et ressortir du placard une peinture maléfique…ben ça m’étonne pas de voir l’enfer se déchainer avec plein de trucs fantastiques^^
      On est dans le film fantastique quoi.

      J’aime bien la fin d’ailleurs^^ L’endroit où finissent les personnages.

    2. Si on tique sur ce passage, c’est que les personnages ont malgré tout des réactions de peur assez logiques face à la situation. Et si le gars 2min avant tirait dans la tête des zombies en constatant que ça marche mieux…d’un coup il devient con à tirer dans les bras^^

  25. Possession t’as vraiment marqué au moins 😛

    Oui bon c’est sûr que vu comme ça. Un pote à moi détestait Frayeurs et L’Au-Delà pour leur côté parfois décousu et manquant de logique. Donc on sait jamais.

    J’adore la fin également, ça marche super bien avec la musique et l’ambiance générale.

    Il manque clairement de jugeote, chaque fois ça m’énerve ce moment, alors que ça aurait pu être génial. Bon ça reste court, même pas deux minutes dans le métrage et on passe à autre chose. On tique on tique…

  26. J’AI VU “LAU-DELÀ” RÉCEMMENT À FRISSONS TV ET C’EST VRAI QU’IL POSSÈDE SONT LOT D’ECOEURANTERIE ET LA SCÈNE D’OUVERTURE EN EST UN FOUTU BON EXEMPLE,J’AI JAMAIS VU DES CORPS HUMAINS SE DÉFAIRE AUSSI AISÉMENT (COMME DE LA PLASTICINE) ET DE LA CHAUX VIVE DANS LA TRONCHE ÇA FAIT SÛREMENT PAS DU BIEN. DES SPIDERS QUI SE TAPENT UN BONSHOMME C’EST DU JAMAIS VU,CEST PAS À PRENDRE AU 1ER DEGRÉ, C’EST TELLEMENT DEGU QU’ON EN RIRAIT PRESQUE MAIS BON.UNE CHANCE QUE CATRIONA MCCOLL EST LÀ POUR AMENER DE LA BEAUTÉ À CES HORREURS

    1. Rick sort de ce corps !! (Petite boutade)

      Heureux de voir que ce film ne t’a pas laisser indifférent.

      1. Mais euh laisse moi 😛

        Fulci, on aime ou pas, mais le truc intéressant, c’est que ça ne laisse en général personne indifférent dans sa vision jusqu’en boutiste de l’horreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *