[Film] Hidden, de Jack Sholder (1987)


Un extra-terrestre s’infiltre dans un corps humain pour en prendre possession. Son but : tuer, piller et détruire tout ce qui se trouve sur son passage, pour ensuite passer dans un autre corps quand son enveloppe actuelle est trop détériorée. Tandis que l’inspecteur Tom Beck essaie de comprendre comment d’honnêtes citoyens peuvent se transformer du jour au lendemain en bêtes sanguinaires, un curieux agent du FBI débarque de nulle part pour lui prêter main-forte.


Avis de Cherycok :
Hidden, c’est un film que j’avais vu très jeune, je devais à peine avoir 10 ans (oui, j’aime bien raconter ma vie), et il m’avait marqué. Plusieurs fois, j’ai eu envie de le revoir, mais au final sans jamais le faire, allez savoir pourquoi. 30 ans après, il ne me restait que des flashs de certaines scènes et, en retombant par le plus grand des hasards sur l’affiche du film, je me suis posé la question s’il pouvait faire sur moi le même effet. Je me suis donc lancé dans un visionnage et, une chose est sûre, c’est qu’il est toujours aussi efficace. Pourtant, sur le papier, Hidden a tout d’un film de seconde zone. Mais en réalité, ce n’est pas du tout le cas. Il a même remporté le Grand Prix au Festival D’Avoriaz alors qu’il avait en face de lui des œuvres cultes telles que Robocop, Hellraiser, Histoires de Fantômes Chinois ou encore Le Prince des Ténèbres. Et ça, ce n’est pas rien ! Retour sur un classique des années 80 qui a marqué bien plus de gens qu’on aurait pu le penser.

Jack Sholder, monteur sur Carnage (The Burning, 1981), slasher très classique mais efficace, a envie de passer à la réalisation. Il se voit confier les rênes de Dément (Alone in the Dark, 1982) l’année suivante, petite production de 1M$US sympathique mais néanmoins oubliable. Mais il se fait remarquer et est mis à la tête de La Revanche de Freddy (1985), suite du désormais culte Les Griffes de la Nuit sorti un an auparavant et ayant rencontré un joli succès. Sholder tente d’y amener sa touche personnelle mais cela ne semble pas prendre. Le succès du film est modéré, aussi bien critique que public, même si cela n’empêchera pas d’autres suites de voir le jour. Néanmoins, Jack Sholder ne se décourage pas et s’intéresse à un scénario écrit par un certain Jim Kouf. Ce dernier voulait mettre en images ce qu’il avait écrit mais, après avoir été refoulé par les studios, a décidé de balancer son scénario aux oubliettes. C’est ainsi qu’il arrive dans les mains de Sholder qui a vu là-dedans quelque chose de bien plus intéressant qu’un simple film d’action. Il remodèle tout ça à sa sauce, en y ajoutant certaines thématiques qui lui sont chères et se lance dans la recherche de ses acteurs. C’est ainsi qu’arrivent dans le projet Michael Nouri, que le public avait pu apprécier peu de temps avant dans Flashdance (1983) et Kyle MacLachlan, qui avait jusque-là fait ses preuves chez David Lynch dans les films Dune et Blue Velvet. Le tournage se passe, le film sort enfin, l’accueil critique est dans l’ensemble positif, mais le film connait un succès commercial en demi-teinte, rapportant péniblement 9.7M$US au box-office américain pour un budget de 5M$US. Mais grâce aux nombreux prix qu’il a récoltés dans les divers festivals auxquels il a été présenté, Avoriaz donc mais également Sitges, ou Fantasporto, Hidden va s’affirmer au fil des années et s’arracher dans les vidéoclubs jusqu’à devenir un film culte pour beaucoup de monde. Il s’agit sans aucune contestation possible du meilleur film de Jack Sholder dont la filmographie ne décollera au final jamais, alternant films moyens (Flic et Rebelle, Wishmaster 2), ratages complets (Arachnid) et téléfilms sans grande envergure (Generation X, L’Aube de l’Apocalypse).

Hidden est un film qui ne fait pas dans la demi-mesure et il va nous le faire comprendre dès l’énorme première scène, avec de la vraie course poursuite comme on n’en fait plus, qui sent la tôle froissée et les pneus qui crissent, qui se fout complet de la bien-pensance sur fond de musique rock de bas-étage et bien bruyante. Un peu comme pour nous dire « J’en ai rien à foutre, je fais ce que je veux, et je vous emmerde ». Mais oui bordel, vas-y, fais nous plaisir mon petit Jack ! Et le rythme de Hidden ne va à aucun moment faiblir. Car malgré la redondance de la mécanique du film, celle-ci est sans cesse renouvelée. En effet, la créature qui nous est présentée changeant de corps dès que celui-ci est trop abimé, de nouveaux personnages arrivent sans cesse. Cette créature, on ne nous explique que peu d’où elle vient vraiment. On ne s’embêtait pas avec ça à l’époque et ce n’était pas plus gênant que ça. Deux minutes de bla-bla sur le pourquoi du comment tout au plus, ça évitait aux films de durer 2h30 et leur permettait d’être plus directs, plus percutants. Pour essayer de tuer cette créature, l’excellent Kyle MacLachlan dans un rôle très proche de celui qu’il incarnera plus tard, à la télévision, dans la série Twin Peaks de David Lynch, et dont l’alchimie avec son acolyte Michael Nouri est bien présente. Un duo qui marque les esprits par le décalage de certaines situations (le repas de famille, le « qui couvre qui ») et qui va être à la base de cet humour très léger mais latent tout le long du métrage. Oui, nous sommes parfois proches d’un buddy movie, mais d’un buddy movie avec un alien accro aux Ferrari, à la musique punk rock bien bruyante et passant de corps en corps en utilisant la bouche de ses victimes (le résultat à l’écran reste un moment d’anthologie).

Hidden va mélanger plusieurs genres. Il passe de l’action au fantastique en passant par l’enquête policière avec un naturel désarmant. On a l’impression que Jack Sholder a vraiment fait ce qu’il avait envie de faire, à l’image de son méchant qui vole ce qui lui plait, tue si ça lui fait envie, écoute de la musique dépassée et fait ce qu’il veut des corps dont il a pris possession. Même si aujourd’hui, l’histoire sent le réchauffé car elle a depuis été vue et revue, Jack Sholder a su donner une vraie ambiance à son film, une ambiance qui reste toujours au premier plan grâce à une excellente bande son, tantôt super rythmée, tantôt énigmatique voire atmosphérique. La mise en scène du film est très bonne, certes bien typée 80’s mais très propre. A cause (ou grâce) à un budget des plus serrés, les effets spéciaux sont au final très peu nombreux. Du coup, ils ne sont que plus marquants tant ils ont, encore de nos jours, une sacrée gueule. Il n’y a pas à dire, même s’ils peuvent faire aujourd’hui parfois un peu kitch, ils restent souvent méchamment impressionnants. Vive le latex et les animatronics ! On se délecte également avec grand plaisir des nombreuses cascades et autres explosions que le film a à nous proposer. Même lorsque ce dernier soulève des questions sur ces vies extraterrestres, sur leurs interactions avec l’espèce humaine, c’est toujours précis, sans perte de temps, grâce à des dialogues bien écrits et des scènes qui valent le détour, et ce jusqu’à la conclusion finale qui viendra ponctuer de bien belle manière un film perpétuellement en mouvement et bien plus intelligent qu’il en a l’air.

LES PLUSLES MOINS
♥ Mise en scène nerveuse
♥ L’ambiance très réussie
♥ Un excellent Kyle MacLachlan
♥ Aucun temps mort
⊗ N’apporte rien au genre
⊗ Manque parfois de moyens
Hidden est bel et bien le film marquant qui trottait dans mes souvenirs de jeune ado. Sous ses airs de production bas de gamme, Hidden est une série B ultra efficace. Sa très bonne réalisation, son énergie, sa créativité et son ambiance très particulière en font un mets de choix. Foncez le voir si ce n’est pas déjà fait.

LE SAVIEZ VOUS ?
• Malgré le score très moyen au box-office, une suite sera mise en chantier et sortira en 1993. Tout sobrement intitulée Hidden 2, c’est un désastre du début à la fin. C’est d’ailleurs le seul et unique long métrage du réalisateur Seth Pinsker. Un remake de Hidden sous forme de court métrage est également sorti en 2008 sous le titre The Seed et est disponible en téléchargement sur iTunes.
• Michael Nouri a refusé le rôle de Martin Riggs dans L’Arme Fatale pour tourner dans Hidden. Le rôle est donc allé à Mel Gibson. Il est à noter que l’acteur Ed O’Ross apparait dans les 2 films.
• De nombreux acteurs ont été approchés pour interpréter le rôle de Tom Beck. Citons par exemple Mel Gibson, Harrison Ford, Christophe Lambert, Michael Keaton, Ron Perlman, Dennis Quaid, Nick Nolte ou encore Jeff Bridges. Trop chers, pas disponibles, ou tout simplement pas intéressés, c’est finalement Michael Nouri qui a eu le rôle.


Titre : Hidden / The Hidden
Année : 1987
Durée : 1h37
Origine : U.S.A
Genre : Série B powaaaa !
Réalisateur : Jack Sholder
Scénario : Jim Kouf

Acteurs : Kyle MacLachlan, Michael Nouri, Claudia Christian, Clarence Felder, Clu Gulager, Ed O’Ross, William Boyett, Richard Brooks, Larry Cedar

 Hidden (1987) on IMDb


0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
22 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rick
Administrateur
5 février 2020 0:42

Découvert hyper jeune aussi. Un film que j’adorais voir et revoir en VHS, puis il y a eu le dvd, et maintenant le tout en qualité HD, et oui, ça reste toujours aussi efficace aujourd’hui. Et oui, il faut toujours éviter le 2 😛

scott
scott
5 février 2020 1:50

j’adore ce film !! avec ce parasite qui prend ce qu’il veut ,qui kiff la vitesse ,la musique et qui trouve pas desagreable une belle paire de roploplo 😀 franchement le passage de corps en corps c’est traumatisant quand on voit ce film jeune ,surtout celui le plus détailler dans l’hopital ,ca fout vraiment les boules des fois ,même ce satané chien m’avait mis les boules mdr !!! ce film c’est un vrai kiff pour les amoureux comme moi des années 80/90 encore maintenant ca se regarde toujours avec autant de plaisir ,le duo fonctionne a merveille ,les scènes d’action sont délirantes et decomplexer (rien que l’ouverture du film avec la Lambo 😮 ) et on a même une apparition bien “rigolote” de l’ami Danny Trejo ^^
apres de la a dire qu’il apporte rien au genre, maintenant oui c’est evident, a l’époque beeeeen…. le truc du mechant qui saute de corps en corps c’etait pas si courant avant et apres on croule un peu sur les exemples ,le premier pouvoir, Shocker ,le temoin du mal ,Jason va en enfer, Borrower (je m’en souviens peu mais je crois que le mechant change de tête ) les maitres du monde et j’en passe ,le thème a fait bien des émules a mon sens .
sinon je suis d’accord pour la “suite” une horreur de bout en bout , dire que j’avais attendu dans mon videoclub pour qu’il revienne de location ,j’avais les boules -__- heureusement que je sortais toujours avec 4 ou 5 vhs 😀
pour Avoriaz cette année la on peut ajouter Prison et l’excellentissime (pour moi ) Au frontière de l’aube , le jury a du avoir mal a la tête avec tout ses films de qualité .
tiens puisque tu parle de Twin Peaks , le mec a la lamborghini du debut, Chris Mulkey est une tête bien connu de la serie aussi 😉
ha et puis comme ca le montre sur une des captures, j’aime bien la manière dont Nouri pointe les gens du doigt (fin des deux doigts ) ca m’avait marquer a l’époque ,c’est original ,ca fait mec vénère ^^

scott
scott
Reply to  Cherycok
7 février 2020 0:41

héhé et oui Borrower la jaquette etait immonde ,ce qui m’avait pousser a louer ce film c’etait la presence de Rae Dawn Chong et John McNaughton a la real dont le Henry portrait of a serial killer m’avait bien clouer ,ben c’est deux salles deux ambiances ,tres moyen comme tu dis , malgré le pitch WTF je pensais ca plus serieux (apres henry ca fait drole même si on retrouve l’acteur qui y joue Otis ^^),sinon j’aurais fait une soirée nanar entre pote et pas voir ca en famille le dimanche soir mdr !

ouais ca fait plaisir de voir que vous aimez,surtout que bon comme tu le dis c’est a peu de chose pret le seul bon film de Sholder (même si j’avoue que je passe toujours un bon moment devant flic et rebelle :p )

Faze
Faze
8 février 2020 2:56

Rick et Scott ont déjà tout dit , excellente petite série b super rythmée et bien fun.
Un classique du fantastique des années 80 à mes yeux.

Sinon Borrower , à un moment l’alien à pas une tête de chien ?

Rick
Administrateur
8 février 2020 11:16

Sholder, j’aime bien La Revanche de Freddy, même si c’est loin d’être aussi bon et efficace que le premier, au moins ça restait sérieux. Et même si c’est hyper moyen, je ne déteste pas son Wishmaster 2. Par contre le reste, ouais…
Borrower, c’est ce film là oui Faze, il a la tête d’un chien à l’époque, du coup ça m’avait marqué gamin, je m’étais procuré le dvd à 90cts par la suite sur priceminister pour le revoir, et c’est en effet pas terrible.

Faze
Faze
Reply to  Rick
8 février 2020 22:19

Haha tous les kids des années 90 ont été traumatisé (gentillement hein !) par ce film.
Hélas , si je comprends bien , vaut mieux que je reste avec un bon souvenir plutôt que de retenter l’expérience 25 ans plus tard …
Dommage ! 🙂

Rick
Administrateur
Reply to  Faze
8 février 2020 23:05

J’ai retrouvé mon dvd, il est toujours là, en VF only (ce qui aujourd’hui ne m’aiderait aucunement à plus apprécier le film haha). Mais pour celui là oui, mieux vaut rester sur ton souvenir 😉 Surtout que McNaughton a fait bien mieux ! En fait, de mes souvenirs de la dernière vision, le film est en plus trop gentil pour être vraiment horrifique et pas assez comique pour être vraiment délirant.

scott
scott
9 février 2020 23:33

Chery pour Flic et Rebelle c’est un petit plaisir coupable , de retrouver un duo que j’aimais bien a cette période (qu’on peut suivre dans les Young Guns, Sutherland et Lou Diamond Phillips ) ca fait bien une quainzaine d’année que j’ai vue mais j’ai le dvd ,je me le referais avec mon oeil de 40tenaire ^^

comme le dit Rick en un sens même les mauvais Freddy , y a quelque chose qui nous plait que ce soit dans les cauchemars ou les meurtres (y a que celui de Rachel Talalay ,la fin de freddy (celui en “3d” )que j’avais été voir au ciné ou je m’etais royalement fait chier ,en plus j’avais deja des soucis de vue et j’apprehendais pas la 3d donc au moment ou fallait mettre les lunettes bleu et rouge moi ,je les mettais pas ..)

Rick moi Wishmaster 2 je me souviens de morts bien foutu , comme le mec avec sa tête qui passe a travers les barreau de la cellule ,j’ai vue le film une fois a la sortie et je me souviens un que de ca ,et des abeilles …

ha punaise maintenant je revois le changement de tête avec la tête de chien dans Borrower,j’avais du refouler cette image vue mon amour pour les toutous ^^

Ghoulish
Administrateur
17 février 2020 17:37

Excellent film ‘The hidden’ ! Vu des dizaines de fois depuis sa sortie en VHS. Que rajouter à ta critique ? Ca reste en effet toujours aussi nerveux et efficace, mettant KO direct les films d’action actuels ( rien que la poursuite en Ferrari 308GTS du début donne le ton ). Et puis bon, y’a Claudia Christian, MMHH…
Et le film a bien influencé comme vous dites tous de nombreux autres titres : ‘Le premier pouvoir’, ‘Jason va en Enfer’, ‘The borrower’ ( que je trouve pour ma part super fun, quasiment culte, bien caustique et délirant )…
Jack Sholder, j’adore ‘La revanche de Freddy’, qui demeure pour ma part l’un des meilleurs épisodes. Il bénéficie d’un gros culte aujourd’hui, un documentaire existe aux USA ( hélas aucun sous-titrage encore disponible en streaming je crois ), on y voit notamment Mark Patton.
Jack Sholder est un bon metteur en scène ( bon ‘Arachnid’ c’est pas génial, mais sympa quand même ), j’ai eu la chance de le croiser au Bloody Week-end en 2016, sous une chaleur de plomb, le monsieur est très gentil, et, malgré la température et la fatigue, il assurait toujours les dédicaces ! Je me souviens aussi de la séance sur grand écran de ‘The hidden’ en sa présence. J’ai même posé des question à la fin mais un peu perdu mes mots dans le micro… un peu intimidé quoi…

PS : GHOULISH is BACK !!!

Rick
Administrateur
18 février 2020 10:15

Welcome back Ghoulish.
Je crois bien que de tous ces films, Arachnid est en effet son pire film, du moins dans ceux que j’ai vu. Et je l’ai en dvd en plus, acheté à l’époque…

Ghoulish
Administrateur
18 février 2020 17:30

Merci de votre accueil !
J’ai aussi le DVD de ‘Arachnid’, bon je l’avais eu d’occasion dans un Cash pour quelques euros. Quelques effets spéciaux sympathiques à défaut d’être super réussis, par contre des comédiens assez mauvais dans mon souvenir, plus un rythme en dents de scie. A l’époque, j’avais vu le Nu image ‘Spiders’, que j’avais trouvé beaucoup plus fun et bis dans l’esprit.

Rick
Administrateur
Reply to  Ghoulish
23 février 2020 11:42

Je l’avais découvert sur Canal +, et peu de temps avant, le fameux Spiders de Gary Jones, qui peut se vanter d’être un NU Image bon, je lui avais d’ailleurs mis la moyenne il me semble (enfin, il me semble que je l’ai chroniqué haha). Arachnid j’en garde vraiment un mauvais souvenir, je le vois là qui me regarde depuis ma collection mais non, je ne vais pas céder !

Faze
Faze
19 février 2020 23:02

Ghoulish strike back !!

Toutes ces rencontres avec les acteurs et réalisateurs , elles ont été faites en tant que fan , où c’est ton boulot qui t’a amené à croiser tout ce beau monde ?

Parce que de mon côté à part des footballeurs pros , j’ai jamais croisé de peoples ! :p

Ghoulish
Administrateur
20 février 2020 18:07

Je les ai rencontrés en tant que fan ( même si les rencontres versions boulot ce serait pas mal non plus, mais bon, je ne suis qu’un petit écriteur amateur lol ). Festivals et dédicaces, peu coûteux en général, en quelques années seulement, j’ai pu croiser pas mal de monde : Brian Yuzna, Anthony Hickox, Catriona McColl, Fabio Frizzi, Jeff Lieberman, Nicholas Vince, Jack Sholder, Jean-Pierre Putters, Lloyd Kaufman, et Maître Dario Argento en personne !

Faze
Faze
21 février 2020 0:02

Chery » ah tu me rappelle que j’ai tapé la discution avec Gerard Lanvin à la gare en attendant un thalys … mon unique fait de gloire !
Et contrairement à ses rôles de raleurs nerveux monolithiques , il est plutôt sympa.

Ghoulish » Dans ta liste je choisis J.P.P et Kaufmann autour d’une table , avec une bonne bouteille et c’est parti pour une nuit d’anecdotes et sans doute de rires .

Ghoulish
Administrateur
21 février 2020 16:37

Oui mais il était trop près… Bon OK j’arrête mes jeux de mots douteux.
Bon choix Faze, JPP et Lloyd sont absolument adorables. J’avais aussi croisé Marcus Nispel et Pascal Laugier il y a deux ans. Je dois en oublier quelques-uns.