[Film] Godzilla’s Revenge, de Honda Ishirô (1969)

Ichiro, un jeune Japonais solitaire, dont ses parents travaillent beaucoup, est d’habitude seul à la maison avec son ami, un inventeur local, qui lui sert de baby-sitter. Dans ses rêves, il visite l’archipel d’Ogasawara, où il joue et explore l’île avec Minilla, qui est attaqué par le monstre Gabara. Cependant, quand il n’est pas endormi, Ichiro se promène dans une usine abandonnée dans laquelle il rencontre deux braqueurs de banque qui le capturent. En utilisant les leçons que Minilla et Godzilla lui ont apprises, Ichiro échappe aux voleurs et aide la police à les capturer, il obtient ensuite la victoire sur ses assaillants, leur montrant qu’il ne prendra plus leurs coups désormais.


Avis de Rick :
Depuis toujours, j’avais considéré les pires opus de la saga Godzilla comme étant ceux réalisés par Fukuda Jun. Il faut dire qu’on lui doit un fier palmarès, avec Ebirah, Le Fils de Godzilla, Godzilla contre Gigan ou encore Godzilla contre Megalon. Mais je n’avais jamais vu ce Godzilla’s Revenge, aussi appelé en Amérique All Monsters Attack, signé Honda Ishirô, le papa de Godzilla. Mais replaçons le film dans son contexte. En 1968, après quelques mauvais films et une popularité descendante, la Toho décide de mettre un terme à la saga, en faisant revenir Honda Ishirô. Le résultat sera le plutôt fun Les Envahisseurs Attaquent, et le succès sera immense. La Toho change alors d’avis et décide de continuer la saga. On pouvait penser qu’ils avaient compris leur erreur, que le fait de réduire toujours le budget n’était pas une bonne idée, et que de viser le public enfant n’en était pas une non plus. Que nenni, car voilà que débarque en 1969 ce Godzilla’s Revenge. Un titre qui claque, Honda toujours à la mise en scène, une durée surprenante de seulement 1h09. De quoi nous rassurer, et au pire si le résultat n’est pas bon, de ne pas nous torturer trop longtemps. Malheureusement, Godzilla’s Revenge et bel et bien un des pires opus jamais réalisé, une arnaque totale, un film dont on ne comprendra jamais la création, le pourquoi du comment, un film dont la morale nous donne envie de jouer à la roulette Russe immédiatement pendant la vision, même pas après, pendant !

Retour au produit pour enfants donc ici, puisque le film ne va pas nous mentir, dés les premières secondes, le ton est donné, notre héros est Ichiro, un petit garçon. Martyrisé par ses camarades de classe, il s’évade dans ses rêves sur Monsterland (l’île qui retenait les monstres dans le précédent opus), où il va pouvoir faire copain copain avec Minilla pour aider Godzilla à vaincre Gabara, un monstre qui terrorise l’île, représentation mentale du méchant de la bande qui terrorise Ichiro dans la vraie vie. Oh et puis attendez ce n’est pas tout, puisque toute cette partie imaginaire avec les Kaijus pourra aider Ichiro puisqu’il va se faire kidnapper par deux braqueurs de banque… Rien qu’en lisant le synopsis, on comprend que rien ne va, que le film n’a pas été créé sur de bonnes bases. Dans un film Godzilla, on veut voir Godzilla, ainsi que d’autres Kaijus. Ici, les monstres ne sont que dans l’imaginaire d’un petit garçon. Existent-ils vraiment ? Peu importe nous dit le film, car nous suivons un petit enfant trop mignon et il va devoir grandir et se défendre tout seul le pauvre petit bout de chou ! Le propos est parmi les plus enfantins de la saga et va nous faire soupirer tout du long. Mais le propos n’est pas le seul responsable de la catastrophe du film, car il y a aussi la mise en image. On se doute rapidement que Honda n’a pas eu un budget bien confortable pour faire son film, ce qui va expliquer sa mise en scène plutôt plate, la très courte durée du film, et surtout la fainéantise du métrage en général. Car avec un tel concept, on se serait dit qu’au moins, le film allait balancer la sauce pour de bons combats lors des passages issus de l’imagination d’Ichiro.

Et là c’est le drame, d’emblée. Le budget devait être si bas que la plupart des scènes mettant les Kaijus en image sont issus d’anciens films de la saga. Ainsi, on assiste dés le début à un combat entre Godzilla et des Kamacuras. Combat venant intégralement du Fils de Godzilla. Quelques instants après, Ichiro assistera avec Minilla à un combat sur la plage entre Godzilla et Ebirah. Combat venant intégralement du film Ebirah. Oui, le film reprend les anciens opus, et en plus de faire crier, il le fait mal. Ainsi, Ichiro et Minilla assistent de jour à un combat, qui se déroule sur la plage de nuit, avant que les monstres ne se battent sous l’eau, et lorsqu’ils reviennent à la surface, attention il fera jour. Et puis il y a le pire du pire. En plus d’être le pire Kaiju de tous les temps, Minilla parle ici… IL PARLE ! Ce putain de Casimir aux cris d’otarie mourante PARLE ! C’est après 5 minutes de blabla de sa part et du combat contre Ebirah, que nous avons donc déjà vus 3 films plus tôt que j’ai voulu arrêter la vision du film. Mais bon, 1h09 me suis-je dit. La suite ne s’améliore malheureusement pas, entre le ton enfantin et enfin un combat inédit entre Godzilla et Gabara, malheureusement peu impressionnant et filmé avec les pieds. Oui, le film est tristement mauvais, en plus de prendre les spectateurs pour des cons. Oui, j’ai lu que Tsuburaya Eiji, responsable des effets spéciaux habituellement, n’était pas disponible pour une raison X ou Y, ce qui explique la faiblesse du seul combat inédit, mais tout de même, ça reste une honte.

LES PLUSLES MOINS
♥ 1h09, ça ne dure que 1h09⊗ Le combat inédit, raté
⊗ Le reste repris des anciens films
⊗ L’intrigue enfantine
⊗ La morale
note8
Godzilla’s Revenge… ce film n’existe pas !



Titre : Godzilla’s Revenge – All Monsters Attack – Gojira-Minira-Gabara: Ōru Kaijū Daishingeki – ゴジラ・ミニラ・ガバラ オール怪獣大進撃

Année : 1969
Durée :
1h09
Origine :
Japon
Genre :
Kaiju pour enfants
Réalisation : 
Honda Ishirô
Scénario : 
Sekizawa Shinichi
Avec :
Yazaki Tomonori, Sahara Kenji, Amamoto Hideyo, Ito Hidemi, Ito Junichi, Sakai Sachio et Suzuki Kazuo

 All Monsters Attack (1969) on IMDb


Galerie d’images :

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
9 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
NB
NB
11 septembre 2018 15:04

Il existe un film Gamera exactement pareil.

Matt
Matt
Reply to  Rick
12 septembre 2018 0:07

Les 3 Gamera des années 90 réalisés par Shusuke Kaneko sont vraiment cools. Il a aussi réalisé le Godzilla, Mothra King Ghidorah all out attack” machin que tu as chroniqué d’ailleurs^^
Les 3 Gamera sont d’ailleurs chroniqués sur votre site. Je ne suis pas forcément d’accord avec les notes et sur celui considéré comme le meilleur des 3, mais en tous cas ils méritent d’être vus.
Et puis comme les vieux Gamera sont pas mal ridicules (complètement pour enfants), l’aspect plus sombre et sérieux de cette trilogie te fera du bien quand t’en auras marre des gamineries^^
 
Pour ce film Godzilla…euh…je pensais au départ que s’agacer de l’aspect enfantin d’un film pour enfants était un peu inutile, mais en lisant que les combats sont tirés d’autres films…euh…ouais, c’est un film désespétré qui a été fait sans pognon on dirait^^
 
 

Matt
Matt
Reply to  Matt
12 septembre 2018 11:29

C’est Kaneko aussi qui a réalisé Azumi 2, que j’aime bien (même si c’est pas le cas de tout le monde^^)
 
Il est dispo dans une édition française le GMK ? Y’en a peu en France de ces films finalement. Et parfois ouais, uniquement en doublage anglais.
Ils sont vraiment mauvais ces doublages anglais, pourtant je suis quelqu’un qui peut apprécier des VF, mais franchement les doubleurs anglais de ces films, on dirait qu’ils roupillent en lisant leur texte. Sur certains Godzilla des années 80, c’est insupportable.

NB
NB
12 septembre 2018 12:21

Le film c’est Gamera et les trois superwomans (1980). Comme Godzilla’s revenge les trois-quarts du film sont des stock-shots des autres films gamera.

Oli
16 juillet 2019 16:36

J’ai envie de me relancer dans le revisionnage de vieux Godzilla – j’avais arrêté mon marathon il y a 2 ans avec LE FILS DE GODZILLA (1967). Pas vraiment bon, mais regardable. Et là je me dis, tiens, je vais aller voir la review de ce Godzi de 69 que je n’ai jamais vu… Et je manque de m’étouffer de rire :

“Ce putain de Casimir aux cris d’otarie mourante PARLE !”

AH AH AH !

Je pense que je ne le verrai jamais du coup !